Interview faite par mail par Matthieu

Bonjour et tout d’abord, merci de m'accorder de ton temps ! Pourrais-tu nous présenter Tragedy And Triumph avec tes propres mots ?
Marius Berendsen (instruments) : Salut, merci beaucoup. TRAGEDY AND TRIUMPH est un groupe de viking metal venu d’Allemagne que j’ai formé vers 2017. J’ai composé et enregistré tous les instruments par moi-même. Mon ami Raphael a fait les paroles et le chant.

Qu’est ce qui t’a poussé à créer le groupe en 2017 ?
Marius : Il y a 10 ans, quand j’étais dans l’un de mes premiers groupes, j’écrivais déjà des titres qui sonnaient de manière inconsciente comme du melodeath / viking. J’ai toujours aimé des groupes comme Amon Amarth, Bathory, Immortal, Grand Magus et autres. En fait, le morceau "In Pride And Sorrow" contient des riffs de 2011. Je n’ai jamais abandonné mes idées et je les ai conservées sur mon disque dur, ce qui est visiblement une bonne idée (rires). Mes goûts musicaux sont devenus un peu plus “durs” après ça, mais l’envie d’écrire un album de viking ne m’a jamais quitté.

Votre premier album "Where Mountains Rise And Hearts Fall" vient juste de sortir, est-ce que vous êtes fiers de ce que vous avez fait pour ça ?
Marius : Oui, je le suis assurément - et je parle également pour Raphael - il l’est également. Nous sommes tous deux perfectionnistes et nous savons qu’un album n’est jamais fini. Après je pense souvent que les choses peuvent être légèrement meilleures, c’est une chose assez normale pour un musicien je suppose. Chaque nouveau CD est simplement un aperçu des sentiments, pensées et idées actuelles.

Comment s’est passé le processus de composition ?
Marius : J’ai tout enregistré par moi-même à la maison. Je ne suis pas totalement professionnel, mais j’ai la chance d’avoir une facilité et rapidité d’écriture et d’enregistrement depuis mes précédents projets, donc ça a été assez rapide. Après 1 ou 2 titres, l’album s’est écrit tout seul. Je n’ai pas vraiment pensé à tout ça.



Est-ce qu’il y a une histoire derrière l’album ?
Raphael Weller (chant / paroles) : En général, j’essaye d’éviter la simple adoration de la mythologie scandinave ou allemande, et la glorification tri-dimensionnelle de la guerre et de la violence. Au lieu de répéter des histoires bien connues de l’Edda ou de la Chanson des Nibelungen, j’ai essayé de représenter de véritables êtres humains qui se trouvent eux-mêmes dans des situations horribles comme la guerre ("Of Mountains And Wardrums") ou des embuscades ("I Triumphant", "Ride For Revenge"), ou qui sont forcés à prendre des décisions douloureuses dans des périodes sans espoir ("Beneath The Howling Gate", "In Pride And Sorrow"). Par conséquent, j’ai cherché à décrire les vikings non comme des personnes énervées, agressives ou héroïques, mais aussi comme des humains qui regrettent, échouent et plus important réfléchissent à leurs actions. Ces deux côtés sont les fondations d’histoires tragiques, comme si la victoire ou le triomphe coûtait cher à leurs successeurs. Le prix est souvent réfléchi par le protagoniste principal de chaque morceau quand il est trop tard, comme les norns qui déjà tissé leur destin. Certaines parties ou même un morceau entier ("Hymn For A Newborn Star") sont d’un côté inspirés par des événements vrais capturés par des sources historiques, ou d’un autre côté plutôt par le folklore allemand ("Where Fires March Victorious", "Ride For Revenge"). Pour faire que la plupart des histoires fictives sonnent réalistes, j’ai creusé un peu dans différentes sources historiques et ai fait des recherches à propos de la culture scandinave et allemande ainsi que de l’armement à l’époque médiévale. Mais toutefois ces histoires sont faites pour divertir, donc il y a beaucoup de sang versé et de morts dont nous sommes témoins également. Les morceaux révèlent leur véritable signification quand certaines pensées sont provoquées par l’introspection des protagonistes qui souffrent, dans le sens de TRAGEDY AND TRIUMPH. Un autre fun fact pour aller plus loin, c’est que Marius m’a donné les titres pour chaque morceau, puis ensemble nous avons écrit l’histoire, en essayant de faire une ébauche de concept sous la bannière du nom de notre groupe.

Sur chaque morceau, il y a un équilibre entre rage et mélancolie. Quelles sont vos influences pour créer ce son ?
Marius : Comme tu l’as dit, j’aime vraiment la connexion entre les deux. Tu peux également retrouver cette connexion dans mes autres groupes et morceaux. Sur cet album précis, j’ai été grandement influencé par Amon Amarth, Immortal, Bathory et beaucoup d’autres. Bien évidemment, j’ai essayé de laisser ma propre patte.

Est-ce que tu as un "titre favori" sur cet album ?
Marius : Non je n’en ai pas, c’est comme demander à un père de deux enfants lequel il préfère (rires).

Comme tu le sais, le Covid-19 a foutu pas mal de choses en l’air l’an dernier, est-ce qu’il a eu un impact sur l’album ?
Marius : Oui, évidemment. L’album terminé a été obligé de dormir sur mon disque dur pendant presque un an car beaucoup de labels étaient dans le rouge financièrement parlant à cette époque.

Est-ce que vous avez déjà des plans pour l’avenir ?
Marius : Oui, nous travaillons déjà sur le prochain album et nous prévoyons aussi nos premiers concerts !



Te souviens-tu de la première fois où tu as joué un instrument ? Quand et comment est-ce que ça s’est passé ?
Marius : Mon père a toujours été un grand amateur de metal, donc j’ai toujours été en contact avec le metal. Tout a commencé avec Dream Theater, j’étais un grand fan de Mike Portnoy et c’est pour cette raison que j’ai commencé la batterie. Ma première "grande" découverte a été le groupe Immortal, et j’en suis toujours un grand fan. J’ai commencé à prendre des cours de batterie, et j’ai commencé la guitare par moi-même. C’est là où l’aventure a débuté.

Qu’est-ce que tu aimes à propos de ta musique que tu ne peux pas retrouver dans la musique des autres groupes ?
Marius : C’est une question difficile. Je vais reformuler un peu : j’ai toujours eu pour objectif de faire exactement la musique que j’aime moi-même écouter.

Quelle est ta meilleure et ta pire expérience en tant que musicien ?
Marius : Oh il y en a beaucoup des deux côtés. L’une de mes expériences les plus folles a été de jouer aux Etats-Unis avec Thyrgrim, mon groupe précédent. L’une des pires a été de vomir juste à côté de mon siège de batterie pendant un concert.

Est-ce que tu connais la scène française ? Quels groupes français connais-tu ?
Marius : Oui, bien sûr. Je suis un grand fan de Aosoth, Gojira, Alcest, Blut Aus Nord et beaucoup d’autres.

Et si je te demandais de comparer la musique de Tragedy And Triumph avec un plat ? Lequel choisirais-tu et pourquoi ?
Marius : Je suppose que ce serait de la poitrine de boeuf juteuse avec des oignons, des champignons et une grande corne remplie d’hydromel.

Est-ce qu’il y a des musiciens ou des groupes avec lesquels tu voudrais collaborer ?
Marius : Oh il y en a plein. J’adorerais jouer un concert avec Abbath, juste pour la soirée après le concert (rires).

Dernière question : avec quels groupes rêverais-tu de tourner ? Je te laisse créer une tournée avec Tragedy And Triumph en première partie et trois autres groupes !
Marius : D’accord, une autre difficile ! Je pense que je choisirais mes amis de Wizard, mes potes d’Ephemerald et Grand Magus en tête d’affiche.

C’était ma dernière question, merci encore de m’avoir accordé de ton temps et pour ta musique, je te laisse les mots de la fin !
Marius : Merci ! Salutations d’Allemagne !


Site Officiel : www.facebook.com/tatvikingmetal