Le groupe
Biographie :

Wombbath est un groupe de death metal suédois formé en 1990 et actuellement composé de : Håkan Stuvemark (guitare, basse / Skineater, ex-In Thy Dreams, ex-Vicious), Jonny Pettersson (chant, basse / Ashcloud, Human Harvest, Just Before Dawn, Skineater, Syn:drom, Vholdghast, ex-Disfigured Victims, ex-Cavevomit, ex-Sorghegard), Jon Rudin (batterie / From Ruin, Just Before Dawn, Pale King, ex-Ashcloud, ex-Body Harvest), Thomas Von Wachenfeldt (guitare / De Tveksamma, Wachenfeldt) et Matt Davidson (basse / Repulsive Vision, ex-Dog Snot, ex-Ensnared). Wombbath sort son premier album, "Internal Caustic Torments", en Mars 1993 chez Prowler Records. Le deuxième album, "Downfall Rising", sort en Août 2015 chez Dark Descent Records. Le troisième, "The Great Desolation", sort en Juin 2018 chez Soulseller Records. "Choirs Of The Fallen" sort en Mars 2020.

Discographie :

1992 : "Several Shapes" (EP)
1993 : "Internal Caustic Torments"
1994 : "Lavatory" (EP)
2015 : "Downfall Rising"
2018 : "The Great Desolation"
2020 : "Choirs Of The Fallen"


Les chroniques


"Choirs Of The Fallen"
Note : 16/20

Si vous écoutez du death metal, il n’y a qu’une infime chance que vous ne connaissiez pas Wombbath. Créé en Suède en 1990 sous le nom de Seizure, le groupe change rapidement de nom la même année puis nous dévoile ses premières productions à partir de 1992. Mais après un split, un album et un EP, le groupe cesse ses activités en 1995… Pour mieux revenir en 2014 ! Toujours menés par Håkan Stuvemark (guitare / basse, Pale King, Skineater, ex-In Thy Dreams…), le groupe compte maintenant sur Jonny Pettersson (chant / guitare, Ashcloud, Berzerker Legion, Heads For The Dead, Just Before Dawn et nombre d’autres projets axés death metal), Jon Rudin (batterie, Just Before Dawn, Pale King, ex-Ashcloud…), Thomas von Wachenfeldt (guitare, De Tveksamma, Wachenfeldt ) et Matt Davidson (basse, Repulsive Vision, Henry Kane) pour compléter la formation. "Choirs Of The Fallen", le quatrième album de la formation suédoise, vient de sortir, et c’est Giulio Rimoli (Deadborn, Ingurgitation Oblivion, prototypeLAB, ex-Black Therapy) qui s’est chargé de la basse.

Dès les premières notes, on sent que c’est gras. Du death metal à la suédoise dans toute sa splendeur. On retrouve cette graisse auditive dans les riffs bourrés à la HM-2 qui donnent aux harmoniques un son tranchant. Côté batterie, ça roule littéralement sur tout ce qui bouge, avec un tempo assez haut, du blast et des cymbales claquantes. La voix puissante de Jonny fait des merveilles en alliant un côté old school rauque avec un mix qui laisse toute sa place aux instruments. Quelques titres sont cependant un peu plus mélodiques que d’autres, comme "From The Beggars Hand" ou "Void", mais c’est principalement la puissance brute qui prime, comme "Fallen" et son introduction caverneuse. Quelques sonorités sombres et inquiétantes viennent parfois étayer le death metal compact du groupe, avec notamment "Wings Of Horror". Les influences death’n’roll que le groupe pratiquait sur l’EP de 1994 ressortent légèrement sur le titre éponyme, "Choirs Of The Fallen", où la double voix fait des miracles de violence, et ce sont des ambiances mystiques qui ressortent sur "In A Cloak Of Anger".

"Choirs Of The Fallen" n’est qu’une preuve de plus que Wombbath est à nouveau debout et prêt à en découdre. Axés sur un son old school, le groupe n’hésite pas à inclure une pointe de technicité, un groove gras et un soupçon de brutal death pour faire de son death metal une leçon de musique ! Les fans seront conquis !


Matthieu
Juin 2018




"The Great Desolation"
Note : 16/20

Les pauses permettent parfois aux groupes de revenir plus forts que jamais, comme l’ont fait les Suédois de Wombbath. Fondé en 1990 sous le nom de Seizure, mais adopte le nom actuel rapidement après. Mais après deux EPs, un split et un album, l’aventure Wombbath prend fin en 1995. Pourtant, Håkan Stuvemark (guitariste d’origine) n’a pas dit son dernier mot. Il reforme le groupe en 2014 et enregistre un nouvel album en 2015 ainsi que quelques splits, mais le line-up subit quelques remaniements. Pour "The Great Desolation", le troisième album, Wombbath est composé d’Håkan à la guitare, Johan Momqvist à la basse, Jonny Pettersson au chant, Henrik Åberg à la guitare et Thomas Von Wachenfeldt à la batterie. Une grosse demi-heure de pur death metal à l’ancienne, mais avec un son actuel et lourd.

L’album débute sur "Embrace Death", une composition martiale et puissante, qui témoigne du son actuel du groupe. Un mur de son s’abat sur nous et vrombit au son de la basse de Johan Momqvist. Les riffs sont sales à souhait, et la rapidité prime sur cette nouvelle composition. Le chant de Jonny est toujours aussi impactant, et nécessite que l’on s’y attende. "The Great Desilusion", le titre suivant est toujours dans la même veine, soit une composition puissante. A nouveau, c’est un mur de son qui nous fonce dessus, et il est impossible de le contrer. Vous pensiez que le groupe allait vous permettre de vous reposer ? Absolument pas, c’est "Footsteps Of Armageddon" qui prend la relève avec une rythmique old school vrombissante qui fera headbanguer les puristes comme les nouveaux venus dans l’univers du death metal.

La guitare lead de "Born In Filth" est une véritable surprise puisqu’elle est très mélodique alors que la rythmique reste tout aussi sale et imposante. Serait-on revenu au début des années 90 à Gothenburg ? C’est en tout cas le parti pris des Suédois pour ce titre, mais pas pour "Punisher Of Broken Oaths" qui revient sur un death metal old school sans concession. Les harmoniques tranchantes viennent frapper l’auditeur de temps à autre, mais les riffs du combo nous assomment en quasi-continu. La vitesse est mise de côté pour l’introduction malsaine de "The Weakest Flesh", dont on peine quelque peu à entendre la batterie par moments. Cependant, la qualité de la composition est là, et je suis particulièrement fan du phrasé du chanteur sur le refrain.

Le son saturé continue de nous hanter sur "Cold Steel Salvation", avec un scream possédé qui rejoint de temps à autre le growl caverneux de Jonny. Ce sympathique duo se déchaîne sur tout le long des trois minuscules minutes que dure le titre, puis laisse la place à "Hail The Obscene", qui commence de manière très calme. A la limite post-rock, l’introduction laisse finalement place à un son dérangeant et plus lent qu’à l’accoutumée, ce qui permet au groupe d’incorporer à nouveau quelques choeurs hurlés sur le refrain. Après de longues parties lead accompagnées d’un son criard, c’est "Harvester Of Sin", le dernier titre qui commence. Le groupe semble avoir envie de nous montrer ce qu’il a dans le ventre une dernière fois avant de nous laisser, presque sur notre faim tant le dernier riff aurait mérité d’être repris une bonne dizaine de fois avant le final.

Alors que Wombbath a repris du service il y a quatre ans seulement, on peut dire que ce sommeil lui a fait un bien fou, et que le monstre est fin prêt à asséner des mandales par dizaines. Plus que les excellentes compositions de "The Great Desolation", c’est maintenant une performance scénique que j’aimerais voir.


Matthieu
Juin 2018




"Downfall Rising"
Note : 16/20

Les uns après les autres et partout dans le globe, les anciens guerriers du metal des années 80 et 90 ayant, après quelques coups d'éclat musical underground, inscrit leurs noms au panthéon des formations "culte" (terme à prendre avec des pincettes), reviennent d'entre les morts pour ranimer la flamme sacrée et la passion du metal après des décennies de silence. L'école death old school scandinave ne fait pas entrave à cette tendance. Retours scéniques se concluant parfois sur des rééditions d'anciens disques introuvables auxquels l'argument mercantile "album classique, groupe culte, fondateur, précurseur blablabla" fait parfois piquer les yeux. Parmi ces groupes ayant plus ou moins conservé une place importante dans le cœur des fans de death putride nordique, citons les Finlandais de Purtenance, Convulse, Rippikoulu ou les Suédois de God Macabre et Nirvana 2002. Avec Internet, l'intérêt pour les œuvres de ces aînés qui ont forgé les scènes underground européennes est ravivé et il est compréhensible de les voir retenter leur chance.

Le cas présent se nomme Wombbath, un groupe suédois dans la plus pure tradition des vieux Grave, Carnage et Asphyx ayant accouché d'un album en 1993 passé à la postérité. Malgré un nom ridicule pour un groupe de death (on chroniquera prochainement le nouvel album du groupe de black / thrash satanique Ornithorinque), leur premier album "Internal Caustic Torments", à la pochette superbe et mythique faite par Sylvain Bellemare (auteur très peu connu des pochettes cultes du "Tales From The Thousand Lakes" d'Amorphis, du "Gods Of War" de Blasphemy ou encore de "The Mystical Gate of Reincarnation" de Kataklysm), vaut son pesant d'or et représente l'une des plus sombres perles du death suédois à l'ancienne.

Commençons par évoquer le gros point noir de cet album. La production. Wombbath, groupe de 90's à la personnalité affirmée, revient en 2015 et veut coller à l'esprit de l'époque avec une prod' moderne et puissante tout en conservant ce côté brut de décoffrage et organique lié aux anciennes sorties (les guitares sont grasses, graves, boueuses, ce grain sale si typique est toujours là, de même que la voix, un râle puissant et primitif, qu'on sent qu'elle a fait l'objet de peu de prises). Le problème est que cette prod' moderne est immonde. Une vraie abomination pour les oreilles. Compressée à l'écœurement, écrabouillée jusque dans ses moindres recoins, le mastering (pourtant l'œuvre de James Murphy) est calamiteux et le mix ne présente aucune dynamique. La Loudness War a encore fait des ravages. Cette "production (à défaut d'autres termes), est une purge et a gravement nui à notre écoute et notre appréciation de l'album, à tel point qu'une demi-douzaine d'écoutes ont été nécessaires pour parvenir à "pénétrer" la musique et la décortiquer. C'est horriblement fort mais rien n'en dépasse, rien ne vit. La batterie est uniforme, n'a aucun relief, tous les éléments y sont placés au même niveau sonore. Les riffs de guitares sont quasi-incompréhensibles et bien que nous soyons accoutumés aux prods dégueulasses et aux vieilles démos cassette enregistrées sur un quatre-pistes, jamais on a autant peiné à reconnaître des riffs de gratte. Le tout est une abominable bouillie sonore qui, de surcroît, fait mal aux tympans ! Les fréquences les plus aigues (les cymbales, les sons "sh" prononcées par le chanteur) crissent comme des ongles sur un tableau noir et le fait de baisser le volume sonore rend tout juste supportable l'écoute. On se demande pourquoi certains chroniqueurs du web n'ont pas relever ces défauts majeurs dans leurs reviews dithyrambiques ou comment le groupe a pu valider ça.

Passé avec difficulté cette épreuve, nous avons finalement pu "écouter" l'album et si ce premier contact s'est avéré désastreux, le fond sonore vaut la peine de se décarcasser. Après une intro annonciatrice du chaos à venir, "Under Apokalypsens Svarta Vingar" arrive et montre un groupe, à commencer par son guitariste de leader Hakan Stuvemark, seul membre original encore présent, qui n'a rien perdu de son talent de composition. Le titre est gras, old school, aux riffs acérés et au subtil solo de guitare, mélodique et tragique, tranchant nettement avec le souffre des riffs, mais qui est placé avec une justesse. Le nouveau chanteur, Jonny Pettersson est parfait, ses gargouillis profonds et habités posent une touche de démence putride dans la musique. "Underneath This Rotten Soil" affirme le côté moderne avec des blasts sanguinaires. L'excellent "I Am The Abyss", à l'intro grandiloquente tout aussi étonnante que les mélodieux soli mais tout aussi bien faite, détruit tout sur son chemin, nous faisant voir les profondeurs noires de la terre.

Le surprenant caractère du groupe a développer des intros mélodiques est une nouvelle fois de mise avec "Fall Of The Weak", avec des guitares claires et éthérées. C'est une des grandes forces de cette album, cela confère une ambiance irréelle à l'assaut constant et noirâtre des compos. "Fall Of The Weak" est l'un des meilleurs morceaux du disque, long, heavy, désespéré et maléfique, un torrent infini de maléfices qui ne semble jamais se terminer. La brutalité jubilatoire de "Paid In Blood" prouve que le marsupial a encore les dents longues et veut en découdre. Enfin, il faut parler du dernier titre, "Abandoned Furthermore", qui est une relecture de "Abandoned", morceau figurant sur le premier album, ici transfiguré dans une version romantique. L'essai est osé mais réussi. Wombbath se détache de la scène old school et expérimente, il ose broder son death rugueux avec des fils d'or étincelants et inattendus et cela nous amène à une conclusion amère.

Si musicalement "Downfall Rising" est excellent et abouti, mêlant classicisme (musique, format court, peu de titres, son typique des grattes) et innovations (les quelques déviations mélodiques et symphoniques), il est ruiné par une mise en son exécrable, un affront à tous les amoureux de musique. D'où un sentiment de gâchis immense nous habitant, ne nous permettant pas d'élever plus haut la note qui aurait pu taper dans les 18 facilement. Nous espérons que le groupe rectifiera la chose sur ces prochaines réalisations car ses créations musicales en valent la peine.


Man Of Shadows
Septembre 2015


Conclusion
Le site officiel : www.facebook.com/wombbath