Le groupe
Biographie :

Visions Of Atlantis est un groupe de power metal symphonique autrichien formé en 2000, qui alterne une voix de soprano et une voix masculine. Continuant dans son élan, au milieu de l’été 2001, le groupe signe un contrat avec le label allemand TTS Media Music / Black Arrow Productions, puis enregistre son premier album intitulé "Eternal Endless Infinity", qui sort au courant de l’été 2002. Leur deuxième album, "Cast Away", est publié en Novembre 2004 chez Napalm Records. Visions Of Atlantis trouve sa formation définitive, et sort son troisième album, "Trinity", le 28 Mai 2007. Le quatrième album, intitulé "Delta", est publié au début de 2011, et est suivi d'un cinquième album, "Ethera", en 2013. Le 6 Décembre 2013, Thomas Caser (batterie) reforme entièrement le groupe avec l'arrivée au chant de Clémentine Delauney (ex-Whyzdom, Serenity, Melted Space) et de Siegfried Samer (Dragony) et de Werner Fiedler (guitare), ainsi que le retour de Chris Kamper (claviers) et Michael Koren (basse). En 2017, le groupe perd Werner Fiedler (guitare), Chris Kamper (claviers) et Michael Koren (basse) mais Herbert Glos (Dragony, basse) et Christian Douscha (guitare) viennent regonfler le groupe. Suite à l'arrivée d'un nouveau chanteur, Michele Guaitoli, l'album "Wanderers" sort en Août 2019.

Discographie :

2002 : "Eternal Endless Infinity"
2004 : "Cast Away"
2007 : "Trinity"
2011 : "Delta"
2013 : "Ethera"
2019 : "Wanderers"


Les chroniques


"Wanderers"
Note : 15/20

Amateurs de power metal symphonique, réjouissez-vous ! Visions Of Atlantis reviennent avec "Wanderers", un nouvel album qui s’annonce prometteur ! Si le groupe existe depuis 2000 (1995 si l’on compte également Vipera Aspis), seul le batteur Thomas Caser est encore présent. En 2013, la formation autrichienne recrute Clémentine Delaunay (chant, Exit Eden, Melted Space, ex-Serenity, ex-Whyzdom), puis c’est au tour de Herbert Glos (basse, Dragony) et Christian Douscha (guitare) de rejoindre le groupe en 2017. Le dernier arrivé est le chanteur Michele Guaitoli (Future Is Tomorrow, Kaledon, Overtures, Temperance, Ship Of Theseus) qui complète le line-up, et c’est à cinq que les musiciens travaillent sur ce nouvel album, qui sort sur Napalm Records.

Le premier morceau, "Release My Symphony", ne prend aucun risque. Mêlant sans souci les deux voix à des riffs motivants et épiques après une douce introduction. Le nouveau chanteur a trouvé sa place au sein du groupe, et ceux recrutés en 2017 confirment qu’ils sont parfaitement intégrés à cet univers, puisque sans surprise le morceau tourne tout seul. Il en va de même pour "Heroes Of The Dawn", un titre qui nous donne envie de prendre la route. La rythmique est parfois calme, parfois plus lourde et motivante, alors que "Nothing Lasts Forever" est une power ballad qui utilise principalement la voix de Clémentine au premier abord, puis qui utilise par la suite le chant de Michele afin que l’alchimie soit totale. On reprend des power chords rapides pour "A Journey To Remember", un morceau qui passe plutôt bien et qui fera des émules en live, parmis la fanbase du groupe comme parmis les nouveaux venus.

Très entraînante, "A Life Of Our Own" prend la suite, et on se surprendra probablement à apprécier le titre en hochant la tête en rythme avec cette rythmique simple mais efficace, tout comme sur "To The Universe", un morceau qui joue beaucoup sur l’ambiance donnée par les claviers, ainsi qu’une guitare assez brute, mais quelque peu en retrait. Nouveau titre doux et utilisant la voix lumineuse de la chanteuse, "Into The Light" est le morceau émotionnel de cet album. Et le solo final ne me fera pas mentir. On repasse à quelque chose de plus lourd et énigmatique avec "The Silent Scream", un morceau dont l’introduction m’a intéressé. Des sonorités étranges, mais qui collent parfaitement avec cet univers que le groupe développe. On ralentit à nouveau avec "The Siren & The Sailor", un morceau qui met surtout en valeur le chant du frontman, mais qui n’aurait pu être effectué correctement sans les deux vocalistes.

"Wanderers", le titre éponyme, n'inclut pas de son saturé, mais reste un morceau sur lequel on peut se perdre, selon notre état d’esprit lorsqu’on l’écoute, alors que "At The End Of The World" renoue avec cette énergie sous-jacente qui ne demande qu’à exploser, et une basse qui tient la majorité de la rythmique, donnant ce côté grondant et inquiétant. Le final au son moderne nous amène sur "Bring The Storm", un morceau puissant et lourd qui va faire headbanguer les foules en festival. Si le groupe ne s’éloigne pas de ses racines, on peut au moins leur concéder une maîtrise du genre, mêlant riffs et émotions. "In & Out Of Love", le dernier titre, nécessite plus d’une écoute pour être apprécié à sa juste valeur. L’introduction nous jette sur la voix de la chanteuse, qui nous fait une démonstration de son talent à travers quelques vocalises.

Si vous aimez le power metal symphonique, "Wanderers" est fait pour vous. S’ancrant encore plus dans les racines du genre, Visions Of Atlantis ne prend pas de risques avec ce septième album, et s’assure un soutien de ses fans, espérant conquérir un peu plus la scène européenne, voire mondiale. Pour ma part, j’aurais peut-être voulu les entendre repousser quelques limites, mais je suis certain que les performances live seront à la hauteur des albums.


Matthieu
Avril 2020




"Ethera"
Note : 14/20

Ha voilà un groupe que je n'avais pas écouté depuis près de 6 ans, découvert avec Melissa Ferlaak au hasard de mes recherches de nouveaux sons. Et je les retrouve maintenant avec Maxi Nil que je connaissais déjà du groupe Elysion. Une combinaison qui semble vraiment très intéressante, et je suis donc toute ouïe du nouvel album qui nous arrive tout droit d'Autriche.

"Clerics Emotion" lance l'album avec, sans chichi, une petite introduction rapide au piano vite remplacée par des claviers et des symphonies samplées. J'aime, c'est simple et efficace. Certes peu recherché mais accrocheur. Et puis vient la voix de Maxi Nil rapidement rejointe par Mario. L'ensemble est très agréable à l'écoute, les duos rendent bien et les voix se complètent très bien. L'ajout de la voix masculine n'est pas obsolète pour une fois et apporte vraiment quelque chose à la musique ! Un morceau très bon pour commencer, et qui me met l'eau à l'oreille pour la suite ! Alors on continue en beauté, dans une douceur sans nom avec "Bestiality vs Integrity". Un air de piano saupoudré de nappes de violons enchanteresses pour une jolie ballade conduite avec force et pureté aux lignes de chant accrocheuses. Toujours ce mélange voix feminin / masculin que j'aime beaucoup et qui donne pas mal de relief aux morceaux ! Mon morceau favori de l'album. "Aeon" me rappelle quelques anciens albums Nightwishiens, puissant et mélodique mais reste un peu aux frontières pop / metal, chose ressentie le long de l'album. Tandis que "Waterfall Behind The Cavern" nous amène en balade avec une guitare acoustique toujours avec ces jolis violons ! Maxi Nil nous envoûte avec un timbre très doux, qui contraste avec d'autres morceaux plus violents.

Malheureusement, le point noir : on se lasse vite. La suite des morceaux me passe un peu au-dessus je l'avoue. Même si la voix de Marco me titille encore l'oreille, je passe un peu rapidement sur les derniers. "Vicious Circle"petite ballade un peu plus rythmée que les autres, "Avatara" début sympathique avec une ambiance asiatique, complètement perdue dès les premières notes de guitares... Et on repart dans cette monotonie, comme s'ils manquaient d'inspiration. Les mêmes samples, les mêmes styles de riff, et même la voix a du mal à se reinventer. Le début me promettait monts et merveilles mais je n'ai eu droit qu'à une petite pièce d'or.

Car c'est un bon album sans aucun doute, mais la ligne est droite et on ne tressaute plus d'émotion après les 3 premiers morceaux. Album à écouter avec modération pour continuer à l'apprécier, de mon point de vue. C'est beau, les samples sont bien agencés, les guitares sont bien mises en avant, les voix : ce mélange feminin / masculin me semble un atout que Vision Of Atlantis devrait continuer à exploiter ! Mais il manque ce quelque chose qui ferait de "Ethera" un exellent album !


Fianna
Mai 2013




"Delta"
Note : 16/20

Malgré les apparences je ne connais pas très bien Visions Of Atlantis, à leur début je m’étais intéressée à leur premier album qui ne m’avait que partiellement plu, pour ne plus vouloir entendre parler du groupe, VOA ne ferai pas partie de mes groupes de prédilection. Par conséquent je ne sais absolument pas ce que donnent les deux albums sortis entre le premier et le petit dernier : "Delta", sujet de ma chronique. Je pars donc sur un regard neuf et fait comme si je découvrais ce groupe pour la première fois. Petite entorse à la règle je vais quand même avouer que l’album me branche nettement plus que le premier et change quelque peu ma vision du groupe.

Le groupe, si on en croit les différents line-ups qui se sont succédés, a souvent changé de chanteuse. La petite nouvelle Maxi Nil qui exerce dans le groupe depuis 2009 et qui en est à son premier album avec VOA, relève le niveau. Une voix qui n’a rien d’exceptionnelle mais une tonalité pop qui donne au heavy symphonique du pétillant. Fini les voix lyriques, et je dois dire que ça fait du bien. Une petite voix pop et joyeuse qui n’est pas pour autant dénuée d’émotion et possède tout de même de grandes qualités. La voix de la chanteuse est fluide, sensuelle et plutôt jolie. Elle ne perturbe pas la musicalité bien au contraire elle se fond très bien dans les accords et s’accorde plutôt bien avec la voix du chanteur. Ils se partagent certains titres, bien que la plupart des morceaux bénéficient des deux voix, d’autres sont exclusivement réservé au chant masculin et d’autres comme la ballade au chant féminin. La voix du chanteur quant à elle n’a rien d’exceptionnelle non plus. Une petite voix heavy qui n’a rien à voir avec d’autres grands chanteurs d’heavy plus connus. Mais elle n’en est pas moins désagréable. Bien que son chant soit limité, il est bien fait. D’autant plus que le chant est partagé avec une chanteuse et quelques voix de chœur. Il est donc bien équilibré et les quelques faiblesses (si faiblesse il y a) passent inaperçues. Leur musicalité est symphonique saupoudrée d’un peu de son heavy. D’un côté les accords puissants et rapides des guitares et de la batterie pour le son heavy, en plus de la voix masculine et de toute la folie des grandeurs qu’on attend avec ce genre de groupe, comme les chœurs, les solos de guitares et le côté épique de la musique. Et puis il y a aussi les claviers et le chant féminin qui viennent s’équilibrer à cette épopée musicale pour une touche symphonique et pop. Dans l’ensemble ce n’est pas mal fait, certains titres sont plutôt bien réussis et répondent aux objectifs comme le titre "Conquest Of Others". Et d’autres comme le morceau "New Dawn" vise plus une musique pop et pétillante. Mais cette recette n’est pas indigeste et au contraire ce mélange est plutôt bon.

J’aime bien évidemment la ballade où la voix de la chanteuse se révèle être magnifique et puissante bien que les aigus ne soient pas forcément son fort. Le titre qui suit est un morceau instrumental, une sorte de conclusion avant la fin (il reste un titre après celui-ci). Morceau assez mélodique et symphonique. Ce n’est pas la grandeur du heavy pur et dur, mais leur musique est plutôt bien réussie. Le groupe ne cherche pas à en faire de trop et c’est justement cette touche de simplicité qui donne du mordant à l’album. J’aime parce que la musique s’écoute toute seule dans la joie et la bonne humeur. Me voilà réconciliée avec Vision Of Atlantis.


Liz
Juillet 2011


Conclusion
L'interview : Clémentine Delauney

Le site officiel : www.facebook.com/visionsofatlantisofficial