Le groupe
Biographie :

Unleashed est un groupe de death metal suédois, formé en 1989 par le chanteur / bassiste Johnny Hedlun à la suite de la dissolution du groupe Nihilist. Les membres restants ont, pour leur part, formé Entombed. Le groupe commence alors à composer ses premiers titres et sort assez rapidement les démos "Revenge" et "Utter Dark". Ces premières productions leur permettra de faire parler d'eux et d'attirer l'attention du label Century Media Records, avec qui ils signeront un contrat en 1991. Au cours de la même année sort leur premier album, "Where No Life Dwells". Le groupe part ensuite en tournée de promotion de l'album avec le groupe Morbid Angel en Europe et aux États-Unis. En 1992, le groupe sort "Shadows In The Deep". L'année suivante sort "Across The Open Sea", puis "Victory" en 1995. Cet album sera le dernier enregistré avec le guitariste Fredrik Lindgren, qui va quitter le groupe peu après la sortie de cet album. Il sera remplacé par le guitariste Fredrik Folkare, qui est toujours dans le groupe de nos jours. En 1997 sort l'album "Warrior". À la suite de cette sortie, le groupe entrera dans une période plutôt calme, ou ils ne sortiront plus de disques et feront peu de concerts, les membres du groupe étant concentrés sur leur vie personnelle et leurs projets musicaux en dehors de Unleashed. L'année 2002 marque le retour des activités pour le groupe. Après une série de ré-éditions de ses premiers albums, Unleashed sort son sixième opus, "Hell's Unleashed". Cette sortie est suivie d'une nouvelle tournée de promotion de leur album. En 2004 sort l'album "Sworn Allegiance", qui est suivi deux années plus tard par l'opus intitulé "Midvinterblot". Le groupe part alors en tournée européenne en Novembre 2006 au Masters Of Death Tour avec les groupes Grave, Dismember et Entombed. Quelques mois plus tard, en Février et Mars 2007, le groupe est parti en tournée en Amérique du Nord avec les groupes Krisiun et Belphegor. En Juin 2008, le groupe sort son neuvième album, "Hammer Battalion". En Juillet 2009, le groupe a annoncé qu'il allait signer un contrat avec le label Nuclear Blast. L'album "As Yggdrasil Trembles" sort en 2010 sous ce label, suivi le 23 Avril 2012 par "Odalheim", et par "Dawn Of The Nine" en Avril 2015. "The Hunt For White Christ" sort en Octobre 2018 chez Napalm Records.

Discographie :

1991 : "Where No Life Dwells"
1992 : "Shadows In The Deep"
1993 : "Across The Open Sea"
1995 : "Victory"
1997 : "Warrior"
2002 : "Hell's Unleashed"
2005 : "Sworn Allegiance"
2006 : "Midvinterbloten"
2008 : "Hammer Battalion"
2010 : "As Yggdrasil Trembles"
2012 : "Odalheim"
2015 : "Dawn Of The Nine"
2018 : "The Hunt For White Christ"


Les chroniques


"The Hunt For White Christ"
Note : 17/20

Lorsque l’on évoque les pionniers du death metal à la Suédoise, le nom d’Unleashed est inévitablement sur toutes les lèvres. Créé en 1989, les deux seuls fondateurs restants sont Johnny Hedlund (basse / chant, ex-Nihilist) et Anders Schulz (batterie, Unanimated). Ils sont rapidement rejoints par Tomas Olsson (guitare, Julie Laughs Nomore) en 1990 et Fredrik Folkare (guitare, Dead Kosmonaut, Firecracker, Firespawn) en 1995, et plus rien ne bougera jusqu’à maintenant. Tous les quatres composeront et joueront sur chacun des treize albums de la formation, y compris "The Hunt For White Christ", le dernier qui vient de sortir. Les amateurs de death old school sont déjà en train de l’écouter, et je vous invite à faire de même.

"Lead Us Into War" nous entraîne directement dans l’univers du groupe : un son à la fois old school mais avec un mix actuel absolument parfait qui laisse la place à chaque instrument de s’exprimer dans cette course à la mort. La rythmique ralentit avant de repartir sur un solo effréné comme seuls les Suédois les maîtrisent. On enchaîne directement avec "You Will Fall" et sa capacité à instaurer une atmosphère à la fois très douce et mélodique tout en restant sur une double pédale furieuse qui se mue parfois en blast rageur. La fin du titre me laisse un peu démuni par rapport à cet arrêt brutal, mais "Stand Your Ground" reprend vite le relais pour un nouveau mélange de violence et de mélodies nordiques qui nous transportent directement en plein milieu d’une plaine enneigée en compagnie de valeureux guerriers. Vous aimez les rythmiques lourdes ? Alors "Gram" vous séduira dès les premiers riffs, puisque cette composition mêle riffs imposants et quelques passages plus planants, le tout sous une myriades d’harmoniques toutes plus déchirantes les unes que les autres. L’introduction de "Terror Christ" est plus douce, mais également plus inquiétante et rappelle des sonorités folkloriques, mais revient rapidement à une rythmique lourde au possible qui emprunte quelques tonalités au black metal, et qui nous fera headbanguer de gré ou de force. A nouveau c’est un sursaut de violence qui nous saisit lorsque démarre "They Rape The Land" et son incitation directe à se laisser aller à ses pulsions qui se font de plus en plus insistantes depuis le début de l’album, et à entrer dans une fosse enragée. Vient ensuite mon titre préféré, "The City Of Jorsala Shall Fall". Encore une fois, c’est un véritable manifeste guerrier qui se dessine entre les riffs mélodiques d’Unleashed, qui ne cessent définitivement pas de m’impressionner, surtout avec cet excellente partie lead qui interviendra à la fin.

Le titre éponyme est aussi le plus court, mais sûrement pas le moins violent. "The Hunt For White Christ" suit une rythmique effrénée du début à la fin, et les harmoniques remplissent à merveille leur rôle, alors qu’un break vient nous surprendre pour lancer une nouvelle partie lead divine. Les Sédois repartent sur "Vidaurgelmthul", un titre assez martial et plus lent que les autres, mais qui met l’accent sur quelques parties plus ambiantes, tout comme "By The Western Wall", qui me semble être un titre que l’on contemple en profitant de chaque note alors que les quatre musiciens se démènent sur scène. C’est déjà la fin avec "Open To All The World", un titre dans la même atmosphère que les deux précédents, mais avec une touche de rage supplémentaire. Le son des Suédois s’évanouit alors, et laisse place à une outro au son clair absolument sublime.

Leur réputation n’est plus à faire, mais Unleashed n’a de cesse de se surpasser pour nous offrir un combo entre mélodies divines et rythmique infernale. "The Hunt For White Christ" s’inscrit à merveille dans la riche discographie du groupe, et nous donne une envie incontrôlable de partir marcher en forêt par un temps glacial. Un retour prochain sur nos terres ? Peut-être. En tout cas, c’est la volonté que le groupe a exprimé à travers l’interview !


Matthieu
Novembre 2018




"Dawn Of The Nine"
Note : 14/20

Après les trois hivers glacés du Fimbulwinter, Unleashed annonce et conte la fin des neuf mondes... Les neuf mondes d’Yggdrasil, Midgard en son centre. Ce nouvel album des Suédois est toujours encré dans la mythologie viking, comme vous l'avez compris. Il clôt la trilogie qui avait débuté en 2010 avec "As Yggdrasil Trembles" et il s'intitule "Dawn Of The Nine"... La pochette de ce nouvel opus est très réussie. C'est la première de la trilogie à être en couleurs. On pourrait y voir la tombe de l'Ase Thor incrustée de runes incandescentes, le Mjolnir posé devant, au milieu d'un champ de bataille, sûrement les pleines de Vigrid.

Musicalement, les fans d'Unleashed ne seront pas dépaysés. Il est peu probable que l'objectif de ces pionniers du death soit de se renouveler. Ce n'est pas dérangeant pour autant. Les riffs sont toujours aussi assassins et efficaces. Le parfait exemple est le très bon "A New Day Will Rise". On dirait qu'Unleashed attache une importance particulière à ses ouvertures. Comme dans l'album précédent, il s'agit d'un des meilleurs morceaux du disque. La suite est un concentré de ce à quoi Unleashed nous a toujours habitué ainsi que la suite logique du premier titre. Le jeu de batterie est martial et direct. Les riffs sont violents, rapides, mélodiques et épiques. Les soli, aux allures déstructurées, sont tout en rapidité. La voix est toujours aussi puissante et les lignes de basse tout en lourdeur. Elles appuient les riffs et les soutiennent sans prendre trop de place. Le tout est ponctué par quelques lignes de guitare acoustique très discrètes. Le petit reproche qu'on pourrait faire à cet album est d'être toujours sur le même type de dynamique. Un tempo rapide et peu de variation dans les rythmiques. Ca n'en reste pas moins du bon Unleashed, brutal et terriblement efficace. La recette ne s'essouffle pas encore et fonctionne très bien. Le concept de trilogie est clairement perceptible. "Dawn Of The Nine" s'ouvre là où "Odalheim" s'était refermé. Le son dans le mixage et dans le choix des prises et réglages des instruments est strictement le même que sur les deux albums précédents.

La conclusion se fait sur "Welcome The Son Of Thor !" qui ne déroge pas à la construction "standard" des titres d'Unleashed. De par son titre, il laisse entrevoir une suite. Unleashed ne ferme pas complètement la porte. Ils nous laissent là, sur quelques nappes dissonantes qui tombent dans le silence. La fin des neuf mondes n'est pas la fin en soi. Cet album est bon mais n'est pas un chef d’œuvre. Il se laisse écouter quelques fois avec plaisir. On se surprend à garder un des riffs dans la tête toute une journée... En bref, Unleashed nous a servi du Unleashed dans le bon sens du terme.


Thomas
Juillet 2015




"Odalheim"
Note : 16/20

Unleashed est de retour avec un onzième opus, le groupe a basculé dans un virement stylistique assez conséquent avec cet "Odalheim" complétant fort bien l’album précédent, "As Yggdrasil Trembles", dont l’artwork avec l’arbre sonne en fait comme un rappel. Un album très surprenant donc, puisque Unleashed fait preuve d’une puissance bien plus présente dans ses morceaux, notamment dans le jeu à la batterie se voulant plus volontaire et tranchant. De même les riffs de guitares sonnent pas mal black sur l’ensemble des titres, offrant ainsi un son caractéristique d’Unleashed mais dont la brutalité est plus conséquente, sans compter le chant qui est toujours des plus appréciables. Le groupe avait connu des moments difficiles mais depuis "Sword Alliance" en 2004, on peut constater une nette évolution dans leur registre et dans la qualité des morceaux proposés sur les albums se succédant depuis. On se retrouve donc dans un album nous rappelant "Mindvinterblot" ou l’énorme "Hammer Battalion", avec des titres fort marquants comme "The Hour Of Defeat" ou encore le dantesque "Rise Of The Maya Warriors", et ses guitares aux riffs explosifs, Unleashed montre qu’il fait encore un bond en avant. L’ensemble de "Odalheim" comporte un effet épique, ce qui a tendance à captiver facilement l’écoute de l’album dont on ne voit pas passer les onze pistes. Unleashed montre que les erreurs du passé les ont amenés à la réflexion, et depuis 2004, ils ne cessent de surprendre agréablement.


Phenix
Août 2012




"Ukon Wacka"
Note : 15/20

L’atwork représente tout l’esprit du groupe dans cet album, Yggdrasil : l’arbre-monde dans la mythologie Scandinave. Un peu sceptique à l’écoute de l’album, bien que la mélodie du premier morceau de l’album sonne plutôt bien, j’avais peur quant au reste de l’album. Et puis finalement mes peurs étaient infondées et cet opus est tout bonnement génial. Il s’inscrit clairement dans la continuité de leurs albums précédant : "Midvinterblot" et "Hammer Battalion", qui fut très bien reçu du public.

Nos musiciens plus que soudés poursuivent leur death metal sans trop d’inquiétude, préférant le death mélodique, je tombe quand même sous le charme d’Unleashed. Une voix assez enchanteresse, bien cadrée, un chant guttu compréhensible et plaisant bien que répétitif, des solos puissants et une batterie qui ne se lasse pas de se faire entendre, alternant entre les coups frénétiques et les blasts. En revanche, ce que j’apprécie moins dans cet album, bizarrement ce sont tous les aspects positifs : effectivement le côté répétitif devient vite lassant, non seulement dans l’enchainement des morceaux, les titres se ressemblent un peu tous, la voix reste sur le même plan, pas un cri plus aigu ou plus grave que l’autre, la batterie joue toujours sur le même rythme et chacun des titres nous proposent un solo, certes bien réussi, mais la structure musicale reste toujours la même. Autre aspect répétitif : le groupe en est à son dixième album, bien que très bon comme les précédents, il est difficile de parfois se renouveler. Et ils continuent à nous proposer cette même musique, mais pourquoi changer une équipe qui gagne ?! À n’en pas douter, l’opus n’est composé d’aucune ballade, rien d’étonnant, une berceuse pourrait gâcher tout l’optique du groupe et de l’album. La musique d’Unleashed est du death metal fortement imprégné par la culture viking et la mythologie nordique. Ces thèmes sont récurrents tout au long des dix albums studio du groupe. C'est pour cela que le groupe est classé dans le genre viking metal en plus du genre death metal. Mais ce dixième album est de moins en moins imprégné par la culture viking et nous offre plus un death metal qu’un viking metal.

Mais Unleashed, pour rentrer un peu plus dans le vif du sujet, c’est surtout ça : "As Yggdrasil Trembles" : titre éponyme de l’album, une mélodie répétitive mais bien guerrière. "Wir Kapitulieren Niemals" : deux riffs qui se répètent, ressemblent à du black sympho qui va droit au but. "Master Of The Ancient Art" : un son lourd et lent à la fois puis un rythme qui s’accélère progressivement. Unleashed : un gros son, assez répétitif, la voix ne change pas souvent dans l’intensité, je ne pense donc pas me tromper en disant que ce groupe rappelle Bolt Thrower. A posséder sans regret.


Liz
Avril 2010


Conclusion
L'interview : Anders Schultz

Le site officiel : www.unleashed.se