Le groupe
Biographie :

Unearth est un groupe de metalcore américain, originaire de Winthrop, dans le Massachusetts, formé en 1998. C’est sur le label Eulogy Recordings que le groupe sort "The Sting Of Conscience" en 2001 suivi un an plus tard par "Endless". En 2003, Unearth signe chez Metal Blade Records en parallèle d’une tournée européenne. L’année suivante le groupe sort "The Oncoming Storm" et tourne avec des groupes d’envergure comme Hatebreed, Slipknot, As I Lay Dying ou encore Chimaira et Killswitch Engage. Le groupe sort ensuite deux autres albums intitulés respectivement "III : In The Eyes Of Fire" (2006) et "The March" (2008). En 2011, le groupe nous revient avec un nouvel effort au doux nom de "Darkness Of The Light". Début Novembre 2014, Unearth sort son sixième album, "Watchers Of Rule". "Extinction(s)" sort en Novembre 2018 chez Century Media.

Discographie :

1999 : "Above The Fall Of Men" (EP)
2001 : "The Stings Of Conscience"
2002 : "Endless" (EP)
2004 : "The Oncoming Storm"
2006 : "III: The Eyes Of Fire"
2008 : "The March"
2011 : "Darkness Of The Light"
2014 : "Watchers Of Rule"
2018 : "Extinction(s)"


Les chroniques


"Extinction(s)"
Note : 17/20

Il y a pile vingt ans naissait Unearth, formation américaine de metalcore. Il y a quelques jours sortait "Extinction(s)", le septième album du groupe américain. De la formation originale, Ken Susi, Buz McGrath (guitares) et Trevor Phipps (chant) sont toujours présents, mais Nick Pierce (batterie, ex-The Faceless) et Chris O’Toole (Turbid North, ex-Savage Messiah) ont été intégrés il y a quelques années déjà. Qu’est-ce qu’on attend encore ? Foncez !

L’album commence en trombe avec "Incinerate", un titre massif, puissant mais qui reste assez mélodique. Entre deux riffs groovy à souhait, la paire de guitaristes s’autorise à placer des parties lead percutantes, et qui n’altèrent absolument pas la violence de la chose. Et quelle puissance dans la voix, toujours très propre même lors des hurlements les plus gutturaux, de Trevor ! Pas de temps à perdre, le groupe enchaîne avec "Dust", un morceau qui reste dans cette même veine, entre puissance brute et mélodies entraînantes. Peut-être un peu plus joyeux que le précédent, mais les éléments caractéristiques du metalcore y sont. On continue ? Ca tombe bien, "Survivalist" est là pour vous faire mosher dans un pit en furie, alors que "Cultivation Of Infections" est bien plus directe dans le style. Les rythmiques sont imposantes et forcent au headbang, bien que la guitare lead adoucisse un peu le refrain. On repart pour l’introduction dissonante de "The Hunt Begins" avec ce refrain qui donne envie de sauter sur place tout en hurlant avec le chanteur. Décidément, les Américains savent comment motiver leur public, même sur CD. Probablement le titre le plus rapide et le plus lourd de cet album, "Hard Lined Downfall" repousse d’un cran la violence tout en utilisant des riffs malsains et très groove que ce soit dans les breaks ou non. D’ailleurs, parlons de ce break qui risque d’enterrer quelques spectateurs si les Américains jouent ce morceau en live… En parlant de titre de live, "King Of The Arctic" me semble être une excellent choix grâce à cette progression de folie qui mène à une rythmique dans la plus pure tradition du metalcore.

J’espère que vous avez encore de l’énergie, car eux oui ! "Sidewinder", un autre titre taillé pour la scène, qui fera très probablement des ravages dans la fosse, car il en fait déjà dans mon salon avec ce break monstrueux. On va revenir sur quelque chose de plus calme avec "No Reprisal" et ses harmoniques délicates, qui ajoutent une petite saveur supplémentaire aux riffs des Américains. Le dernier morceau, "One With The Sun", est également le plus atmosphérique. Alors certes il y a toujours cette rythmique massive, mais également des samples, des choeurs… et le mélange rend très bien !

Unearth n’a malheureusement pas la même popularité en France qu’aux Etats-Unis, et c’est bien dommage. Les seules fois où j’ai pu voir le groupe m’ont laissé un excellent souvenir, et serenity in murder m’a rappelé ces souvenirs tout en me donnant à nouveau envie de vivre l’expérience live. Messieurs, les scènes européennes sont à vous !


Matthieu
Décembre 2018




"Watchers Of Rule"
Note : 17,5/20

Voilà un disque qui va plaire aux fans de Lamb Of God, As I Lay Dying ou encore Heaven Shall Burn et de toute la vague metalcore mélodique. Unearth nous présente aujourd’hui son nouvel album, le sixième de sa carrière, "Watchers Of Rule", avec le soutien du monument Century Media. Si le groupe a eu quelques difficultés à trouver son public et sa voie, il semblerait que depuis l'album précédent, le très apprécié "Darkness In The Light" (Metal Blade) sorti en 2011, Unearth cartonne bien. Il faut dire que le style metalcore est de plus présent dans la musique extrême et compte dans ses rangs des formations très réputées et grandement appréciées par un public toujours aussi friand et amoureux de technique, de mélodies et bien sûr de ce chant si particulier pouvant jouer sur pas mal de variations.

Si vous ne les connaissez pas encore, Unearth est composé de Buz McGrath et Ken Suzi aux guitares, Trevor Philipps au chant et Nick Pierce à la batterie. Les fins connaisseurs auront observé que l'on retrouve des membres d' Unearth au sein de Shadows Fall, Lamb Of God ou encore dans un groupe dont le genre est très répandu aux Etats-Unis : le cover band, en l’occurrence ici celui de Mötley Crüe, Late Night Crüe. "Watchers Of Rule" est, il faut être honnête là-dessus, un véritable rouleau compresseur. 11 titres dont un intro pour près de 35 minutes de metal moderne implacable. Sachez que si vous vous faites l’acquéreur de la version limitée (digipack), vous aurez deux titres en bonus dont une reprise des maîtres du thrash US, Slayer, tirée de l'album "Seasons In The Abyss", "Spirit In Black". Unearth, tout le long de ce nouvel album, nous mène là où il veut que l'on aille : à un carrefour où se croise et se mélange le metal tel que nous le connaissons toutes et tous, à savoir un metal fait de légendes, de figures charismatiques, de styles qui se font et se défont ; Unearth prend tout ça, le malaxe, le mélange et nous le renvoit musicalement en nous offrant un style sombre, lourd, technique, puissant et agressif. On ne s'ennuie pas un petite seconde durant l 'écoute de "Watchers Of Rule", ce qu'il est simplement nécessaire c'est d'aimer ce type de metal, fait de modernité. Unearth ne révolutionne rien mais offre tout de même avec "Watchers Of Rule" un bon album de metalcore, intègre et surtout maîtrisé. Il n'y a qu'à écouter les titres "The Swarm", "Watchers Of Rule" ou encore, comme je le disais un peu plus haut, la reprise de Slayer (qui prend un sérieux coup de jeune sur le coup). Ça envoie du lourd sévère.

Pour résumer, je dirais que sans être l'album du siècle, "Watchers Of Rule" a de très bons arguments à faire entendre (la production de Mark Lewis de Whitechapel n'y est pas étrangère) et à défendre, c'est une certitude. Un petit mot sur le visuel de l'album qui est tout simplement magnifique, ça fait plaisir d'observer que les groupes portent de plus en plus d'attention à leur artwrok, et ce pour notre plus grand plaisir et notre amour pour l'Art car dessiner c'est être libre m'a-t-on dit un jour, et je crois que depuis quelques jours c'est incroyablement vrai... En conclusion, si vous aimez le genre, foncez, les amis. N'hésitez pas une seconde, "Watchers Of Rule" vous attend.


Vince
Janvier 2015




"Darkness Of The Light"
Note : 14/20

Presque aussi glacial que sa pochette "Darkness Of The Light" entre en scène avec "Watch It Burn" qui rassurez-vous, retrouve vite la chaleur d’un bon gros riff metalcore et le travail au niveau du chant est plus qu’appréciable notamment lorsque qu’il est fortement poussé. L'album se poursuit avec "Ruination Of The Lost" qui nous fournit un titre de très bonne facture même si rien n’est exceptionnel avec toutefois deux guitares savoureuses, en passant par des titres d'un metalcore davantage conventionnel mais d'un goût incontestable ("Arise The War Cry", "Coming Of The Dark", "The Fallen") ainsi que par une petite perle au doux nom de "Equinox" où le piano vient faire de l’œil aux grattes légèrement nerveuses ! D'autres pistes semblent, elles aussi, continuer dans cette lignée jusqu’à ce moment fatidique où nos petites oreilles accueillent avec regret ce chant clair qui se disperse dans l’espace. "Shadows In The Light", "Last Wish" et "Overcome" soit trois ratures sur une copie réussie et c'est dommage d'autant plus que le groupe est en capacité d'intégrer des mélodies accrocheuses sans tomber dans le cliché et il nous le prouve sur "Eyes Of Black". "Darkness Of The Light" se ferme sur "Disillusion" qui représente une des réussites notables de cet album et qui nous rappelle enfin, que Unearth, a de quoi faire partie du peloton de tête des groupes metalcore du moment. Un album le cul entre deux chaises donc, puisque d’un côté nous avons une musique riche, agrémentée de riffs vraiment sympathiques et profitant d’une bonne production. Et de l’autre nous assistons bien malgré nous à l’enfoncement de Unearth dans le metalcore à la mode où les mélodies baveuses au chant côtoient la brutalité des cris. Est-ce une fatalité ? Peut-être, peut-être pas. Toujours est-il qu’à ce moment précis on observe cet album différemment et par extension, le groupe également. La formation a pris un gros risque ici et risque de remplacer une partie de ses fidèles par davantage de teenagers. Objectivement, ce nouvel effort reste malgré tout un bon album.


Kévin
Janvier 2012


Conclusion
L'interview : Trevor Phipps

Le site officiel : www.unearth.tv