Le groupe
Biographie :

Sisters Of Suffocation est un groupe de death metal hollandais formé en 2014 et actuellement composé de : Simone van Straten (guitare / Scenario II, ex-Beyond Sanity), Els Prins (chant / Epic Rock Choir, ex-Kali), Puck Wildschut (basse / Persistense, ex-Blooddrenched), Kevin van den Heiligenberg (batterie / Awakening Sun, ex-Nymeria) et Emmelie Herwegh (guitare / ex-Survv). Après un premier EP sorti en 2016, "Brutal Queen", Sisters Of Suffocation sort son premier album, "Anthology Of Curiosities", en Octobre 2017 chez Suburban Records. Le deuxième album, "Humans Are Broken", sort en Mars 2019 chez Napalm Records.

Discographie :

2016 : "Brutal Queen" (EP)
2017 : "Anthology Of Curiosities"
2019 : "Humans Are Broken"


Les chroniques


"Humans Are Broken"
Note : 17/20

Tu aimes en prendre plein les dents ? Eh bien le nouvel album de Sisters Of Suffocation est fait pour toi ! Créé en 2014 aux Pays-Bas par Els Prins (chant) et Simone Van Straten (guitare) en tant que groupe exclusivement féminin, le line-up est complété par Puck Wildschut (basse) et Emmelie Herwegh (guitare). Mais lorsque leur batteuse se voit contrainte de quitter la formation, elles font appel à Kevin van den Heiligenberg (batterie) pour la remplacer. Côté discographie, je vous avais parlé d’"Anthologies Of Curiosity" en 2017, mais le deuxième album, "Humans Are Broken" est déjà sorti ! Et les Néerlandaises n’ont pas fait les choses à moitié puisqu’elles nous balancent pas moins de treize titres que l’on découvre maintenant !

Excellente entrée en matière, "Humans Are Broken" mêle des riffs un peu groovy avec une lourdeur et des hurlements qui passent du growl imposant au scream cinglant en un rien de temps. Si le titre est court, il n’en reste pas moins efficace et n’hésite pas à ralentir pour un break qui flirte avec le slam. On passe rapidement à "Wolves", un morceau qui incorpore des samples et des harmoniques mélodiques à cette base déjà puissante et entraînante, tout en conservant le groove présent dans ces riffs qui se finissent un peu tôt à mon goût. On revient sur de la violence pure et dure pour "War In My Head". Mais au fur et à mesure de son avancée, le morceau s’adoucira, allant même jusqu’à inclure un passage planant en chant clair avant de revenir sur un blast furieux.

On enchaîne avec l’entêtante "The Machine", qui n’est pas pour autant moins violente que les autres, mais dont les riffs bruts s’incrustent dans votre esprit, alors que "What We Create" est beaucoup plus malsaine. Ponctué d’énormément d’harmoniques et mené par un scream glacial, le morceau avance jusqu’à "Liar", un titre à l’introduction tout ce qu’il y a de plus atmosphérique. Le tapping prend toute son ampleur lorsque les autres instruments s’ajoutent à la mixture, mais la chanson n’a pas fini de révéler tous ses atouts. Il s’arrête, repart différemment, cesse à nouveau... "Little Shits" prend la suite, et ce sont à nouveau des tonalités épiques qui s’invitent à la fête grâce à la guitare lead. Le reste de la rythmique se concentre sur des tonalités lourdes, alors que "The Next Big Things" fait à nouveau dans la subtilité. Une introduction calme, des riffs planants et un chant très expressif se donnent rendez-vous pour plus de quatre minutes de musique.

Le groupe repart sur des riffs old school pour "Blood On Blood", avec une batterie très appuyée qui donne ce côté martial au morceau, alors que "The Objective" renoue avec des sonorités perçantes et aériennes. Du moins pour le début du titre, car c’est un death metal imposant qui vient par la suite se fracasser sous une partie lead très inspirée. "Burn" part dans cette même veine de violence pure et dure avant que les guitaristes ne nous calent un petit break en son clair pour mieux relancer la machine. Du côté du chant, Els utilise tout ce qu’elle sait faire et je suis assez impressionné par la puissance vocale de la jeune femme. "Every Little Fibre" est également coupée en plein élan par un break calme qui ramène à la violence que le groupe maîtrise à la perfection, alors que le dernier titre, "For I Have Sinned", est également très atmosphérique et prenant. Malheureusement, il passe un peu vite à mon goût, mais il est d’une qualité exceptionnelle.

Les Sisters Of Suffocation n’en sont pas à leur coup d’essai, et "Humans Are Broken" est un excellent album, doublé de quelques prises de risque que l’on ne peut que saluer. Le groupe a trouvé son style, et la prochaine étape est une véritable tournée, européenne puis mondiale !


Matthieu
Avril 2019




"Anthology Of Curiosities"
Note : 18/20

Si le metal vous paraît être un milieu trop masculin, jetez donc un oeil à la scène death metal. A part quelques groupes, les femmes se font rares, n'est-ce pas ? Eh bien rangez votre misogynie, parce que les quatre Sisters Of Suffocation sont arrivées, et elles vont vous apprendre à porter vos couilles. Oui, littéralement. Fondé aux Pays-Bas par Els Prins (chant) et Simone van Straten (guitare), elles engagent rapidement la batteuse Amber de Buijzer puis Puck Wildschut à la basse. Leur premier EP paraît en 2016, mais c'est cette année que les demoiselles, aidées de Johan Girard (Facelifter) en live, sortent "Anthology Of Curiosities", leur premier album. Vous aimez le death metal ? Alors allez découvrir ce parpaing.

Dès le début de "Shapeshifter", on sent que l'on va passer un bon moment. Que ce soit la rythmique ou la guitare lead dissonante, la cohésion est parfaite, et le hurlement de la belle Els rivalise avec la plupart des chanteurs de la scène, que ce soit en growl profond ou en scream aigu ! "I Am Danger" débutera avec un riff calme et une voix claire plutôt entraînante qui laisseront place à une rythmique imposante et un growl massif, alors que "The Hunger" tablera plutôt sur le côté atmosphérique, voire même des influences black mtal. Les parties lead arriveront à vous convaincre du talent des demoiselles. "This Is Not My Home" joue énormément sur l'aspect hypnotique des riffs que les quatre amies entament, mais sans oublier que le riff principal doit coller à la voix extrêmement profonde d'Els. "I Swear" s'axe également sur le côté atmosphérique voire mélodique du groupe, même s'il était un peu occulté depuis le début. Le mélange des voix est absolument sublime, et le break en voix claire est d'une puissance absolument divine. Retour sur du death metal bien violent et purulent avec "Limb From Limb", un titre tout en finesse. Les racines old school se mélangent aux sonorités lourdes pour donner une rythmique très efficace. "Bodies Will Rot" n'est pas sans rappeler également les classiques du genre, sous un blast assez monstrueux, alors que "Dysplasia" revient également sur une rythmique black voire black / death, mais avec un son de basse accentué pour notre plus grand plaisir. "Psychosurgery", le dernier titre, débute par une voix claire, mais reviendra rapidement au son très apprécié du groupe et à sa distorsion machiavélique. En évoluant sur un registre doom / death, les filles se diversifient sans toute fois oublier leurs racines omniprésentes. Le chant semi clair / semi scream final me fait penser à un Cattle Decapitation bien senti.

Ces quatre demoiselles manient le death metal à la perfection. Que ce soit du brutal death, du death mélodique ou bien un death atmosphérique, chacun y trouvera son compte ! Les demoiselles prouvent à de maintes reprises qu'elles maîtrisent plusieurs genres, et la musique des Sisters Of Suffocation s'en ressent. Si le groupe a multiplié les concerts, ses sorties de territoire se font de plus en plus nombreuses, et je ne serais pas surpris de les retrouver sur une scène française très rapidement !


Matthieu
Octobre 2017


Conclusion
L'interview : Els Prins

Le site officiel : www.facebook.com/sistersofsuffocation