Le groupe
Biographie :

Seum est un groupe de sludge né à Montréal mais formé par trois Français, trois musiciens de la scène parisienne. La particularité du trio c’est qu’il est dépourvu de guitare six cordes, puisqu’il est composé de Piotr à la basse, Fred à la batterie et Gaspard au chant. Formé en 2019, Seum nous propose son premier EP "Summer Of Seum" à la rentrée 2020 et sort un split avec Fatima la même année. Seulement un an s’écoule avant de retrouver le groupe avec un projet surprise intitulé "Winterized".

Discographie :

2020 : "Summer Of Seum" (EP)
2021 : "Winterized"


Les chroniques


"Winterized"
Note : 15/20

Je suis un peu déçu… Après "Summer Of Seum" je m’attendais à "Winter Of Seum", mais les mecs, sûrement des originaux encore, ont décidé d’appeler leur nouvel opus "Winterized".

En gros, pendant qu’on était tous enfermés chez nous avec notre chat ou notre rouleau de sopalin, les gars eux, ont été productifs. C’est donc sept nouveaux morceaux que l’on retrouve et franchement… Franchement… C’est toujours aussi caverneux, poreux, comme un corps qui sortirait de son caveau pour nous crier "N’y allez pas, c’est un piège !" sur un ton qui laisse plutôt penser que son intention était de te croquer la carotide.

Oublie la rondeur chaude et douce de la basse, là elle vient te martyriser les tympans avec un effet overdrive d’outre-tombe appuyé par un chant tout droit sorti d’un film de zombie des années 80. Je ne vais pas te mentir, c’est d’ordinaire pas ma came mais là c’est tellement jusqu’au-boutiste que ça en devient agréable à l’écoute. Avec une productivité mille fois supérieure à un Laurent Voulzy au top de sa carrière, le groupe a de l’inspiration à revendre et pour le coup ça sonne comme une renaissance d’un truc que tu connais, certes, mais c’est bon quand même. Un peu comme quand tu retapes dans une ex. C’est redondant mais satisfaisant. Tu t’attendais à ce que je fasse de la poésie ? C’est que tu n’as pas écouté l’album. Petite orgasme final tout de même avec une reprise de The Ramones, celle de "Pet Sematary" renommée, "Red Sematary". Pas évident de prime abord de reconnaître le morceau (surtout si tu ne l’as jamais entendu) mais c’est franchement bien fait. Pépite.

Bon et alors quoi ? Cette chronique parle trop peu de musique ? C’est vrai. Mais quand tu rentres chez un artiste peintre c’est compliqué d’expliquer pourquoi les croutes de gouache sur ses toiles finissent par ressembler à quelque chose d’agréable. Seum, c’est pareil. Ca paraît sale au début, voire très sale, puis finalement on réalise qu’on peut tous se plaire dans la crasse. Mais ça reste quand même très sale.


Sam
Octobre 2021




"Summer Of Seum"
Note : 14/20

Selon Google, le mot "seum" vient du mot arabe "sèmm", "venin". "Avoir le seum" c’est donc être dégoûté, énervé, en colère. Les expats français atterris à Montréal auraient-ils passé un été de merde ?

J’ai un peu toujours la même appréhension quand je découvre le premier effort d’un groupe. J’ai peur à la qualité de l’enregistrement. On a tous acheté des EP’s voire des albums à la fin de concerts où là magie n’opère plus une fois arrivé chez nous. Souvent la faute à un enregistrement bancal, faute de moyens. Je m’égare mais mon inquiétude s’est assez vite dissipée. Au premier abord, on pourrait effectivement le penser mais à force que l’EP se déroule on comprend que c’est simplement le son fidèle, pour ne pas dire naturel.

Effectivement, la basse peut parfois manquer de profondeur, elle qui porte sur ses épaules la totalité ou presque des mélodies. L’overdrive s’est donc invité, pour brouiller un peu tout ça et lorsqu’on se concentre sur le travail de composition, on passe outre cette facette de l’album pour en apprécier le fond. Les quatre cordes restent chaudes et distillent pendant plus de vingt minutes des riffs lourds, groovy, oscillant entre le sludge et le stoner. Des rythmiques bien pensées qui font défiler le temps très vite. La meilleure amie de la basse, la batterie, se pose, elle, avec efficacité et sobriété, pour donner un cadre à chaque morceau. Tout l’inverse du chant qui, lui, vient cisailler la musique de sa gorge étranglée. Avec un peu d’imagination on y entend le fou, les yeux injectés de sang, qui saute sur son libérateur après 15 jours d’isolement dans une pièce vide et capitonnée. J’aurais bien voulu arrêter ma chronique comme ça. Mais j’ai appris à l’école "Introduction, développement, conclusion". Du coup je fais un effort… sauf dans la rédaction tu vas voir !

Alors en conclusion, on peut dire que "Summer Of Seum"’est plutôt un EP pas mal, bien construit et dynamique. C’est carré et ça donne envie d’y revenir. N’empêche qu’avec une grosse prod’ de tes…, ça claquerait quand même vachement plus ! On y retourne les gars !


Kévin
Novembre 2020


Conclusion
Le site officiel : www.facebook.com/seumtheband