Le groupe
Biographie :

Scalpture est un groupe de death metal allemand formé en 2009 et actuellement composé de : Felix (guitare / Evoked, Wifebeater), Thorsten (chant), Tobias (guitare), Moritz (batterie) et Niklas (basse). Scalpture sort premier album, "Panzerdoktrin", en Décembre 2016 chez Final Gate Records, suivi de "Eisenzeit" en Février 2020 chez F.D.A. Records.

Discographie :

2015 : "Border Crossing" (EP)
2016 : "Panzerdoktrin"
2020 : "Eisenzeit"


La chronique


Scalpture est un groupe allemand qui utilise depuis le début de sa carrière la thématique de la guerre pour développer sa musique, à la fois lourde et dramatique. "Eisenzeit" succède à "Panzerdoktrin", sorti en 2016, et marque efficacement les dix ans de carrière de ce groupe peu médiatisé. Fraîchement signé chez F.D.A Records, label teuton lui aussi, la formation nous propose dix titres de bonne facture, entraînants et paradoxalement dramatiques.

En effet, tout au long du disque, ces musiciens puisent leur inspiration dans les drames du passé et arrivent à recréer, dans chaque riff de guitare, dans chaque mélodie, une sorte d’aura de désespoir qui donne pas mal de crédit à leur metal quelque peu insolite. "Eisenzeit" possède un petit truc particulier qui fait qu’il ne ressemble pas aux autres formations du genre. La base du délire, c’est un death lourd et pesant très influencé par un autre grand narrateur des histoires de batailles, Bolt Thrower. A cela, vous ajoutez un son puissant et tranchant où la basse a une importance radicale, et un sens mélodique global qui flirte avec le post-hardcore émotionnel, genre Isis ou Cult Of Luna dans les moments les plus ouverts ou encore Amon Amarth (rien à voir, je sais) durant les passages les plus heavy. Plus largement, on reste quand même dans un death metal assez lourdaud, genre Six Feet Under où les riffs pachydermiques prennent le pas sur le reste. Une grosse part de heavy subsiste comme sur le titre éponyme "Scalpture", et on perçoit quelques légères teintes hardcore : "Hell Is A Field In France". Le groupe engage constamment des passages mélodiques au sein de ces compositions qui ont la faculté d’ajouter du drame à une musique déjà somme toute pessimiste.

Le chant aussi possède cette sonorité écorchée qui reste assez crédible, cependant, cette manière de chanter, éructée, qui laisse quand même deviner le timbre de la voix, et qui, de ce fait, consolide le côté hardcore du truc reste assez particulière. On peut sentir les postillons s’écraser sur notre visage à chaque intervention vocale. Malgré tout, cette faculté d’interprétation permet également à Scalpture de se démarquer de ses congénères. Les guitares ont un son super compressé et granuleux, c’est limite délicieusement dérangeant lorsqu’on se concentre sur cet élément, on s’imagine les gratteux avoir branché en série 4 ou 5 boss HM2, tous les potards sur 11. La basse possède un son si claquant et épais qu’on a l’impression que les cordes font la taille d’un câble pour lignes haute tension. Non seulement, en termes de son, nos amis de chez Scalpture proposent un résultat assez singulier mais, au niveau compositionnel, ce qui fait la force de ces furieux deatheux, c’est la capacité à alterner brillamment mélodies douteuses et riffs groovy lourdauds entraînants. Le titre "Und Ehre Ist’s" synthétise tout ce dont le groupe est capable, et son blast beat de la mort qui se fait couper la chique par un riff lourd comme les vannes à Laurent Baffie succédé par un plan ternaire morbide à souhait est le parfait exemple d’un dosage minutieux et équilibré.

Ce dernier Scalpture est un pur concentré de rage maîtrisée, soutenue par un son de gratte épais et sur saturé. Les compositions s’appuient sur une grosse base de riffs bien musclés surplombés de mélodies insidieuses. Parfois il se dégage au sein des compositions un feeling de désespoir persistant. La noirceur reste omniprésente et même les parties les plus groovy ne décolorent pas les tonalités sombres volontairement assumées par le groupe. "Eisenzeit" est un album intense et prenant, mêlant saveurs grind, opacité morbide made in Sweden, et modernité.


Trrha'l
Mai 2020


Conclusion
Note : 16,5/20

Le site officiel : www.facebook.com/scalpture