Le groupe
Biographie :

Nord est un groupe de post-rock / math-rock parisien formé en 2012 et actuellement composé de : Thibault (batterie), Romain (basse et samples), Manu (guitare / synthé) et Florent (guitare et chant). Nord sort son premier album, "And Now There's Only A River Left Behind", en autoproduction en Novembre 2018 et enchaÏne avec une série de festivals en France et en Allemagne. En 2019, Nord va en studio enregistrer un nouvel album et, désireux de proposer un enregistrement et des supports de qualité, le groupe sollicitera l’aide du public avec une demande de financement participatif. Le résultat sera disponible en Avril 2020.

Discographie :

2015 : "Monsters" (EP)
2018 : "And Now There's Only A River Left Behind"
2020 : "The Only Way To Reach The Surface"


Les chroniques


"The Only Way To Reach The Surface"
Note : 19,5/20

Quand je vois tout ce rose sur fond noir, je kiffe. Le format vinyle avec le disque intégralement rose me laisse rêveur. Rarement je n’aurai vu un artwork aussi proche de la musique qu’il recouvre. Explications.

Tout d’abord, le dessin est fin et enchevêtré. Les traits forment des courbes qui se croisent, se coupent, se rejoignent, s’entremêlent, et constituent une structure ultra complexe à l’image de la musique. L’essence même de Nord se trouve là, dans ces compositions alambiquées, où les termes post-rock et math-rock ne sont pour une fois pas simplement un effet marketing d’un groupe en mal d’identité. Ensuite, le verso de la pochette illustre parfaitement bien la construction, la cohérence et la continuité de l’album. "The Only Way To Reach The Surface" fait partie de ces oeuvres qui méritent d’être écoutées intégralement. Mieux, vous n’en tirerez que la substantifique moelle qu’en procédant ainsi. Alors évidemment chaque piste individuellement est très bonne, mais personne n’apprécie La Joconde en regardant uniquement ses mains. Nord, c’est un récit, une épopée musicale faite d’éléments déclencheurs, de péripéties, de sentiments, d’émotions et de dénouements. Un schéma narratif en somme, que l’on retrouve au niveau de l’album mais aussi de manière isolé sur chaque morceau.

Enfin, ce contraste de rose flashy et de noir représente à merveille les violents contrastes de l’opus. La musique de Nord est partagée entre les extrêmes avec d’un côté une musique destructurée, ultra rythmée, où les distorsions font du charme aux hurlements, et de l’autre, des mélodies si douces et des passages tellement reposants qu’on en oublierait presque ce qu’on écoutait une minute plus tôt, et ce qu’on va prendre dans la tronche quinze secondes plus tard. Je suis très troublé par ce disque. La technique est absolument irréprochable mais à aucun moment ce n’est une démonstration. Elle est toujours là pour servir le propos. Les émotions ressenties sont authentiques et la complexité accessible en fait une oeuvre à la durée de vie très longue.

Nous sommes le 9 Avril 2020 et si demain on me demande une définition de ce que peut-être le post-rock et le math rock, je tendrai cet album, tout simplement.


Kévin
Avril 2020




"And Now There's Only A River Left Behind"
Note : 16/20

Alors totalement inconnu jusqu’à ce que je reçoive leur album, Nord évolue dans un mélange de post-rock et de hard rock. Créé en 2012 à Paris, il est composé de Thibault à la batterie, Romain à la basse et aux samples ainsi que Florent à la guitare et au chant. Le groupe sort un premier EP en 2015, et "And Now There's Only A River Left Behind", son premier album en fin 2018. Vous ne savez pas à quoi vous attendre ? Tant mieux, vous serez surpris.

L’album débute par "The Quiet Walker", un morceau à l’introduction assez énergique et lourde qui… va s’apaiser en un rien de temps. Les riffs sont plus aériens, mais on sent que la lourdeur peut revenir à tout moment. Le chant participe également à cet apaisement, mais il est aisé de sentir que le combo va faire exploser sa rythmique à nouveau, et c’est un long final qui tire vers le post-metal qui nous attend. On enchaîne avec "The Only Light", un titre qui, cette fois-ci, débute tout doucement, avec un son rock alternatif, une rythmique ponctuée d’harmoniques lentes et si la lourdeur ne revient pas à nos oreilles, elle est dignement remplacée par un final atmosphérique au possible. "Ghost" change clairement de registre avec des riffs apocalyptiques et psychédéliques qui met cependant en avant le talent des musiciens à mêler leurs différentes influences avant de laisser place à une instrumentale minimaliste. Puis de repartir dans leur folie, de se calmer, se laisser emporter encore, osant même le blast avec brio.

Le premier riff de "Near Death Experience" est vraiment enchanteur, et la suite du titre est tellement entraînant que les amateurs du style ne pourront que se laisser séduire. On peut alors qualifier le projet de “barré”, mais également de “réfléchi” et “torturé” tant les expérimentations sont présentes dans ce morceau, tout somme sur "Silent Shapes". Ce petit interlude débute en force et ralentit d’un coup, pour nous offrir quelques notes au loin, pour introduire "Watch This Burn". Cette composition reste calme, bien que quelques sursauts d’énergie se fassent entendre, mais étrangement l’absence de violence ne me dérange pas, tant elle est suggérée. Après l’extinction du son démarre "Holy Mountain", un autre morceau qui témoigne directement de la créativité des musiciens et de leur influence très probable pour un groupe qui a cessé sa carrière il y a quelques temps, mais également de leur amour pour les samples.

A la suite de ça, "Ektos/Plasma" semble étrangement calme, mais l’alternance ce morceaux fous et calmes a son charme, et permet d’apprécier le contraste évident que les Français placent dans leur musique, y compris cette myriade de notes qui sont tout sauf hasardeuses. Si vous aviez aimé la quiétude que le groupe est capable d’instaurer, vous allez adorer "Xibalba" et sa basse vrombissante sur le chant profond de Florent, alors que si c’est la violence et la puissance que vous attendez, vous trouverez largement votre compte sur "And Now There’s Only A River Left Behind". La composition la plus longue de l’album débute par un passage qui annihile toute forme de résistance au headbang, et enchaîne sur des passages plus psychédéliques et dissonants, qui contrastent directement. Chaque changement est une surprise attendue, et le final va en interpeller plus d’un. Je vous conseille cependant de rester jusqu’à la fin, puisque "III: Radial Era", le titre bonus, pioche à nouveau dans une folie énergique pour nous faire profiter une dernière fois du son tumultueux de la bande.

Très diversifié et réfléchi, "And Now There’s Only A River Left Behind" est un album surprenant qui possède des passages qui plairont à tout type d’auditeur. Les influences de Nord sont parfois évidentes, parfois plus discutables, mais ce qui est sûr, c’est que le mélange est unique. L’expérience live sera très probablement une performance incroyable, car cette explosion sonore doit se vivre pleinement.


Matthieu
Février 2019


Conclusion
Le site officiel : www.facebook.com/nordmusicband