Le groupe
Biographie :

Mountaineer est un groupe de doom / sludge / post-rock américain formé en 2015 et actuellement composé de : Clayton Bartholomew (guitare, basse / ex-Secrets Of The Sky, ex-Lycus), Miguel Meza (chant / ex-Ashes Of American Flags), Patrick Spain (batterie / Catapult The Dead, Dustern, None Shall Thrive, ex-Downside, ex-Mr. Roper, ex-Sagaba), Forrest Harvey (guitare), Isaac Rigler (guitare / Daxma, ex-Leucosis) et Dillon Variz (basse). Mountaineer sort son premier album, "Sirens & Slumber", en Mai 2017 chez Lifeforce Records, suivi de "Passages" en Juin 2018, et de "Bloodletting" en Mai 2020.

Discographie :

2016 : "Mountaineer" (EP)
2017 : "Sirens & Slumber"
2018 : "Passages"
2020 : "Bloodletting"


Les chroniques


"Bloodletting"
Note : 15/20

Après deux albums, "Sirens & Slumber" (2017) et "Passages" (2018), les Américains de Mountaineer faisaient leur retour studio avec "Bloodletting". Moins de dix titres pour moins de cinquante-cinq minutes mais surtout pour un périple entre post-machin, post-bidule et une touche de sludge.

Entre lumière et crasse, Mountaineer se veut ici à la fois hypnotique, clairvoyant et oppressant. Comme ses prédécesseurs, "Bloodletting" s’apparente à une espèce de concept album dont les thèmes et thèses principales gravitent autour du passage vers l’au-delà, de l’abandon et de la séparation entre le soi physique et l’âme. Pourtant "Bloodletting" n’est pas un adieu, plutôt l’apport d’une parole presque messie dans l’approche. "Bloodletting" est d’ailleurs insaisissable, notamment musicalement. Les six de Mountaineer donnant à cet album des aspects instables dans ses compositions que dans ses émotions et évidemment ses ressentis ("To Those We’ve Said Goodbye", "South To Infinity").

À ce propos, "Bloodletting" ne se case réellement jamais dans un seul étui, l’album regorge de facettes différentes et trempe en permanence les attentes de l’oreille pour mieux prendre à contre-pied l’auditeur ("Apart", "Still", "Ghost Story"). Le tout pour un rendu à la fois si paisible mais tourmenté, lumineux mais noircis d’orages incessants !


Rm.RCZ
Septembre 2021




"Sirens & Slumber"
Note : 15/20

Lorsqu’un groupe commence à se définir comme faisant du post-rock, nous pouvons généralement nous attendre à deux choses : de la musique ambiante, aérienne, pleine de reliefs, mais aussi des chansons parfois trop longues qui peut rendre l’écoute d’un album presque inaccessible. Fort heureusement, Mountaineer a la capacité de garder de garder les qualités du premier point sans tomber dans les travers du second. Nous nous retrouvons donc avec un album de 42 minutes pour 9 titres, soit une moyenne de 4,6 minutes par titre, ce qui est très raisonnable pour ce style de musique.

Le groupe propose donc ce que le genre a de meilleur à proposer. L’album est plein de rebondissements et va chercher dans des inspirations shoegaze ou encore d’écrasantes sonorités sludge. Des morceaux comme "Pull The Blind" viennent même me rappeler les Français de Klone, ce qui est un beau compliment, tandis que d’autres passages de l’album me font penser à Alcest. Autant dire que le groupe de San Francisco fait dans la diversité. Ce qui est important pour ces groupes de la vague post-rock, c’est de réussir à faire voyager l’auditeur. Si ce style n’est pas celui que j’irais écouter de manière instinctive, je dois avouer qu’ici le pari est plutôt réussi. Je ne tombe jamais dans l’ennui, les 42 minutes passent comme 20.

Je ne peux m’empêcher de penser à l’un des rares autres albums de post-rock que j’ai écoutés dans ma vie : "Nuit Noire" de Lost In Kiev. L’opus des Américains n’atteint pas le niveau de celui des Français selon moi. En effet, "Nuit Noire" me laisse un souvenir marquant même plusieurs années après l’avoir écouté et sans me souvenir de la moindre ligne de l’album. Étrange me direz-vous ? Eh bien en réalité, ce n’est pas un souvenir musical qu’il me reste, mais un souvenir de sensation au moment de l’écoute de l’album. Et c’est là où toute la magie du post-rock repose. Avec "Sirens & Slumber", Mountaineer devrait donc pouvoir marquer plus d’un esprit.


John P.
Novembre 2021


Conclusion
Le site officiel : www.facebook.com/mountaineerbayarea