Le groupe
Biographie :

MartYriuM est un groupe de black metal mélodique maltais formé en 1999 et actuellement composé de : Count Mortem (guitare), Úmarth (clavier), Sandmist (basse / Sandmist, ex-Abnoba, ex-Arachnid, ex-Thy Legion, ex-Funebris), Andrea Pro (batterie / Exhume To Consume, Murder Spree, Sudden Death, Agony Of Flesh, Mutant Safari, ex-Corpsefucking Art, ex-Enforces, ex-Infernal Angels, ex-Kvntvr, ex-Nexus Opera, ex-Phenium, ex-C.L.G.) et Sandra Misanthrope (chant / Festerguts, Nekrodelirium, ex-Frantic Amber). MartYriuM sort son premier album, "Withering in Voluptuous Embrace", en Novembre 2002 chez American Line Productions, suivi de "The Carnage Lit By Darkness" en Avril 2005, de "Awakening The Ancient" en Octobre 2010 chez Witchcraft Records, de "Destiny Wore A Bondage Mask" en Mars 2016 chez Art Gates Records, et de "Lamia Satanica" en Mars 2021.

Discographie :

2002 : "Withering in Voluptuous Embrace"
2005 : "The Carnage Lit By Darkness"
2010 : "Awakening The Ancient"
2016 : "Destiny Wore A Bondage Mask"
2021 : "Lamia Satanica"


La chronique


MartYriuM revient. Après le départ de leur chanteuse, Count Mortem (guitare), Úmarth (claviers) et Sandmist (basse) ont décidé de rappeler Sandra Misanthrope (chant, Festerguts, Nekrodelirium, ex-Frantic Amber) pour terminer "Lamia Satanica", leur cinquième album, qui contient également les guitares de Sherath et les choeurs de Pandemonia (Viper Soup Complex), deux anciens membres, mais également la batterie de Vulcanus.

Ceux qui connaissent déjà les Maltais savent à quoi s’attendre avec leur black metal mélodique, mais les nouveaux venus pourraient être surpris d’entendre un contraste aussi puissant. Entre ces hurlements de banshee, cette rythmique solide soutenue par des orchestrations majestueuses et ces influences occultes, le groupe a de quoi séduire ! L’introduction place immédiatement des bases sombres, reprises par l’impie "Sacred Book Of Baal", un titre surpuissant. Que ce soit au niveau de ce blast surhumain, de cette noirceur prenante ou de ces hurlements démentiels, le groupe nous happe dans son univers, qui continue avec "Starless Opacity". Très planant mais tout aussi mystérieux et contrasté entre les deux parties de cet univers violent, le groupe ne cesse de mêler ses influences pour nous faire naviguer entre les âmes perdues. "End Of My Realm" prend la suite, et le morceau se trouve être à la fois l’un des plus accessibles, mais également l’un des plus originaux de l’album. Une quiétude malsaine s’en échappe en compagnie de ces choeurs, tout comme sur l’oppressante "Emanation Of Souls". Le morceau est lourd, et permet au groupe d’étaler des influences plus martiales à ce mélange violent.

Le groupe repart dans des influences plus mélodieuses et orchestrales avec la malsaine "Curse Of Salvation", un morceau prenant qui ne renie absolument pas ses racines occultes, tout comme "Order Of The Fly", un titre aux sonorités plus modernes mais tout aussi inquiétantes. Les groupes qui influencent la formation sont clairement identifiables sur cette composition, nous offrant un condensé de mélodies gothiques, alors qu’"A Stain On Hera’s Throne" nous propose de noircir toutes les orchestrations avec une crasse et un sang impur avant la dantesque et brutale "Venom Divine". Le morceau est à la fois prenant et oppressant, mais aussi majestueux et tranchant, puis il laisse place à "Betrothed To Damnation", qui sonne comme le requiem de l’album. Des choeurs, des orchestrations, une dose de noirceur incroyable et surtout cette énergie impie qui anime le groupe, voilà ce à quoi vous devez vous attendre.

MartYriuM a beau avoir changé par deux fois d’identité vocale par rapport au dernier album, le groupe est en pleine forme. "Lamia Satanica" prouve qu’une énergie impie anime les musiciens, qui sont prêts à en découdre sur scène.


Matthieu
Mars 2021


Conclusion
Note : 17/20

Le site officiel : www.martyrium.co