Le groupe
Biographie :

Lacuna Coil est un groupe de metal atmosphérique / gothique (parfois qualifié de groupe de néo metal) italien créé à Milan, en Italie, en 1994. Ils furent d'abord connus sous le nom de Sleep Of Right puis d'Ethereal. À l'origine ils jouaient un style de metal atmosphérique teinté de gothic metal mais ils tendent aujourd'hui à évoluer progressivement vers la sphère du metal alternatif avec leurs derniers opus. Leur musique s'inspire du mouvement gothique, utilisant des lignes de guitare mélodieuses, alternant chant lourd et clair, avec une légère influence pop. D'après eux, le groupe est influencé par d'autres tels que Paradise Lost, Tiamat, Septicflesh ou encore Type O Negative.

Discographie :

1999 : "In A Reverie"
2001 : "Unleashed Memories"
2002 : "Comalies"
2006 : "Karmacode"
2009 : "Shallow Life"
2012 : "Dark Adrenaline"
2014 : "Broken Crown Halo"
2016 : "Delirium"
2019 : "Black Anima"


Les chroniques


"Black Anima"
Note : 17/20

Qui ne connaît pas le combo italien Lacuna Coil ? Créé en 1994 sous le nom de Sleep Of Right par Andrea Ferro (chant) et Marco Coti Zelati (basse / clavier), le groupe change de nom en 1995 pour Ethereal et recrute Cristina Scabbia (chant). Les Italiens changent à nouveau de nom en 1997 pour Lacuna Coil. Le line-up subit également des remaniements au cours des années, et c’est finalement en 2016 qu’arrive Diego Cavallotti (guitare, And Oceans, Neptune’s Rage). Il faudra attendre 2019 pour que Richard Meiz (batterie, Genus Ordinis Dei) ne prenne ses fonctions, et c’est à cinq que le groupe enregistre "Black Anima", le neuvième album du groupe. A noter que les influences gothiques sont toujours présentes, mais que la formation compose maintenant avec un registre de plus en plus indus / alternatif que dans leurs débuts.

On débute cet album avec "Anima Nera", un morceau énigmatique avec une voix presque enfantine qui nous accompagne pendant plus de deux minutes, flirtant avec un ton menaçant avant de nous laisser sur "Sword Of Anger". La voix puissante d’Andrea est constrastée par la douceur de celle de Cristina, et les deux s’allient pour donner un titre accrocheur aux riffs simples mais efficaces. On continue avec "Reckless", un morceau sombre et qui joue sur cette touche de noirceur pour devenir très entraînant, ainsi que sur les performances vocales des deux chanteurs pour s’ancrer dans notre esprit. Mais la frappe viendra de "Layers Of Time" et de son hurlement introductif, qui nous amène la composition la plus martiale de l’album. Une rythmique lourde, deux chants puissants et une ambiance oppressante… c’est cela que l’on aime chez les Italiens.

On garde ces ténèbres pour "Apocalypse", un morceau sur lequel la basse est très importante, tout comme les ambiances au clavier, et qui permet aux vocalistes de s’en donner à coeur joie dans leurs registres respectifs. Passage plus axé metalcore pour les riffs saccadés de "Now Or Never", mais le style du groupe refait surface, avec notamment un son de basse exacerbé pour les refrains. Bien qu’accrocheur, le morceau reste difficile d’accès à la première écoute. On reste dans ce groove entraînant pour "Under The Surface", un titre violent, qui sait se calmer pour repartir de plus belle et nous faire remuer la tête. Dans un registre plus symphonique, on trouve "Veneficium", un morceau qui profite de la douceur de la voix de Cristina comme de la noirceur que peut amener celle d’Andrea pour créer ce contraste qui suit le groupe depuis des années. Plus long que les autres, il instaure toute une ambiance à lui seul.

Retour sur des sonorités plus modernes et groovy pour "The End Is All I Can See", tout en restant sur une noirceur ambiante. Un titre à nouveau plus complexe à apprécier, mais les ambiances gothiques sont indéniablement de retour. "Save Me" est définitivement plus joyeux, du moins en apparence. Car lorsque l’on se penche sur les paroles, c’est un totalement autre chose, et le passage parlé de la part de la chanteuse nous le confirme. Dernier morceau, "Black Anima" est un titre dont l’intensité monte progressivement, explose, redescend, repart, explose à nouveau… si vous êtes un minimum sensible aux sonorités lourdes vous allez l’adorer. L’édition deluxe contient également trois titres supplémentaires, "Black Feathers", une composition groovy et dissonante ponctuée de claviers mystérieux, "Through The Flames", une composition plus lente et qui regroupe passages symphoniques, leads perçants et une douceur sombre, ainsi que "Black Dried Up Heart", un morceau dont l’introduction vous fait penser à une balade mais qui est en fait d’une lourdeur incroyable de bout en bout.

S’imposant comme un des fers de lance du metal italien, Lacuna Coil prouve ici que leur réputation est loin d’être usurpée. Le groupe a su conserver ses racines tout en évoluant à travers les années, et "Black Anima" est un album très abouti. Quand aux performances scéniques, elles sont très abouties, et méritent d’être vues !


Matthieu
Janvier 2020




"Delirium"
Note : 18/20

"Delirium" est le huitième et dernier opus du combo Italien, un des groupes phares du metal mélodique féminin si tant est que ce style existe vraiment. Près de 20 ans de carrière, peuvent-ils encore nous surprendre ?

Dès le premier titre, "House Of Shame", l’ambiance sombre et lourde est palpable et fait frissonner. La sentence est immédiate : le son du groupe est différent des autres opus. Andrea nous offre une voix démoniaque à souhait, soutenu par une Cristina haut perchée dans des chœurs presque lyriques. Le morceau est puissant, et ouvre l’album sur une note retentissante. La tension ne retombe pas sur le reste de l’album, comme par exemple avec le titre éponyme "Delirium" sur quelque chose de plus posé mais toujours en maintenant la tension et l’aspect sombre de l’ambiance. Le refrain entêtant "Delirium" répété, amplifié, appelle à la folie. On a presque envie de le crier avec elle. L’introduction chaotique de "Blood, Tears, Dust", titre évocateur, donne des riffs très graves et très gras et un jeu de batterie subtilement plus complexe qu’il ne pourrait y paraître si on fait attention à ce qu’il se passe. Il fait presque écho à "Delirium" à répéter encore le refrain de façon possédé.

"Take Me Home""Ghosts In The Myst"…, les titres s’enchaînent, mélodiques mais oppressants, lourds et sombres. L’auditeur est perdu dans des masses instrumentales et vocales qui appuient sur le côté chaotique de l’ambiance de l’album. La guitare soutient cette lourdeur qui semble tenter d’échapper à la douceur de la voix de Cristina, celle qui amène la touche mélodique avec quelques claviers en arrière. Dans cette sombre ambiance, ils sont comme des sons d’espoir, quelque part, alors que la voix d’Andrea entraîne tout dans la folie.

"Delirium" est un concentré de nouveauté pour le groupe, un parti pris intéressant qui fait ses preuves avec des morceaux efficaces et prenants. Jusqu’ici, je n’accrochais pas plus que ça à Lacuna Coil malgré le charisme évident de ses membres mais "Delirium" m’a conquise. A écouter d’urgence !


Fianna
Août 2016




"Broken Crown Halo"
Note : 17/20

Les Lacuna Coil nous présentent leur septième album (septième, rien que ça !) et la première chose que l'on peut en tirer est qu'on reconnaît d'emblée le style du groupe. Dès la première chanson on reconnaît directement le groupe Lacuna Coil. Ils ont donc gardé leur style, leur empreinte, à savoir des gros riffs bien lourds à la Korn remaniés à l'italienne. Ainsi que leurs superbes mélodies qui sont toujours aussi efficaces et agréables à écouter. Côté chant, on peut dire que la voix de la chanteuse Cristina a mûri. En effet, son grain de voix semble un peu plus rauque. Elle se permet donc de se lâcher vocalement, se mettant largement en avant. Les morceaux sonnent donc plus riche, ce qui marque une évolution positive au sein du groupe.

Comme autre démarquation mais cette fois au sein de l'album-même, nous pouvons canstater que la chanson "I Forgive (But I Won't Forget Your Name)" tire son épingle du jeu dans le sens où elle sonne plutôt à l'Américaine tant dans les mélodies que dans le chant, tel un slow rock assez soutenu. Côté production, celui-ci est toujours aussi irréprochable. En effet, la batterie sonne encore et toujours du tonnerre, les arrangements sont très discrets mais ont quand même leur importance dans l'harmonie. On peut également entendre des couches de guitares qui se superposent là aussi discrètement mais qui apportent une réelle profondeur et puissance qui nous fait savoir que Lacuna Coil est un groupe de metal, malgré le chant clair de Cristina. Evoquons tout de même la présence du chanteur, Andrea, qui malgré sa discrétion comparé à Cristina, a toute son importance. Effectivement, même si sa présence est effacée, il apporte un vrai plus au chant et le soutient davantage. Cela relève d'ailleurs une belle complicité entre les deux voix qui apporte une vraie couleur aux compos.

En définitive, on notera que ce dernier opus des Lacuna Coil s'est inscrit dans leur continuité en n'offrant pas de réels changements si ce n'est la voix de la chanteuse qui a évolué ou encore les compos elles-mêmes qui sont plus pertinentes. Toutefois, cet album reste tout aussi joli que les précédents si ce n'est encore plus. Il n'y a plus qu'à attendre de les voir jouer pour voir comment sonnent ces nouveautés en live. A suivre donc.


Cassie
Septembre 2014




"Dark Adrenaline"
Note : 16/20

"Dark Adrenaline", nouvelle galette du célèbre groupe de néo metal gothique Lacuna Coil que j’ai eu l’honneur de pouvoir écouter en avant-première afin de préparer au mieux mon interview des Italiens durant leur court passage Parisien. Cet album tant attendu et bercé de douces promesses depuis la sortie de "Shallow Life" (l’album à la grenade, pour les amateurs de belles pochettes) arrive dans nos bacs à la fin Janvier 2012, patience donc pour écouter cet opus qui s’autoproclame comme un master pièce novateur du combo ! Noël avant l’heure pour mes oreilles, je me plonge dans l’univers gothique du groupe qui signe là son cinquième album, mais qu’en est-il vraiment du contenu ? "Trip The Darkness", ouverture de l’album, le ton est donné ! Un son vraiment puissant qu’on croirait venu des groupes de néo metal made in US (Disturb, Linkin Park…), une batterie impeccable, des voix parfaitement mixées, on sent bien là un effort de production et de mixage encore plus investi que dans "Shallow Life". Dans la même veine on posera une oreille attentive sur le non moins dark "Kill The Light" et sur "I Don’t Believe In Tomorrow" (ça respire la joie n’est ce pas ?). La première moitié de l’album passe à toute vitesse tant le rythme est calibré pour nous faire headbanguer (un rasoir à la main tout de même, on est au pays des goths !), un effort a été fait également sur les solos qui, devenus plus techniques et mélodieux, rehaussent d’encore un cran le niveau déjà fort élevé ("Upside Down" par exemple). Petit bémol tout de même sur certaines parties vraiment trop FM de mauvais goût et bien en dessous de la qualité générale de l’album ("Give Me Something More", "Fire").Les recettes qui fonctionnent semblent prendre une fois de plus le pas sur l’esprit novateur, toujours facteur de risque (ce qui rend pourtant la composition si intense). Petite perle de deuxième partie d’album, la reprise de "Losing My Religion" de R.E.M, juste incroyable même après la septième écoute... En bref, "Dark Adrenaline" est le digne successeur de "Shallow Life" (sous adrénalline du coup !), dans ses thèmes abordés (qui sont d’ailleurs toujours les mêmes depuis plus de 10 ans), dans la logique du "très bien produit" (trop parfois…) et ravira sans aucun doute les fans les plus récents du groupe.


Byclown
Janvier 2012


Conclusion
L'interview : Cristina & Andrea

Le site officiel : www.lacunacoil.it