Le groupe
Biographie :

Ingested est un groupe de brutal slamming deathcore, actif depuis 2006, provenant de la ville de Manchester en Angleterre. Ingested est actuellement composé de Jason Evans au chant, Sean Hynes et Sam Yates aux guitares, et Lyn Jeffs à la batterie. Le groupe a sorti en 2009 son premier album "Surpassing The Boundaries Of Human Suffering", suivi en 2011 par l’album "The Surreption" puis leur EP "Revered By No One, Feared By All" en 2014. Le 12 Janvier 2015, "The Architect Of Extinction" sort chez Siege Of Amida / Century Media. "The Level Above Human" sort en Avril 2018 chez Unique Leader Records. "Where Only Gods May Tread" sort en Août 2020.

Discographie :

2009 : "Surpassing The Boundaries Of Human Suffering"
2011 : "The Surreption"
2013 : "Revered By No-One, Feared By All" (EP)
2015 : "The Architect Of Extinction"
2018 : "The Level Above Human"
2020 : "Where Only Gods May Tread"


Les chroniques


"Where Only Gods May Tread"
Note : 19/20

Si vous suivez un minimum la scène death metal actuelle, vous n’avez pas pu rater Ingested. Créé en Angleterre en 2006 par Jay Evans (chant, ex- Age Of Suffering ), Sam Yates (guitare / choeurs, ex-Age Of Suffering), Sean Hynes (guitare / choeurs, ex-Age Of Suffering), Lyn Jeffs (batterie, Nexus Inferis) et Brad Fuller (basse), le groupe évolue entre brutal death, slam death et deathcore. Mais le quintette se transforme en quartet avec le départ du bassiste en 2019, et c’est avec l’aide de Dom Grimard (basse, Ion Dissonance, The Last Felony) qu’ils enregistrent "Where Only Gods May Tread", leur cinquième album, qui sort chez Unique Leader Records.

Le mot d’ordre est simple : violence, riffs assassins, brutalité et efficacité. C’est donc tout naturellement que chacun des morceaux suivra ce pattern. "Follow The Deciever", le premier titre, ne perd pas une seule seconde et nous offre palm-mutes, batterie véloce et hurlements ravageurs dès les premiers instants. A peine le temps de nous remettre de nos émotions que "No Half Measures" prend la suite avec la même rage. Les riffs du groupe incarnent littéralement la lourdeur, et les hurlements viscéraux se placent habilement que ce soit sur la rythmique ou les breaks monstrueux. Même constat pour "Impending Dominance", un titre très caractéristique du son du groupe, entre cette batterie imposante, ces riffs qui alternent entre shred et moshparts, ces bassdrops… "The List" est probablement le morceau qui emprunte le plus au death old school, sans jamais négliger une basse au son écrasant, ainsi qu’une lourdeur hallucinante. Premier invité de cet album, Vincent Bennett (The Acacia Strain) vient compléter les hurlements de Jay pour un duo au potentiel absolument incroyable qui ne peut que vous retourner une fosse avec des sonorités empruntant au metalcore.

Déjà bien connu des fans puisque très attendu, "Dead Seraphic Forms" et sa batterie ravageuse vient nous donner une nouvelle dose de violence pure et dure, avec pour seuls moments de répit les parties lead perçantes. L’un des morceaux les plus différents du groupe est probablement "Another Breath". Le son clair inquiétant et la participation de Kirk Windstein (Crowbar, Down) donnent à cette imposante composition une dimension plus oppressante et sombre. Le groupe pioche également dans le hardcore énervé pour "Black Pill", un titre en collaboration avec Matt Honeycutt (Kublai Khan). Très énergique, le morceau est définitivement l’un de ceux qui donnent envie de se ruer dans la fosse pour distribuer des coups. Retour dans le brutal / slam pur pour "Forsaken In Desolation". On retrouve ces accélérations caractéristiques des Anglais ainsi que quelques leads qui permettent au titre de respirer entre deux tranches de brutalité. Dernier titre, "Leap Of The Faithless" est également le plus long de cet album. Neuf minutes pendant lesquelles le groupe nous étalera violence assommante, maîtrise de leurs instruments, mais également des coupures transcendantes et dissonantes, nous préparant pour le prochain assaut.

Ingested règne sans conteste sur le brutal / slam death. Bien que leurs précédentes productions soient déjà d’une puissance incroyable, "Where Only Gods May Tread" nous roule littéralement dessus. Certains titres piochent dans d’autres styles, mais le groupe ne perd de vue ni sa rage ni sa détermination.


Matthieu
Août 2020




"The Level Above Human"
Note : 18/20

Vous voyez l'image de gentleman anglais ? Raffiné, élégant... Eh bien oubliez tout de suite cette vision. Parce qu'Ingested, c'est tout le contraire. Formé en 2006 suite à la dissolution d'Age Of Suffering, Jay Evans (chant), Sam Yates (guitare / choeurs) et Sean Hynes (guitare / choeurs) recrutent Lyn Jeffs (batterie) et Brad Fuller (basse) pour répandre un son aussi gras que puissant sur l'Angleterre. Le groupe sort un split en 2007 suivi de son premier album en 2007. Si celui-ci est très bien accueilli, il n'en sera malheureusement pas de même pour son successeur. Le groupe travaille alors d'arrache-pied pour nous offrir d'autres sons plus puissants les uns que les autres, et si les critiques sont plus que positives depuis lors, ce n'est pas prêt de s'arrêter avec "The Level Above Human", leur cinquième et dernier album. Préparez-vous à avoir mal en sortant du pit.

Les Anglais attaquent directement avec "Sovereign", une sorte de tuerie à base de riffs gras et qui abusent de palm mute en duo avec le grand Frank Mullen (Suffocation). Si l'introduction vous intrigue, alors vous allez prendre une baffe avec le blast qui vous fonce dessus d'un coup. Pour les non-initiés, c'est du brutal death entrecoupé de breaks, pour les amateurs, c'est un morceau qui tourne tout seul tant la qualité du son et de la rythmique sont démentiels. On continue avec "Invidious", une autre tranche de gras pur et dur avec un choeur composé de hurleurs, dont Chirstian Donaldson, guitariste de Cryptopsy. Mis à part la rythmique pachydermique, quelques harmoniques dérangeantes donnent à ce titre toute sa saveur, mais c'est surtout "Misery Leech" qui retient mon attention. Un blast continu, qui flirte d'ailleurs avec le gravity blast bien connu des amateurs de violence, mais surtout des harmoniques tranchantes et un chant motivant.

L'introduction inquiétante de "Purveyors Of Truth" offre un moment planant, qui se retrouvera à divers moments du titre, comme par exemple lors du solo qui, même s'il est plutôt inatendu, trouve parfaitement sa place dans cet océan de haine et de destruction. On revient sur une recette plus classique pour "Transcendance Of Gods", et le cri qui arrive quelques secondes après les premiers riffs nous montre toute la puissance brute de Jay Evans. A nouveau, les rythmiques à base de palm mutes sont légion et nous donnent tout envie de danser en moshant que la guitare lead de "Better Off Dead" s'incruste dans notre esprit. Si elle disparaît malheureusement au milieu du titre, elle reviendra avant la fin puis inspirera un solo en arrière-plan.

A nouveau, le premier riff de "Last Rites" démontre que le groupe ne se contente pas de jouer vite et sur des cordes aussi grasses qu'un morse, mais bien que les musiciens savent créer une ambiance qu'ils renforcent à grands coups de puissance. Même sur "The Crimson Oath", que je croyais être un alignement de violence bête et méchant, l'atmosphère instaurée par les Anglais est finalement plutôt planante. Seuls les hurlements nous ramènent sur Terre. Si vous avez assisté à la dernière tournée européenne d'Ingested, je suis certain que vous allez reconnaître le chanteur invité sur "Purge The Parasite", puisqu'il n'est autre que Jason Keyser (Origin) qui a remplacé Jay Evans sur scène. Les hurlements des deux hommes s'adaptent parfaitement aux riffs malsains créés par les Anglais, et il est presque impossible de ne pas bouger la tête en rythme. "Obsolescent", le dernier titre, repose une mélodie hypnotique sur une rythmique plus calme, sans aucun chant. Même sans hurlements, les Anglais sont capables d'aligner des riffs tous plus inspirés les uns que les autres.

Ingested déchaîne un véritable océan de violence avec "The Level Above Human", et il y a fort à parier que plusieurs titres feront partie de leur set du Motocultor cet été. Quoi qu'il en soit, je ne me fais aucun souci pour la formation : elle ira loin si les musiciens continuent sur cette voie qu'ils ont commencé à tracer.


Matthieu
Mai 2018




"The Architect Of Extinction"
Note : 18/20

Les régicides du slam sont de retour ! Après leur excellent EP "Revered By No One, Feared By All" et un "The Surreption" moyen, les Anglais de Manchester reviennent pour nous déverser leur haine de l’humanité avec leur dernière production "The Architect Of Extinction". Avant de nous intéresser à la musique que nous propose le groupe, attardons-nous sur sa pochette qui possède de nombreuses similarités avec leur premier album "Surpassing The Boundaries Of Human Suffering" mais aussi de leur EP, comme si Ingested avait fusionné les deux pochettes en une, avec l’ajout d’une créature terrifiante au milieu entrain de garder les réceptacles où les membres du groupe sont en gestation.

Passons maintenant au contenu de l’album, on commence par le premier titre "The Divine Right Of Kings" qui pose les bases d’un brutal death assez classique, mais Ingested est plutôt astucieux dans sa démarche et combine avec brio des parties slam et des breakdowns. De plus, Jason Evans régurgite sa haine dans ce morceau et sa voix est l’un des gros points forts de l’album, il possède un panel très large et on peut encore comprendre certaines phrases pendant l’écoute, ce qui le démarque des autres vocalistes dans le genre slam death. En débutant de cette façon, on ne demande qu’une chose, c’est d’en reprendre rapidement. "Narcissictic Apathy" nous re-balance des blasts encore plus destructeurs soutenus par des guitares percutantes et une voix encore plus horrifique que le morceau précédent. "Endless Despondency" ralentit un peu le rythme mais reste toujours aussi nerveux et ravageur dans sa composition. "The Heirs To Mankind’s Atrocities" est un des morceaux le plus notables de l’album surtout avec le support de 4 vocalistes de la scène death metal moderne : Julian Kersey (Aegaeon), Taylor Wientjes (The Kennedy Veil), James Shuster (Delusional Parasitosis) et Alex Terrible (Slaughter To Prevail). Le featuring n’apporte pas grand-chose musicalement parlant mais est bien justifié avec le contenu de ses paroles qui se rapporte aux projets des vocalistes invités sur l’album (donc n’hésitez pas à jetez une oreille sur leurs groupes), Jason se démarque très bien de ses compères avec sa voix unique, il y a un bon équilibre entre chaque partie chantée par les vocalistes de ce morceau qui est une superbe performance. "I, Despoiler" est plus basé sur l’ambiance des guitares et les breaks, et je trouve personnellement que l’enregistrement de la voix est très perçant à un moment, ce qui me fait juste mal à la gorge rien que d’y penser.

Vient ensuite le morceau instrumental "Penance" qui est étonnant de par son intro à la guitare acoustique, gardant une instru death metal ensuite, ce morceau est le seul moment de répit de l’album si on peut le qualifier ainsi. "A Nightmare Incarnate" est LE morceau de brutal slam death par excellence, sans tomber dans le cliché du genre, il nous donne juste envie de tout casser à chaque corde jouée par les guitaristes, une incitation à la destruction. Vient ensuite "Extinction Event" qui représente ben la mentalité et la signature de Ingested, on a là absolument toutes les caractéristiques musicales que nous propose la formation, ce n’est pas un morceau totalement banal que nous écoutons mais plus la combinaison de ce qu’ils savent faire et maîtriser, le titre de cet l’album provient même des paroles de ce morceau. Par contre, "Amogst Vermin" est un peu trop classique dans sa composition, possédant la même rythmique que "Narcissictic Apathy", ce qui est dommage. On finit l’écoute de cet album avec "Rotted Eden", morceau le plus long de l’album, démarrant doucement mais envoyant la sauce Ingested en plein milieu, ce final est bien défoulant mais aussi "tranquille" avec son intro et son outro.

Les Anglais reviennent donc en force au devant de la scène avec un album très solide et efficace, la production est très bien soignée (mention spéciale à la batterie et à la voix). On tombe très rarement dans le slam death générique et la fusion des parties slam et des breakdowns peut donner un aspect très intéressant en live (au niveau du public qui doit se foutre sur la gueule). Cet album est distribué par Century Media grâce à la collaboration avec leur label d’origine Siege Of Amida, ce qui va sans conteste faire monter le groupe dans le paysage musical grâce à ce coup de maître qu’est "The Architect Of Extinction". De plus, le groupe a annoncé une tournée européenne et sera de passage à Paris en Avril (seule date française du groupe pendant la tournée), un concert à ne pas louper surtout si vous avez apprécié l’écoute de cet album.


Herizo
Février 2015


Conclusion
Le site officiel : www.facebook.com/ingesteduk