Le groupe
Biographie :

FM est un groupe anglais de hard rock mélodique légendaire né dans les années 80, ils ont connu de grands succès avec notamment "Indiscreet" (1986) et "Tough It Out" (1989). La formation s'est séparée en 1995 avant de se reformer 2007 et d'enchaîner avec les albums "Metropolis" (2010), "Rockville" (2013), "Heroes And Villains" (2015) et "Atomic Generation" (2018).

Discographie :

1986 : "Indiscreet"
1989 : "Tough It Out"
1991 : "Takin' It to the Streets"
1992 : "Aphrodisiac"
1995 : "Dead Man's Shoes"
2010 : "Metropolis"
2013 : "Rockville"
2015 : "Heroes And Villains"
2016 : "Indiscreet 30"
2018 : "Atomic Generation"


Les chroniques


"Atomic Generation"
Note : 18/20

FM est un groupe de rock mélodique / hard FM formé en 1984 en Angleterre. Il est composé de Steve Overland (chant, guitare), Merv Goldsworthy (basse), Pete Jupp (batterie), Jem Davis (claviers) et Jim Kirkpatrick (guitare). Leur onzième album "Atomic Generation" est sorti le 30 Mars 2018 chez Frontiers Music. Bien que FM ait fait son entrée relativement tard comparé à ses confrères – Journey, Magnum ou encore Praying Mantis - , il est considéré pour beaucoup comme un des piliers du genre. Après son retour en 2007 suite à douze ans de séparation et de silence, FM fait son bonhomme de chemin et sort sagement des albums qui n’ont pas manqué de ravir ses fans de la première heure. Qu’en est-il de "Atomic Generation" ?

Le titre assez prometteur annonce un opus énergique et explosif, et c’est ce que nous offre "Black Magic", premier morceau de l’album, dans une certes moindre mesure ou devrais-je dire, à la sauce FM. On commence par un riff d’intro bourré de pédale à effets, et la suite est tout aussi surprenante et revitalisante. En somme, nous avons là un morceau oscillant entre le rock old school et la pop rock pétillante où chaque instrument est à sa place et le tout parfaitement orchestré. On n’aurait également pu trouver meilleur vocaliste que Steve Overland qui apporte la touche finale à l’œuvre. "Too Much Of A Good Thing" prend la suite avec harmonie et cohérence, à grand renfort de chœurs et batterie au tempo volontairement très marqué et entraînant. Malgré leur grande qualité, ces morceaux paraissent bien pâles comparé à ce qui va suivre ; l’excellent "Killed By Love" est un tube qui semble tout droit sortir du milieu des années 80. Une réussite hard FM de bout en bout, qui est rejointe par "Golden Days", où on sent également venir le refrain à la fois kitsch à souhait et impeccable. Pas un cheveu ne dépasse de la musique de FM, et cette propreté calculée est indispensable à l’atmosphère voulue par le groupe. Jusque là celui-ci frappe très fort. Il n’y a rien à redire à "Atomic Generation", car, et peu de groupes savent le faire, FM sait se renouveler et nous scotcher tout en faisant la même chose depuis trente ans. On note tout de même quelques diverses influences, et parmi elles les années 70, hippies et expérimentales que l’on peut clairement percevoir dans "In It For The Money" et "Stronger", ou encore la très rétro "Playing Tricks On Me" qui remonte encore plus loin dans le temps grâce aux cuivres et le chant d'Overland, transformé en crooner séduisant. Bien sûr, FM ne fait pas l’impasse sur les traditionnelles love songs, il va même s’en donner à cœur joie. "Do You Love Me Enough" et "Love Is The Law", qui est aussi le dernier morceau de l’album, sont les plus notables. Tout y est : fond de guitare acoustique, montée en puissance vers le refrain poignant on ne peut plus cliché, tous les codes sont respectés à la lettre mais exploités de telle manière que ces compositions se placent aisément dans le top de "Atomic Generation" et le closent avec toute la délicatesse et la beauté que l’on pouvait espérer.

"Atomic Generation" est d’une qualité et d’une excellence plutôt rare. Il est très difficile de lui trouver des défauts, tant ses titres sont bien travaillés et uniques. FM est parvenu à produire plus d’un tube sur cet album, et impose un profond respect. Probablement une des meilleures sorties de l’année !


Candice
Juillet 2018




"Heroes And Villains"
Note : 18/20

Frontiers Records, le désormais célèbre label italien spécialisé dans la production et la distribution de groupes et de formations très typés hard rock classique et metal mélodique, nous offre en ce début d’été une belle surprise. Je m’explique, et les anciens comprendront aisément mes dires. Comme je dis souvent dans mes présentations et mes chroniques, les légendes ne disparaissent jamais, eh bien c’est encore le cas avec le groupe et l'album dont je vous parle aujourd’hui, FM nous revient avec un nouvel album, le neuvième de sa carrière intitulé "Heroes And Villains". Quel plaisir de voir encore un groupe actif depuis maintenant plus de 30 ans après sa création toujours vivace et prompt à nous offrir de la musique. Bien évidemment avec FM, on n'a pas droit à du gros metal, mais plutôt à du hard rock mélodique dans la mouvance des groupes qui évoluaient dans les années 80 à l’image des Bon Jovi ou encore Europe.

Malgré les années, FM est toujours là, a toujours l’envie, la passion, le feu sacré comme on dit. Pour ce nouvel album, on est littéralement gâté si je puis m’exprimer ainsi, FM nous prouve qu’il est encore capable de produire une musique chargée d’émotion et de nous faire taper des pieds de façon frénétique. Pour ce nouvel album, on retrouve Steve Overland au chant et à la guitare, Merv Goldsworthy à la basse et aux chœurs, Pete Jerpp à la batterie et aux chœurs, Jen Davis aux claviers et aux chœurs et enfin, Jim Kirkpatrick à la guitare et aux chœurs. "Heroes And Villains" est, pour les fans de hard rock mélodique, ceux qui aiment et apprécient le rock dit "gentil", bourré de guitares, de claviers et de chœurs à plusieurs (tous les musiciens au sein de FM chantent), ce qui a pour conséquence de rendre ce nouvel album à la fois plaisant et très homogène, chaque titre ayant sa propre identité sans avoir l'impression d'entendre la même chose. Bien sûr, lorsque l’on écoute un album de FM on sait que l’on va avoir droit à des hits en puissance mais avec"Heroes And Villains", on est littéralement transporté par la voix de Steve Overland à la fois chaude, chaleureuse et toujours très juste. A l’écoute de ce nouvel album, on n'est pas étonné de lire que le groupe rencontre un vrai succès d’estime et une reconnaissance par ses pairs (Toto, Europe, Foreigner entre autres) ni qu'il ait donné des concerts mémorables lors de festivals aussi prestigieux que le Grasspop ou le Sweden Rock. Nul doute qu’avec "Heroes And Villains" les Britanniques vont encore marquer les esprits. Et ce ne sont pas avec des titres comme "I Want You", la ballade "Walking With Angels" ou "Digging Up The Dirt" et ses grosses guitares qui nous feront dire le contraire.

Pour être france, lorsque j’ai écouté cet album, je me suis vu au volant d’un beau cabriolet, lunettes de soleil posées sur le nez longeant le bord de mer... Le rêve... Vous l’avez très certainement compris, "Heroes And Villains" est un pur album de hard rock mélodique, et puis en dehors de cela, quel plaisir de voir des anciens toujours en forme et plein de fougue. Si vous aimez Toto, Foreigner ou encore les regrettés Survivor, je ne puis que vous conseiller de foncer tête baissée sur ce nouvel album de FM, vous ne le regretterez pas. Pour ma part, j’ai un petit faible pour le deuxième morceau de l’album, "You’re The Best Thing About Me". En conclusion, on met le volume à 11 et on se fait plaisir, les amis.


Vince
Juillet 2015




"Rockville"
Note : 14/20

Que dire de ces groupes qui se reforment sur le tard en général, on sait ce qui les motive (l’argent), le point positif c’est que ça laisse une chance aux fans de les voir en concert.

Quand on voit la jaquette de la galette, une voiture toute rouillée près d’une station essence, on se dit qu’on est bien sur un disque de rock and roll. Bon ce n’est pas original mais elle est tout de même bien travaillée et les couleurs rendent très bien. C’est sur un "Tough Love" que "Rockville" débute, un rock mélodique très classique où tous les ingrédients du genre se mêlent, guitare claire, chant et choeurs qui font la force du groupe. Une entrée en matière qui ne va pas étonner mais convaincra tout de même. Le ton de l’album est dans cette veine-là, les plages se suivent et se laissent écouter facilement comme "Wake Up The World", "Only Foolin’". Le résultat est bien meilleur que sur "Metropolis" (où le groupe c’était un peu égaré), mais on est bien en dessous des grands classiques du groupe (eh non, il ne faut pas rêver non plus). Tout est carré, très propre, tout sonne très juste, on reconnaît bien le style de FM, les fans vont accrocher, mais cet album ne gagnera pas le cœur des non-adhérents. Autre souci, c’est que le groupe joue vraiment la carte de la sécurité avec ce disque, au final aucune prise de risque majeure, à l'image de"Crave", "My Love Bleeds", "Story Of My Life" et "Goodbye Yesterday", de très bons passages certes mais qui n’étonneront pas. "Rockville" n’est pourtant pas redondant, il y a des éléments qui le diffèrent du troupeau, par exemple "Show Me The Way". Les parties de clavier sur ce skeud sont un ingrédient très important, voire indispensable, ils donnent une vraie identité à l’album, "Better Late Than Never" en est l’exemple type. FM fait du bon hard rock mélodique malgré que le CD soit très doux, il n’est pas niais pour autant, il contient des passages très entraînants comme sur "Crosstown Train". "High Cost Of Loving" conclut les choses comme elles ont commencé avec mélodie et entrain.

FM ont produit un bon album hyper mélodique, entraînant et très bien joué. Il a tout de même ses défauts, un son conformiste et le fait d’avoir joué la carte de la sécurité le rendent juste "bon" au final. Tous les fans de hard rock mélodique y trouveront néanmoins leur compte.


Joe D Suffer
Juin 2013


Conclusion
L'interview : Jim Kirkpatrick

Le site officiel : www.fmofficial.com