Le groupe
Biographie :

Five Finger Death Punch est un groupe américain de metal basé à Los Angeles, Californie, et formé en 2005. Son nom provient directement du cinéma classique d’arts martiaux. Le line-up original comprend Ivan (chant), Zoltan Bathory (guitare), Caleb Andrew Bingham (guitare), Matt Snell (basse) et Jeremy (batterie). En 2006, le guitarist Bingham est remplacé par Darrell Roberts, avant que ce dernier ne cède sa place à Jason Hook en 2009. Le bassiste Matt Snell, quant à lui, quitte le groupe en 2010, Chris Kael le remplace en 2011. Un premier album, "The Way Of The Fist", sort en 2007 ; celui-ci permet au groupe de rencontrer une notoriété certaine, renforcée en 2009 par la sortie de "War Is The Answer". Chaque album se vend à plus de 500 000 aux Etats-Unis et est, de ce fait, certifié album d’or. Le troisième album, "American Capitalist", rencontre le même succès en 2011. "The Wrong Side Of Heaven And The Righteous Side Of Hell" Vol. 1 et 2 voient le jour en 2013. Le sixième album, "Got Your Six", sort en Août 2015. Le 18 Mai 2018, Five Finger Death Punch sort son nouvel album "And Justice For None". En 2019, le batteur du groupe depuis sa création, Jeremy Spencer, annonce son départ du groupe. En effet, il souffre du dos et a d'ores et déjà subi deux opérations du dos. Il est remplacé par Charlie Engen. L'album "F8" sort le 28 Février 2020.

Discographie :

2007 : "The Way Of The Fist"
2009 : "War Is The Answer"
2011 : "American Capitalist"
2013 : "The Wrong Side Of Heaven And The Righteous Side Of Hell, Vol. 1"
2013 : "The Wrong Side Of Heaven And The Righteous Side Of Hell, Vol. 2"
2015 : "Got Your Six"
2018 : "And Justice For None"
2020 : "F8"


Les chroniques


"F8"
Note : 17/20

Le quintette américain Five Finger Death Punch revient pour un huitième album annoncé comme explosif ! Intitulé "F8", il est le fruit de deux années de travail pour Zoltan Bathory (guitare), Ivan Moody (chant), Jason Hook (guitare) et Chris Kael (basse). En 2018, Jeremy Spencer (batterie), batteur de la formation depuis les débuts en 2005 est forcé de raccrocher les baguettes suite à des problèmes de santé, et c’est Charlie Engen qui le remplace.

L’album débute avec "F8" un sample épique qui fait monter l’adrénaline et qui est finalement rejoint par un jeu de batterie énergique avant "Inside Out". Déjà disponible depuis quelques mois, le titre est accrocheur, groovy et permet au chanteur de nous faire profiter de ses hurlements comme de son chant clair. On y retrouve les caractéristiques fétiches de Five Finger Death Punch, à savoir un jeu de batterie survolté, des leads inspirés et une énergie permanente. Ca commence bien ! "Full Circle" prend la suite, et à nouveau on sent que le groove / metalcore fait effet. Un refrain un peu plus tranquille, mais sur lequel un hurlement intervient pour relancer les riffs. Même constat pour "Living The Dream", un titre diablement entraînant. Le mélange entre chant clair et hurlements fait toujours mouche, et on se laisse gentiment happer par l’univers du groupe.

Passage plus calme pour "A Little Bit Off", une ballade qui devient de plus en plus énergique, grâce à la batterie, et on sent que si ce titre s’éloigne des standards du groupe, il leur permet de revenir sur certaines de leurs influences un peu plus rock. Le son saturé et les influences thrash reviennent en force avec "Bottom Of The Top", et sa rythmique puissante. On sent également quelques traces de hardcore dans les riffs, un style avec lequel le groupe flirte depuis ses premières production, alors que "To Be Alone" redore le blason du groove metal. Des poignées d’énergie brute qui s’apaisent de temps à autres, et surtout un discours revanchard, autre marque de fabrique de la formation. "Mother May I (Tic Toc)", dont le titre joue légèrement avec quelques valeurs pures que je ne citerai pas, est un morceau qui ne paye pas de mine à la première écoute, mais qui au final se trouve être plutôt intéressant. On retrouve cette rythmique entraînante, ce break énergique, ces riffs lourds… Un deuxième morceau calme dans l’album ? Oui, et il s’appelle "Darkness Settles In". Depuis quelques temps, le groupe se plaît à créer des compositions mélancoliques, et cette atmosphère leur convient. Ce titre n’y fait pas exception, tout comme la puissante "This Is War". Les harmoniques folles des guitaristes sont de retour, et la rythmique nous aplatit littéralement, et la hargne du groupe est intacte. Cependant, les Américains enchaînent avec "Leave It All Behind", un morceau à mi-chemin entre une décharge d’énergie et un titre qui tourne tout seul, ce qui me laisse un peu perplexe. Renouons avec la vitesse pour "Scar Tissue". Et c’est ça qu’on aime chez "Five Finger Death Punch" ! C’est ça qui nous donne l’envie de se lever le matin, d’affronter un travail barbant ou de pousser de la fonte ! Le refrain a beau être bâti pour rentrer en tête, il n’entâche pas l’énergie du titre.

Dernier morceau, "Brighter Side Of Grey" est encore un titre axé ballade. Mais cette fois-ci, la saturation ne se fait pas attendre, donnant cet aspect martial au titre. Mais rassurez-vous, l’album n’est pas terminé ! Deux bonus track sont au programme : "Making Monsters", un titre axé sur les harmoniques et un chanteur totalement déchaîné, ainsi que "Death Punch Therapy", une composition hargneuse qui regroupe des éléments que l’on connaît déjà du groupe et qui les assemble en une sorte de titre puzzle efficace. La version radio d’"Inside Out" est également présente pour clore l’album. Un poil plus longue, elle reste cependant dans la même dynamique que le titre original.

Five Finger Death Punch n’en a pas fini avec nous, et "F8" le prouve ! A la première écoute, j’étais plus que sceptique, voir même… déçu. Mais "F8" est un album qui dégage une énergie pure et qui remotive rapidement les troupes. Certains morceaux sont un véritable retour aux sources, alors que d’autres explorent calmement d’autres horizons. En résumé, il faut l’écouter !


Matthieu
Mars 2020




"And Justice For None"
Note : 14/20

Que vous les aimiez ou non, je suis certain que le nom de Five Finger Death Punch ne vous est pas inconnu. Pour ceux du fond qui ne suivent pas, ce groupe américain fondé en 2005 par Zoltan Bathory (guitare), Ivan Moody et Jeremy Spencer (batterie) comptait autrefois Matt Snell (basse) et Caleb Birmingham , puis Darrell Roberts (guitare) dans ses rangs. Un premier album en 2007 leur permet de se faire un nom dans la scène, puis Jason Hook (guitare) rejoint le groupe après le départ de Darrell. Le deuxième album les propulse, mais Matt Snell quitte l’aventure, permettant à Chris Kael (basse) de rejoindre le combo. Depuis lors, c’est à un rythme très régulier que sortent les albums du groupe, écrasant toute forme de concurrence sur leur chemin grâce à leur double album qui nous est révélé en 2013. Malgré les quelques problèmes que le groupe a pu subir sur scène, chaque show qu’ils annoncent est joué à guichet fermé. Et ce n’est probablement pas "And Justice For None" qui ternira leur réputation. Je vous préviens qu’en tant que “die-hard fan” du groupe, les comparaisons ainsi qu’avis personnels risquent d’être légion.

Les Américains commencent par "Trouble", un titre qui reprend les codes du groupe, à savoir quelques hurlements complétés de chant clair sur le refrain, ainsi qu’une rythmique puissante. Mais si les riffs sont entraînants, je ne parviens pas à apprécier pleinement la composition, il me manque quelque chose. Peut-être un peu de nostalgie ? Eh bien "Fake" va me contredire avec un retour aux sources du groupe. La fougue de leurs débuts est rapidement rejointe par un son plus moderne, avec encore une fois un refrain entraînant de la part d’Ivan. Trop “radio” pour vous ? Alors écoutez "Top Of The World" peut-être ? Des riffs plus lourds, des cris plus puissants, des murmures… Tout l’univers des Américains se mélange avec encore une fois ce refrain très entraînant et motivant. Vous avez probablement déjà entendu "Sham Pain", alors je ne vois pas grand-chose à vous dire dessus, à part peut-être son histoire. Le chanteur l’a écrit après la tournée de festivals du début de l’été 2017, qu’il a été obligé de quitter en plein milieu après un problème d’addictions. Son flow à mi-chemin entre le rap et le metalcore en fait un tube radio à coup sûr, mais c’est le message qui importe surtout. Changement de registre avec "Blue On Black" et ses influences blues. Pourquoi blues ? Eh bien parce que son compositeur original, Kenny Wayne Shepherd, est un guitariste de blues. Cette reprise superpose le groove du groupe américain à la sensibilité de son compositeur et en fait un titre dévastateur. Improbable me direz-vous ? Oh non, regardez "House Of The Rising Sun" sortie il y a cinq ans. Retour à une rythmique plus imposante avec "Fire In The Hole" qui donne envie de headbanguer en permanence, alors qu’"I Refuse" est l’un de moments émotion de l’album. Renforcés par le clavier, le son clair de la guitare et les samples, la composition oscille entre moments épiques et sensibilité dans l’écriture. Mais il est à nouveau temps d’aller enfoncer quelques portes sur "It Doesn’t Matter", un nouveau titre très martial. Il y a très fort à parier que les moshs seront très violents sur ce titre s’il est joué en live...

Vous n’aviez pas eu assez de moment émotion pour aujourd’hui ? Eh bien "When The Season Changes" va vous donner une dose supplémentaire. Et cette chanson est l’une des meilleures de l’album. Pourquoi ? Parce qu’il ne suffit pas de savoir crier pour donner de l’intensité à un titre dont les paroles sont aussi explicites. Alors que "Stuck In My Ways" était parti comme un titre un peu simple et plutôt faible, la voix d’Ivan combinée aux riffs inspirés des musiciens en fait une chanson qui monte en pression au fur et à mesure des riffs, pendant que "Rock Bottom" commence très fort dès le début. Plus massive, la rythmique revient aux débuts du groupe avec un palm mute assumé et un son lourd. Par contre, je ne comprends absolument pas le choix de "Gone Away" comme seconde reprise. Si je n’ai jamais porté The Offspring dans mon coeur, je pense que cette reprise, même améliorée à la sauce Five Finger Death Punch n’a pas vraiment d’intérêt pour la discographie du groupe, et me rappelle "A New Level", qu’ils avaient faite il y a de cela presque dix ans. Vous pensiez que de la pop vous attendait avec "Bloody" ? Non. Parce qu’on parle de Five Finger Death Punch , et même si le chant peut paraître très accessible, la rythmique garde cette puissance. Cependant, "Will The Sun Ever Rise" hérite directement des titres plus anciens une sorte d’intensité que l’on ne ressent qu’à la troisième ou quatrième écoute. Les influences country et blues se mêlent à un metal alternatif efficace pour en faire un titre très accrocheur, mais "Bad Seed" va réveiller ceux du fond qui se sont endormis. A nouveau, le groove metal qui a fait la réputation du groupe fait son apparition, et ces riffs sont bien décidés à envoyer du bois là où il faut pour faire headbanguer quiconque les écoute. Le dernier titre, "Save Your Breath", a de quoi surprendre dès les premières secondes. Des harmoniques inattendues, une rythmique très saccadée, des choeurs très pop… Un mélange on ne peut plus hétérogène, mais qui fonctionne presque. Pourquoi presque ? Eh bien parce que je suis nostalgique des anciens titres, mais que le chant d’Ivan reste toujours aussi puissant.

Que dire de cet album… Clairement pas mauvais, mais je n’irais pas jusqu’à dire bon. Si certains titres sont, comme je l’ai dit, très accrocheurs, il m’est impossible de me détacher des anciennes compositions qui m’ont fait adorer le groupe avant même son troisième album. Mais est-ce que le groupe a pour autant perdu en puissance ? Absolument pas, car Five Finger Death Punch est capable de nous balancer des rythmiques monumentales tout en gardant ce côté accessible qui fait leur popularité. Pourtant, je rêve secrètement d’un retour aux sources. Mais je me damnerais sans souci pour les revoir sur scène au moins une bonne centaine de fois. Le fait que le groupe s’éloigne d’un metalcore / groove metal traditionnel est cependant appréciable, et laisse entrevoir quelques excellentes compositions dans le futur.


Matthieu
Mai 2018




"Got Your Six"
Note : 17/20

"Got Your Six", tout est dit, vous avez bien affaire au sixième album de Five Finger Death Punch. Le groupe n'en est donc pas à son coup d'essai. Après les deux volumes de "The Wrong Side Of Heaven And The Righteous Side Of Hell" en 2013 , Ivan L. Moody et sa troupe de musiciens se devaient d'offrir un album digne de ce nom à leurs fans.

Autant dire que les promesses sont tenues. Dès les premiers mots prononcés par le chanteur, on comprend que cet album sera puissant. Au cours des années, la haine semble être devenue la marque de fabrique du groupe (on se souvient de "100 Ways To Hate" entendu sur l'album "American Capitalist"). "Jekyll And Hyde" a été le seul single dévoilé avant la sorti de "Got Your Six". Bien que répétitive, on doit reconnaître que cette musique est addictive. Après le "click clack" de "No Sudden Movement" que l'on ne peut s'empêcher de chanter, arrive le morceau que j'ai le plus aimé : "Question Everything" qui démarre de manière quasiment poétique ("She was a princess, she could've been a queen") avant de repartir dans la violence vocale et instrumentale. La basse semble pourtant manquer à l'appel sur l'ensemble de l'album, on l'entend trop peu alors qu'elle pourrait apporter une lourdeur supplémentaire. La neuvième piste, "Digging My Own Grave", a le mérite d'être la seule pouvant être qualifiée de ballade bien que le refrain ne soit pas dépourvu de rage. "Got Your Six" manque d'une chanson véritablement apaisante entre deux titres énergiques. L'album se termine tranquillement sur une touche... de haine. Le message au début de "Boots And Blood" est simple et direct : "Pense à un mot pour changer le monde. Maintenant mets-le en œuvre. Fuck !". Dans ce morceau, Ivan envoie gentiment balader tout ce qu'il a envie d'envoyer balader. Il désire se libérer de ses problèmes et il le fait tout simplement en leur disant d'aller se faire f*****. A noter tout de même que la version deluxe vous donnera accès à trois morceaux en plus : "You're Not My Kind" (dont on retiendra le solo, court mais efficace), "This Is My War", et "I Apologize" qui apporte un peu de calme notamment grâce à l'intro et l'outro jouées à la guitare acoustique.

En résumé, "Got Your Six" est à acheter et à écouter sans modération malgré un manque de présence de la basse et l'oubli d'une vraie ballade. Cet album ravira les fans du groupe et reste très accessible pour ceux qui voudraient découvrir le "Coup de Poing de la Mort".


John P.
Septembre 2015




"The Wrong Side Of Heaven And The Righteous Side Of Hell, Vol. 2"
Note : 16/20

System Of A Down avait, en 2005, accompli la prouesse de sortir deux albums à quelques moins d’intervalle seulement. Huit ans plus tard, c’est au tour de Five Finger Death Punch de reproduire l’effort. Au fait, pourriez-vous répertorier les (trop) nombreux groupes à qui on voudrait, du fond du cœur, demander de prendre une pause afin de revenir en force, à la place de nous abreuver de sorties de plus en plus banales, voire médiocres ? Mais comme j’ai, en Août dernier, en découvrant FFDP (ça y est : je sature !), été diablement intéressée par son professionnalisme et son efficacité foudroyante, j’avoue que je ne m’inquiétais pas de trop quant à la qualité. Et de fait, les Américains nous offrent une fois encore un disque qui en vaut le détour. Certes, comparé au premier volume de ce "presque" double album, la liste d’invités est très fortement réduite. En réalité, elle est même réduite à néant. Mais, jusqu’à preuve du contraire, un groupe de talent n’a besoin du nom d’aucune autre personnalité pour être intéressant. Et découvrir le FFDP dans tout son naturel n’est pas moins plaisant que d’entendre les performances artistiques de musiciens extérieurs. Au contraire, ce côté "organique", cette si légère différence permet à elle seule de ne pas faire de "The Wrong Side Of Heaven & The Righteous Side Of Hell, Vol. 2" une redite pure et simple. En 2005, l’excellent "Hypnotize", deuxième disque du "double album différé" de System Of A Down, n’avait souffert que de la perte de l’effet surprise, disparue logiquement à la sortie de "Mezmerize". Aujourd’hui, "The Wrong Side Of Heaven [… je sature aussi !] , Vol. 2" rencontre exactement le même désagrément. Les titres détonants se suivent, la tête remue toujours autant au rythme effréné des morceaux. Nous retrouvons aussi quelques pauses agréables (comme le superbe "Cold", pour ne citer que lui) ; le chanteur Ivan est toujours aussi compétent (un bon exemple ? "Let This Go", suffisamment varié dans ses lignes de chant pour démontrer l’étendue de ses capacités vocales)… Mais, puisque notre joue brûle encore de la claque infligée par le premier volume, celle que nous recevons à présent n’a plus la même intensité. Ceci dit, mon Dieu, qui serions-nous pour nous plaindre à l’écoute de si bons albums ? C’est bien envoyé, on apprécie, on en redemande, et puis c’est tout !


Gloomy
Novembre 2013




"The Wrong Side Of Heaven And The Righteous Side Of Hell, Vol. 1"
Note : 17/20

Un… Deux… Trois… Quatre… Et arrive l’instant où le doute et les comptes n’ont plus leur place : cet album au titre à rallonge est excellent ! Un heavy doublé d’une dose phénoménale de rock'n’roll, des invités prestigieux (dont nous parlerons dans un instant), des soli dynamiques, des refrains et lignes de chants ardents… Five Finger Death Punch n’en est pas à son premier essai avec "The Wrong Side Of Heaven And The Righteous Side Of Hell", le premier de deux albums à sortir cette année. Cependant, c’est seulement avec celui-ci que je découvre ce groupe venu tout droit de Los Angeles. Un groupe diablement professionnel et prenant ! Comme je l’ai écrit, je n’ai encore jamais posé l’oreille sur une de ses précédentes sorties, mais lorsque les apparitions spéciales sont réalisées par des noms tels que Rob Halford (Judas Priest – "Lift Me Up"), Max Cavalera (Soufly, Cavalera Conspiracy - "I.M.Sin"), Jamey Jasta (Hatebreed, Kingdom Of Sorrow - pour une seconde version du titre "Dot Your Eyes"), on s’imagine aisément que ce que Five Finger Death Punch avait –et a toujours– à proposer était intéressant, et valorisant ! Au fait, la liste d’invités ne s’interrompt pas là, puisque Maria Brink se montre capable, avec une performance vocale sur "Anywhere But Here", de convaincre autant que ce qu’elle ne divise avec In This Moment. Oh, et plus surprenant, mais révélateur de l’ouverture d’esprit des musiciens, le rappeur Tech N9ne partage le micro avec le très bon chanteur Ivan, capable de maîtriser à la fois le chant hurlé et la voix rock, rauque et mélodique, pour un "Mama Knock You Out" très efficace ! Chapeau bas, et un beau pied de nez à ceux qui imaginent encore que le metal et le rap ne peuvent pas être combinés avec succès ! Qu’on se rassure : l’intérêt de "The Wrong Side Of Heaven And The Righteous Side Of Hell, Vol.1" est loin de s’arrêter aux quelques invités, aussi prestigieux soient-ils. Excepté un "Burn MF" moyen et répétitif, l’album regorge de bombes en puissance : "Watch You Bleed", "You", "Dot Your Eyes", et j’en passe. A ne pas manquer pour autant, "Wrong Side Of Heaven" et "Diary Of A Dead Man", au tempo plus modéré, et tout simplement beaux ! Alors, "The Wrong Side Of Heaven […]" ? Un véritable coup de cœur !


Gloomy
Août 2013


Conclusion
L'interview : Zoltan Bathory

Le site officiel : www.fivefingerdeathpunch.com