Le groupe
Biographie :

Fallen Joy est un groupe de death metal, fondé en 2008 en région parisienne, proposant un univers musical épique et mélodique. Dès sa création, la formation commença à faire ses premières armes en concert, jouant leurs propres compositions devant un publique enthousiaste et de plus en plus nombreux. Devant tous ces retours positifs, Fallen Joy enregistra en Octobre 2009, au studio Sainte-Marthe (Paris), son tout premier disque, mixé et masterisé par Guillaume Mauduit (Tank, Zuul FX), intitulé "Order To Die". Ce premier essai autoproduit sorti en Janvier 2010 en Europe, fut acclamé par les critiques et part les fans. Fort de ce succès, le label canadien Spread The Metal Records approcha Fallen Joy pour une sortie américaine et canadienne de leur EP "Order To Die" en Janvier 2012. L’aventure Fallen Joy continue et le groupe enregistre son nouvel opus "Inner Supremacy" au F.H Studio prêt de Nancy. Ce premier album, mixé et masterisé par Anthony Chognard (Smash Hit Combo), verra le jour fin 2013 toujours avec le label canadien Spread The Metal Records, mais cette fois-ci pour une sortie mondiale. Malgré plusieurs changements de line-up depuis sa création, Fallen Joy n’a jamais cessé de progresser et de développer sa musicalité, une persévérance qui leur a permis de jouer au côté de Morbid Angel, Kataklysm, Cryptopsy ou encore Blackguard.

Discographie :

2010 : "Order To Die" (EP)
2013 : "Inner Supremacy"


Les chroniques


"Inner Supremacy"
Note moyenne : 15/20

Ah ! Fallen Joy, je me souviens de son CD 4 titres possédant un death metal épique qui m’en avait mis plein la vue (et surtout les oreilles). Ce qui m’avait marqué avant tout était les mélodies à la guitare possédant un côté guerrier ainsi qu’un style vraiment unique. Mais entre ce CD 4 titres et leur album "Inner Supremacy", plusieurs changements de line-up se sont passés. Et qui dit changements de line-up dit de manière générale évolution du style sans pour autant vouloir perdre les bases musicales de Fallen Joy.

Dès le début d’"Inner Supremacy", ce que j’ai écrit au-dessus se ressent très vite. En effet, Fallen Joy défend désormais les couleurs d’un death metal mélodique. Mais faut-il se plaindre pour autant ? Eh bien pas du tout ! En effet, le combo garde sa qualité sonore de base qui a su me séduire. Seule la guitare soliste s’est plus mise en retrait afin de laisser la place au chant et guitare rythmique. Pour les compositions, l’album est bâti de onze pistes (dont une introduction acoustique qui restera le seul moment doux) rappelant de nombreux groupes de death metal des contrées scandinaves. En effet, si certains passages ne vous rappellent pas In Flames, Children Of Bodom ou bien Amon Amarth pour ne citer qu’eux, je vous conseille vivement de vous laver les oreilles ou bien d’appuyer sur la touche "play" de votre lecteur. Toutefois, Fallen Joy sait y rajouter une touche personnelle qui donne un vrai charme à cet album. Ensuite, si les noms des groupes scandinaves cités précédemment ne font pas partie de votre culture et que le death metal vous va bien, vous ne serez quand même pas déçus de l’écoute de cet album. Fallen Joy a réalisé un superbe travail musical sans fausse note dont la musique saura vous faire vibrer. L’alignement des instruments est réussi avec de nombreuses mélodies qui vous frotteront agréablement l’oreille. Seule truc qui pourrait vraiment faire avancer l’album : avoir une réelle piste qui saura marquer l’auditeur. En effet, même si leur clip officiel "Hymn To Silent Soldiers" regroupe le potentiel de chaque chanson de l’album, ce n’est pas assez selon moi pour devenir marquant dans les esprits des métalleux, et sans compter la concurrence actuelle.

A noter tout de même le style graphique de leur pochette donnant une réelle identité visuelle au groupe. Au final, "Inner Supremacy" du groupe Fallen Joy reste un bon album bien made In France de chez nous. Il n’y a plus qu’à tenter maintenant de rivaliser avec les maîtres du death metal mélodique.


JU
Janvier 2014
Note : 16/20

Fallen Joy, groupe parisien a subi de larges coups de hachoir depuis le début de sa carrière et ses membres s'en sont venus et s'en sont allés, puis certains revenus... ça fait souvent partie de la vie des groupes, mais il faut faire attention à ce que ceci n'en devienne pas une coutume car à un moment donné ça porte préjudice d'une part à l'essence même de la musique du groupe, puis à son image et enfin à la compréhension que peut en avoir le public sur le qui fait quoi... En tous les cas, après un très bon et apprécié mini CD "Order To Die" sorti en 2009, les voici enfin de retour avec un véritable album, et un contrat sous le coude, puisque c'est auprès de Spread The Metal Records que les Fallen Joy ont trouvé partenariat à leur convenance.

Il fallait malgré tout se replonger un peu dans ce "Order To Die" pour ce remémorer le style de Fallen Joy, pour se replacer dans un contexte dirigé par la mélodie elle même mise en avant par des lead guitares omniprésentes dans un univers teinté de death mélodique à l'ancienne. Mais un death mélodique presque blackened / death sollicitant avec ardeur les thèmes utilisés par les Scandinaves comme les Finlandais de Sentenced première période et les Suédois de Gates Of Ishtar. On ne parlera pas ici d'influences, mais de possibles similitudes, ce qui est fortement différent, le second n'impliquant aucune connaissance des groupes cités. En revenant dans le présent, nous voici donc alors face à un premier album bien produit (avec cependant une petite tendance à chouiner sur le son de la caisse claire, parfois trop cinglante à mon goût quand elle se retrouve plus isolée comme sur "Hymn To Silent Soldiers" lors de la longue ligne droite de double énormissime), et accompagné d'un artwork signé Strychneen Studio (les profanes iront chercher, il n'y a pas de raison que certains ne fassent rien) qui s'était déjà approprié l'univers de Fallen Joy sur le premier CD, faisant ressortir toute la désespérance du monde actuel qui n'est guère plus que gris ou noir pour beaucoup d'entre nous. Ici la front cover, ressemble cependant à une espèce de frontispice old school qui n'est pas sans rappeler un peu la grandissime pochette de Candlemass à l'époque de "Tales Of Creation" sorti en 1989 sur le fond et non sur la forme.

Produit par Anthony Chognard, ce dernier ayant été choisi en remplacement de Guillaume Mauduit qui s'était occupé du premier, la couleur de ce "Inner Supremacy" est un peu plus personnelle peut-être sinon plus prononcée dans ses aspérités ans le sens où l'ensemble n'est pas glacial et que la propreté de la production ne rend pas l'album trop aseptisé. Armé d'une bonne production et d'un bon visuel tout est en place pour que ce "Inner Supremacy" puisse faire son petit bonhomme de chemin jusqu'à votre lecteur CD. Fallen Joy a véritablement progressé depuis 2009 dans son univers, où le côté heavy qui étai déjà bien présent dans les guitares devient aujourd'hui un des piliers indestructibles de leur manière de composer. Si cette façon d'amener la mélodie dans un black / death inspiré par les années 90 était déjà perceptible sur la précédente production, on s'aperçoit sans difficulté qu'aujourd'hui Fallen Joy mise beaucoup sur des lead guitares vraiment mélancoliques dans leur approche avec une légèreté constante qui donne aux chansons ce petit côté dynamique de Children Of Bodom (attention, en aucun cas Fallen Joy ne joue dans la même cour), avec cet esprit très suédois rock'n'roll et finalement bien heavy comme avaient Desultory sur "Bitterness" bien avant de pondre leur très mauvais troisième album (bien que je n'ai pas écouté ce que donnait "Counting Our Scars" sorti en 2010 qui semblait être revenu vers de meilleurs sentiments). Et donc "Inner Supremacy" est un ensemble composé de onze chansons (quarante trois minutes) d'un condensé d'énergie mélodique qui flirte beaucoup avec des sentiments et des émotions heavy dans ce cocon black / death mélodique. On ressent immédiatement ce besoin de donner de la poésie à sa musique grâce à "Back To Life", introduction acoustique aux contours si tristes.

Mais le ton est donné dès l'amorce du véritable premier morceau "Destroying Fate" où l'on retrouve la hargne qui colle à la peau de Fallen Joy depuis leurs débuts. Les chansons sont toutes relativement dans le même état d'esprit, où au-dessus de cette agressivité, la mélodie se fait reine sur les lead guitares pour apporter à celles-ci des thèmes nécessaires à l'accroche de l'auditeur. Ces parties mélodiques qui font vibrer le marteau et l'enclume et qui bien sûr annoncent des soli développés au possible et au velouté goûtu. On pourra peut-être reprocher certaines longueurs lorsque les titres dépassent les cinq minutes, alors que cette dynamique créée sur des compositions comme "Hymn To Silent Soldiers", "Blood On The Wheel" ou encore "Hold The Final Breath" suffit largement à agripper l'attention de l'auditeur en n'étant pas si longue que ça. "Hold The Final Breath", un des morceaux les plus fins de l'album, une chanson qui prend des airs de Paradise Lost dans ses guitares, au niveau du son, alors que l'ambiance demeure encore très mélo. Fallen Joy maitrise vraisemblablement très bien la création de morceaux "death mélodique", avec toujours cette connotation old school, pour preuve, "Circle Of Illusion" donne le frisson en ayant en arrière-pensée le "Amok" de Sentenced et plus particulièrement "Nepenthe".

Ce sont onze titres bien construits qui composent ce premier album, on aurait sans doute souhaité un peu plus d'aération sur l'ensemble. Non pas que les chansons en elles-mêmes soient absconses, mais des interludes instrumentales comme "Back To Life" auraient donné beaucoup plus de cachet à l'album. Un album respectable qui prouve que Fallen Joy progresse dans le bon sens...


Arch Gros Barbare
Janvier 2014
Note : 14/20




"Order To Die"
Note : 16/20

Après l’écoute de leur 1er EP "Order To Die", on ne peut que regretter qu’il n’y ait pas plus de chansons. En effet, 5 pistes dont la première étant une piste épique symphonique, il ne reste plus que 4 pistes aux allures métalliques. Passons à une description plus détaillée. Comme je le disais plus haut, la première piste faisant office d’introduction épique avec clavier et batterie nous plonge dans le prochain début d’un combat. L’assaut de la deuxième piste se produit dans un style épique death metal mélodique. Oui, je sais, ce sont quatre mots pour décrire le style musical de Fallen Joy mais je ne peux pas faire plus court. Les mélodies rapides et fluides quasi-omniprésentes à la guitare sont à la fois guerrières et prenantes. Rien que cela mérite que l’on se procure cet EP. Le chant se base plus sur un style black metal mais collant parfaitement au style de metal cité au-dessus. La batterie mise moins avant que la guitare mélodique possède les différentes bases de rythmiques qui savent accélérer ou ralentir suivant les moments clés de chaque piste. La dernière piste se traduit par un rythme plus lent plus basé sur des accords à la guitare mais marquant le final de l’EP d’une façon plus reposante. Fallen Joy présente grâce à leur EP "Order To Die" un début très prometteur de leur carrière et ravira tous les fans de death metal épique. Difficile d’établir une note sur si peu de pistes mais au moins cela vous donnera une idée très résumée de ma pensée concernant cet EP.


JU
Octobre 2010


Conclusion
L'interview : Le groupe

Le site officiel : www.fallenjoy.com