Le groupe
Biographie :

Ereb Altor est un groupe de viking metal suédois formé en 2003 et actuellement composé de : Mats (chant, basse, guitare, clavier / Isole, ex-Februari 93, ex-Forlorn), Ragnar (chant, basse, guitare / Isole, Morannon, ex-Complicity, ex-Nightchant, ex-Windwalker, ex-Withered Beauty, ex-Februari 93, ex-Forlorn, ex-Sorcery, ex-Theory in Practice), Tord (batterie / Isole, Julie Laughs Nomore, Undivine, ex-Withered Beauty, ex-Demonical) et Mikael (basse / chant). Ereb Altor sort son premier album, "By Honour" en Mars 2008 chez I Hate, suivi de "The End" en Mars 2010 chez Napalm Records, de "Gastrike" en Juin 2012, de "Fire Meets Ice" Juillet 2013 chez Cyclone Empire, de "Nattramn" en Avril 2015, de "Ulfven" en Juillet 2017 chez Hammerheart Records, et de "Järtecken" en Septembre 2019.

Discographie :

2008 : "By Honour"
2010 : "The End"
2012 : "Gastrike"
2013 : "Fire Meets Ice"
2015 : "Nattramn"
2016 : "Blot · Ilt · Taut" (Compilation)
2017 : "Ulfven"
2019 : "Järtecken"


Les chroniques


"Järtecken"
Note : 14,5/20

Ereb Altor ou le successeur de Bathory comme diront certains. Dans cet article, je ne pourrai pas répondre moi-même à cette question, mais plutôt vous laisser découvrir l’aventure "Järtecken" qui signifie "présage" en français. Malheureusement, cette épopée ne livrera là que de sombres présages.

Tout débute par quelques notes qui sonnent comme le désastre après une bataille, avec l’ajout d’un chant à plusieurs voix qui nous annonce un évènement. La langue suédoise est aussi un grand plus pour favoriser l’immersion. Le côté black / pagan est toujours aussi présent dans l’esprit du groupe, armé d’une guitare lead qui se libère de ses chaînes et d’un growl rocailleux. Puis, on se repose au coin d’un feu, écoutant l’histoire mystique de la "Queen Of All Seas" chantée par nos compagnons d’aventure. Un guerrier parcourt la bordure d’un lac ténébreux curieux de savoir quelle puissance pouvait se dissimuler au fond de ces eaux. Il s’y recueille et de multiples hommes chantent à l’unisson, comme si ce qui se déroule actuellement n’est que tradition qui se répète à travers les âges. Peu de riffs vraiment marquants sont présents dans cette chanson, seulement des effets (cors, choeurs) non négligeables. Des mélodies plus blackisantes suivront, annonçant là un changement drastique de ton dans l’album. Le duo de chant impose un contraste intéressant entre le growl symbolisant l’esprit de la déesse des mers dans l’esprit de notre héros; et le chant clair symbolisant ce même protagoniste possédé. L’intensité devient maintenant plus grave, symbolisant la descente dans les ténèbres grandissante de notre héros. Les mélodies sonnent comme une légende qui s’écrira autant dans le sang que dans les esprits.

Plus on avance dans l’album, plus on comprend que le growl accompagné de sa guitare descendante et distordue rappelle l’esprit de la reine des flots. Alors que le chant clair avec les cordes constantes décrivent plutôt le guerrier en plein coeur de cette souffrance spirituelle. Cherchant à se repentir, il n’y trouvera aucun échappatoire. A partir de "Prepare For War", les notes sonnent dans les graves et paraissent tonitruantes. On peut sentir qu’une sauvagerie sans limite se prépare. Cependant, cela reste un tant soit peu monotone. Survient, quelques instants après l’espoir amené par "Hvergelmir", la guitare principale fusionnant avec la batterie. Les choeurs l’attendaient. L’ambiance se transforme pour annoncer qu’il demeure peut-être une nuance d’espoir, malgré que le chant principal rime toujours autant avec la souffrance. Toutefois, même si la malédiction est de plus en plus ancrée dans les abysses de l’âme du héros, l’apogée vers le Valhalla n’est que plus proche.

Sans être exceptionnel, le dernier album d’Ereb Altor nous relate une histoire plus profonde que la plupart des groupes de pagan que j’ai pu écouter jusque là. Je vous suggère de lire les paroles en même temps que vous écouterez les chansons.


Pierre
Août 2020




"Nattramn"
Note : 17/20

Les compères d’Ereb Altor reviennent avec un cinquième album. Loin de l’univers d’Isole, le second groupe de Mats et Ragnar, le doom d‘Ereb Altor est plutôt orienté viking. On retrouve donc dans cet album "Nattramn" un mélange de guitares lourdes et de sonorités nordiques.

Mais voilà, contrairement à leur précédent album datant de 2013, "Fire Meets Ice", ici les Suédois s’éloignent du doom pour aller vers un black metal viking comme dans les titres "Nattramn" ou "The Nemesis Of Frei" qui a une facette également plus mélancolique. Et c’est vraiment pas mal ! Le chant black est bien géré, les riffs sont recherchés et le dynamisme est là. Le doom est toujours présent mais de façon plus diluée dans les titres, sauf dans "Across The Giant’s Blood" qui mêle la force à de superbes mélodies. Le titre "Midsommarblot", lui, met en avant le chant clair plein de violence qui tranche d'ailleurs bien avec la musique qui est plus lumineuse et aérienne. "The Dance Of The Elves" est aussi voire encore plus léger mais reste très intéressant. C'est en quelque sorte une bal(l)ade (avec de la guitare acoustique à certains moments) assez gentillette dans les bois, le titre est donc bien trouvé. En bref, il faut quand même dire que cet opus est aussi le plus varié que le groupe ait fait. "Dark Waters" est d’ailleurs un très bon exemple de cette évolution musicale !

Cela fait du bien de retrouver ce groupe avec un album qui a de la pêche et qui lui correspond enfin. Il faut avouer qu’on sentait les Suédois parfois légèrement perdus dans leurs précédents albums. Avec ce "Nattramn", on sent qu'ils sont revenus sur la bonne voie. Tout n’est pas parfait mais la musique semble plus vraie, plus variée et maîtrisée.


Nymphadora
Mai 2015




"Fire Meets Ice"
Note : 15/20

Les dieux nordiques réagiront sûrement aux appels de Ereb Altor. En effet, le groupe suédois sort un nouvel album "Fire Meets Ice". La pochette réalisée par Gustavo Sazes ne laisse pas de marbre avec ses couleurs mettant en scène un combat entre le feu et la glace. On retrouve le groupe avec un black metal viking qui inclut toujours une certaine touche doom présente depuis les premiers albums. Il y a des éléments faisant penser à certains groupes comme Bathory ou Enslaved dans l'agressivité, le chant ou encore le côté progressif.

"Fire Meets Ice" est le premier des 9 titres de l'album. La première partie est apaisante avec la légèreté d'un piano et d'une guitare acoustique. Puis, un épais brouillard s’installe et tout devient plus lourd avec un bel ensemble de chants se croisant. Le ton devient plus agressif et froid avec des riffs ciselés et le chant black. On découvre une fin avec des mélodies plus nordiques et même thrash parfois, ce qui est assez surprenant. Plus lente et atmosphérique, "The Chosen Ones" prend ses racines dans le doom. C'est un retour aux sources pour le groupe, rappelant son premier album "By Honour". La suite est bien plus dynamique et black metal. Le morceau se conclut en beauté avec un passage très planant emporté par un chant clair prenant. On retrouve ensuite avec plaisir cette splendide voix envoûtante avec "Nifelheim". C'est un titre posé avec quelques passages bien plus rentre-dedans. "My Ravens" commence comme une ballade plutôt mélancolique et aérienne, cela reste simple mais magnifique. Ensuite, les guitares grognent, la batterie s'énerve et cela nous donne une suite énergique mais froide. Puis, bien que "Sacrifice" soit le titre le plus long de l'album avec 8:26 minutes, il passe étrangement assez rapidement. Tantôt ambiant, tantôt agressif, ce morceau est agréable. Ensuite, on ressent une bourrasque glaciale de neige, on est emporté au loin. Dans "Helheimsfard", tout est inquiétant et sauvage, voire même effrayant. Notre esprit vagabonde dans une sombre forêt hantée par quelques âmes tourmentées. "The Deceiver Shall Repent" se révèle léger et folklorique mais un peu simpliste, l’ennui est vite là. Bien plus agressive, "Post Ragnarok" est cependant inintéressante et certains riffs trop répétitifs deviennent vraiment énervants. Et pour finir, on retrouve "Our Legacy", un titre calme avec des passages doom et d'autres plus énergiques.

"Fire Meets Ice" est un titre qui colle parfaitement à cet album qui est une rencontre entre l'agressivité du feu et le calme glacial de la glace. Certains titres sont cependant assez inutiles et plombent la fin de l'opus. Cela est dommage car l'ensemble est vraiment appréciable.


Nymphadora
Juillet 2013


Conclusion
Le site officiel : www.erebaltor.com