Le groupe
Biographie :

Dynazty est un groupe de heavy / power metal suédois formé en 2007 et actuellement composé de : George Egg (batterie, chant / QFT, The Paralydium Project), Rob Love Magnusson (guitare / clavier / chant), Nils Molin (chant / Amaranthe), Mike Lavér (guitare / ex-Construcdead) et Jonathan Olsson (basse, chant / QFT, The Paralydium Project). Dynazty sort son premier album, "Bring The Thunder", en autoproduction en Février 2009, suivi de "Knock You Down" en Avril 2011 chez StormVox, de "Sultans Of Sin" en Février 2012, de "Renatus" en Mars 2014 chez Spinefarm Records, de "Titanic Mass" en Avril 2016, de "Firesign" en Septembre 2018 chez AFM Records, et de "The Dark Delight" en Avril 2020.

Discographie :

2009 : "Bring The Thunder"
2011 : "Knock You Down"
2012 : "Sultans Of Sin"
2014 : "Renatus"
2016 : "Titanic Mass"
2018 : "Firesign"
2020 : "The Dark Delight"


Les chroniques


"The Dark Delight"
Note : 17/20

Le metal mélodique n’a jamais été aussi populaire. Certains auraient pu croire qu’avec le silence des Elegy et autres formations du genre au début des années 2000, le genre s’était éteint peu à peu. Le contraire ne pourrait être plus vrai aujourd’hui. Que ce soit avec Kamelot, Serenity, Leverage, ou bien dans le spectre un peu plus progressif, Seventh Wonder, ce style de metal ne s’est jamais aussi bien porté.

Les Suédois de Dynazty nous arrivent donc avec leur huitième album. Formé de musiciens de renom, incluant l’excellent Nils Molin au chant (Amaranthe), le groupe propose avec "The Dark Delight" une collection de 12 morceaux, sur plus d’une heure, de pur plaisir mélodique. C’est puissant, rapide avec des arrangements recherchés, sans nécessairement exagérer au niveau de la complexité. En effet, Dynazty possède un talent fort enviable au niveau de l’écriture et de la composition. À nouveau produit par le plus qu’incroyable Jacob Hansen, le groupe s’est assuré d’un mix à la hauteur de ses ambitions.

Malgré que l’on puisse inscrire Dynazty dans la pure tradition metal mélodique, n’allez pas croire pour autant que le groupe ne fait que dans la dentelle. En effet, au risque de déplaire aux puristes, Dynazty nous lance au visage de sympathiques growls dans la rapide "From Sound To Silence", ce qui aura sans doute pour effet d’ouvrir le débat à nouveau sur la présence de ce style de chant. Cependant, n’ayez crainte, la présence de la terrible goule n’est que passagère et dans l’ensemble, Molin y va d’une prestation sans faille, démontrant plus souvent l’étendue de son talent, comme sur la plutôt folk metal "The Man And The Elements" où le chanteur se permet une performance hors du commun.

Bien que je fasse souvent l’éloge des chanteurs dans mes chroniques, les amateurs de guitare ne seront pas en reste sur "The Dark Delight". Sans pour autant proposer des riffs ultra compliqués, Rob Love Magnusson et Mike Lavér possèdent un indéniable talent, comme en témoigne la nerveuse et dynamique "Apex". Jabob Hansen est parvenu à atteindre la parfaite balance entre la voix tout en avant et en puissance de Molin, combinée aux guitares du sympathique duo. N’étant pas l’instrument auquel je m’attarde en premier lieu, j’ai tout de même fortement apprécié la tonalité de celles-ci sur "The Dark Delight".

Cet album se veut donc une belle prouesse de metal mélodique, s’assurant de par la qualité de ces morceaux à garder bien attentif l’auditeur. Une qualité d’autant plus rare aujourd’hui, tant les albums se suivent et se ressemblent.


Mathieu
Septembre 2020




"Firesign"
Note : 16/20

Et voilà donc un autre de ces groupes que je ne connais ni d’Ève ni d’Adam malgré une présence sur la scène metal de plus d’une décennie. Je ne savais seulement que Nils Morin, chanteur du groupe, fait maintenant partie également d’Amaranthe. Premier constat : la voix justement ! Elle est bien présente, bien en avant dans le mix et avec raison, je vous le concède. Ce M. Morin a clairement une sacrée paire de poumons et sait se servir de ses cordes vocales comme pas un. C’est hyper mélodique, puissant et accrocheur et se combine à merveille avec le genre de metal mélodique que le groupe propose.

Signé sous étiquette AFM, c’est donc dire combien la biographie accompagnant cette copie promotionnelle est dithyrambique. Ce huitième album est-il à la hauteur des prétentions du label ? Pour une fois, la réponse est positive et clairement, la formation scandinave n’en est pas à ces premiers faits d’arme.

La musique de Dynazty me rappelle la belle époque des groupes comme Elegy, qui faisait la pluie et le beau temps dans le passé avec ce genre de metal mélodique aux refrains grandioses. Plus près de nous, je ne peux m’empêcher de tracer un parallèle entre Dynazty et Serenity ainsi que Leverage, de par ce souci d’élever au premier rang le chant et d’y combiner des lignes mélodiques ultra accrocheuses ("In The Arms Of A Devil" en étant l’exemple parfait). N’ayant pas nécessairement l’approche plus progressive de Serenity, Dynazty s’en tire somme toute très bien au rayon de l’originalité, ayant concocté ici 11 pièces de haute qualité. Sincère hommage au mouvement AOR, en y ajoutant une bonne dose de modernité, la musique du groupe demeure d’actualité et saura assouvir les plus grands amateurs de ce type de metal.

D’ailleurs, là où bien souvent les groupes de metal mélodique se font prendre au piège d’une musique fade avec au passage un ou deux  singles  accrocheurs, Dynazty s’est clairement afféré à produire, morceau après morceau, des moments uniques de haut niveau. L’avenir du metal mélodique ne peut qu’être de bon augure.


Mathieu
Octobre 2018


Conclusion
Le site officiel : www.dynazty.com