Le groupe
Biographie :

Devangelic est un groupe de brutal death metal italien formé en 2012 et actuellement composé de : Mario Di Giambattista (guitare / Stench Of Dismemberment, Vulvectomy, ex-Coprophiliac, ex-Demonian, ex-Disfigured, ex-Endaemona, ex-Putrid Dismemberment, ex-Perfidy Biblical), Paolo Chiti (chant / Putridity, ex-Gorefuck, ex-Corpsefucking Art), Marco Coghe (batterie / Catastrophic Evolution, Interminable Corruptions, Posthuman Abomination, ex-Demon's Bridge) et Michele Attolino (basse / A Taste Of Fear, Oceana, The Foreshadowing, ex-Avanguard, ex-Evillive, ex-Mechanical God Creation, ex-Ruinthrone, ex-Blooddawn, ex-Heart Failure). Devangelic sort son premier album, "Resurrection Denied", en Juin 2014 sur le label américain Comatose Music, suivi de "Phlegethon" en Octobre 2017, et de "Ersetu" en Mai 2020 chez Willowtip Records.

Discographie :

2014 : "Pathogenesis"
2017 : "Phlegethon"
2020 : "Ersetu"


Les chroniques


"Ersetu"
Note : 18/20

Devangelic , poids lourd du brutal death italien, revient avec "Ersetu", son nouvel album. Créé à Rome en 2012, Mario Di Giambattista (guitare, Corpsefucking Art, Vulvectomy) et Paolo Chiti (chant, Antropofagus, Sewage, Esophageal, ex-Putridity…) mènent la barque à grands coups de riffs depuis la première démo. En 2016, le groupe recrute Marco Coghe (batterie, Posthuman Abomination, Catastrophic Evolution) puis c’est en 2019 qu’Alessio Pacifici (basse, Buffalo Grillz, Dr Gore, ex-Perfidy Biblical) se joint à la formation juste pour la sortie de leur troisième album.

Et quel album ! Après une introduction inquiétante et mystique sur "Swarm Of Serpents", rien n’arrête le mastodonte italien ! Entre riffs brutaux sous accordés, rafales de blast beat au débit impressionnant et hurlements gutturaux qui n’ont rien à envier aux maîtres de la scène, le groupe nous violente pendant plus d’une demi-heure sur ces neuf titres ravageurs. Une double pédale assassine remplace parfois ce mur de blast et des leads perçants se glissent entre deux couches de graisse de la rythmique qui nous roule littéralement dessus, mais les Italiens avancent à bonne allure.

Quelques cris plus viscéraux viennent doubler les growls caverneux notamment sur "Upon The Wrath Of Divinties" ou "Vomiting The Infected" et c’est une moshpart digne du slam death qui vient frapper peu avant la fin d’"Eyes Of Abzu", contrastant avec les riffs dissonants et atmosphériques de "Subterranean Revelations" ou "Throne Of Larvae". Une légère pause grâce à un sample, et la machine repart de plus belle. La basse vrombissante complète à merveille ces harmoniques sanglantes et ces atmosphères développées par les guitares, le tout surmonté par une véritable mitrailleuse derrière les fûts. Et soudainement, après cette avalanche continuelle de son pachydermique, l’ultime sample de "Cryptic Resurrection" nous annonce la fin de l’ouragan.

Bien que Devangelic soit relativement jeune par rapport aux fondateurs du genre, les Italiens n’ont rien à leur envier ! Au contraire, "Ersetu" témoigne d’une bonne dose de créativité et permet au groupe d’aligner une demi-heure de brutalité quasi non-stop. Une performance remarquable qui, je l’espère, lui ouvrira des portes !


Matthieu
Juin 2020




"Pathogenesis"
Note : 16/20

Alors si tu aimes Deeds Of Flesh, Disgorge et autres groupes de poutrage intensif, ce disque-là est une aubaine pour tes oreilles, car nos voisins italiens jouent exactement les copycats de ces deux groupes qui ne font pas dans la demi-mesure. On ne va pas s’emmerder la pine en chiant comme on dit si bien par chez moi, ni tortiller du boulard pendant des heures, le brutal death de Devangelic se boit sans avoir subi la moindre distillation. C’est un truc d’hommes, de vrais... Des blasts et une double omniprésente sont la marque de fabrique de ce premier album sans concession. Moi qui raffole de brutal death primaire, j’en ai pour mon grade. Le son pour l’écoute et la chronique de l’album sont à un niveau déraisonnable, je m’en fous, mes voisins sont vieux, ils n’entendront qu’un grondement lointain… Merde, j’espère qu’il ne va pas y avoir une intro de film porno dans l’album car sinon je vais passer pour un malade. Je baisse un peu alors ? Bah non en fait.

La pochette offre une vision apocalyptique où de saints hommes sont crucifiés, éventrés, démembrés... Ah tiens, on dirait que Jésus-Christ est de la partie. Merde, sa résurrection n’est pas pour demain vu dans l’état lequel il est. Artwork splendide ! Du côté de la prod', on est dans le must de la prod' brutal death, et ce n’est pas sans me rappeler du Deeds Of Flesh une fois encore. Le son de grosse caisse fait des tic-tic, c’est vachement bien mixé. Les riffs sont eux aussi dans ce qui se fait de mieux, des touches de Suffocation époque "Effigy" se font entendre. Hum, délicieux tout ça. Malgré cette impression d’écouter de l’excellent Deeds, nos voisins pizzaiolos manient la bolognaise avec brio, les effluves sont bonnes, mon appetit pour leur musique est gargantuesque. Le skeud fait dans les 35 minutes et j’en suis déjà au septième morceau, "DesecrateThe Crucifix". Au niveau des paroles, c’est bien sûr blas(t)phématoire, il manquerait plus que ça nous parle de pseudo-humanistes qui foutent des fleurs en équilibre sur les matraques des brigades anti-émeutes. "Ressurection Denied" parle plutôt de piloris qu’on enfonce dans le séant des croyances de tout poil, un sujet éculé certes, mais bon, il faut bien parler de quelque chose. Le brutal death de Devangelic, habile jeu de mots ma foi, pourrait donner le sentiment qu’il tourne en rond car il reste ultra répétitif. Nonobstant, les initiés à ce genre de douceur savent reconnaître les changements d’un morceau à l’autre, c’est le principal.

Neuf morceaux ultra violents, directs, bien produits, bien exécutés, qui plus est avec un chant guttural de toute beauté. Moi je dis simplement que le supplice du pal était une bonne chose et que si le brutal death devait être une torture, ça serait le pal, car lentement il s’enfonce en toi, traversant tes viscères, pour te remonter tout ce petit monde dans la bouche, afin de te délecter de toutes ces saveurs interdites. Bon album pour ceux qui veulent revivre les heures de gloire de Deeds Of Flesh en version italienne.


Davidnonoise
Mai 2014


Conclusion
Le site officiel : www.facebook.com/devangelic.official