Le groupe
Biographie :

Deathstars est un groupe de metal industriel suédois fondé à Strömstad en 2000 par Whiplasher Bernadotte et Nightmare Industries. Deathstars naîtra de la fusion de Swordmaster (Andreas Bergh alias Whiplasher Bernadotte au chant, Emil Nödtveidt alias Nightmare Industries à la guitare et au clavier (il est le frère du défunt leader du groupe Dissection), et Eric Bäckman alias Cat Casino à la guitare) avec Ophtalamia (Ole Öhman alias Bone W Machine à la batterie). Leurs influences sont l'indus, l'electro, et le gothique. Ils s'inspirent de groupes tels que Kiss, Marilyn Manson, Rammstein ou bien encore The Kovenant. Depuis la création du groupe, ils ont essayé plusieurs looks, d'abord le latex et le vinyle pour le premier album, "Synthetic Generation". Ils arborent ensuite des tenues gothiques et militaires pour le deuxième, "Termination Bliss", composé entièrement par Emil Nödtveidt alias Nightmare Industries en l'honneur de son défunt frère, puis des tenues noires et gothiques affichant leurs surnoms sur leurs vestes pour leur troisième album, "Night Electric Night". Deathstars fait son retour fracassant avec un quatrième album très attendu : "The Perfect Cult". Le groupe a trouvé le temps de travailler calmement et méthodiquement, tout en explorant très profondément le processus de composition ; le résultat est cet album, le plus dramatique de Deathstars à l’heure actuelle.

Discographie :

2002 : "Synthetic Generation"
2006 : "Termination Bliss"
2009 : "Night Electric Night"
2010 : "Decade Of Debauchery" (Compilation)
2011 : "The Greatest Hits On Earth" (Compilation)
2014 : "The Perfect Cult"


La chronique


Deathstars n’est pas le groupe le plus évident à chroniquer. Cela n’a rien à voir avec un quelconque doigté indescriptible ; disons plutôt que le problème principal des Suédois est la qualité très inégale des morceaux. De ce fait, nous avons l’habitude de retrouver dans un même disque quelques "hits", eux-mêmes accompagnés laborieusement par une série de compositions de banales à médiocres. Ah, cette frustration !

Un peu surprenant aussi : cette attente de cinq ans depuis la sortie de "Night Electric Night". Alors oui, en effet, une compilation est parue entretemps, mais… bon, une compilation n’apporte rien de nouveau, ce n’est pas un secret. Ceci dit, apparemment, Deathstars a réellement bien fait de nous faire attendre, vu la qualité de son nouvel album !

Rien de foncièrement nouveau sous le froid soleil suédois, dont les berceuses se manifestent toujours en des vagues de claviers très indus, des mélodies catchy portées par le timbre saccadé de Whiplasher, et une touche de glam pour saupoudrer le tout et apporter une facilité d’écoute sympathique (ou moins, selon les goûts. Personnellement, je m’en tiens au "sympathique"). Une petite différence / évolution se manifeste tout de même lorsque s’achève la première moitié du disque ; si celle-ci reste dans la ligne directe de ce qu’avait déjà proposé Deathstars par le passé, la seconde, annoncée avec un morceau-titre lent, froid et très réussi, s’opère dans un style davantage "gothique" et sombre. Les trois titres finals, "Temple Of The Insects", "Track, Crush & Prevail" et "Noise Cuts", poussent le groupe dans ses retranchements (et seront peut-être les premières compositions à vraiment motiver les métalleux à se lancer dans la dite "danse de l’hélicoptère"). Une direction agréable qu’il me plairait d’entendre davantage à l’avenir.

La plus belle réussite est le travail sur le son, absolument magistral ! Après avoir enregistré le tout dans divers studios, le guitariste et claviériste Nightmare a pris en charge la production. Le mix et le mastering, quant à eux, sont respectivement tombés entre les mains expertes de Stefan Glaumann (Within Temptation, Rammstein,…) et Svante Forsbäck (Volbeat, Rammstein,…). Plus "naturel" que par le passé, l’effort met sans peine les nouvelles compositions en valeur, pour notre plus grand plaisir !

Deathstars est, malgré quelques légères "nouveautés" resté tel que nous le connaissions. Les amateurs devraient de ce fait être ravis des efforts manifestes de composition, tandis que les autres resteront très probablement toujours de marbre. Mais, quoi qu’il en soit, "The Perfect Cult" a fière allure dans la discographie.


Gloomy
Août 2014


Conclusion
Note : 15/20

Le site officiel : www.deathstars.net