Le groupe
Biographie :

Death Ray Vision est un supergroupe de metal / hardcore américain formé en 2010 et actuellement composé de : Mike D'Antonio (basse / Killswitch Engage, Overcast), Colin Conway (batterie / Frozen, Sentinel, Soul Remnants, ex-The Year Of Our Lord, Cannae, ex-Vattnet Viskar, ex-All That Remains), Zack Wells (guitare), Pete Cortese (guitare / Overcast, ex-Seemless, Bloodwitch, Burn The Witch, ex-Killswitch Engage, ex-Jetfuel, ex-Long Distance Runner, ex-Medium) et Brian Fair (chant / Overcast, Shadows Fall, Transient, ex-Late Night Crue). Le groupe sort un premier EP en 2011 ("Get Lost Or Get Dead") avant de sortir son premier album, "We Ain't Leavin' Till You're Bleedin'", en Septembre 2013 chez Bullet Tooth.

Discographie :

2011 : "Get Lost Or Get Dead" (EP)
2013 : "We Ain't Leavin' Till You're Bleedin'"


La chronique


Au pays des supergroupes, fort de leur line-up qui fait rêver, je voudrais le dernier venu Death Ray Vision, quintette hardcore / thrash de Boston avec la fine fleur du coin à savoir Mike d’Antonio à la basse (Killswitch Engage), Brian Fair au chant (Shadows Fall) , Pete Cortese à la guitare (Overcast), Zack Wells à la seconde guitare et enfin Colin Conway aux fûts (Frozen). Avec un line-up comme ça, on se prend presque à rêver ! Je dis "presque"  car l’histoire nous a montré qu’il faut se méfier des supergroupes qui sont, la plupart du temps, des super daubes (à l’exemple de Dublin Death Patrol, Chicken Foot, Generation Kill et j’en passe des tonnes. Noni, tous les groupes ne peuvent pas se vanter de cartonner comme Down). Bien malheureusement pour moi, cette galette se situe plutôt dans cette catégories des albums dont on pourrait se passer et qui sont bien en dessous de ce qu’on en espérait… Pour ma part, l’espoir se situait surtout au niveau du bassiste, Mike D’Antonio, élevé au Killswitch Engage depuis les débuts, groupe ô combien cher à mon cœur d’ado que je ne suis plus depuis fort longtemps (surtout lorsqu’on sait que Mike prenait part à la compo des chansons de KsE et ne se limitait pas à jouer les partitions. A demi-mot, lors d’une interview du brave réalisée par votre serviteur en tête à tête à quelques heures de leur dernier concert parisien, le presque quadragénaire m’avouait être fatigué de KsE et du metal pour teens. Il aura donc sauté le pas avec ce nouveau projet.)

Le groupe aura donc fait le parti pris de réaliser un mix entre le harcore old school à la Madball et Biohazard et un thrash tout aussi old school, ce qui, sur le papier, ne me déplaît pas, Hatebreed , Megadeth, Suicidal Tendencies et Exodus comptant parmi mes groupes de référence. Mais voilà, ce combiné alléchant est loin de répondre au cahier des charges et se dirige clairement vers le hardcore (90% hardcore, 10% thrash), à savoir de la musique "facile" et un peu trop convenue à mon gout (du pseudo Hatebreed sur "False Prophet" et "Choke", le riff de break de "Condemned When You Were Norn" déjà entendu 1000 fois je vous laisse deviner où…), bien en dessous des capacités de tous ces fiers guerriers qui ont appartenu à des groupes plus que respectables. Pourtant bien produit (je précise, car le choix aurait pu s’orienter sur un prod' old school rendant le tout aussi mauvais que le dernier de Phil Anselmo…), le CD est d’une platitude exaspérante, ne comptant que quelques bons moments par ci par là (la seconde partie de "Live Fast…Never Die" par exemple et son riff à la Down).

En bref, un album de hardcore écoutable mais pas du tout original et relativement décevant vu le pédigree des musiciens.


Murderworks
Octobre 2013


Conclusion
Note : 11/20

L'interview : Colin Conway

Le site officiel : www.deathrayvision.com