Le groupe
Biographie :

Dantallon est un groupe de death / doom metal mélodique espagnol formé en 2004 et actuellement composé de : Villa (batterie / Adonai, LowMist, ex-Mydgard, ex-Witchfyre, ex-Empty, ex-Iron Hunter), Brais (guitare / Adonai, LowMist, ex-Mydgard), Sanguinist (chant / Arkham), Andrés (guitare / ex-Witchfyre) et Fontán (basse / ex-Basiliades). Dantalion sort son premier album, "When The Ravens Fly Over Me", en Juin 2006 chez Det Germanske Folket, suivi de "Call Of The Broken Souls" en Novembre 2007, de "All Roads Lead To Death" en Octobre 2010 chez Xtreem Music, de "Return To Deep Lethargy" en Juillet 2012 chez Unexploded Records, de "Where Fear Is Born" en Octobre 2014 chez Sleaszy Rider Records, de "...And All Will Be Ashes" en Décembre 2016, de "The Seventh Wandering Soul" en Septembre 2018 chez The Way Of The Hermit, et de "Time To Pass Away" en Juillet 2021 chez Darkwoods.

Discographie :

2006 : "When The Ravens Fly Over Me"
2007 : "Call Of The Broken Souls"
2010 : "All Roads Lead To Death"
2012 : "Return To Deep Lethargy"
2014 : "Where Fear Is Born"
2016 : "...And All Will Be Ashes"
2018 : "The Seventh Wandering Soul"
2021 : "Time To Pass Away"


Les chroniques


"Time To Pass Away"
Note : 16/20

Les Espagnols de Dantalion sont du genre prolifiques puisque "Time To Pass Away" est déjà leur huitième album depuis 2006, ce qui est d'autant plus impressionnant quand on sait que leur personnalité musicale a tendance à bouger. Très ancré dans un black à tendances dépressives sur les premiers albums, le groupe s'est ensuite dirigé vers quelque chose de plus doom sur ses derniers méfaits. Et "Time To Pass Away" qui nous occupe aujourd'hui nous prend une fois de plus par surprise !

Les deux minutes de "The Call" posent une ambiance inquiétante et malsaine en guise d'introduction et si le groupe a encore changé de visage, on comprend de suite qu'il n'est pas devenu plus lumineux pour autant. Ce premier court morceau se montre déjà terriblement sombre, oppressant et glauque au possible. C'est "The Relentless Shadows" qui démarre vraiment l'album et on se rend compte que Dantalion est revenu vers le black metal et pas qu'un peu ! Cette fois, ce n'est pas dans une veine dépressive mais bien avec un black metal assez teigneux et énergique même si les mélodies sont toujours très sombres et que le chant de Sanguinist (que l'on n'avait plus entendu chez Dantalion depuis "Return To Deep Lethargy") est encore plus possédé. Ces sonorités black dépressif restent tout de même présentes en filigrane à travers ces mélodies justement assez poignantes et désespérées mais les riffs sont eux bien plus froids et malsains et la violence de l'ensemble est plus relevée que sur les précédents albums, même les premiers. En tout cas, le groupe est diablement inspiré cette fois et ces riffs suintent le désespoir, la rage et l'envie de tout brûler. Même si le tout est joué en trémolo tout ce qu'il y a de plus classique, Dantalion arrive à nous frapper avec ses mélodies et ses ambiances qui semblent bien plus authentiques et sincères ici que chez d'autres représentants de la scène. J'y sens un désespoir et une colère proches des groupes de black metal d'Europe de l'Est qui sont très doués pour développer des ambiances de ce genre (je me permets de vous conseiller d'aller jeter une oreille sur Lutomysl par exemple).

Tout en empruntant les éléments du black metal le plus classique, "Time To Pass Away" arrive à lui donner un visage personnel et Dantalion évoque un paysage de ruines tout au long de ces quarante minutes. Il y a quelque chose dans l'équilibre de la violence et du désespoir qui donne à ce nouvel album un impact émotionnel plus grand que ses prédécesseurs. Dantalion semble avoir réussi à épurer son propos et à le rendre plus direct, à faire en sorte qu'il frappe en plein cœur sans fioritures, sans détour. C'est le désespoir brut qui vous saute à la gorge ici, débarrassé de ses oripeaux et montré dans sa forme la plus pure. Par conséquent, la musique du groupe n'a jamais été aussi directe, aussi efficace, aussi poignante et peut-être même aussi sincère. On sent le groupe se mettre à nu et particulièrement Sanguinist qui crache tout ce qu'il a et qui ne fait clairement pas semblant. Tout respire l'authenticité par ici et si certains groupes de la scène aiment prendre la pose, Dantalion n'en fait pas partie. En tout cas, ceux qui avaient apprécié la précédente orientation du groupe risquent d'être surpris puisque "Time To Pass Away" prend un virage à 180 degrés. Retour à un black metal plus dur qui délaisse totalement les sonorités doom entendues sur les deux précédents albums. Ce n'est pas non plus un retour au black dépressif des débuts, bref Dantalion a adopté un autre moyen d'expression empruntant en partie à ses deux précédentes orientations et y ajoute autre chose, une rage qu'on ne lui connaissait pas et un désespoir plus frappant.

Un nouvel album surprenant par son revirement vers un black metal nerveux, froid et désespéré loin des sonorités doom que le groupe nous faisait entendre sur ses derniers albums et tout aussi loin des premiers albums plus orientés black dépressif. "Time To Pass Away" ouvre un nouveau chapitre pour Dantalion qui se montre ici plus authentique et plus rageur que jamais.


Murderworks
Octobre 2021




"All Roads Lead To Death"
Note : 09/20

Dès son nom, l'album annonce bien la couleur, du black, du black et encore du black ! Une cloche d'église résonne en guise d'intro, des pas de chevaux et des cris de corbeaux, difficile de faire plus lugubre. On retrouve d'ailleurs tous ces éléments dans la pochette de l'album. Dantalion enchaîne malheureusement les clichés musicaux et symboliques. Cet album parle de la mort, on l'aura compris que ce soit par le biais de la pochette ou encore des titres, tels que "Only Ashes Remain" ou "My Last Breath". Passé outre ce défaut (en même temps fallait pas que s'attendre à des chansons prônant la paix dans le monde), on saura apprécier la qualité musicale des compositions, avec une variété instrumentale et surtout vocale intéressante. La monotonie se fait toutefois ressentir au fil des pistes, aussi longues les unes que les autres (8 minutes en moyenne) et sans grande différenciation. Loin d'innover dans le genre, le groupe reste fidèle aux codes du black metal, aussi bien musicalement que visuellement, et nous délivre un son teinté de haine et de désespoir. Blast, voix criarde Les chansons s'étalant sur la longueur comme c'est le cas ici sont habituellement réservées au black dépressif, doom. Or, pour ce black / death, cette longueur s'avère particulièrement agaçante, le groupe semble ne pas savoir dans quelle direction aller, alternant les passages rapides et brutaux puis des solos plus lancinants, sans pour autant que l'on parvienne à se plonger dans l'univers souhaité. C'est avec une certaine déception que je termine cet album, les aprioris qui m'ont envahie au premier regard de la pochette ayant été confirmés par cette incertitude musicale d'une durée de 8 pistes seulement, mais déjà trop longue à mon goût.


Fannie
Novembre 2010


Conclusion
Le site officiel : www.facebook.com/dantalion.metalband