Le groupe
Biographie :

Cryptivore est un one-man band de death / grind australien formé en 2015 et dans lequel opère Chris Anning (chant, instruments / Bone Marrow, Rottenatomy, ex-From These Wounds). Cryptivore sort son premier album, "Celestial Extinction", en Février 2022 chez Bitter Loss Records.

Discographie :

2017 : "Unseen Divinity" (Démo)
2022 : "Celestial Extinction"


La chronique


Crée en 2015 par Chris Anning, le one-man band Cryptivore nous amène son premier album "Celestial Extinction" après une démo nommée "Unseen Divinity" en 2017. C'est australien donc vous savez que ça va être brutal puisque la plupart des groupes qui nous arrivent de ce pays sont des furieux et ça ne loupe pas, Cryptivore donne dans un death / grind sale et méchant.

D'ailleurs "Celestial Extinction" n'a pas envie de s'étaler outre-mesure et ne dure que vingt-sept petites minutes, ce qui sera amplement suffisant pour tout raser et ramoner tous les tympans qui passeront par là. "Cocoon Hecatomb" démarre façon death suédois bien gras avec de bons gros riffs sales comme le veut la tradition des Entombed et autres Dismember, avant de partir sur un death toujours old school mais bien plus nerveux qui n'hésite pas à fricoter avec des sonorités plus frénétiques qui renvoient aux groupes de death technique. Tout ça avec de bons gros blasts énervés et un son de guitare gras mais puissant qui envoie bien la sauce. Les morceaux sont assez courts et atteignent gros maximum les trois minutes, ce qui ne les empêche pas de changer de rythme et d'ambiance régulièrement. Cryptivore marie parfaitement le death old school à la suédoise avec une certaine approche de la mélodie qui reste évidemment toujours bien sale et des passage gores à la Carcass, le tout mélangé à une urgence et une furie parfois proche du grind. Ce one-mand band fait du death metal au sens large mais reste toujours brutal, sale et malsain même si quelques passages mélodiques se glissent au sein de ces dix morceaux. Chris Anning connaît parfaitement ses classiques et ne contente pas de les ressortir comme un bon élève, il se sert de cet héritage pour créer un mélange parfois surprenant tant il peut passer de la pire brutalité à des mélodies plus posées. En tout cas, son death metal est vivant et le fait que les morceaux et l'album soient aussi courts lui permet de frapper juste et fort sans que l'on subisse le moindre passage à vide.

Même si "Celestial Extinction" reprend des éléments que tout amateur de death metal connaît sur le bout des doigts, il arrive à mélanger plusieurs scènes et à en faire un tout cohérent malgré la bougeote des morceaux. Encore une fois, même si l'ensemble est ancré dans le old school, on passe d'un riff à la Entombed à du Carcass bien sale pour virer sur un gros blast brutal avec des riffs quasiment grindcore pour nous achever avec des mélodies crades que n'aurait pas renié un certain Autopsy ! C'est donc très varié tout en restant death / grind jusqu'au bout des ongles et il y a un vrai talent de composition qui rend ce premier album très efficace, brutal et intéressant. Le groove n'est pas en reste et un morceau comme "The Ethereal Deceased" pourrait faire un carnage si le projet venait à fouler une scène un jour, ce qui ne l'empêchera pas de vous pousser à fracasser la moitié de votre mobilier en attendant. Il y a plus d'inspiration ici en vingt-sept minutes que chez beaucoup de groupes qui s'étalent sur une durée deux fois plus longue. La production met une bonne couche de graisse sur les guitares et reste suffisamment puissante pour que ces morceaux aient tout l'impact nécessaire. Et entre le groove qui déboîte la nuque, les gros blasts brutaux, les riffs et mélodies bien sales et les changements réguliers d'ambiance, il y a de quoi s'en prendre plein la tronche sur "Celestial Extinction" !

Vous aimez le death metal qu'il soit brutal, old school ou malsain et crade ? Cryptivore vient de vous livrer un joli cadeau avec "Celestial Extinction" puisque tout est là ! On a le groove, les ambiances malsaines et sales, les gros blasts qui tachent, une brutalité qui flirte avec le grind par moments, bref tout ce qu'il faut pour vous malaxer les vertèbres et la mâchoire.


Murderworks
Avril 2022


Conclusion
Note : 15/20

Le site officiel : www.facebook.com/cryptivore