Le groupe
Biographie :

Contrarian est un groupe de death metal progressif américain formé en 2014 et actuellement composé de : Bill Bodily (basse / Flotsam And Jetsam, ex-War Of Attrition, ex-Freya, ex-Inhumatus, ex-Toxik), Cody McConnell (chant / ex-Goemagot, Dissonant Seepage, ex-Abdicate, ex-Black Friday, ex-Shepherd Of Rot), Brian Mason (guitare / Sulaco), Jim Tasikas (guitare / Delirium Endeavor, ex-Manic) et Bryce Butler (batterie / Abigail Williams, Ariah, Dei Aemeth, Entombment, Lizard Professor, Lord Mantis, Shadow Of Intent, Aeolia, Bryker, Circuit Of Suns, Seeker, Silvercord, Valiant Crusade, ex-A Devil's Daydream, ex-The Faceless, ex-2X4, ex-Brojob, ex-Hunt The Dinosaur). Contrarian sort son premier album, "Polemic", en Novembre 2015 chez Willowtip Records, suivi de "To Perceive Is To Suffer" en Juillet 2017, de "Their Worm Never Dies" en Mars 2019, et de "Only Time Will Tell" en Novembre 2020.

Discographie :

2014 : "Predestined" (EP)
2015 : "Polemic"
2017 : "To Perceive Is To Suffer"
2019 : "Their Worm Never Dies"
2020 : "Only Time Will Tell"


La chronique


Les amateurs de death technique old school ont déjà dû repérer le nom de Contrarian puisque le groupe nous amène tout de même son quatrième album, "Only Time Will Tell", et continue de proposer un death metal qui rend hommage aux monstres de la scène death technique du début des années 90.

Si les noms de Death, Atheist et Cynic vous vont frétiller, vous allez vous sentir comme à la maison avec ce nouvel album de Contrarian. Surtout si vous avez aimé "Human" et "Individual Thought Patterns" de Death justement, si ce n'est pas le cas vous n'avez aucun goût, sachez le. Si Contrarian n'a jamais changé son fusil d'épaule, on peut à la limite dire qu'ils s'est montré un peu plus progressif et mélodique avec le temps, là où "Predestined" et "Polemic" se montraient un peu plus durs et brutaux et que l'inspiration Death est passée des albums cités précédemment aux plus récents. Pas de gros changements en tout cas puisque la base reste ce fameux death technique et mélodique typique de cette période et qui se fait plus rare maintenant, même si certains groupes continuent à tenir le flambeau. "In A Blink Of An Eye" démarre l'album et on sent toujours cette inspiration Death cette fois plus orientée vers "The Sound Of Perseverance" avec ces fameuses mélodies et harmonies. Contrarian montre toutefois un côté plus technique et même plus dur avec des riffs plus teigneux et plus sales. On garde la durée classique des albums de l'époque là aussi avec trente-quatre minutes seulement, comme les précédents albums de Contrarian d'ailleurs. Le groupe va à l'essentiel et ne perd pas de temps à étirer des morceaux qui sont déjà suffisamment touffus. Si pour certains la ressemblance avec les grands noms cités sera trop flagrante, on ne peut pas dire non plus que Contrarian fait de la pompe, il perpétue un héritage délaissé depuis un certain temps et nous permet de nous délecter d'albums que personne d'autre ou presque n'aurait produit.

Certes des groupes comme Augury ou Obscura entre autres sont passés par là aussi et ont sorti de très bons albums mais l'approche n'était pas tout à fait la même et la démarche de Contrarian est justifiée. D'autant que le groupe s'amuse à créer une histoire autour de ses albums, il crée un univers avec un personnage qui persiste à chaque album et qui se voit carrément ici gratifié d'un album concept ! Et comme je le disais, si les influences sont facilement repérables, Contrarian développe ses propres ambiances et sort du chemin tracé par les illustres ancêtres de cette scène. "Beat The Clock" en est d'ailleurs un très bon exemple avec quelques arrangement electro et modernes et une ambiance plus sombre et plus lourde. Quelque chose de menaçant s'infiltre sur ce morceau et voit le groupe mettre sa personnalité en avant pour une rupture de ton intéressante par rapport aux premiers morceaux de l'album. Rupture qui se trouve en plus justifiée par le concept et qui prouve que le groupe ne s'est pas contenté d'écrirer une histoire pour faire beau et qu'il utilise bien la musique pour l'illustrer. Si le niveau technique est évidemment impressionnant, le groupe n'en abuse jamais et un morceau comme "The Mega Metropolis" se montre d'ailleurs assez direct et old school malgré les mesures impaires et autres contretemps qui se glissent un peu partout. "Your Days Are Numbered", quant à lui, ferme l'album avec la durée la plus longue puisqu'il atteint quasiment les huit minutes. Le groupe y montre ce qu'il sait faire et s'amuse à y développer plusieurs ambiances différentes.

Au final, "Only Time Will Tell" est une fois de plus un très bon album de death technique aux teintes progressives qui se sert de la musique des grands noms du genre pour le perpétuer et y ajouter sa patte. Contrarian fait clairement partie des meilleurs représentants actuels du genre et ce quatrième album n'a pas à rougir face à ses influences ou à la concurrence.


Murderworks
Décembre 2020


Conclusion
Note : 16/20

Le site officiel : www.contrarianmetal.com