Le groupe
Biographie :

Clouds est un groupe de death / doom metal atmosphérique international formé en 2013 et actuellement composé de : Mihai Dinuta (guitare / Machiavellian God, Mourners, ex-Gothic) et Daniel Neagoe (chant, instruments / Aeonian Sorrow, Bereft Of Light, Colosus, God Eat God, Mourners, Obseqvies, Pantheist, ex-Deos, ex-Eye Of Solitude, ex-Fogland, ex-My Shadow, ex-Vaer, ex-Ennui, ex-Genune, ex-Gothic, ex-Mistralth, ex-Shape Of Despair, ex-Sidious, ex-Tableau Mort, ex-Unfathomable Ruination, ex-Tiarra). Clouds sort premier album, "Doliu", en Mai 2014 chez Domestic Genocide Records, suivi de "Departe" en autoproduction en Novembre 2016, de "Dor" en Novembre 2018, de "Dor II" en Avril 2019, et de "Durere" en Avril 2020.

Discographie :

2014 : "Doliu"
2016 : "Departe"
2017 : "Destin" (EP)
2018 : "Dor"
2019 : "Dor II"
2020 : "Durere"


La chronique


Pour ce qui est de faire passer des émotions fortes à travers des mélodies et des paroles, le doom metal est probablement un des meilleurs genres de par les possibilité qu’il offre, et à travers l’intensité que l’on peut transmettre dans chaque note, chaque mot, qui est sublimé par un rythme qui prend son temps et qui impose avec force toute le sens de ce qui veut être exprimé. Le genre donnant aussi la possibilité d’allier les instruments classiques que l’on rencontre dans le metal avec d’autres instruments que l’on retrouve de façon plus sporadique, que ce soit dans des parties acoustiques calmes ou lors de riffs plus lourds avec une guitare électrique a son plein potentiel, le tout étant noyé ou pas par le mixage des instruments. C’est en faisant très attention à toutes ces choses que Clouds a sorti plus tôt cette année l’album "Durere", alliant douceur et violence, clarté et désespoir, cet album d’un peu moins d’une heure arrive à transmettre une flopée d’émotions qui semblent contradictoires mais s’allient ici dans un ensemble parfaitement harmonieux dans une magnifique ode à la tristesse.

C’est tout d’abord grâce à un mixage des instruments très soigné que cet album arrive à autant retenir l’attention, en effet on remarque tout au long de l’album la présence d’un violon et d’un piano qui viennent sublimer les instruments classiques que l’on retrouve, le piano étant uniquement présent dans les parties acoustiques comme dans "The End Of Hope" ou "The Sailor Waves Goodbye", ce qui n’est pas le cas du violon qui, lui, vient s’insérer autant dans les parties acoustiques en introduction que dans les ponts de certains morceaux, mais on le retrouve également dans certaines parties comportant de la guitare électrique et de la basse comme par exemple dans "Cold Guiding Light" et "Above The Sea". Le violon s’inscrit ainsi comme un instrument principal de l’album à part entière malgré le fait qu’il ne soit pas omniprésent. Les autres instruments plus classiques ne sont cependant pas en reste pour autant car on retrouve également des riffs de guitares percutants et puissants, alliés à une batteries dont le rythme apporte un réel plus à la puissance des accords de guitare et des lignes de basse, le tout mixé de façon à ce que tous les instruments soient parfaitement audibles et à ce qu’aucun ne soit en retrait, il en découle donc des riffs puissants et percutants de par leur lenteur, sublimés par un violon qui vient apporter une harmonie triste à cet ensemble.

La voix n’est pas non plus en reste dans cet album, le groupe comporte en effet deux chanteurs, l’un nous proposant un chant clair aérien, mesuré et propice aux passages calmes, l’autre en revanche nous délivre un chant guttural profond mais d’un calme surprenant : rarement on aura vu un chant si caverneux et sombre servir des mélodies aussi claires et belles, on le remarque dès le début de l’album dans "Cold Guiding Light", il en découle ainsi un profond sentiment d’apaisement face à ce chant qui permet réellement de sublimer la transmission de toutes les émotions déjà opérée par les instruments. On remarquera d’ailleurs qu’une seule fois dans l’album, dans le morceau "Images And Memories", les deux chants sont superposés, l’un n’étant jamais au-dessus de l’autre, formant un duo qui procure une harmonie absolument inattendue, c’est un peu comme si l’ombre et la lumière n’était qu’une seule et même entité, on retrouve juste après la même superposition mais cette fois-ci de manière instrumentale à travers un solo de guitare qui représente le chant guttural de par sa puissance, appuyé par le violon qui se rattache au chant clair par sa douceur et sa légèreté. La répartition des deux chants est, quant à elle, très bien mesurée et on n’a pas le temps de se lasser de l’un ou l’autre grâce à l’alternance des deux au sein des morceaux.

Pour ce qui est de la structure, tous les morceaux sont un peu construits pareillement mais comportent toujours des nuances qui leur permettent de se démarquer, c’est particulièrement remarquable dans la seconde moitié de l’album qui comporte réellement des structures plus mémorables, même si la première reste excellente, celle-ci se démarque moins et les morceaux peuvent sembler interchangeables entre eux, tandis que la seconde semble plus comporter un fil conducteur entre les morceaux, ne serait-ce que dans le thème entre "Above The Sea" et "The Sailor Waves Goodbye". On remarquera aussi un semblant d’histoire qui est raconté par une voix parlée que l’on retrouve dans le morceau mentionné précédemment et également dans "A Father’s Death", ces passages sont souvent d’une grande puissance de par la coupure qu’ils induisent dans le morceau, rappelant le désespoir transmis par le chant guttural profond et sombre.

Si "Durere" fonctionne aussi bien dans ce qu’il propose, c’est essentiellement car il a su capter tout ce que le doom peut proposer et le sublimer en apportant plusieurs éléments un peu moins communs que l’on ne retrouve pas partout, l’album arrive donc à parfaitement transmettre cette tristesse et cette mélancolie qui émanent autant des instruments que de la voix, le tout s’inscrivant dans un ensemble cohérent et harmonieux, ainsi Clouds réussit avec brio la continuité de sa discographie sans se répéter et en perfectionnant ce qu’il fait déjà très bien depuis des années.


Praseodymium
Août 2020


Conclusion
Note : 15/20

Le site officiel : www.facebook.com/cloudsbandofficial