Le groupe
Biographie :

Berzerker Legion est un groupe de death metal européen formé en 2016 et actuellement composé de : Tomas Elofsson (guitare / Hypocrisy, Sanctification, ex-In Battle, ex-God Among Insects), Alwin Zuur (guitare / Asphyx, Grand Supreme Blood Court), Jonny Pettersson (chant / Syn:drom, Wombbath), Fredrik Isaksson (basse / Dark Funeral, Excruciate, ex-Therion, ex-Grave) et James Stewart (batterie / Vader). Berzerker Legion sort son premier album, "Obliterate The Weak", en Janvier 2020 chez Listenable Records.

Discographie :

2020 : "Obliterate The Weak"


La chronique


Si Berzerker Legion est un nouveau groupe et que son premier album "Obliterate The Weak" nous arrive dans les esgourdes, ne vous y trompez pas pour autant, les membres qui le constituent ne sont pas des débutants. Jugez plutôt : Tomas Eloffson (Sanctification, Hypocrisy en live), Alwin Zuur (Asphyx, Grand Supreme Blood Court), James Stewart (Bloodshot Dawn, Vader etc...), Jonny Pettersson (Wombbath, Ursine et une tripotée d'autres groupes) et Fredrik Isaksson (Dark Funeral) ! Vous vous doutez bien que quand tout ce beau monde se réunit ce n'est pas pour jouer de la pop et vous ne serez donc pas surpris d'apprendre que le groupe tape dans le death metal qui tache.

"Rise Of The Berzerkers" ouvre l'album avec ses deux petites minutes en guise d'introduction et des mélodies bien présentes sur fond d'ambiance guerrière et sombre qui nous évoque un mélange entre Hypocrisy et Amon Amarth. Mais c'est avec "A World In Despair" que les choses sérieuses commencent avec un death metal mid-tempo qui n'hésite pas à balancer de bons gros tapis de double et qui se montre aussi mélodique que puissant et épique. Là encore, on sent l'influence des premiers albums d'Amon Amarth avec toutefois un côté char d'assaut en prime tout droit hérité de feu Bolt Thrower. Les mélodies sont imparables et le côté épique et guerrier de l'engin va faire des ravages en live ! Par contre, les gros bourrins seront évidemment déçus d'entendre que les blasts n'ont pas leur place ici, pas plus que la technique outrancière d'ailleurs. Le death de Berzerker Legion est belliqueux mais fait la part belle au mid-tempo écrasant, aux mélodies guerrières et épiques, aux tapis de double grosse caisse et aux riffs puissants. Encore une fois, l'influence majeure se trouve dans le Amon Amarth de "Once Sent From The Golden Hall" et ce premier album est plutôt efficace dans le genre. D'autant que quelques morceaux se font un peu plus sales, comme le morceau titre par exemple, de quoi apporter un peu de variété et ne pas rendre l'influence des vikings trop flagrante. Il faut dire aussi que le sens mélodique de Berzerker Legion joue en sa faveur car quand ces gars-là décident de vous accrocher l'oreille ils savent y faire et "In The Name Of The Father" ou "The Falling Dawn" vont vous rentrer dans le crâne de force et y foutre un beau bordel !

Je le répète, les bourrins risquent de faire la gueule car Berzerker Legion préfère évoquer le champ de ruines qu'est devenu un champ de bataille une fois tout le monde à terre plutôt que la bataille en question. Vous allez donc prendre votre dose d'ambiances sombres, presque mélancoliques et de rifs destructeurs en mode rouleau compresseur ou char d'assaut. A ce titre, la pochette en plus d'avoir de la gueule résume plutôt bien l'album. Pour ce qui est de la production, c'est pareil : c'est puissant, carré et ça envoie du bois comme il faut. Les morceaux, quant à eux, tournent autour des quatre ou cinq minutes et permettent donc de ne pas se perdre dans des riffs répétés ad vitam et nous évitent donc l'ennui qui arrive bien vite chez des groupes de death un peu trop monolithiques. Si ce premier album est globalement mid-tempo, le groupe arrive tout de même à varier les plaisirs avec de la double qui tache, quelques accélérations, sans jamais en arriver au blast non plus, et des riffs pesants et sombres. Le barbare en nous aimerait parfois que ça s'emballe et que ça rentre vraiment dans le lard mais ce n'est pas le propos du groupe. "Obliterate The Weak" ne dépasse pas les quarante-cinq minutes et c'est la durée idéale pour un album de ce genre et le groupe atteint un équilibre plutôt bien dosé entre mélodie et puissance. Le death de Berzerker Legion mise tout sur l'impact et l'efficacité et ses morceaux sont une incitation au headbanging sauvage et au tapage de pied.

Tout ça pour dire que ce premier album est bien sympa et que Berzerker Legion pratique un death épique, mélodique et belliqueux qui devrait plaire aux amateurs des premiers Amon Amarth et à ceux qui aiment se prendre des riffs concasseurs dans les esgourdes.


Murderworks
Février 2020


Conclusion
Note : 15/20

Le site officiel : www.facebook.com/berzerkerlegion