Le groupe
Biographie :

Belore est un groupe de black metal atmopshérique / épique français formé en 2019 et actuellement composé de : Aleevok (instruments, paroles / Continuum, DXS, Hamka, ex-Evok'hate) et Charlie Videau (batterie / Nydvind). Belore sort premier album, "Journey Through Mountains And Valleys", en Janvier 2020 chez Northern Silence Productions, suivi de "Artefacts" en Novembre 2021, et de "Eastern Tales" en Avril 2024.

Discographie :

2020 : "Journey Through Mountains And Valleys"
2021 : "Artefacts"
2024 : "Eastern Tales"


Les chroniques


"Artefacts"
Note : 17/20

Il y a de cela deux ans et demi, Belore sortait son deuxième album intitulé "Artefacts". Une seule petite année sépare cet album de la première proposition musicale de la formation, "Journey Through Mountains And Valleys" qui proposait un black metal aux tons fantasy et médiévaux d’excellente facture et qui avait marqué Belore comme un projet à suivre à travers le temps. C’est donc en fin 2021 que le groupe est revenu avec un nouvel album (puis en 2024 avec "Eastern Tales", mais c’est bien sur le deuxième album que l’on va se pencher ici). Le moins que l’on puisse dire c’est que les ambiances proposées dans le premier album ne se sont pas perdues et dès les premières secondes de l’album on se retrouve à nouveau plongé dans un univers médiéval fantasy qui nous évoque plaines vertes à perte de vue et autres montagnes menaçantes à l’horizon. Le tout étant largement suggéré par l’utilisation d’orchestrations et de claviers qui viennent couvrir les instruments plus classiques du black metal d’une nappe atmosphérique et épique absolument envoûtante et qui nous permet immédiatement de nous plonger dans ce monde nouveau, à la découverte d’un univers passionnant à travers les différents morceaux.

Il est toujours passionnant de se pencher sur des projets qui se plongent dans des univers différents car ils semblent tous raconter une histoire à travers leurs albums. On peut ressentir en effet une réelle progression presque narrative dans l’album avec "Tale Of A Knight" qui marque réellement l’initiative d’une aventure en prenant des airs solennels à travers une légende racontée de manière épique, et qui va ensuite devenir une inspiration au voyage qui débutera réellement dans "Artefacts Of Power" qui va nous proposer des trémolos très grandioses et gonflés d’ambition comme au début d’une superbe aventure à la recherche de mystères de l’histoire encore enfouis dans des terres inexplorées. Si cette progression narrative ne nous apparaît pas sous forme de lecture ou de visionnage comme elle le serait plus classiquement dans un film ou dans un livre, elle est pourtant largement identifiable et il est fort plaisant de retrouver cette structure dans la construction musicale de l’album.

Par la suite, le morceau "The Fall Of Endeor" prend des tons plus martiaux avec des percussions plus lentes et une guitare qui va venir, entre des trémolos très épiques, nous proposer plutôt des accords puissants et percutants qui viennent ajouter à la gravité épique d’une bataille de grande envergure. Vient ensuite un chant clair très solennel qui vient se présenter à nous, spectateurs passifs et presque omniscients, pour nous annoncer l’issue de la scène qui se déroule lors de ce morceau. On revient ensuite sur quelque chose de plus mystique et merveilleux à travers le morceau "Moonstone" qui semble nous venir nous plonger au cœur d’une forêt à la fois profonde et pleine de dangers mais portant également quelque chose d’irréel comme si quelque chose en son centre dégageait une lueur apaisante, ce que l’on retrouve exactement au milieu du morceau avec un passage acoustique parsemé de plusieurs chants clairs comme présentant l’acquisition de cette "Moonstone", porteuse d’espoir et de puissance et qui va venir apporter des tons plus clairs dans la musique malgré un chant toujours sombre et caverneux. C’est cette dissonance entre la violence du chant et une beauté instrumentale particulièrement claire qui vient donner toute sa puissance symbolique au morceau et nous permet réellement de nous représenter des images mentales de la scène qui est pourtant évoquée à travers des sons seulement.

Le dernier tiers de l’album se positionne plus comme le début d’un nouveau cycle avec le violon du début de "A New King For Therallas" qui apporte des tons très mélancoliques et tristes comme pour symboliser la mort de cet ancien roi, mais ces sonorités sont bien vites remplacées par quelque chose de plus majestueux et épique, porteur de lumière et d’espoir à travers un nouveau héros, un guide pour un peuple en deuil qui va devoir faire ses preuves dans une quête qui sera contée dans "Glorious Journey", dernier morceau de l’album qui va pour l’occasion sortir ses orchestrations les plus épiques, ces dernières prenant une place encore plus importante dans la prod' tout le long du morceau, proposant plusieurs nappes atmosphériques mêlant claviers, flûte et chœurs vaporeux à une batterie et une guitare qui s’affichent plus comme un soutien, et toujours un chant black metal contant cette quête. S’il est présent dans tout l’album, c’est définitivement ce morceau qui cristallise le plus le sentiment de grandiose et d’épique, notamment avec les cuivres en milieu de morceau qui donnent une vraie sensation d’immensité, comme si d’immenses statues se dressaient face à nous, sans aura menaçante mais illustrant bien la grandeur, ce qui sera ensuite renforcé par les chants clairs superposés.

On remarquera dans cet album que la production, toujours claire et bien maîtrisée, va parfois venir s’adapter au contexte, on aura en effet des instruments très présents dans le mix pour "Tale Of A Knight" comme pour venir embellir une belle histoire qui aurait été déformée par le temps, là où le chant est largement plus mis en avant dans "The Fall Of Endeor" pour marquer la réalité crue qui se déroule au temps présent, ces changements dans le mixage sont particulièrement perceptibles et viennent apporter un véritable plus à l’album en y ajoutant une cohérence narrative pourtant complexe à mettre en place. Les instrumentations qui viennent ajouter la dimension épique ne sont évidemment pas en reste de ce côté, s’effaçant parfois pour mieux revenir et nous infliger un souffle d’aventure, en nous présentant un monde vaste et inconnu qu’on ne peut qu’imaginer à travers la musique, ce qui en fait un monde finalement unique à chaque auditeur.

Avec ce deuxième album, Belore transforme l’essai en nous proposant un conte venu d’un autre monde qu’il appartient à l’auditeur d’imaginer. Porté par un mixage superbement maîtrisé et par des morceaux tous plus qualitatifs les uns que les autres, on prend un réel plaisir à suivre la progression narrative de l’album avec toutes les ambiances proposées, passant d’une bataille désespérée à une quête épique. Avec un album de cette qualité, on ne peut qu’espérer qu’"Eastern Tales", le troisième album tout récemment sorti, est tout aussi bon et va nous amener dans un autre monde fantastique et immersif.


Praseodymium
Mai 2024




"Journey Through Mountains And Valleys"
Note : 16/20

Le black metal est un genre musical dont la scène se révèle très active et ne cesse de voir apparaître de nouveaux groupes, la France n’est d’ailleurs pas en reste, voyant émerger bon nombre de formations, plus ou moins innovantes, chaque année. Belore est un de ces nouveaux-nés du paysage black metal français, projet solo d'Aleevok, déjà membre actif de la scène française, notamment à la basse chez Darkenhöld. Proposant un black metal épique et atmosphérique, ce premier album  "Journey Through Mountains And Valleys" propose des morceaux plus glorieux et lumineux que ce à quoi on a l’habitude d’entendre dans la scène française, apportant une clarté très loin d’être déplaisante parmi tout ce paysage sombre et torturé.

Si l’album peut nous rappeler bien vite les grands noms du genre comme Summoning, il est cependant loin de s’inscrire comme un énième clone sans saveur de ce dernier, Belore nous propose ici son propre univers fantastique médiéval et le dépeint musicalement à sa façon. Un univers médiéval implique donc que l’on sorte un peu des sentiers battus, en particulier au niveau des instruments utilisés, qui vont s’ajouter à ceux d’un black metal plus traditionnel. Ainsi, on retrouvera plusieurs instruments qui se distinguent du reste, largement mis en avant tout au long de l’album, qu’ils servent d’introduction aux morceaux, comme les trompettes que l’on peut entendre au début de "The Whispering Moutains" et "The Bewitching Horns" ou la flûte, qui se présente comme l’élément majeur du morceau "The Howling Fields" et dont la composition et le mixage sont particulièrement soignés. On notera également une alternance entre un growl assez éraillé, déchiré, qui ne transmet cependant aucune haine ni aucun désespoir, mais se contente de donner du relief aux morceaux par son alternance très bien maîtrisée et équilibrée avec un chant clair qui apparaît très épique, presque élogieux dans son mixage, lequel nous permettrait presque de visualiser l’arrivée glorieuse d’un héros dans la cours d’un château accueilli par un chant similaire. Le tout est également mis en valeur par l’utilisation de claviers, qui se font souvent discrets dans le mixage, dans le corps des morceaux, et deviennent particulièrement importants pour introduire comme dans "The Valley Of Giants", ou conclure un morceau comme dans "The Initiation Ritual".

S’il s’inscrit plutôt dans une ambiance contemplative et épique, l’album sait tout de même proposer différentes ambiances à travers les morceaux, passant sans problème d’un dramatique grandiose, aidé par la partie instrumentale acoustique et les chœurs dans "The King’s Funeral", à l’apaisement de l’épilogue proposé par le morceau instrumental "The Serinity Of Steel" qui vient conclure l’album. Les deux morceaux usant des mêmes mécaniques mais parvenant finalement à produire deux ambiances complètement différentes qui servent toutes les deux le morceau qu’elles présentent, les illustrant ainsi parfaitement.

Belore nous propose donc ici un album original dont la composition et le mixage sont particulièrement soignés afin que l’univers original fondé et dépeint par cet album soit le mieux transcrit possible. Un pari réussi car en plus de représenter fidèlement ce dernier, "Journey Through Mountains And Valleys" parvient à délivrer plusieurs ambiance sans totalement se perdre et délivre ainsi un album de qualité qui sait se distinguer pour ne pas tomber dans l’ombre des grands noms de la scène.


Praseodymium
Mai 2020


Conclusion
Le site officiel : www.facebook.com/beloreofficial