Le groupe
Biographie :

Originaire de San Diego en Californie, As I Lay Dying est un groupe de metalcore chrétien. En 2001 le groupe se forme, signe chez Pluto Records et sort son premier album. En 2003, suite à une tournée d'envergure le groupe signe chez Metal Blade Records et mets en boite l'album "Frails Words Collapse". En 2005 et 2007 sortent respectivement les albums "Shadows Are Security" et "An Ocean Between Us". Un coffret collector 3 DVD retraçant le parcours du groupe apparaît en 2009. Leur nouvel opus produit par Adam D de Killswitch Engage et mixé par Colin Richardson est disponible depuis le 11 Mai 2010. A noter que le groupe sera présent au Hellfest de la même année. Le groupe nous revient en cette année 2012 avec le nouvel album "Awakened".

Discographie :

2001 : "Beneath The Encasing Of Ashes"
2002 : Split CD avec American Tragedy"
2003 : "Frails Words Collapse"
2005 : "Shadows Are Security"
2007 : "An Ocean Between Us"
2010 : "The Powerless Rise"
2012 : "Awakened"


Les chroniques


"Awakened"
Note : 12,5/20

D’un avis plutôt mitigé sur leur précédent vrai album, je décide de m’attaquer à ce "Awakened" de la manière la plus objective qui soit. Et ça commence sur une impression positive ! Certes la tête de mort ils ont du mal à en décrocher mais graphiquement c’est beaucoup plus intéressant ! Mais oui vous l’avez déjà vu cet acherontia atropos, sur l’affiche du Silence Des Agneaux. C’est ce papillon ayant la particularité d’avoir ce qui ressemble à une tête de mort sur le dos, ce qui lui vaut son nom de Sphinx tête de mort. Et après l’effet visuel, l’accueil sonore est tout aussi charmant avec "Cauterize" qui, bien que classique pour le style, donne une petite envie de tout saccager.

Malheureusement, le petit sourire esquissé par ma bouche sera d’une courte durée parce que, comme beaucoup trop de groupes de metalcore aujourd’hui, impossible de garder les testiboules accrochées en dessous de leur virilité et ils nous balancent alors un chant clair inutile, commun, dont le seul intérêt serait peut-être de passer dans les clips de M6 à l’heure du goûter. Je n’ai pourtant rien contre ces pratiques mais il y a un moment il faut savoir ce que l’on veut. L’apogée reste le dernier titre de l’album "Tear Out My Eyes" qui frôle la crème de la crème du cucu la praline (pour reprendre l’expression de ma prof d’art plastique de sixième). Bien sûr il y a un public pour ça mais c’est franchement dommage ici. D’autant plus que le groupe sait utiliser le chant clair à bon escient, la preuve avec "A Greater Foundation", "Whispering Silence" ou encore "No Lungs To Breathe" qui octroie à la musique du groupe une certaine énergie et un petit côté punk californien pas désagréable du tout. Bon ok j’y ai été un peu fort dès le début, mais autant finir par ce qu’il y a à tirer de cet album non ? Des titres comme "Resilience" et "Wasted Words", sensiblement proches et dont la mélodie n’entache ni la puissance ni la dynamique des morceaux. On trouve aussi "Overcome" et "My Only Home" qui dégagent une bonne énergie, qui frappe assez fort sans pour autant porter un mur de metal extrême. Musicalement parlant, le groupe a gagné en mélodie ("Defender", "Washed Away") mais n’innove pas beaucoup et nous propose simplement du neuf. Concernant le son, il est de très bonne qualité pour tous les instruments mais là encore, aucune surprise, et une minime, voire inexistante, évolution.

Tu veux du son qui tâche ? Passe ton chemin. Tu veux qu’on te caresse les tympans ? Passe ton chemin. Mais alors cet album il est fait pour qui ? Probablement pour la nouvelle génération que les plus de 18 ans ne peuvent pas connaître (et difficilement comprendre). Je ne tape pas sur le son qui est de très bonne facture. Je ne tape pas sur les musiciens qui sont redoutables et qui offrent une prestation de qualité. Non je tape avec conviction sur l’univers de la galette, instauré par un abus de chant clair aux mélodies bateau et c’est bien dommage. As I Lay Dying ou un groupe qui stagne méchamment alors qu’il est censé faire partie des références du genre. Et en tant que chroniqueur super sympa je vais vous donner un petit conseil… allez écouter des extraits avant de l’acheter.


Kévin
Novembre 2012




"The Powerless Rise"
Note : 13/20

Voici "The Powerless Rise" le cinquième album des Californiens, toujours chez Metal Blade. L’artwork est propre et bien agencé mais manque cruellement d’originalité en reprenant à peu près tous les clichés du genre. Première déception passée, passons à l’écoute du disque. Un brouhaha oppressant en guise d’apéritif rapidement rejoint par une voix de zombie tout droit sorti d’un film pour déboucher sur un riff étourdissant et rapide. "Beyong Our Suffering" c’est un morceau ancré à fond dans le créneau metalcore.

Poursuivons avec "Anodyne Sea". Une fois passé la série de blasts, l’effet des deux guitares aux volumes différents est franchement réussi et donne une certaine dynamique. On note également une mignonne mélodie de refrain et un solo de guitare assez mélancolique. Rien de très spécial à signaler concernant le titre qui suit, "Without Conclusion" si ce n’est le son très amusant des guitares au début, rappelant quelque peu les sons des premiers jeux vidéo. Il est tout de même important de signaler un son impeccable. Les guitares sont pleines et rondes, ça sonne très électrique, ça sonne très… euh metalcore ? Les titres "Parallels", "The Plague" et "The Only Constant Is Change" peinent à se démarquer. On a l’impression d’écouter du "déjà fait", notamment par des groupes comme Killswitch Engage ou Trivium. "Anger And Apathy" titre du milieu de l’album, est un peu plus imprégné de la patte AILD. Un bon riff de gratte, des envolées vocales et une batterie qui achève le morceau font de ce titre un des plus réussis. On enchaîne avec "Condemned" et c’est presque trois minutes de rage qui déferlent sur vous. Les grattes tranchent et le chanteur parait enfin se livrer et se lâcher un peu pour un morceau énergique et puissant. Un bourdonnement, une basse posée et appuyée par une batterie, il n’y a certainement pas qu’à moi que ça rappellera l’intro de "Cake And Sodomy" de Marilyn Manson. Heureusement "Upside Down Kingdom" se poursuit tout autrement pour laisser place à de charmantes mélodies vite rattrapées par des plans beaucoup plus metal. Une double pédale qui mitraille les deux tympans et c’est "Vacancy" qui commence. Ces 4 minutes 26 sortent du lot avec une structure un peu différente et des sonorités franchement agréables à l’oreille (notamment la montée en puissance bien arrangée vers la fin du titre). Onzième et dernier titre, le plus long, un choix pas forcément judicieux mais le groupe s’en tire bien avec ce titre planant où le chanteur se décide à murmurer quelques paroles pour nous offrir une pseudo-ballade (dynamique je vous l’accorde) et signer ainsi la fin de cet album.

Vous l’aurez compris, le bilan de cet opus est relativement mitigé. As I Lay Dying c’est du bon metalcore, rien de plus, rien de moins. Une galette très homogène pour un son typiquement de ce style, très précis et très rond. La linéarité des compositions et du son en font un album un peu plat et sans trop de personnalité mais les amateurs du genre y trouveront probablement leur compte.


Kévin
Mai 2010


Conclusion
Le site officiel : www.asilaydying.com