Le groupe
Biographie :

Abysmal Dawn est un groupe de death metal américain formé en 2003 et actuellement composé de : Charles Elliott (chant, guitare / Bereft, ex-Inhuman Visions, ex-Rise), Eliseo Garcia (basse / Imperial Decay), James Coppolino (batterie / ex-Insentient, ex-Syrebris) et Vito Petroni (guitare / ex-Multiverse). Abysmal Dawn sort son premier album, "From Ashes", en Avril 2006 chez Crash Music, Inc., suivi de "Programme To Consume" en Mai 2008 chez Relapse Records, de "Leveling The Plane Of Existence" en Février 2011, de "Obsolescence" en Octobre 2014, et de "Phylogenesis" en Avril 2020 chez Season Of Mist.

Discographie :

2006 : "From Ashes"
2008 : "Programmed To Consume"
2011 : "Leveling The Plane Of Existence"
2014 : "Obsolescence"
2020 : "Phylogenesis"


Les chroniques


"Phylogenesis"
Note : 19/20

Ils déconnent pas chez Abysmal Dawn, le soleil et le doux climat de la Californie ne leur ont pas ramolli les neurones. Eux, le surf, la plage et les gonzesses, c’est pas le truc qui les motive, non, au contraire, leur délire c’est de faire du death metal technique, puissant et ravageur, point. Autrefois chez Relapse records, aujourd’hui chez Season Of Mist, toujours dans sa même ligne éditoriale, Abysmal Dawn botte littéralement le derche avec "Phylogenesis", un album qui concilie brutalité et technique, riffs nuancés et passages plombés.

A l’écoute de cette bombe auditive, j’ai eu un afflux sanguin au niveau de ma troisième jambe, genre de ceux que l’on peut avoir en voyant débouler une équipe de beach volley féminine constituée de Suédoises au teint halé, rien que ça ! Les compositions sont à la fois techniques, complexes mais également précises et prenantes. Au service de la compo’ et de rien d’autre, Abysmal Dawn structure sa musique avec un savoir-faire de chef cuisto qui bosse dans un restau’ 5 étoiles. Les mecs sont aussi capables de nous faire la leçon sur le groove, comme en atteste "Soul-Sick Nation" et ses inspirations Panteriennes, anormalement stony pour du death metal. Que ce soit en façonnant des compositions bien menaçantes, limites evil à la Hate Eternal comme sur "True To The Blind", véritable mix entre du Cannib’ et le bébé de monsieur Rutan, ou en proposant des éléments plus modernes : The Lament Configuration, Phylogenesis fait mouche à chaque fois, et puis niveau son... Non mais sans dec’ ce son, c’est vraiment la branlée, tout est clair, distinct, puissant sans abuser comme peuvent le faire toutes ces formations actuelles qui sombrent peu à peu dans la caricature de la surprod'.

Chaque instrument est mis à l’honneur, la batterie, efficace, sait varier les plaisirs en multipliant les breaks et les multiples fioritures, les guitares sont incroyablement précises et si vous voulez des solos de génie, il n’y a pas besoin de se tourner vers John Petrucci ou Tony Mac Alpine, ils sont has been ces mecs-là. Vito Petroni , le petit nouveau de la bande, inconnu au bataillon, possède une technique incroyable, il fait partie de ces nouveaux guitar gods qui peuplent le death actuel, au même titre que Brandon Ellis de chez The Black Dahlia Murder. Autre point fort, l’album est très varié, on passe de passages hyper intenses à d’autres plus riffy, on a droit à des moments syncopés à la Decapitated, et force est de constater que des relents old school imprègnent l’ensemble, ainsi, cet opus, c’est l’archétype de ce à quoi devrait ressembler un bon album de death actuel. Ajoutons que nous avons droit en dernier track à une reprise de "Flattening Of Emotions" de Death et là, on frôle la perfection ! Cette version est, à mon goût, meilleure que la reprise d’Origin, c’est pour dire.

Vous l’aurez compris, vous ne regretterez rien en vous procurant "Phylogenesis". Si vous aimez le death metal, que la modernité ne vous dérange pas mais qu’en même temps, le deathcore c’est pas votre came, vous avez tapé à la bonne porte. Abysmal Dawn vous reçoit et vous met bien à l’aise, vous voulez du death metal ? Et bien là, on vous en sert à grande louchées et je peux vous affirmer que, même si la nourriture est riche, vous ne serez jamais rassasiés. Un album essentiel dans votre metalthèque !


Trrha’l
Mai 2021




"Obsolescence"
Note : 18/20

Relapse Records nous fait parvenir (soyons clairs de suite sur ce point) encore une fois une production ultime dans le style death metal technique. C’est à moi qu’incombe la lourde tâche de vous présenter le nouvel d’Abysmal Dawn, la quatrième album de leur carrière, le bien nommé "Obsolescence". Depuis 2004, année de sa première démo, Abysmal Dawn n’a cessé de démontrer qu’il fallait compter sur eux dans le paysage de la musique extrême. Inutile de vous dire que ce n’est pas avec ce nouvel album qu’Abysmal Dawn va s’attirer les foudres de la critique, bien au contraire, car avec ce nouvel album la formation américaine nous (vous) sert sur un plateau d’argent un pur album de death technique ! Vous aimez Nile, Origin ou encore Suffocation ? Jetez-vous sur "Obsolescence" (et sur le reste de la discographie d'Abysmal Dawn d'ailleurs !).

On pourrait résumer "Obsolescence" par l’onomatopée suivante : "ouile ouille ouille", trois petits mots qui veulent dire beaucoup... Ça pique les oreilles et ça fait saigner le nez, on s’en prend plein la patate durant 48 minutes. C'est du death metal ultra technique à en devenir fou, nous sommes proches de l’orgasme musical, on ne peut que s’incliner devant tant de classe, de puissance et surtout de maîtrise. Neuf titres + un bonus (une reprise du titre "Night’s Blood" des cultissimes Dissection), pas un de plus, pas un de moins, pour un album qui va marquer les esprits, c’est certain. Il aura quand même fallu trois ans pour qu’Abysmal Dawn nous offre un successeur à "Leveling The Plane Of Existence" mais à l'écoute de ce nouvel album, l'attente de 1095 jours vaut le coup, croyez-moi... Abysmal Dawn n’y va pas par quatre chemins, dès le premier morceau "Human Obsolescence", on sait où on met les pieds : grosses guitares, batterie en furie, chant growl parfois crié au top, basse qui s’affole... Le fan de death metal technique est comblé. Abysmal Dawn ne se contente pas de bourriner, le groupe nous balance des phrasés de guitares mélodiques, ce qui rajoute un peu plus de malsain à la musique des Américains. Ce n’est pas les titres comme le très puissant et groovy "Inanimate" ou "By My Demons" qui vont faire dire le contraire. Abysmal Dawn maîtrise son sujet, c’est une certitude.

Une production signée Mike Bear au Artisan Road et un mixage / mastering assuré par John Haddad au Trench Studio plus tard, et on est sur les rotules, les amis ! Pour ce nouvel album, Abysmal Dawn y va aussi de ses petits invités de marque avec Christian Muenzner (ancien de Necrophagist, Obscura et actuel Spawn Of Possession) mais surtout Bobby Koelble (Death) afin de rajouter un sentiment (légitime) de travail bien fait. Vous en voulez encore ? Alors rajoutez un visuel confié à Par Olaffson et la marmite est pleine... En conclusion, je dirais que "Obsolescence" s’avère être une grosse claque, point barre, mais rien d’étonnant à cela, n’est-ce pas ?


Vince
Novembre 2014


Conclusion
Le site officiel : www.facebook.com/abysmaldawn