Interview faite par mail par Murderworks

Salut les cardiaques (ben oui, Heart attack, cardiaque, le cœur tout ça... bon ok, c'était naze) ! Ce nouvel album a tout de la catharsis, car s'il est basé sur des émotions négatives provoquées par les évènements récents le message que vous portez, même s'il est blindé de rage et de colère, est tout de même positif. Que ce soit le titre de l'album ou les textes, il semble que vous vouliez faire comprendre aux gens qu'il ne faut pas se laisser abattre par le contexte et ne surtout pas succomber à la peur qui pousse certains à voir des terroristes partout. D'ailleurs même si c'est surtout censé être une occasion de se défouler et de se faire plaisir, les attentats récents doivent quand même venir à l'esprit quand on monte sur scène en ce moment, non ?
Chris Cesari (guitare) : Salut à toi ! Et merci pour le jeu de mots, on ne nous l'a jamais faite haha ! Comme tu l'as très justement fait remarquer cet album est a été écrit dans un contexte particulier, Les attentats qui ont eu lieu à Paris ou Nice ont forcément impacté la composition et les paroles de celui-ci. Impossible de passer à côté, d'autant que comme beaucoup de gens nous avions des amis présents à Paris, et surtout à Nice car nous sommes cannois. Néanmoins nous abordons également d'autres thèmes présents dans l'actualité récente (l'oppression des puissants sur les plus faibles, la pédophilie, l'abrutissement des masses notamment au travers de la télévision, etc). Malgré tout, nous avons été marqué par la faculté et l'envie de l'être humain, que ce soit collectivement ou individuellement, à surmonter ses traumatismes, ses blessures et tous ces évènements. C'est ce sentiment qui nous a poussé à écrire le titre "The Resilience" qui cloture ce disque et lui donne son nom. Pour répondre à ta question, nous ne pensons pas à ce genre de choses au moment de monter sur scène. Nous sommes concentrés et quand le concert commence on donne tout. Tout le monde doit continuer à vivre sa vie, sortir, aller aux concerts. C'est un message important que l'on envoie à ceux qui essaient de nous faire peur.

C'est une question qu'on vous a sûrement déjà posée, mais pourquoi ce nom de groupe : Heart Attack ?
C'est Kevin et les anciens membres du groupe qui ont trouvé ce nom à a sa formation au lycée. Ils écoutaient en boucle "Sheer Heart Attack" de Queen. Queen a donc donné son nom au groupe ! Aujourd'hui on trouve que ce nom est un peu désuet mais nous sommes connus ainsi et bon, il a au moins le mérite d'être accrocheur. Et en plus il permet aux chroniqueurs de faire des jeux de mots haha !

Ce qui surprend quand on écoute "The Resilience", c'est le son ! C'est seulement votre deuxième album et on ne s'attend pas forcément à entendre une production aussi puissante. Comment avez-vous fait pour avoir un son aussi gros à une époque où la plupart des groupes ont une production faiblarde et plastique ?
Déjà merci beaucoup pour ces compliments ! Nous avons beaucoup travaillé sur le son en amont. On a écouté beaucoup de disques pour savoir dans quelle direction nous voulions aller : avoir quelque chose de très produit ? De plus brut etc ? Au fur et à mesure que nous composions et "maquettions", nous avons réalisé que nous avions énormément d'arrangements, de couches de guitares, parfois de claviers, de guitares acoustiques. Nous avons donc deux albums qui ont été des "guides" dans la quête du son que nous cherchions : "The Way Of All Flesh" de Gojira pour sa clarté et ce côté massif à la fois. Et peut-être plus étonnamment "Hysteria" de Def Leppard. Cet album regorge d'inventivité au niveau des arrangements, des multiples couches de guitares et même s'il peut paraître daté 30 ans après, c'est une production encore incroyable par son perfectionnisme et sa richesse. Nous voulions un album qui soit puissant, organique et confortable à l'écoute,. Nous avons donc travaillé étroitement avec Sebastien Camhi au Studio Artmusic à Nice qui a enregistré l'album et avec Frederic Gervais au Studio Henosis (Paris) qui a été responsable du mix et du mastering. Fred et Seb ont également apporté leurs idées et leur expérience et ont complètement pris part au processus de création du disque. Travailler avec ces deux mecs a été une chance, un enrichissement et surtout un plaisir pour nous.



 La pochette est aussi intrigante que réussie, qui l'a réalisée et que signifie donc ce tigre en costard qui surplombe la ville et qu'on retrouve en bien mauvaise posture sur le livret ?
C'est Flow du studio Le Chromatorium qui l'a réalisée. Kevin est un fan de la BD Blacksad et cela a été une des influences de cette pochette. Le tigre représente l'être humain tout simplement. A la manière d'un animal sauvage, l'Homme vit au milieu d'un environnement qui s'il paraît civilisé et réconfortant est en réalité une véritable jungle dans laquelle il doit composer avec les autres individus et les nombreux évènements dont on a parlé plus haut (qui ne sont d'ailleurs qu'une infime partie des obstacles que la vie impose). On peut voir plusieurs lectures à ce visuel, qui sous son apparence simple est destiné à faire réflechir.

D'ailleurs ça fait plaisir de voir que vos deux albums ont des pochettes dessinées, loin des montages et autres photoshoperies. Il fut un temps où c'était la norme d'avoir des pochettes détaillées et dessinées (pour dire, mon premier CD acheté était "Live After Death" de Maiden, le gamin de même pas dix ans que j'étais ayant craqué sur la pochette). Du coup est-ce que ça vous tenterait un jour de les sortir en vinyles pour pouvoir en profiter en grand format ?
Bien sur que ce serait tentant, mais la décision appartient à notre label Apathia records. Une édition vinyle coûte cher à réaliser. Outre le prix du pressage, il faudrait dans l'idéal réaliser un nouveau master de l'album car le mastering "CD" n'est pas toujours adapté à ce format. Mais, oui, on aimerait bien avoir une édition vinyle à proposer.

Je suppose que vos influences sont variées et peut-être pas seulement musicales d'ailleurs ? Parce que mine de rien votre musique fait un pont entre le thrash old school et les scènes power plus modernes. Sans compter les passages acoustiques qui viennent se faire une place de temps en temps.
Tu as raison, nous avons beaucoup d'influences différentes et c'est peut-être cela qui fait que nous ne ressemblons pas au groupe de thrash type. Bien entendu il y a les groupes que nous avons tous en commun : Metallica, Pantera, Machine Head, Slayer, Gojira, Lamb Of God etc. Mais ensuite, chacun a des sensibilités différentes (et un caractère affirmé) haha ! Christophe Icard, le batteur, vient de la scène extreme et est très influencé par le black, le death. C'est lui qui a, par exemple, incorporé les quelques blasts que l'on peut entendre à certains passages du disque. Tony (basse, chant) est le plus jeune et est très influencé par les scènes néo et djent plus modernes. Il a beaucoup apporté lors de la composition des lignes de chant par son sens du rythme et de l'accroche. Cela leur donne un côté très moderne. Kevin (chant, guitare) est avide de tout ce qui sort dans la sphère metal et écoute énormément de choses mais on peut dire sans se tromper que ses deux principales influences sont le thrash et le hardcore. C'est lui qui compose la majorité des riffs. Chris, notre guitariste soliste, est lui plus old school. Tout en ayant des influences metal, il a plus tendance à se passionner pour la scène pop rock et prog des 70's (Genesis, Led Zep, The Who etc) et celle des 80's (Def Leppard, Mötley Crüe, Toto etc). Il est en grande partie responsable des ambiances, arrangements et passages acoustiques. Tout cela donne souvent des discussions enflammées sur la direction de tel ou tel morceau, section, mélodie et parfois cela fait des étincelles ! Mais ces différences sont aussi ce qui fait notre force je pense. Donc comme tu l'as dit notre musique est un mélange : des morceaux taillés pour la scène et pour foutre le plus gros bordel possible dans le pit tout en gardant un côté accrocheur et mélodique.

Ce qui est fort c'est qu'en étant un des seuls groupes de votre style à être signé chez Apathia, vous avez réussi à être un OVNI sur un label qui ne signe que des OVNI musicaux justement ! Je suppose que c'est une situation plutôt plaisante ?
On ne comprend toujours pas pourquoi ils nous ont signés haha ! En fait nous avons été rejoints sur Apathia par nos potes de Deficiency qui fait plutôt dans le thrash technique et progressif, donc nous ne sommes plus seuls ! Apathia est un label très intéressant, c'est ce qui nous a poussé à les contacter quand nous voulions sortir notre premier album "Stop Pretending". Ils privilégient la qualité et donnent leur chance à des groupes de talent, parfois très barrés, sans suivre les modes et en prenant pas mal de risques. Mais le succès de groupes comme Pryapisme ou The Atlantis Chronicles leur donne raison. Ce n'est ni le label le plus clinquant, ni le plus hype mais ils font partie de ceux qui aiment profondément la musique et les musiciens. On se considère très chanceux de faire partie de cette équipe.



Vous avez des retours sur votre musique hors de nos frontières ? Entre Gojira qui s'est imposé et dans un autre genre notre scène black metal qui est assez respectée à l'étranger, on se dit que les groupes français en général arrivent peut-être un peu mieux à percer ailleurs qu'en France.
Certaines portes commencent doucement à s'ouvrir. Nous venons de jouer au Resurrection Fest avec Rammstein, Airbourne, Mastodon, Anthrax notamment. Pour une première date en dehors de nos frontières, jouer et faire la fête en Espagne c'était mémorable ! Et les retours ont été incroyables. Au niveau de la presse, nous avons de plus en plus de chroniques étrangères que ce soit dans la presse "papier" spécialisée ou bien les webzines, on sent que le groupe est un peu plus attendu et commence à sortir un peu de l'anonymat. Après nous sommes un jeune groupe, ce n'est que notre deuxième album et on sait que cela prend du temps. Nous avons une chance extraordinaire jusqu'à présent et on en a conscience. Après seulement un premier album, jouer au Hellfest, au Motocultor, au Divan du Monde à Paris, partager la scène avec des groupes comme Exodus, c'était assez fou pour nous. Et on a envie que cela continue !

Des projets de tournée pour défendre "The Resilience" ? Où va-t-on pouvoir vous voir prochainement ?
Nous avons commencé à tourner depuis la sortie de "The Resilience" en Mars. Nous avons effectué quelques dates en compagnie de notamment Sepultura, Agnostic Front, Trust, Carpenter Brut, Ill Niño ou les potes de Loudblast. La tournée se prolonge jusqu'à la fin de l'année et nous passerons par pas mal de coins en France. Et nous serons toujours bien accompagnés ! En Octobre et Novembre nous tournerons entre autres avec Deficiency et Malkavian pour la deuxième édition de l'Hexagon Thrash Alliance. La première édition, il y a deux ans, avait été un succès et une formidable aventure et on a hâte de remettre ça ! Pour l'année 2018, pas mal de projets sont en cours et même si on ne peut pas en parler pour le moment, ça devrait être très sympathique ! Pour suivre toutes les dates, le mieux est de visiter notre page Facebook.

Merci d'avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions, si vous avez quelque chose à ajouter c'est le moment !
Merci beaucoup à toi et à French Metal de nous donner la parole ! On vous invite à aller écouter notre album sur YouTube ou sur les plateformes de streaming et à monter le son ! Nous avons la chance d'avoir une très belle scène metal en France, très riche et de qualité, qui n'a pas à rougir face à ses voisins européens ou américains. La réussite des groupes français à l'étranger en témoigne. Venez aux concerts, ne vous cantonnez pas seulement aux gros évènements ou aux gros groupes, la scène metal en France a besoin de son public. On espère vous voir sur la route et boire une bière avec vous ! Bye !


Le site officiel : www.facebook.com/heartattackmetal