Interview faite par mail par Lenore

Bonjour Pascal, peux-tu dans un premier temps te présenter, ton parcours, ta vie, et ce qui t'a amené à écrire ces livres ?
Salut Lenore. L’idée d’écrire ces livres vient d’une nouvelle que j’avais écrite il y a fort longtemps et qui parlait d’un groupe de lycéens voulant monter un groupe de rock pour épater les filles. Un ami m’a dit que ça pourrait être sympa de demander à de vrais groupes de nous raconter leurs débuts, leurs propres anecdotes. Ce que j’ai fait.

Avais-tu auparavant écrit d’autres ouvrages/nouvelles/autres ?
Recueils de poésie, recueils de nouvelles…

De quel style, groupes es-tu "fan" ? Quel groupe t'a donné l’envie d’écrire "Rock Stories" ?
Y’a pas un groupe en particulier en fait. Ou alors tous les groupes. Je veux dire par là que lorsqu’on est ado, parfois, on a besoin d’une sacrée bonne bouffée d’oxygène, quelque chose qui permet de vous évader de la prison-société. Alors on met le CD dans la boite, le casque sur les oreilles et on appuie sur "Play". Et on part ailleurs, là où tout est tellement meilleur, sans emmerdes, sans casses-couilles. C’est ce qui m’est arrivé. Un envie d’une société différente, que je pourrais comprendre, frôlant mes aspirations peut-être. Alors voilà, toute cette solitude se matérialise avec des mots, et on écrit, on écrit, on écrit parce qu’il faut bien que ça sorte d’une manière ou d’une autre. C’est, je crois, ce sentiment que j’essaye de décrire à travers ces nouvelles.

Pour cet ouvrage, tu as choisi des groupes relativement connus et cependant hétéroclites de la scène metal et rock Française, pourquoi ce choix ?
Parce que aucun éditeur accepterait des nouvelles sur des mecs qui jouent dans leur garage en se disant les futurs Beatles. Parce qu’on vit dans un monde où il faut savoir être un peu pute sur les bords pour essayer de faire quelque chose de correct au final. Le truc, c’est que vous aurez beau être le meilleur écrivain de tous les temps, il se peut que vous ne publiez jamais. Car aujourd’hui pour vaincre il faut savoir convaincre. C’est malheureux mais c’est comme ça. C’est un cercle vicieux mais bon en même temps c’est partout pareil, pour chaque boulot je veux dire.

Pour parler de ces groupes tu as choisi de transformer leurs histoires en fictions/nouvelles, pourquoi ce choix ?
Pour éviter de faire 26 copiés collés.

On te reproche à tord ou à raison selon ton concept d’avoir utilisé un langage trop "parlé" pour la rédaction des deux tomes, est-ce le rendu que tu voulais donner à ces nouvelles ? Quelque chose de brut et de rock’n roll ?!
J’écris pas en fonction de ce que ça va rendre. Sinon ce n’est plus de l’écriture mais un produit. Et comment dire… je ne me considère pas vraiment comme un produit, dieu m’en préserve. Chacun a son style, le mien est "parlé", c’est tout. Peut-on reprocher à un écrivain d’avoir un style d’écriture ? Je ne crois pas mais bon…

Pour la rédaction des livres, tu as rencontré et interviewé tous les groupes c’est ça ? Quelles sont tes rencontres les plus marquantes, les plus intéressantes ou encore drôles ?
C’est ça. Après il n’y a pas de rencontres qui ne soient pas inintéressantes. Bien sûr il y en a qui sont plus sympa et moins cons que d’autres. Mais c’est partout pareil. Non, ce qui est vraiment touchant, c’est le rêve qu’on jadis eu tous ces groupes. Ces rêves d’ados qui voulaient refaire le monde, ou faire leur monde, comme on voudra. C’est ce rêve si intime qu’ils ont accepté de partager qui est vraiment beau. C’est pas toujours facile de se mettre à nu, de parler des siens, de revenir en arrière et tout. Alors oui, de ce point de vue là ce fut vraiment enrichissant.




Comment as-tu trié les groupes ? As-tu essuyé des refus, du scepticisme ? Si tu pouvais rajouter des groupes lesquels seraient t’ils ?
Les groupes étaient plutôt contents. Non seulement ça leur fait de la pub mais ça leur permet aussi de montrer une autre facette de leur univers. Souvent ils parlent de leurs cds, de leurs concerts, et pas toujours, par exemple, de leur adolescence, de cette envie d’aller plus loin que ce dont on les croyait capables, cette envie de proposer une alternative au plat proposé. Mettre un peu de sauce piquante, ouais, c’est ça le truc. Alors voilà, pour eux, c’est joindre l’utile à l’agréable. Et pour le fan comme pour le néophite c’est découvrir des groupes dont on ne parle pas forcément beaucoup dans les médias.

Les deux tomes sortent simultanément chez les éditions Les 3 orangers, de plus tu as reçu le soutien de magazines comme Elegy et de webzines divers underground, comment as-tu géré la naissance de ton projet et la quête de soutien ?
Avec des rêves plein la tête.

Depuis combien de temps ce projet murissait-il dans ta tête ?
Ca m’a pris environ 3 ans.

Pour finir sur mes critiques personnelles, certaines nouvelles paraissent un peu exagérées, simplistes, il semble que tu t'es réellement amusé à imaginer ces histoires quitte à quelque fois en oublier le résultat final (ce n’est pas réellement un grand défaut dans le contexte), mais ces histoires abracadabrantes prouvent ainsi que ton but n’était pas de faire du réaliste mais de poétiser, donner de l’émotion parfois, ou tout simplement faire sortir le côté punk de la vie des groupes (Dyonisos par exemple) ?
Mais c’est quoi le résultat final sinon de se faire plaisir ? Je suis pas là pour faire du Bukowski ou du Salinger. Je suis là pour écrire parce que c’est ma raison de vivre, qu’à l’âge de 17 ans j’ai compris qu’avec un simple stylo on pouvait créer des tas d’autres mondes salement meilleurs que celui dans lequel je vivais.. Y’a pas de plan sous-jacent, pas de commercialisation de rien du tout. C’est juste un mec qui aime le rock et qui écrit dessus, du mieux qu’il sait faire. Après, qu’on accroche ou pas, c’est le jeu. Tout le reste n’est que littérature…

Maintenant que les deux tomes sont entre les mains des lecteurs, as-tu des regrets, des choses à souligner ?
Aucun regret. La vie et les livres sont ce qu’on en fait.

Un dernier mot pour French Metal, pour tes futurs lecteurs ou autre ?
Ouep. Je voulais signaler la dédicace du livre à Marseille avec Eths - Tripod - Klyde et Lunatic Age. Elle se déroulera le 20 Février de 17h30 à 19h au Lollipop Music Store avec les groupes suivant : Eths, Tripod, Klyde, Lunatic Age - Lollipop Music Store : 2 Blvd Théodore Thurner 13006 Marseille - Métro Cours-Julien/Notre Dame Du Mont.


MySpace : www.myspace.com/ppacaly