Interview faite par mail par Arch Gros Barbare

Entre thrash et death, aux rythmiques ultra boostées, pire que les boissons énergisantes, Can Of Worms semble avoir un avenir plus que prometteur. Certainement un des futurs piliers français du thrash / death, avec des inspirations old school et une efficacité à défriser un mouton, les Bayonnais ont frappé fort avec leur premier album "World Collapse". Après pas mal de mois pour le sortir, et étant actuellement en cours de promotion de ce brûlot infernal, Manu (guitare / chant death) nous explique, non sans son humour légendaire, en tous les cas avec fraîcheur, comment ils en sont arrivés à balancer un album de cette trempe et quelles sont les choses auxquelles nous allons devoir nous attendre...

Salut à toi, je pense qu'il est totalement bienvenu de présenter un petit peu Can Of Worms, afin de savoir qui est le groupe, qui fait quoi dans le groupe, depuis quand il existe et ce que vous avez fait, afin de mieux vous connaître, mieux vous cerner, et voir à quels genre d'aliens on a affaire...

Manu : Salut à toi Arch Gros Barbare ! En ce qui concerne la présentation du groupe, je pense que tu as déjà bien cerné l’équipe, oui, on est bien des saloperies d’aliens et de la pire espèce, on serait plus du genre à vouloir pondre des parasites dans le thorax que d’essayer de rentrer à la maison en vélo (quoique taper vingt milliards d’années lumières à vélo, ça doit bien te forger les mollets). Plus sérieusement, le groupe est constitué de Patrick à la drum, Julien à la basse et aux backings, Steven à la guitare et au chant thrash et enfin moi-même à la guitare et au chant death. Le groupe a mis sur pieds ses premières compos il y a environ cinq ans et j’ai intégré le navire fin 2010. Nous avons à notre actif un EP nommé "Thrash Or Die" sortit en Mai 2011 et notre premier album "World Collapse" sorti le 21 Décembre 2012 .

Il n'y a pas à tergiverser pendant des heures, Can Of Worms est un groupe de thrash, avec des idées hyper roots, mais aussi avec de bonnes influences death. Qui dans le groupe est plus thrash que death, j'ai compris que tu aimais bien le bon gros death poilu à la Devourment, et est-ce que la majorité du combo est bien dans cet esprit-là ?
Quand je suis rentré dans le groupe, ça tournait thrash metal à 120%. Tous mes frères d’armes apprécient le death de manière générale mais moi j’ai grandi en me disant qu’un jour peut être je pourrais faire boucher charcutier comme le gars sur la cover de "Butchered At Birth" de Cannibal Corpse. Je vais pas te faire un dessin, moi je suis fan d’Erik Rutan, pas d’Alexi Laiho. Donc, après des mois de batailles intenses j’ai réussi à introduire un premier blast sur l’EP "Thrash Or Die", ce qui a ouvert la porte des enfers et a permis de coller de la double pédale, du blast beat et du chant death sur "World Collapse". En résumé, un bon death métalleux c’est comme un bon vendeur de fenêtre, une fois qu’il a passé son pied dans la porte, il viole tout ce qui bouge. (rires) Par contre ce qui m’a de suite attiré dans le groupe, outre le coté thrash, c’est l’état d’esprit identique aux formations de death dans lesquelles j’ai pu jouer. Pas de compromis, le but est d’en mettre plein la tronche.

Vous appelez vous même votre musique nuclear thrash metal, à chaque fois qu'on utilise le terme "nuclear" c'est pour montrer que le style dévaste tout, Impaled Nazarene l'a fait il me semble, et lorsque qu'on parle de Nuclear, on pense de suite aussi à Nuclear Assault, c'est un clin d'oeil ou totalement fortuit ?
C’est marrant que tu parles de ça tiens. Ouais, je suis d’accord sur le fait qu’il faut que ça dévaste tout, il y a pas à épiloguer là-dessus, on fait du metal et je suis convaincu, en tant que fan de musique extrème, que c’est ce que tout metalhead recherche dans un groupe. C’est un hommage / coup de gueule à la multitude de groupe "hippies" écologistes qui sur-peuple la scène metal actuelle. Bien entendu, on respecte leurs idées, c’est tout à leur honneur, mais bordel... Pantera qui chante vive les oiseaux et fais gaffe à tes poubelles, entre nous, ça te fait bander ?

Je parlais d'esprit, vous avez un esprit hyper fun, que ce soit sur scène, ou que ce soit dans votre vie de tous les jours finalement. Et justement l'esprit metal comme on pouvait avoir dans les années 80, le moule burnes, les baskets..., où tout le monde est pote... Tu le vois comment cet esprit ? Est-ce que l'évolution qu'il a pu y avoir durant des 15 dernières années, beaucoup plus sérieuse, voir semi-professionnelle, vous vous retrouvez là-dedans ?
Pour moi, le spirit dans le metal est essentiel. Tous les metalheads qui ont les images du monster of death 1991 voient sûrement de quoi je veux parler. Cette musique ça te prend aux tripes. Tu peux pas faire style d’apprécier, c’est un mode de vie. Donc ouais, on s’y retrouve de ce côté-là. Après les fringues... au cas où il y aurait un lecteur en moule burne, je vais utiliser mon joker et esquiver la question, pas d’histoires à la maison. L’évolution est importante et est essentielle quoiqu’on en dise, même si nous n’apprécions pas l’image ou la musique de certains groupes de musique actuels, nous sommes une famille et certains d’entre eux ont contribué à sortir le metal de son coin et à lui apporter la visibilité qu’il mérite. C’est comme tout, pas d’évolution finit par lasser les gens et je suis heureux de constater que le metal ne se laisse pas aller et se porte plutôt bien. Pour finir, de nos jours, vu la multitude de formations musicales, tu es obligé de te professionnaliser si tu veux sortir du lot et prendre ta part du gâteau. Oui, nous nous retrouvons dans cette évolution... le spirit en plus. (rires)

Bon... "World Collapse" c'est votre premier album et on peut l'affirmer haut et fort, un putain d'album bien puissant au son bien puissant et au visuel lui aussi bien puissant. On va parler d'abord de vos inspirations, de vos thématiques au niveau des paroles... Qui s'occupe de ça, parce qu'en live Steven qui s'occupe des vocaux thrash avec son humour décapant, semble être très inspiré par la science-fiction, mais surtout semble bien connaître les must, les films cultes des années 80's, 90's, en citant à chaque fois des références totalement oubliées de tous... Qu'en est-il ?
Au niveau de la réalisation du "contexte" de l’album tout est apparu de façon assez évidente. Le gros de la composition de l’album a été réalisé par moi même et julien (au niveau instrumental), on a donc réussi à trouver un compromis entre son thrash à la exodus, Warbringer parmi tant d’autres et mon death à la Dying Fetus, Cannibal Corpse. Les paroles sont arrivées par la suite bien qu’avec Steven nous étions tombés d’accord depuis un moment sur la thématique de l’album . "World collapse" explique tout simplement au travers de ses dix titres comment tout pourrait se dérouler le jour de l’apocalypse. Les références sont variées avec du zombie ("28 Jours Plus Tard"), de l'astéroïde destructeur ("Fnal Fantasy 7"), du mecha implacable et programmé à tuer ("Terminator"), du nucléaire, des aliens et beaucoup d’autres. En gros, il fera pas bon sortir le jour où tout partira en burne. Quant à ta question aux niveaux des films cultes, oui on a tapé dedans ("Terminator", "Alien"... ) et c’est vrai que lors de nos concerts on prend pas mal de plaisir à délirer là-dessus et à faire marcher la mémoire collective. Et clairement, en concert on est là pour foutre le bordel, échanger un max, on est pas là pour se mater le nombril. Thrash attack mec !

Est-ce que pour vous les paroles de Can Of Worms sont indissociables de la musique, je veux dire, est-ce que ça forme vraiment un tout pour vous, parce que souvent les gens focalisent surtout sur la musique, sans vraiment se préoccuper des paroles, surtout quand c'est en anglais et hurlé ou chant death spécifiquement dans le metal ?
Pour le groupe, les paroles sont indissociables de la musique car nous sommes à fond dans notre univers bio mecha-apocalyptique. Au delà de faire notre musique, nous aimons un univers bien spécifique et on prend beaucoup de plaisir à porter haut le drapeau de l’apocalypse et de tout ce qui en découle. Après si les gens apprécient seulement notre partie instrumentale ou seulement notre partie chant, pas de souci, j’arrive très bien à écouter du Symphony X en ne prêtant l’oreille qu’à l’instrumental. Et après je me purge le système avec un bon vieux Dying ou Viral Load. (rires)

Pour parler juste quelques instants du nom de votre groupe... Il me semble bien que Can Of Worms en anglais lorsqu'il est utilisé dans l'expression "to open a can of worms", veut dire sensiblement "tomber dans les ennuis, dans un sac de noeuds", mais aussi on l'utilise pour nommer la boîte de Pandore, si je ne m'abuse. Quand vous avez choisi votre nom, vous avez pensé à quoi finalement, parce que ce n'est pas un nom courant du style un truc qui finit par "OR" totalement dans la veine thrash ou un truc gore totalement dans la veine death ?
"Can Of Worms" provient d'une expression anglaise faisant référence à la boîte de Pandore. Pour la petite histoire et pour resituer le contexte, la boîte de Pandore, issue de la mythologie grecque, était une boîte contenant tous les maux de la terre qui, une fois ouverte par Pandore, libéra notamment la Vieillesse, la Maladie, la Guerre, la Famine, la Misère, la Folie, le Vice, la Tromperie, la Passion et seule l'Espérance resta tapie au fond de la boîte. Etant donné notre style musical, à savoir le metal, nous ne pouvions trouver meilleure image résumant à elle seule l'agressivité et la violence qui peuvent se dégager de notre musique. Donc non désolé, rien à voir avec une certaine boîte de vers de terre. (rires) Comme quoi avant même de penser à pondre "World Collapse", nous étions déjà dans le délire éça va chier dans le ventilo les gars, et pas qu'un peu" .



Aparté sur le nom terminé, pour continuer sur "World Collapse", après les paroles, on va parler de la pochette et du logo qui ont été réalisés par Remedy Art Design. C'est un artiste grec, ok, il a bossé pour Devourment entre autres... On sait que des graphistes, c'est comme les groupes de metal il y en a légion maintenant. Mais comment vous en êtes arrivés à bosser avec lui, surtout qu'il vous a fait un truc assez old school en substance et le résultat est plutôt excellent ? Il a bossé comment, parce que ça ne ressemble pas aux trucs habituels, du genre photoshop... ?
Ce gars, Giannis Nakos, est un tueur, vraiment. J’en suis arrivé à le rencontrer totalement par hasard. Pour tout te dire, j’ai demandé à mon meilleur pote qui est parti vivre au Québec s’il connaissait des graphistes (il est pas mal impliqué dans le monde du death). Ce dernier m’a renvoyé vers un contact en Belgique qui m’a proposé plusieurs artistes. J’ai donc regardé en détail le travail de Giannis et j’ai aimé sa façon de rendre les dessins. Du sur-gore au fin et détaillé, le tout m’a emballé. Je suis donc rentré en contact avec lui, il a fixé son tarif, j’ai dis ok et on a attaqué. Je lui ai donc planté le décor de l’album et je lui ai laissé carte blanche. On en est venu à changer des détails mais il est très vite tombé sur les bons rails et nous a même créé quelques bonnes surprises. Il a donc réalisé le print CD, cover, booklet, bref la totale, et le tout très rapidement. C’est un vrai passionné, super humble et il a beaucoup de talent à revendre. Au niveau technique, tout ce que je peux te dire c’est qu’il bosse sur ordi et à une sacrée vitesse, c’est flippant. Et cerise sur le gâteau, j’apprends au bout de 3 semaines qu’il a bossé sur des artworks Devourment, groupe que j’adore. Elle est pas belle la vie ?

Venons-en au son maintenant... Pour un premier album, vous avez produit quelque chose de vraiment très puissant. Et franchement sans être ingé son et pointilleux au possible en se branlant la nouille... On peut dire qu'il poutre vraiment fort. Comment vous vous êtes débrouillés pour arriver à un tel résultat sachant que c'est fait maison chez toi si je ne me trompe pas ? Avec bien-sûr un mixage et mastering avec Serge Bianne ? D'ailleurs c'est qui ?
La phase d’enregistrement a été longue et douloureuse. Je me suis fait mon expérience sur l’EP "Thrash Or Die" que j’avais autoproduit avec mes collègues thrashers et depuis un certain temps je tenais à enregistrer en utilisant des procédés bien particuliers . J’ai donc profité du projet  "World Collapse" pour mettre mes plans à exécution. Toute la batterie a été capturée en son naturel, et ensuite j’ai triggé tous les éléments de la drum à la main, hormis les overheads naturels. L’objectif, avoir une batterie avec un son type death triggé associé à de l’instrumental thrash.
Au niveau de la basse et des guitares, nous avons choisi de tout doubler pour gagner en épaisseur de son (contrairement à l’EP où il n’y avait qu’une piste par instru à corde). J’ai enfin pu utiliser le fameux "Re-amping" que je voulait tant utiliser. Pour faire simple, c’est comme si tu enregistrais toutes tes guitares en son clair, et que le jour où tu as décidé de tout enregistrer tu passais toutes tes parties grattes dans un ampli. L’avantage est que tu n’as qu’à te concentrer sur la partie sonore, et pas sur le jeu. Toutes les guitares / basses ont ainsi été enregistrées en 4 heures, avec un rendu sonore au top (au vu du matériel utilisé bien sûr). Et enfin le chant, toujours doublé, ce qui est indispensable.
Pour le travail du mix / mastering, j’ai une trop petite expérience et je ne voulais pas tout planter en faisant du bricolage après avoir pris autant de mal pour sortir quelque chose de propre. Nous avons donc décidé de demander les services de Serge Bianne d’Aturri studio à Mouguerre, qui est très professionnel, très compétent et qui a parfaitement compris nos attentes.

L'avenir c'est plus ou moins l'autoproduction maintenant beaucoup l'ont compris, mais il faut aussi avoir les reins solides et connaître pas mal de catalogues pour d'abord se dispatcher dans tout l'hexagone mais aussi arriver à se faire distribuer à l'étranger... Vous en êtes où de ça, vous avez réussi à placer quelques CDs un peu partout ? Depuis la sortie de l'album, les ventes ça dit quoi ? Est-ce que vous avez eu quelques bons plans ?
De manière générale, les ventes se passent très bien. Ma femme Amandine vend tout notre merch sur Bayonne dans son shop "Dark Beauty", ma belle soeur assure la distro lors de ses stands pour sa marque "Xorgin" partout dans la France et les pays avoisinants, mon meilleur ami assure la distro au québec... je pourrais continuer longtemps comme ça, je veux dire par là que nous avons la chance d’être entourés d’amis et de connaissances très fiables, et chacun nous aide et nous épaule du mieux qu’il peut. En bref, les ventes se portent très bien, peu de points de distro mais des points fiables et qui fonctionnent au poil. En ce qui concerne les catalogues, je ne me suis pas encore penché totalement sur la question, mais bien sûr on y pense fortement, et nous foncerons tête baissée quand nous aurons établi un plan de guerre.

La promo c'est quelque chose de très important maintenant pour arriver à se faire connaître, dans vos démarches vous en êtes où justement, signature ? Compils ? Contrats même ?
En ce qui concerne le côté promotionnel, nous avons décidé dans un premier temps de nous concentrer sur la critique pure et dure de notre album, car avec pas loin de huit mois passés la tête dans les guidons, tu en viens à perdre toute objectivité. Excellente surprise pour nous, les retours ont été excellents, et pour moi la meilleure des promos est que ce soit des chroniqueurs ou webzines totalement inconnus qui félicitent notre travail et portent haut les couleurs du drapeau "Can Of Worms". Ce travail de "critique" nous a permis de rassembler donc énormément de retours favorables, et nous a ouverts les portes vers des compilations et des interviews sur divers sites spécialisés. C’est ainsi que nous sommes très fiers d’avoir la chance et l’honneur de figurer sur la compilation de Juin de French Metal "Dans la gueule du loup". D’autres compils vont voir le jour sous peu, mais je garde l’effet de surprise. En bref au niveau communication, tiens toi prêt à surveiller les magazines de musique et de tatouage ainsi que les webzines parce qu’on est loin dans avoir fini. Au niveau signature, nous sommes actuellement en contact avec un grand nom parmi les labels français et l’avenir nous dira si nous allons venir grossir les rangs de leur armée. Ce que nous espérons, bien sûr.

Sur l'album, on peut s'apercevoir que ne figurent pas les titres qu'il y avait sur l'EP. Est-ce que ça veut dire que Can Of Worms est bien prolifique en matière d'écriture ? Parce que d'ailleurs vous avez tout de même placés dix titres, ce n'est par rien... Il vous en restait ou pas ou tout est sur le CD ?
Quand j’ai intégré le groupe fin 2010, CAN OF WORMS  comptait déjà une dizaine de morceaux. Lors de l’enregistrement de l’EP, nous avons décidé de sélectionner les quatre morceaux qui représentaient le mieux notre état d’esprit à ce moment-là (et afin de proposer quelque chose de beaucoup plus travaillé qu’une démo avec dix titres). C’est ainsi que nous avons enregistré "Thrash Or Die", "Apocalypse", "Insanity" et "I Will Spit On Your Grave". En ce qui concerne l’album, nous avons décidé de faire table rase et de partir sur du neuf à 80%, nous avons donc composés les titres en 6 mois. On tenait vraiment à ce que toutes les chansons aillent dans le même sens, c’est à dire droit dans la gueule. Pour ton info, deux anciennes compositions ont été enregistrées sur l’album. Il s’agit de "Cyborg" et de "The End". Nous les avons intégrées aux autres chansons car elles correspondaient au cahier des charges. Et oui, on avait encore des tonnes de chansons et de bouts de chansons en réserve, il a fallu prendre très vite des décisions, car étant grand fan de Napalm Death et de leur album "Scum", ça aurait pu très mal finir.

Allez... Can Of Worms avait sorti une première vidéo "Nuclear Holocaust", qui était quelque chose d'un peu plus artisanal, vous avez récemment tourné un vidéo nettement plus travaillée en faisant un appel à volontaire pour faire office de figurants. Est-ce que tu peux nous en dire plus, sur le choix du titre à mettre en images, sur qui s'est occupé du montage, de l'enregistrement, sur comment ça s'est passé, où avec qui, comment ? Mais surtout où ça en est ???!!!!
On s’est lancés dans le clip car, comme tu parlais de promo tout à l’heure, le support vidéo est un excellent outil de travail. En général si les gens apprécient, ils font tourner le lien de la vidéo en question et si tout se passe bien c’est l’effet boule de neige. Donc, nous avons sorti deux vidéos. "Cataclysmic Impact" et "Nuclear Hococaust". La suite logique pour nous était de faire un clip bourrin et de type cinématographique, pas live, donc quoi de mieux que de choisir "Running Dead" et ses zombies ultra véloces ? Nous avons donc fait un appel à volontaire et une fois de plus, super surprise car les figurants sont arrivés à pas loin de cinquante personnes. Il n’y avait plus qu’à arroser le tout de sang et de tripes. (rires) Le clip a été tourné en trois jours entre Bayonne et Tarnos dans, bien sûr j’ai envie de dire, des zones désaffectées. En ce qui concerne l’avancée du montage, les choses avancent doucement mais sûrement, nous avons été encadrés par deux amis venant de l’audio-visuel, Megan pour les captures vidéos et Gauthier (Gomeisa) pour les photos. Le tournage s’est passé à merveille et le résultat s’annonce d’un autre niveau que nos deux premiers clips. On va prévoir large, on part sur Septembre, et commence pas à râler, tu vas passer tout ton été sur des festoches . Ça va saigner en tout cas, et pour les curieux il y a des photos sur le Facebook du groupe.

Quand on voit la qualité de l'artwork, du CD en lui-même, on peut se demander combien il vous en a coûté... Est-ce que pour cette première production vous avez beaucoup investi pour pouvoir proposer un produit fini vraiment professionnel, vraiment présentable, sans défauts majeurs ? Vous aviez un budget prédéfini ? Des objectifs spécifiques ?
Je ne vais pas rentrer dans les détails point par point, mais on a du s’en tirer pour environ 1500 € (cover, pressage, studio). Franchement, j’avais un peu peur qu’au niveau du budget on explose les compteurs, mais au final, l’argent qu’on a investi pour l’enregistrement a été amorti très rapidement et nous avons même eu le luxe de pouvoir faire des t-shirts avec les bénéfices. Ah oui ! Par contre ça m’a coûté huit mois de vie sociale, il faut juste savoir ce qu’on veut. (rires)



J'ai vu que vous aviez aussi sorti récemment quelques t-shirts, c'est bien le moment d'en faire la promo, tu peux y aller. Balance les prix, les tailles... Beaucoup de groupes passent souvent par un graphiste pour avoir un artwork qui tâche sur t-shirt et d'autres préfèrent juste le logo. Vous avez opté pour un petit mix des deux, question d'économie ?
Tout à fait ! Les t-shirts sont dispo via le Facebook du groupe, lors de nos concerts, et pour les gens de Bayonne et des environs dans la boutique de ma femme "Dark Beauty" Pin-up / Dark Pin-up / Alternatif Shop. Pour les hommes, taille S, M, L, XL et pour les femmes, débardeurs S, M, L. Le t-shirt coûte 12€ et franchement le textile est de super qualité Au niveau du dessin, c’est Giannis qui s’est chargé de l’artwork, et c’est de façon naturelle qu’il a proposé un mix entre logo et artwork, ce n’était absolument pas une histoire de prix. Encore une fois, il a assuré.

Et si on parlait un peu de vos dates, qu'est ce que ça donne en termes de concerts passé et à venir surtout ? Est-ce qu'on va pouvoir vous voir cet été ?
Les concerts s’enchaînent actuellement. On en a fait pas mal dernièrement (Hendaye, Toulouse, Bordeaux, Bayonne, Orthez... ) On jouera ainsi mi-Juin pour l’Euskal Bowl (tournoi de foot américain), et également au "Garrigues fest" le 5-6 Juillet au côté de Red Dead, Antropofago, Agorphos, Gravity et beaucoup d’autres groupes. Les plans tombent actuellement au fur et à mesure et nous sommes actuellement en train de booker pour les festoches de l’année prochaine. Nous avons passé beaucoup de temps à faire de la promo pour l’album depuis Décembre, à mettre des choses en place, notamment des clips, nous sommes donc passés à côté de certaines choses cette année, mais soit sûr que l’an prochain se sera l’invasion totale ! Vu que tout ce qui est fait n’est plus à faire, tu peux noter sur ton calendrier qu’à partir de Septembre ce sera l’hiver nucléaire !

Même si c'est toujours la pleine promotion de votre premier album, est-ce qu'en parallèle vous avez déjà planché sur de nouveau morceau pour un successeur ? Et selon toi ce sera plus death que le premier ou toujours dans un style tranché entre les deux ?
Le second album est en route, du moins au niveau de la ligne directrice des thèmes qui seront abordés. Ce sera toujours un mix entre thrash et death metal, mais cette fois-ci le côté death devrait prendre le dessus. L’univers du second album sera plus obscur et dur que ce que n’est "World Collapse", d’où l’orientation logique vers le death. Beaucoup de choses restent à mettre en place mais si tu veux une idée, jette un œil à la jaquette de Testament "Souls Of Black" ou de Suffocation "Blood Oath", ça te donnera une idée de la nouvelle orientation de notre univers qui est la suite logique du premier album . Il y a eu une poignée de survivants, un nouvel ordre occulte va prendre le dessus, il valait mieux crever que survivre car le pire est à venir...

Allez petit poulet, c'est fini pour aujourd'hui. On espère pour le groupe que tout se passera pour le mieux et que vous arriverez à vous faire une bonne place dans la scène metallique, parce que Can Of Worms le mérite amplement. Je te laisse le mot de la fin comme le veut la tradition...
METTEZ VOUS SUR LA GUEULE BANDE D’ENCULES !!!!!!


Le site officiel : www.reverbnation.com/canofworm