Interview faite par mail par JU

Bonjour à toute l’équipe d’ARKAN, vous êtes de retour avec un nouvel album intitulé "Salam" (chroniqué sur le webzine). Celui-ci a été bien accueilli par les médias. Comment se sent-on quand on commence à lire les critiques de son propre album ?
Florent (chant) : Il y a tout d’abord un grand sentiment de fierté et de soulagement. On est toujours anxieux à la sortie d’un album ne sachant pas comment celui ci va être accueilli. Le fait de savoir que ta musique est appréciée par le public et par les professionnels nous conforte dans l’idée de continuer sur notre lancée. "Salam" a été chroniqué dans de nombreux magazines et webzines et, effectivement, celui-ci a été très bien accueilli, encore mieux que "Hilal" qui avait déjà engendré un vrai enthousiasme. Le côté oriental plus prononcé a visiblement séduit encore plus de monde.

Au vu de votre style de musique puisé dans le metal et les musiques traditionnelles orientales, que cherchez-vous à faire ressortir au niveau musical ?
Lorsque ARKAN est né en 2005, l’idée de départ était de faire une musique ralliant le metal et la musique orientale, de fusionner deux styles musicaux qui à la base pourraient paraître totalement différents. Les gens sont souvent à la recherche d'une certaine originalité musicale et souhaitent plus d'innovation culturelle. Le mélange des cultures en Occident favorise cette ouverture d'esprit. Les fans de metal sont de plus en plus curieux et recherchent, notamment via Internet, de nouvelles expériences musicales. ARKAN essaye simplement de répondre à ce besoin en proposant un mélange musical original.

Je repose la même question mais cette fois-ci je vous demande ce que vous cherchez à faire ressortir au niveau des paroles ?
Nous avons été inspiré par l’actualité qui nous entoure, les conflits géopolitiques et la mésentente entre les peuples qui pourtant sont supposés être frères. Plus spécifiquement, "Salam" parle de peurs et d'appréhensions universelles et intemporelles qui peuvent exister entre deux peuples de deux religions différentes mais qui habitent sur un même territoire. Chacun sent la haine monter progressivement en soi et le point de non-retour semble être franchi. A cause de propagandes virulentes, ces deux peuples décident d'aller au conflit. Exaspérés et fatigués par tant de morts, ils prennent alors de plus en plus de distance avec leurs instincts de haine. Tous ces massacres n'ayant aboutis à rien, la seule issue possible semble être la cohabitation pacifique. Notre tournée effectuée en 2010 avec Orphaned Land et Suidakra dans le cadre du "Tour Against Racism" nous a conforté dans le choix du thème de "Salam". Nous restons persuadés que malgré toutes nos différences, nous pouvons cohabiter harmonieusement sur cette planète sans s’entretuer pour le moindre prétexte.

Comparé à votre album précédent "Hilal", le chant féminin de Sarah est beaucoup plus présent. Est-ce qu’avant la production de "Salam", il avait été déjà prévu de mettre son chant plus en avant ?
Effectivement, sur le plan de la "voix claire", il y a eu beaucoup de changements depuis "Hilal" et, à plus forte raison, depuis "Burning Flesh". Le rôle de Sarah s'est donc considérablement accru. Son intégration dans la musique d'ARKAN s’est déroulée en deux temps. Dans un premier temps, elle est apparue comme guest sur notre premier opus. Ces lignes de chant étaient aux antipodes de son travail dans "The Outburst" car nous voulions qu’elle intervienne à contre-emploi. Le résultat s’est avéré remarquable. Puis c’est avec le départ d’Abder lors de la phase finale de l’enregistrement de "Salam" que les choses se sont accélérées. Sarah devait remplacer au pied levé toutes les parties déjà enregistrées et elle l’a fait avec talent. De par son inspiration et sa maîtrise technique, Sarah s’est naturellement fondue dans la composition de ce dernier opus. Nous voulions d’une part réitérer l’aventure humaine du premier album mais surtout la développer pour en faire un élément aussi central que le oud, la guitare ou la batterie. Les parties de chant d’Abder étaient d’un niveau technique et émotionnel très élevé, celles de Sarah les surpassent encore. Elle a su relever ce défi en y ajoutant l’émotion que lui inspirent ses origines.



Je suppose que l’inspiration vient de différents horizons en entendant les différentes sonorités. Quels sont les groupes qui ont vraiment marqué l’inspiration d’Arkan ?
La majorité d’entre nous a grandi avec des artistes typiques d’Afrique du Nord. Cette musique est partie intégrante de notre capital musical. La musique qui influence nos compositions est aussi vaste que l’est celle de nos influences metal. Il m’est clairement impossible de te dire de quelle influence provient tel rythme de batterie ou tel riff de guitare. Il en est de même avec l’aspect oriental de notre musique qui traverse le Moyen Orient et l’Afrique du Nord en passant par l'Andalousie.

Quels sont les pays où vous aimeriez vraiment qu’Arkan soit reconnu au niveau national ?
Notre ambition est simple : parcourir le monde entier pour faire découvrir notre musique ! Naturellement, nous avons déjà commencé par la France où nous avons effectué deux tournées Françaises avec Septicflesh et Orphaned Land ainsi que de nombreuses autres dates. En Décembre de cette année, nous défendrons "Salam" sur scène en compagnie d'Arch Enemy. Par ailleurs, nous partirons en tournée Européenne cet automne en compagnie d'Orphaned à travers notamment l'Allemagne, l'Angleterre, le Benelux, la Suisse, l'Autriche, le Danemark, la Roumanie, la Bulgarie, l'Espagne, etc... Enfin, nous commençons maintenant à participer à différents festivals comme le Motocultor ou le Metal Ride Fest. Comme tu l'auras compris, nous voulons aller partout pour défendre notre musique et partager de bons moments avec nos fans.

Question souvenir : Je vous avais vu en concert avec Septicflesh à Limoges (live report sur le webzine), comment s’était déroulée la tournée ?
Septicflesh avait besoin d'un groupe pour une tournée Française et ils avaient entendu parler de nous après la sortie de "Hilal". Nos manageurs respectifs sont alors entrés en contact et ils ont décidé de nous intégrer dans leur tournée. C'était un bon challenge pour nous d'ouvrir pour un groupe aussi prestigieux sur toutes ces dates et je dois t'avouer que l'accueil du public a été pour nous une surprise tant il a été réceptif et enthousiaste vis à vis de notre musique. C'était une formidable expérience tant d'un point de vue musical qu'humain. L'atmosphère de respect mutuel entre les groupes de la tournée a générée de nombreux très bons moments.

Et pour votre prochaine tournée, Arkan sera-t-il la tête d’affiche et (ou) pouvons-nous attendre à ce qu’un ou plusieurs groupes de haut niveau vous accompagnent dans cette aventure ?
Faire des concerts et des tournées afin de rencontrer notre public est notre principal objectif. Même si nous réfléchissons de plus en plus à organiser une tournée pour laquelle ARKAN sera en tête d'affiche, nous allons privilégier cette année les tournées en compagnie de groupes d'envergure internationale. L’actualité du groupe sera assez chargée. Les mois de novembre et de décembre ne seront pas de tout repos. Nous allons repartir sur les routes pour une tournée européenne avec Orphaned Land. Nous allons traverser pas moins de 11 pays et je peux dire que nous avons hâte d’y être. Dès la fin de cette tournée, nous repartons pour une tournée Française avec Arch Enemy.

Un message à faire passer pour ceux qui liront cette interview ?
Merci pour cette interview, pour plus de détails sur nos prochaines dates et tournées, rendez-vous sur notre site officiel (www.arkan.fr), notre page MySpace (www.myspace.com/ArkanBand) et notre page Facebook. Salutations à tous vos lecteurs et à très bientôt.


Le site officiel : www.arkan.fr