Interview faite par Liz à l'Autre Canal à Nancy, à l'occasion du Disorder Tour.


(cliquer sur ''play'')

Bonjour Andréas et Nicolas. Vous pouvez nous présenter le duo ? Depuis quand le groupe existe ?
Andréas : ANDREAS & NICOLAS c'est un duo de super chansons humoristiques créé en 2007.
Nicolas : Tout a commencé avec le football, une passion qui nous a réunis, en fait Andréas chante dans Era Nova, un groupe dans lequel officie le batteur d'Ultra Vomit : Manard, donc c'est lui qui m'a un petit peu introduit dans ce milieu, et on s'est rencontré comme ça et la passion du foot nous a réunis.
Andréas : Sur les trajets pour aller faire du foot on s'amusait à chanter des chansons sur n'importe quoi, ça nous faisait marrer, puis un jour on a fait des vraies chansons qui duraient 2 minutes. Mais on n'avait pas l'idée de faire un groupe.
Nicolas : On avait plus l'idée de faire un MySpace que créer un groupe. Les chansons sur Internet c'est marrant et puis quand on a vu que c'était écouté à fond...
Andréas : On les a d'abord envoyées à nos potes et comme ils se sont marrés on s'est dit qu'il fallait qu'on fasse un MySpace. On a fait un MySpace où on a mis 4 chansons : "Je Collectionne Les Canards", "Compromets-Moi", "J'aime Bien Me Mettre De La Crème (Sur Le Visage)" et "Petit Enfant Abandonné".

Comment vous vous êtes faits repérer ?
Andréas et Nicolas : Les Francofolies de la Rochelle faisait une scène ouverte, il y avait une pré-sélection de 50 groupes pour cette scène ouverte, ils en retenaient 8 au final, honnêtement on n'y croyait pas trop, on n'a pas de passé, pas de CD etc, et puis en fait ils nous ont appelé pour nous dire qu'on allait jouer, et on a été convoqué et c'était monsieur Fabien Lefloch à la batterie sur cet événement. On avait que quelques chansons et on devait jouer 40 minutes du coup on s'est enfermé avec Fabien Lefloch dans mon appartement (Andréas) et on a fait un set de 37 minutes, voilà on a pu jouer aux Francos. On ne savait pas trop ce que ça allait donner parce qu'on n'avait jamais joué des trucs en public, et c'est notre meilleur concert à ce jour.
Nicolas: Bon je vais vous empester avec du thym.
Andréas: Il ouvre une bouteille de thym, Nicolas prend un gobelet rempli d'eau et verse quelques goutes de thym.
Nicolas: C'est très bon pour la santé, on bouffe des burgers dégueulasses et après on prend ça pour tout nettoyer. C'est génial.


Après une longue attente et des dates de sortie approximatives, vous nous avez finalement annoncé la sortie nationale de votre premier album pour le 15 Novembre, il y a eu pas mal d'attente.
Andréas et Nicolas : Il a été enregistré en fin 2009 mais on a menti pas mal sur la date de sortie, mais bon ce n'est pas de notre faute, un peu mais bon on est perfectionniste alors c'est difficile de dire c'est fini à ce moment là, on est resté mille ans en studio, et puis surtout il y a des choses qu'on ne maîtrise pas : des créations de pochette qui mettent du temps, des choses comme ça, des problèmes qui ne sont pas de notre ressort.

Il est très attendu cet album.
Nicolas : Tu crois ?

Ouais je pense.
Andréas : Ma mère l'attend à fond. Du coup on prépare notre deuxième album, il sort en Juin 2011. Nicolas : C'est un concept album, 100 chansons, parce que tout le monde nous dit : "vous avez 300 chansons et tout, mais en fait c'est la crème de la crème alors que sur le deuxième on va sortir toutes les bouses de 10 secondes qu'on n'a pas osé mettre".

Mais alors vous pensez qu'il va marcher cet album ?
Andréas et Nicolas : Lequel ?

Le premier.
Andréas et Nicolas : Non le premier c'est juste une mise en bouche, il marchera pas mais le deuxième il va être énorme.

Et le deuxième c'est sûr ? Vous ne l'avez pas encore annoncé.
Andréas et Nicolas : Non en fait pour l'instant c'est une connerie mais si ça se trouve ça va devenir vrai, c'est aujourd'hui qu'on a eu l'idée du deuxième. Nico a eu l'idée album de 100 chansons, parce que 100 chansons c'est cool, ça durera une demi heure, on va essayé de faire 100 chansons en moins de 30 minutes, faut juste qu'on se donne des règles de temps. Mais ça va être génial.



Vous pouvez nous parler un peu de l'album ou c'est top secret jusqu'au 15 Novembre ?
Andréas : L'album il contient 16 chansons, plus des chansons à débloquer grâce au jeu vidéo bonus qui est contenu dans le CD.
Nicolas: On peut dire qu'il a été produit par Benoit Roux, l'homme qui a déjà produit l'album d'Ultra Vomit, une valeur sûre et un personnage haut en qualité humaine.
Andréas et Nicolas : On a beaucoup traîné en studio parce qu'on a beaucoup rigolé, on devenait fou, on a beaucoup improvisé. La dernière chanson qui s'appelle "Les Singes Du Passé" elle a été composée en studio, on avait déjà notre programme de chansons qu'on voulait enregistrer, on était un peu à la bourre puis en fait un soir chez Nicolas on a composé cette chanson : "Les Singes Du Passé", on la trouvait vraiment géniale on faisait que de la chanter on a appris les paroles assez vite et le lendemain matin on s'est dit : "faut qu'on l'enregistre sur l'album, c'est obligé", et comment l'annoncer à Benoit sachant qu'on est en retard, on va se faire engueuler. Dés qu'on arrive, on lui dit qu'on a une nouvelle chanson qui faut qu'on enregistre et il nous a dit : "ouais je suis assez friand de ce genre d'initiative et du coup on l'a enregistrée".
Nicolas : Il y a des paroles de chansons où ça s'entendra pas forcément quand on écoute mais on s'est pris la tête comme des cons en studio, genre chacun ses soucis c'était ignoble, tous les matins, dehors, avec la gratte en train d'essayer des millions de paroles on pétait les plombs parce que quand tu es dans une bulle de studio tu as pas trop de recul, tu ne sais pas ce qui est bien ou pas. Montrez moi vos miches on a du mal et au final on est super content. "Pacemaker" on a eu trop de mal, on ne pensait pas qu'elle y serait et puis finalement on l'a réécoutée après avec du recul et en fait elle est bien.

Mais alors c'est les mieux que vous avez mis sur l'album ?
Andréas et Nicolas : Pour nous c'est les mieux, il y en a qu'on a mis sur le jeu vidéo mais c'est pas les moins bien c'est juste qu'elle rentrait pas dans le rythme de l'album, comme "Petit Enfant Abandonné", elle cassait un peu le rythme de l'album, nous on voulait que l'album ce soit une petite barre chocolatée, mais on l'a retournée dans tous les sens, on a changé la set liste au dernier moment, on a viré des chansons, on voulait vraiment que ce soit un bel album que tu puisses l'écouter en bagnole, tu te fais pas chier. On l'a écouté plein de fois, on a écouté l'enchaînement et fallait qu'on soit tous les deux vraiment convaincus et le coup du jeu vidéo c'est bien ça nous a permis de ne pas vraiment virer des chansons mais de leur donner une seconde vie autre part que sur l'album.

Justement le jeu vidéo, pourquoi un jeu vidéo ? Ce n'est pas commun.
Andréas et Nicolas : C'est parce qu'en fait on a une chanson qui s'appelle "Singe Facteur" et avant d'aller en studio on pensait déjà au titre de l'album et la pochette etc, on a eu une idée de pochette jeu vidéo, on voulait que l'album s'appelle "Singe Facteur" avec un petit singe sur un vélo un peu comme "Paper Boy" pour ceux qui connaissent et du coup on s'est dit pourquoi pas faire un jeu vidéo. Nous on n'achète pas d'album et on s'est posé la question pourquoi on en n'achète pas et c'est un petit truc en plus qui fait que tu as envie d'avoir l'objet. On a soigné la pochette, on a mis les paroles dans le livret. Soit on le fait, soit on ne le fait pas, et à ce moment là on le sort qu'en mp3 mais on voulait quand même le faire. On a mis du temps mais au niveau artistique on a ce qu'on voulait.
Nicolas: Le jeu vidéo en fait c'est partie d'une connerie comme le coup de l'album avec les 100 chansons, Andréas a balancé un mail sur jeuxvideo.com...
Andréas : "Est ce que quelqu'un saurait me faire un petit jeu vidéo tout pourri", il y a des mecs qui m'ont envoyé un petit peu bouler au départ puis il y a un mec qui m'a répondu : "moi je peux le faire" donc je l'ai contacté il s'appelle Charly Piva. En fait le jeu vidéo il devait vraiment être très court, très simple mais comme l'album a pris du temps et que le mec du jeu vidéo s'est vraiment amusé à le faire, il s'est vraiment passionné par le sujet, il est venu nous voir en concert et il est encore plus rentré dans l'univers et du coup comme ça a trainé pour la sortie de l'album, le jeu vidéo a pu être développé. Autant l'album il n'a pas énormément changé même si on changé l'ordre et tout mais sur le jeu vidéo pas du tout parce que si il était sorti un an ou 6 mois avant on n'aurait pas eu du tout ce résultat. Sur le jeu vidéo il y a 1 an de travail parce qu'il y a le travail graphique et on a enregistré plein de voix différentes, il y a plein de références à ANDREAS & NICOLAS, il y a un karaoké, des chansons et des photos à débloquer, il y a plein de trucs.

Vous nous réservez d'autres surprises avec la sortie de l'album ?
Andréas et Nicolas : Il y aura un clip, le clip de "Super Champion" qu'on a tourné. Que vous pourrez voir bientôt, c'est la vérité mais on ment à chaque fois qu'on dit des dates alors on ne dit plus de date mais en tout cas pas après la sortie de l'album.

En même temps que la sortie de l'album ou avec l'album ?
Andréas : Peut-être on fera un pack, un pack solidarité.
Nicolas : Et sinon on fera un autre clip dans la foulé, je pense, parce qu'on a une chanson qui s'appelle : "Chatroulette".
Andréas : Ah ouais c'est notre meilleure chanson !
Nicolas : On pense que c'est notre meilleure, de toute façon on dit ça à chaque fois qu'on a une nouvelle chanson.
Les deux : Elle est pas sur l'album mais elle est terrible et du coup on va sûrement l'enregistrer et faire un clip à part parce qu'on pense que c'est une chanson qui peut vivre sans contexte album. Ça reste du ANDREAS & NICOLAS à fond, c'est vrai que c'est la première fois qu'on a un nom de chanson qui tape sur un truc d'actualité, en général on n'aime pas trop faire ça mais là c'est vraiment naturel, on s'est trop marré à faire la chanson, on l'a testée en public et c'était bien.

Combien de chansons composées ?
Andréas et Nicolas : Pour l'instant on a parlé que de la réalisation mais en amont il y a depuis 2007 qu'on compose les morceaux. 2007-2009 ça fait 2 ans de composition, franchement il y en a vraiment beaucoup, mais il y en a beaucoup qui sont très nulles, il n'y a plus de 350, mais c'est des bouses, mais quand on compose on se dit jamais qu'on va faire une chanson sur tel sujet ou autre, c'est toujours du hasard, faut qu'on soit ensemble, en général ça ne marche jamais s'il y en a qui amène un truc, jamais on se dit : "tiens j'ai une idée", ça peut arriver des fois, un concept par exemple pour "Narcoleptique" c'est un pote à nous qui nous en a parlé et puis en fait on l'a fait et on a dit : "ouais c'est énorme". Là du coup il y avait un truc, mais par exemple "Elle Change La K7 Dans La Tête Du Chat", on s'est dit que c'était pas possible d'imaginer ça. C'est sur le coup, c'est arrivé chez un pote on a imaginé la scène. C'est pour dire qu'en fait les chansons, elles naissent au hasard et des fois pour que ça fasse une bonne chanson qui dure 2, 3 minutes, il faut une mélodie qui soit vraiment bien et qui nous plait, une phrase qui accroche comme "Je Collectionne Des Canards Vivants", et comme "Les Singes Du Passé", c'est pas "Les Singes Du Passé" le truc choc mais je remercie les singes qui nous ont précédés. Ça c'était une soirée on était bourré puis on parlait de l'univers, on se disait qu'aujourd'hui on a la télé et tout mais qu'on serait incapable de fabriquer une télé et on remercie tout ce que les singes, qui nous ont précédés, on fait et du coup la phrase on la marque parce qu'on la trouve bien. "Elle Change La K7 Dans La Tête Du Chat" elle est sortie comme ça telle quelle.



Donc l'inspiration ça vient comme ça ?
Nicolas : Oui oui, par exemple "Toutes Les Filles" c'est n'importe quoi, on était en train de jouer à PES, on avait la télé qui tournait en fond et il y avait un truc sur le foot féminin et Andréas a regardé la télé et il a dit la phrase ("toutes les filles qui jouent au foot sont moches") en chantant un peu, c'était direct le bon air. Le truc c'est qu'on arrête pas de chanter plein de phrases au hasard alors la plupart sont toutes pourries mais dans le tas va y avoir un truc, ah ça sonne bien ça.
Andréas : C'est des espèces de moment d'euphorie, ou on peut faire 15 chansons d'un coup comme ça, 15 qui vont nous faire marrer mais on sait que ce n'est pas possible, on ne peut pas les jouer les gens ne vont pas comprendre parce que c'est trop fou. Des fois c'est complètement dingue, après il y a des trucs on se dit c'est universel, ça sonne vraiment bien et très rarement il y a des vraies chansons de 3 minutes mais c'est plus rare comme par exemple depuis l'album la seule chanson qu'on a composée, donc depuis un an c'est "Chatroulette", c'est la seule. On a composé peut-être 50 entre temps des conneries...
Nicolas : Dans le tas il y a sûrement des embryons de trucs qui pourraient donner des compos longues, mais on ne le sait pas, ça ne sort pas comme ça, on ne se dit pas tiens on va le faire, ça se fait naturellement. Sur mon portable j'enregistre dés qu'on a une idée, on a des millions d'idées comme ça, des petits bouts de chansons et des fois en les réécoutant tu peux penser à donner une suite, c'est normal, je pense c'est comme ça que font les humoristes quand ils pensent à des sketches.
Andréas : Des fois on a un "putain" de refrain et on se dit ouais c'est génial, mais on ne trouve jamais le couplet. Alors on a un refrain excellent qu'on trouve bien mais ça ne marche pas, quand l'écriture devient trop mathématique ça ne va pas.

Et les musiques comment elles s'insèrent sur les textes ?
Andréas : Les textes ils naissent en musique tout le temps, sauf pour le cas des phrases comme ça, mais sinon souvent c'est lié, en fait c'est le couple parole / musique qui va être drôle ou pas. Tu peux avoir une phrase nulle mais la mélodie de cette phrase là fait qu'elle va être énorme. Tu peux dire une grossièreté, mais si tu l'as dit harmonisée, d'une certaine façon ça ne vas pas passer comme une grossièreté.
Nicolas : Ce qui marche bien en général, ce que j'ai remarqué, c'est souvent Andréas Martin qui sort une phrase avec un air et moi direct j'entends l'arrangement, les accords.
Andréas : Nicolas toujours avec la guitare à côté qui sort les accords et ça va super vite.

Vous vous êtes déjà demandés ce que ça pourrait donner si ce n'était pas des textes humoristiques sur vos compos ?
Andréas : T'inquiète on le fait des fois, c'est horrible, mais on le fait parce que ça nous fait marrer parce que c'est dégueulasse. Des fois quand on répète, on rentre dans des personnages on fait de la variété Française mais on se donne des frissons de dégout, pas que la variété Française c'est pas que se soit nulle, il y a des trucs énormes, mais... Mais un jour on s'est dit faut le faire, mais les gens vont pas comprendre.
Nicolas : Soit on le fait mais on se cache, soit on les vend.
Andréas : On peut les vendre mais on les vendra à De Palmas.
Nicolas : Avec Ultra Vomit on me pose la question souvent, pourquoi on fait pas du metal sérieux parce que vous savez le faire... bah non, moi je ne peux pas faire un truc sérieux, c'est pas possible, il y en a trop qui le font déjà bien et puis même je n'ai pas envie, faut avoir un truc à dire et moi le seul truc que j'ai à dire c'est des conneries. On verra peut-être quand j'aurai 60 piges mais là franchement c'est mort.

Vous êtes un peu similaires à des humoristes, est ce qu'on peut vous assimiler à un spectacle humoristique ?
Nicolas : C'est entre les deux, c'est plus proche quand même des chansons que des sketches.
Andréas : Ouais c'est entre les deux, on ne pourra jamais dire qu'on fait du théâtre parce qu'on a pas de formation de théâtre et puis même ce n'est pas du théâtre du tout.
Nicolas : Sur cette tournée là, c'est pas une appréhension mais jouer dans un contexte vraiment concert rock et tout ce n'est pas nécessairement le truc qui nous colle le plus mais après on s'adapte à tout.

D'autant plus que vous avez joué au festival Juste Pour Rire.
Nicolas : Ouais et ça pour moi c'était l'idéal parce que tu joues dans un concert mais les gens viennent pour se marrer. Ou dans les petits théâtres c'est génial. Mais après dans les grandes salles on sait s'adapter, on sait très bien que dans ce cas là faut plus enquiller, faut balancer des morceaux plus comme "Chatroulette" ou "Les Singes Du Passé".
Andréas : Après en 2011 on fera peut-être une tournée dans des salles qui se prêtent mieux.
Nicolas : On peut vraiment jouer dans plusieurs contextes.
Andréas et Nicolas : Il y a plusieurs formules, on peut jouer là, dans un pur café, on peut jouer dans une chambre de gens, on l'a déjà fait.

Vous envisagez un jour l'humour sans musique ou bien les 2 sont indissociables ?
Nicolas : Franchement moi si des fois quand même, c'est sûr, on serrait capable de le faire, du théâtre et tout, j'en ai déjà fait un peu, la musique c'est un peu un prétexte. Autant je ne ferai pas la musique sans humour, mais de l'humour sans musique ça me paraît plus possible. On fait bien des petites vidéos, des sketches que ce soit Poussin ou autre.
Andréas et Nicolas : ANDREAS & NICOLAS ce n'est pas qu'un groupe, ça peut être n'importe quoi, c'est des mecs qui jouent au foot... en fait, nous, les chansons, les vidéos c'est nous. Ce soir c'est ANDREAS & NICOLAS en concert du coup, mais ça peut être autre chose. ANDREAS & NICOLAS qui jouent au foot, en interview... en interview on est énorme. (rires)

Mais vous savez aussi parler d'amour : "Pacemaker", "J'aime Bien Mettre De La Crème"...
Nicolas : On en a brisé des cœurs. (rires)

Et puis il y a aussi "Montrez-Moi Vos Miches"...
Andréas : Ouais belle chanson d'amour.
Nicolas : Et ça se termine bien.

De toute façon elles se terminent toutes à peu près bien comme "J'aime Bien Me Mettre De La Crème".
Andréas et Nicolas : C'est vrai, la fin de la crème : "parce que je t'aime" (rires)

Vous auriez une déclaration amoureuse à faire, laquelle vous choisiriez ?
Andréas et Nicolas : "Pacemaker" largement. Nicolas : "Pacemaker", tout à l'heure on parlait de faire de l'humour et tout ça, mais la limite elle peut vraiment parfois être floue, parce que "Pacemaker" c'est pas une vanne du tout enfin si, mais je la trouve bien, ça pourrait presque être un tube comme on disait toute à l'heure un peu dégoutant mais non ça reste cool.
Andréas : On ne voulait pas que l'album ce soit que des blagues, fallait que ce soit des chansons que tu puisses écouter et que tu réécoutes même si tu l'as déjà écouté mille fois.
Nicolas : Ouais c'est ça, pour moi il y a rien de pire parce que j'aime bien faire des conneries mais j'aime pas l'idée : "ouais c'est marrant 2 minutes et après on se barre", c'est ma hantise, c'est pour ça que musicalement faut que ça tienne la route.
Andréas : Ca aurait pu être le danger mais du coup on a vraiment voulu que ce soit "écoutable" même si tu n'écoutes pas les paroles, alors tu mets le CD dans ta voiture, le mec il écoute pas mais la musique elle ne fait pas chier parce qu'il n'y a pas des vannes sans arrêt, on ne s'arrête pas pour faire des speeches.
Nicolas : Ours et compagnie pour être sincère si tu l'écoutes que d'une oreille et que t'écoutes pas les paroles c'est trop con mais si tu les écoutes pas t'as l'impression que c'est un pur truc radio, enfin je veux dire ça sonne comme un tube.
Andréas : C'est comme "Je Détestes Le Sexe" si tu ne mets pas des paroles comme ça c'est horrible, c'est dégoûtant, c'est de la pure variété mais dégueulasse, en fait quand tu repenses au paroles c'est là que tu dis... des fois t'as des frissons mais c'est horrible alors que c'est des paroles dégueux.
Nicolas : Ce que j'aime bien c'est ça, quand tu as arrives à faire oublier aux gens la connerie, ils vivent le truc, même nous des fois on joue des chansons sincères, on est à fond dedans alors que c'est des grosses conneries.
Andréas : Quand on fait "Le Sexe" on est même plus en train de jouer, enfin je le pense vraiment ce que je dis, je crois, ça devient fou. Même pour "Pacemaker" et tout.
Nicolas : Ca nous ferait chier si on sait qu'on raconte une connerie et que c'est léger tout le temps.
Andréas : On est impliqué.

Il n'y aurait pas une petite moralité sur "Je Déteste Le Sexe" ?
Andréas : Avec le grand-père ? Ça nous faisait trop marrer en fait, des speech comme ça quand Nico il les fait, ça nous faisait rire.
Nicolas : Comme "SOS Nature", une chanson qui a été licenciée.
Andréas et Nicolas : On avait une chanson qui s'appelait "SOS Nature" et en fait c'était une chanson que nous on aimait bien mais on n'assumait pas parce qu'elle pouvait trop être prise au premier degré et zéro message politique pour ANDREAS & NICOLAS. Pour nous c'était clair mais pour d'autres gens ce n'était pas assez clair, du coup on ne l'a pas mise sur l'album.

Est ce que vous pourriez les chanter à vos enfants ?
Andréas : Je les chante à ma mère, ma mère est fan, mais au début j'ai eu honte, "Compromets-Moi" je lui ai fait écouter je me suis barré de la pièce, puis en fait elle a dit : "c'est très bien". Mais nos enfants de toute façon ils entendront.
Nicolas : Moi, je n'ai pas des enfants mais j'ai des petits frères et sœurs et ils sont fans, ça les fait marrer, mais j'ai eu un petit moment de gêne quand même, un soir j'étais avec mon père, ma belle-mère et les gosses et je leur fait écouter le chat puis ils entendent : "j'ai vu mon fils se masturber"... tout ça, "eh ça veut dire quoi se masturber ?" la la la, c'était énorme avec mon père, je ne sais plus ce qu'il leur a répondu mais c'était marrant.
Andréas : Pour les enfants il y a 2 écoutes, comme par exemple : "Je Collectionne Des Canards", ça va beaucoup plaire aux enfants parce que l'air est très basique et qu'ils sont contents de chanter ça : "je collectionne des canards et faire coin, coin, coin"... mais ils vont pas voir le côté absurde du truc et ce qu'il va plaire plus aux gens de notre âge c'est que c'est absurde.
Nicolas : Moi ce qui me fait marrer c'est les couplets.



Finalement vous êtes sur scène depuis 2007 mais vous sortez seulement l'album fin 2010, est ce qu'on peut considérer que vous êtes plutôt un groupe live que sur album ?
Andréas et Nicolas : Oh bah oui, le défi était quand même pour nous de faire un album.
Nicolas : C'était un pur défi, un truc de fou, autant Ultra Vomit, on peut toujours dire qu'il y a un gros son metal et tout je ne sais pas comment le dire, l'album est plus "légitime", quand on est arrivé en studio et qu'on a dit à Benoit qu'on allait enregistrer avec une gratte sèche et une boîte à rythme, forcément il y a un défi, c'est pas évident, à la fin si c'est pour que les gens écoutent et se disent : "ouais ça a été enregistré en 2 secondes chez eux", mais en même temps faut pas se dire que c'était surproduit. C'était un défi et franchement c'était difficile, tous les morceaux qu'on a fait en démo avant, surtout comme disait toute à l'heure Martin Hallier : "comme les morceaux c'est de l'humour tu t'y attaches", tu t'attaches à un ton de voix qui te fait marrer, ou une harmonie un truc comme ça et c'est balèze de refaire les morceaux en studio, on en a refait quand même quelques uns mais on a galéré.
Andréas : On écoutait les versions d'avant et on se disait c'est mieux, je ne sais pas pourquoi c'est mieux.
Nicolas : C'est mieux parce qu'on était habitué qu'il y avait un charme de fou sur les premières démos qu'on a fait et fallait le retrouver sur album. Les nouveaux il y avait pas de problème, on les entendait pour la première fois on trouvait ça énorme mais les anciens on a vraiment galéré.
Andréas : "Compromets-Moi" c'était horrible, on l'a enregistrée en studio et on ne l'a pas mise finalement, en fait même sur le CD c'est la version démo parce qu'on n'a jamais réussi à égaler. On n'a jamais su pourquoi. Parce qu'en studio on chante plus juste ou je ne sais pas. C'est comme quand t'enregistres une chanson que tu viens juste de faire t'es trop content il y a truc qui se passe, pareil quand tu joues une nouvelle chanson t'es enthousiaste.

Alors finalement défi relevé pour cet album ? Il vous plaît ?
Andréas et Nicolas : Ouais il nous plaît c'est clair. La pochette nous plaît.

Andréas & Nicolas c'est aussi tout un univers à côté, comment va Poussin ?
Andréas : Il va très bien, il est très bien payé quand même pour les chocs qu'il subi.
Nicolas : Bon on vous annonce qu'il va bientôt mourir quand même.
Andréas : Il va peut-être mourir bientôt, il s'est fait opérer de l'abdomen (Ndlr : le coup du sabot, voire Poussin Agression n°7) et là il a du mal à manger en fait, donc il mange avec une paille.
Nicolas : Puis il a fait une indigestion avec le caca de poney.

Pourtant il en a vu d'autres !
Andréas : Mais là c'est le coup de trop.

Mais il est pas si malheureux que ça avec vous.
Andréas : non, non mais en fait il a une mémoire interne qui dure 2 minutes, il oublie à chaque fois ce qu'il s'est passé avec Nicolas. Tiens le voilà !
Poussin : Salut à tous. Nicolas : Salut poussin, ça va ?
Poussin : Ah ça va, vous faites une interview ? Tu veux me poser une question Elise ?

Ça va poussin ? Ça va mieux ?
Poussin : Ah ça va très bien, j'ai un petit peu mal au ventre c'est le cheval qui m'a écrasé la dernière fois.

Il y en a quand même d'autres de prévu des Poussin Agression ?
Nicolas : Ouais bah il y en a un qui va être énorme, mais je ne sais pas quand est ce qu'on le tournera.
Poussin : Ah ouais celui de la clinique ? Celui où j'accouche ah ah ah, ah j'ai hâte.

Vous n'avez pas un peu peur qu'il vous pique la célébrité, Poussin ?
Andréas et Nicolas : C'est vrai qu'il y a une vidéo de Poussin qu'on n'a pas mise, où il pète un plomb, il change de voix tout ça.
Nicolas : Ca m'embête un peu de le dire comme ça, mais c'est vrai qu'il est un peu infecte, il paraît sympa mais en fait il a pris le melon.
Andréas: Depuis qu'on lui a fait un système. En fait on lui a acheté un système qu'on commandé aux USA pour qu'il puisse aller sur Facebook par des connections mentales, parce qu'il ne peut pas bouger ses petites ailes et du coup il a un Facebook et tout, il a 2000 amis c'est n'importe quoi, il répond aux gens, il prend son indépendance, il commence à comprendre le monde donc du coup il commence à se rebeller un peu, c'est difficile de le recadrer, il prend un peu la grosse tête, il voit qu'il y a pas mal de gens qui regardent les vidéos sur YouTube et du coup c'est compliqué.
Nicolas : Même des fois il ne veut pas rentrer dans sa malle, on est obligé de le droguer.

A part Poussin, il y a "Bonsoir Monsieur".
Nicolas : Je ne peux pas parler de cette série là, moi j'en parle pas parce qu'il y n'a encore pas le 5 et le 6. Mais je ne vais pas vous mentir, parce que moi ça y est j'ai un peu de recul sur la situation, et en fait les 4 premiers c'est des purs apéritifs, mais les vrais c'est le 5 et le 6 qui vont sortir bientôt. C'est une grosse production les 2 là, c'est un truc de fou.

Ça consiste en quoi ? Vous cherchez à faire quoi ?
(au milieu de cette question Nicolas a été obligé de nous quitter, il salue tout le monde)

Andréas : En fait c'est juste que j'ai mon ancien portable et des fois je filmais Nico les soirs où on sortait et ça nous faisait marrer alors que c'était nul, puis j'ai filmé d'autres scènes comme ça pour rigoler, et le déclic c'est quand j'ai rajouté des sons. J'ai rajouté des ambiances et on a trouvé ça horrible, parce qu'on est un peu fan de David Lynch. On ne voulait même pas dire que c'était ANDREAS & NICOLAS au départ parce que c'est très con. Du coup on en a fait 4 avant qu'ils soient en ligne et le 5 je l'ai montré à notre entourage et ils ont dit que c'était énorme, alors on a posté les 4 premiers et le 5 arrive. Le 6 c'est mon préféré et Nico c'est le 5. Après on fera peut-être un long-métrage.

Un grand merci à Andréas Martin et Nicolas Patra de m'avoir accordé un peu de leur temps pour répondre à mes questions, merci aussi à Marina et Martin Hallier.


Le site officiel : www.myspace.com/andreasetnicolas