Interview faite par Matthieu à Paris.

Simon Dancaster (paroles) : Eh mais tu es là depuis un moment ! Merci de ta patience !
Abbath (chant / guitare) : Premièrement, quel est ton nom ?
Je m’appelle Matthieu !
Abbath : Eh bien enchanté Matthieu !

Vous êtes prêts pour la première question ? Comment présenterais-tu la légende Abbath au peu de gens qui ne te connaissent pas encore ?
(Abbath se lève, mime une chevauchée fantastique, brandissant une lance et une étoile du matin imaginaires en grimaçant comme à son habitude, puis se rassoit, sous les rires de tous.)
Abbath : Comme ça. Tu vas réussir à retranscrire tout ça ?

Sans problème, c’est la meilleure réponse possible !
Abbath : Attention à bien le faire !

Comment a fonctionné le processus de création musical pour "Outstrider" ?
Simon : On n'en sait rien ! Mais ça a marché !
Abbath : Tout a débuté avec… "Spasms"… Tu sais, le titre "Bridge Of Spasms".

Oui, je vois.
Abbath : Simon a sonné chez moi et il a dit "Hey, j’ai un nouveau hit pour toi !". Il m’a réveillé de cette manière.
Simon : Non, j’ai dit "J’ai un adorable poème pour toi !" (rires) "Un très sombre d’ailleurs, lis-le et agis en tant que tel !". Abbath : Et moi je… crachais et divaguais entre les atomes. (Ndlr : “Spit and split amongst the atoms”, paroles du titre "Bridge Of Spasms")
Simon : En résumé, le processus créatif est continuel. Ca avance en permanence. Il écrit toujours des riffs, il les met de côté, ensuite il les reprend plus tard. Mais cette fois, avec la participation d’Ole dans la musique… Et vu que je ne joue définitivement pas d’un quelconque instrument…
Abbath : En fait on n'est vraiment pas un groupe de pisseurs ! (rires)
Simon : Je n’écoute même pas tant de metal que ça. Au début, j’avais écrit deux sets de paroles pour le même morceau, et ça s’est fini par deux titres différents… Je ne plaisante pas ! Mais la collaboration créative a été plus intense cette fois-ci. Le processus est organique, mais beaucoup de travail vient de nous.
Abbath : Ouais, on bosse beaucoup.
Simon : C’est un peu de travail acharné, un peu de fantaisie…
Abbath : On est des "humble pyre" ! (Ndlr : référence au titre "Harvest Pyre") (rires)



Tu peux d’ailleurs nous expliquer la signification de "Outstrider" ?
Abbath : En fait, c’est pas moi qui l’ai inventé. Tu devrais demander ça à Monsieur Paroles. (rires)
Simon : Outstrider est un néologisme. Pour moi, c’est l’expression parfaite d’un rebelle qui est toujours en marge.
Abbath : Qui suit sa propre voie.
Simon : Oui, qui avance toujours à côté. Il ne peut pas rentrer dans le moule.
Abbath : "Chassé du Paradis" ?
Simon : "Il s’est fait rejeter de l’Enfer"! Il était fâché contre la Mort, et la Mort en avait peur. Mais le concept c’est aussi de sortir de sa propre zone de confort, et c’est ce que j’aime quand j’écris pour et avec Abbath. Je ne me repose pas sur mes lauriers.
Abbath : On est foutus tout seuls ! (rires) Le repos n’a rien à voir avec ça.
Simon : C’est tout ce qui importe. Et à propos de notre esprit ? Nul ne le sait. Mais l’"Outstrider" a une explication simple : "Il n’y a pas de barrières entre nous, seulement des frontières à explorer. Pas d’arrière-pays à conquérir, les océans ne sont que des rivages lointains. L’Outstrider bondit, s’enrichissant de chaque perte. A présent les chiens de la guerre nous divisent, il n’y a plus que des seuils à traverser. C’est l’ouverture.".

C’est superbe !
Simon : Merci. Qui aurait pu penser qu’une si belle connerie pourrait se trouver dans un texte de black metal ? Eh bien pas moi !
Abbath : De toute façon, "lay down your soul to the gods rock 'n' roll" ! Qui ose ? (rires)


Au début de ta carrière, tu jouais de beaucoup d’instruments : batterie, basse, claviers et guitare par exemple, en plus de chanter. Pourquoi as-tu choisi de te concentrer sur la guitare ?
Abbath : Parce que je suis guitariste.
Simon : Aussi.

Mais tu joues de la batterie, non ?
Abbath : Je suis un batteur au rabais.
Simon : Bassiste. Chanteur. Il pourrait être son propre one-man band, mais il est trop faignant.

Pour moi, "Outstrider" est plus calme et atmosphérique que l’album précédent, "Abbath". Est-ce que tu as aussi fait ce constat ?
Abbath : Ouais. Mais ce n’est pas à propos de la production. En fait, au tout début, c’est surtout par rapport aux chansons. Peu importe la production, mais on a été très chanceux de pouvoir travailler avec Endre (Ndlr : mixeur / claviériste / producteur) cette fois-ci, c’est allé beaucoup plus loin qu’on ne l’espérait. Même avec les pré-productions, on était fiers. Je m’en fous de ce que disent les gens. En fait je m’en soucie… mais je m’en fous parce que… "I’M SO BAD BABY I DON’T CARE".

Il y a une vidéo qui est sortie pour le titre "Harvest Pyre", pourquoi avez-vous choisi ce morceau pour être le premier extrait de l’album à révéler ?
Abbath : Très bonne question. Parce que… en fait… je n’en voyais pas d’autre assez bien pour être… L’ATTAQUE SURPRISE !!!
Simon : Il y a une symbolique avec le phénix, qui s’embrase dans les flammes pour… renaître du feu et des flammes. Tu sais, "Outstrider c’est un renouvellement simple, apprendre du passé…
Abbath : Mais on parle du titre "Harvest Pyre" à présent !
Simon : Ah en effet, c’est vrai ! (rires)
Abbath : T’es bourré ! (rires)
Simon : On voulait un titre avec un brasier et… c’est un titre entraînant. Je ne suis pas une encyclopédie du metal, mais je pense que ça l’est !
Abbath : "Harvest Pyre" est l’un des… je ne dirais pas le meilleur, mais probablement l’un des titres les plus importants de l’album. Parce que si tu dois partager un morceau, il faut être sûr que ce soit le bon. Au bon moment également. On a eu un bon ressenti sur celui-là. On a eu de la chance d’avoir notre frère Endre à nos côtés. Il a fait un travail exceptionnel. Je suis baisé sans ce mec.
Simon : Mais sans toi on est tous baisés !
Abbath : Quoi ?
Simon : Tu dis que t’es baisé sans lui, et on est tous baisés sans toi ! (rires)
Abbath : Dans quel sens ?!
Simon : Tous !
Abbath : (rires) Oublie ça, tu veux ?

Le dernier titre d’"Outstrider" est une reprise de Bathory, pourquoi ce morceau précisément ?
(long silence) Abbath : (d’un air grave) Parce que c’est l’un des plus grands héros de tous les temps à mes yeux. Et en réalité… c’est une reprise, tu vois. Je n’ai rien écrit de tout ça, mais ça vient de mon album préféré, un de mes albums préférés de tous les temps en fait. Et tout le monde s’attend à un titre épique. Peut-être qu’on a besoin d’un beau jour pour mourir lorsque l’on va mourir. Et à mon avis, il faut une reprise à chaque album. Pas une cover d’Immortal (rires). Donc sur le prochain album… c’est hors de question de faire une reprise de Mötörhead avec ABBATH. Parce que j’ai déjà un groupe de reprises de Mötörhead, qui s’appelle Bömbers, alors… peut être "Mirror mirror on the wall, I’m the fastest of them all !" (Ndlr : "Miroir mon beau miroir, je suis le plus rapide de tous !"). Ah, et on ne demande pas au miroir, on dit au miroir.

Vu que tu as parlé d’Immortal", est-ce que tu as écouté leur dernier album ?
Abbath : Ouais, mais pas tout, juste quelques titres. C’est pas comme ça que je les aurais fait mais bon… "I am Immortal" à présent ! (rires)

Quelle est ta définition du black metal ?
Abbath : En tout premier, Venom. "Lay down your soul to the gods rock 'n' rooooool" !
(Abbath commence à chanter)
Abbath : "Black Metaaaaaaaal" !



Est-ce que tu penses que le corpse paint…
Abbath : Non pas "corpse pain", je n’aime pas ce mot, ça ne me représente pas.

Peut-être que tu préfères "war paint" ?
Abbath : Sur la vidéo d’"Harvest Pyre", il y a des guerriers qui me narguent, ce sont des guerriers mort-vivants. Je ne leur ressemble pas, je ne fais pas de corse paint. Je fais du "Battle Paint" !

Du coup, penses-tu que ton "Battle Paint" améliore la performance scénique ?
Abbath : Tu vois, je pense que je devrais me pointer à chaque bataille. (rires)
(Abbath se lève, fait de l’air guitar en grimaçant, se déplace comme il le fait sur scène, grimace à nouveau, puis se rassied.)
Abbath : Tu comprends pourquoi je fais ça maintenant ?
Simon : En fait, ça pourrait marcher, mais si tu vas te battre, ou si tu te trouves dans n’importe quelle situation extrême avec des horreurs sanglantes, c’est comme si tu montais sur scène devant des milliers de personnes qui te voient comme une icône… Je pense que c’est au moins autant de pression que quand tu pars à la guerre. Donc ça fait partie du personnage. C’est Abbath, il a créé cet avatar, cette icône.
Abbath : Tu sais, tu peux parler d’ex-icône ! (rires)
Simon : Oui ex-icône si tu veux… en fait même "exterminer" finit par "terminer" !

Quel est le plus important pour vous, la guitare lead ou la guitare rythmique ?
Ole (guitare) : Eh bien je suis guitariste soliste à la base alors… (rires)
Simon : Est-ce que tu essayes de semer la discorde dans le groupe ?! (rires)
Abbath : Est-ce que c’est vraiment une question ? (rires)
Ole : On joue tous les deux un peu des deux, alors… on a nos forces, on est meilleurs sur certaines parties alors… je pense qu’Abbath a beaucoup à faire, il a besoin d’un peu de… d’être un peu soulagé parfois.
Simon : Il pourrait probablement écrire de bonnes paroles aussi… mais ne lui dis pas ! "Appris assez, as-tu, jeune padawan ? La Force en toi est, jeune padawan !"
Abbath : "La Force est forte avec celui-ci !"
Simon : "Luke, voici ton père !"
Abbath : "Gardez vos informations !"
Simon : Tout est à propos d’informations. (rires)

Une autre question peut-être un peu bête, mais pourquoi as-tu choisi de faire du metal en tant que professionnel ?
Abbath : Attends, tu as dis "question de merde" ? (Silly = bête / shitty = de merde)

Non, une question "bête" !
Abbath : Pourquoi tu as des questions bêtes ? (rires)
Simon : Hey Olve, réponds simplement que le metal t’a choisi ! Pssst, "Le Metal m’a choisi" ! (rires) Attends, je vais lui envoyer un SMS !
Abbath : "Heavy Metal Thunder !"... Born To Be Wild… Helter Skelter…
Abbath commence à chantonner seul)
Simon : Qu’est-ce que tu aurais pu faire d’autre ? Vraiment, tu sais… Pourquoi est-ce que le metal l’a choisi, c’est ça la vraie question !
Abbath : Oui, mais je vais répondre à sa question d’abord ! C’était quoi la question déjà ?

Je t’avais demandé pourquoi est-ce que tu avais choisi de faire carrière dans le metal.
(Abbath rit)
Simon : Il est confus ! Pourquoi as-tu choisi le metal Olve !
Abbath : J’ai juste… je ne sais pas vraiment, je devais juste le faire… Ce n’est pas ce dont j’ai envie en permanence, c’est juste que je dois me donner à fond alors… de toute façon qu’est ce que tu veux que je fasse ?
Simon : #MeTal

Bonne blague !
Abbath : Le roi est mort, vive le roi !
Simon : Et si tu es végétarien, c’est #MeatOuh. (rires)
Abbath : Il aime les rois et les reines.
Simon : Je déteste les rois et les reines ! Je déteste ces putains de monarchistes alors… je pense qu’on n'a pas de monarchistes dans le groupe, alors c’est bon…

Quel était le premier album de metal que vous ayez acheté ?
Ole : Pour moi… c’était probablement "Kill 'Em All" ou 'Ride The Lightning" de Metallica.
Simon : Est-ce que The Smit ça compte comme du metal ?
Ole : Ou est-ce que Van Halen ça compte comme du metal ?
Abbath : Oh que non ! (rires)
Ole : Est-ce que Ozzy ça compte ? Je pense que c’était… "Bark At The Moon", mais aussi "Kill 'Em All" ou "Ride The Lightning".
Simon : Peut-être pas le premier, mais au moins le deuxième, c’était "666, The Number Of The Beast !" d’Iron Maiden ! "Run To The Hills ! Run for your life !"
Ole : Oh oui, je l’avais aussi celui-là ! Enfin c’était en cassette, et j’ai dû faire une photocopie de la pochette, on a été obligés de le colorier !
Simon : Pour en faire un authentique bootleg ! En fait, c’était plus de travail que de plaisir… Et toi, c’était quoi le premier album de metal que tu aies acheté Olve ?
Abbath : "Welcome To Hell", je l’ai acheté à… à un ami. Pour 50 couronnes.
Simon : Si peu pour notre époque. Qui aurait pu espérer ça… (rires)

Quel était le premier album de metal que vous ayez acheté ?
Ole : Pour moi… c’était probablement "Kill 'Em All" ou 'Ride The Lightning" de Metallica.
Simon : Est-ce que The Smit ça compte comme du metal ?
Ole : Ou est-ce que Van Halen ça compte comme du metal ?
Abbath : Oh que non ! (rires)
Ole : Est-ce que Ozzy ça compte ? Je pense que c’était… "Bark At The Moon", mais aussi "Kill 'Em All" ou "Ride The Lightning".
Simon : Peut-être pas le premier, mais au moins le deuxième, c’était "666, The Number Of The Beast !" d’Iron Maiden ! "Run To The Hills ! Run for your life !"
Ole : Oh oui, je l’avais aussi celui-là ! Enfin c’était en cassette, et j’ai dû faire une photocopie de la pochette, on a été obligés de le colorier !
Simon : Pour en faire un authentique bootleg ! En fait, c’était plus de travail que de plaisir… Et toi, c’était quoi le premier album de metal que tu aies acheté Olve ?
Abbath : "Welcome To Hell", je l’ai acheté à… à un ami. Pour 50 couronnes.
Simon : Si peu pour notre époque. Qui aurait pu espérer ça… (rires)
Abbath : Mais avant ça, j’avais des cassettes, j’ai eu mon premier lecteur CD avant d’acheter cet album. Je l’avais en cassette, mais j’ai acheté un lecteur CD pour "Welcome To Hell".
(Abbath commence à jouer la rythmique de "In League With Satan" de Venom)
Abbath : "In League With Satan", ce titre est de leur premier album. Et on s’en est inspirés pour le premier album d’ABBATH.
Simon : On arrêté le Mal pour le bien, mais il n’y a rien de bien pour le Mal.
Abbath : En fait, "Harvest Pyre" est un peu punk au niveau de la batterie, ça vient de The Exploited tu vois. "God Save The Queen" de The Exploited, de "Let’s Start A War".
(Abbath commence à chanter)
Abbath : Je n’oublierai jamais ça… en fait notre batteur… il adore ça.

Dernière question, imaginez que vous êtes tour manager et que vous pouvez choisir les groupes avec qui vous tournez, qui prendriez-vous ?
Abbath : Une autre très bonne question…
Simon : Eh bien je pense que je prendrais ces gars (en désignant le groupe) et Rammstein.

Des petits nouveaux quoi… (rires)
Abbath : La Tournée Ultime, ce serait… ABBATH et un autre groupe.
Simon : Oh… en fait, c’est toujours mieux que mon choix !
(Abbath rit)
Simon : Mais cette tournée aura lieu ! Elle aura lieu, ou quelqu’un devra payer ! (rires)

Et toi Ole, quelle serait ta tournée de rêve ?
Ole : Eh bien je pense que je choisirai celle de Simon. (rires)
Abbath : Mais j’aimerais vraiment tourner avec Behemoth à nouveau !

Ce serait vraiment génial !
Abbath : Infernalement génial ! Adam (Ndlr : "Nergal" Darski) et les autres sont des types géniaux, ils font probablement partie des meilleurs gars au monde ! Tiens, tu veux entendre un truc ? Ça vient d’Adam !
(Abbath cherche quelque chose dans son téléphone, puis lance un message vocal de Nergal :
Nergal : "Yo Cap’tain, félicitations pour la vidéo ! Je l’ai regardée, et elle est vraiment bien ! Je croise les doigts pour vous, restez comme vous êtes et ouais, continuez comme ça ! Bon boulot ! J’ai hâte d’entendre le reste de l’album !")

Abbath : Eh bien, merci Adam !
Simon : Ils sont parmi les meilleures personnes que je connaisse dans l’univers du metal. Maintenant je peux dire que… (voix tremblante) "J’ai vu le visage du black metal, et quand la bête s’est retournée... c’était une fille" ! Mais oui, ce sont des gars vraiment cool.
Abbath : C’était vraiment sympa aussi en Afrique du Sud, de tourner avec les gars d’Amon Amarth.

Je vous laisse les derniers mots, merci encore pour votre temps !
Abbath : On est des durs à cuire ! (rires)
Simon : Des durs à cuire, mais toujours plus durs… je suis né dur, et je mourrai rigide ! Ce sera la fois où je serais le plus dur ! J’étais à Paris la dernière fois, dans les catacombes, parce que c’est là où tu peux trouver le plus de bouches pour ça ! D’ailleurs Abbath a essayé de voler un crâne, pour chez lui, mais on l’a remis en place. (rires)


Le site officiel : www.abbath.net