Le groupe
Biographie :

Composé de K-you au chant, Matt à la batterie, Mouche à la basse ainsi que Jul et Keni aux guitares, X-Endorphine est né en 2001 pour tenter de se faire une place dans le vaste océan nommé metal. Au fil des compositions le groupe s’imprègne d’avantage d’un post-hardcore plus agressif laissant une plus grande place aux expérimentations rythmiques et émotionnelles. En 2010 les cinq musiciens enregistrent leur nouvel EP 4 titres "Furor Arma Ministrat", sorti début 2011, qui cristallise à nouveau le groupe. Après avoir partagé cet album sur scène, le groupe revient avec "L'Emprise Du Vide".

Discographie :

2004 : "X-Endorphine" (Démo)
2006 : "A Quoi Bon Chercher Une Solution" (Démo)
2007: "This Is Humanity Damned" (Démo)
2011 : "Furor Arma Ministrat" (EP)
2013 : "L'Emprise Du Vide"


Les chroniques


"L'Emprise Du Vide"
Note : 16/20

A l’heure où j’entame l’écriture de cette chronique c’est "Signe De Faiblesse" qui tourne dans mes enceintes. Convaincu, je prête une oreille plus attentive à ce qui se présente à moi. Et puis je regarde l’artwork. En 2011, on nous proposait un flacon étrange, aujourd’hui on a le portrait du mec qui a osé le boire. X-Endorphine continue donc son petit bonhomme de chemin avec "L'Emprise Du Vide", sept titres comme on les aime. Un enregistrement de qualité, un univers comme étant la suite logique de "Furor Arma Ministrat". Entamé par "Elle", le skeud présente le groupe sous une facette brutale au son tout aussi agressif. Suivi par "Evasion", X-Endorphine paraît ralentir la cadence, pour un temps seulement, puisque le groupe continue de nous mitrailler les oreilles sans relâche entre deux passages au groove un peu plus prononcé. On se fait malmener et c’est franchement agréable avec ici et là quelques petites sonorités qui nous font oublier de petites longueurs. La vraie bonne surprise arrive avec "Signe De Faiblesse" qui à mon avis, représente le réel savoir faire de X-Endorphine. Des vagues de douceurs et d’émotions se propagent au milieu d’une vaste mer déchaînée. Je vous conseillerais presque de commencer à découvrir cet album par là. Non en fait c’est bien meilleur quand on le découvre après avoir digérer les deux premiers titres ! Après un interlude inquiétant signé Viizium Rush, on repart en mode destruction avec "Chaque Seconde Compte", où on retrouve un peu l’ambiance du début d’album. Toujours dans la même lignée mais avec un côté un peu plus mental, c’est "Regarde" qui prend la suite. X-Endorphine c’est de la poudre à canon éparpillée à grosse dose sur un festival d’étincelles. Ca explose de partout et quand il n’y a pas de poudre on palpe la douceur des cordes et de leurs mélodies. Ainsi, l’album s’achève sur "L'Emprise Du Vide", un titre complet, à l’image du skeud, une démonstration de force pour laisser l’auditeur sur une bonne impression. Avec ce nouvel opus, X-Endorphine nous ressert une louche de ce qu’ils font le mieux à savoir un post-hardcore brutal nuancé par des passages beaucoup plus calmes, mélodiques et touchants. Je regrette simplement que cette facette de leur musique n’est pas été davantage mise en avant car le groupe la maîtrise très bien. En attendant, vous avez de quoi vous faire défourailler les oreilles !


Kévin
Avril 2013




"Furor Arma Ministrat"
Note : 15/20

Derrière un flacon de 4 ml se cache une piqûre auditive nommée "Furor Arma Ministrat" administrée par X-Endorphine. Ca commence avec "Le Jour Où J’ai Dit Non". Des rafales de brutalité envoyées par un riff entêtant. La voix rauque vient se greffer au tout avec un chant en français s’il vous plaît ! Ceci dit, malgré un engouement certain pour le gros son qui tâche, les X ne boudent pas les mélodies et c’est ainsi que l’alchimie se crée. C’est sur un riff rapide et destructeur que débarque "Le Son De Ma Lame", son lui aussi dévastateur soit dit en passant. Les morceaux sont cohérents et vous balancent à la tronche un souffle constant qui appel à en consommer de plus en plus. On enchaîne sur "Phoenix" qui est à mon avis le titre le plus intéressant des quatre. Ca semble sortir des entrailles et le riff principal est bien branlé comme on dit. Dommage que le texte soit parfois un peu trop explicite. Le tout s’achève sur "Vie De Vices", un tsunami perpétuel dynamité par des cassures réjouissantes et un milieu de piste à vous faire dresser le zizi. X-Endorphine n’est pas un traitement lourd mais n’est pas non plus un cachet placebo. C’est simplement bon, alors ne respectez pas les doses prescrites.


Kévin
Juillet 2011


Conclusion
Le site officiel : www.myspace.com/xendorphine