Le groupe
Biographie :

Wormwood est un groupe de black metal mélodique suédois formé en 2014 et actuellement composé de : Borka (basse), Johtun (batterie), Nox (guitare / Withershin, ex-Abrania, Rydsheim (guitare / ex-Depraved) et Nine (chant / Withershin, Myrkertidh). Wormwood sort son premier album, "Ghostlands - Wounds From A Bleeding Earth", en Mars 2017 chez Non Serviam Records.

Discographie :

2015 : "The Void: Stories From The Whispering Well" (EP)
2017 : "Ghostlands - Wounds From A Bleeding Earth"


La chronique


Wormwood est un groupe suédois de... c’est une bonne question ça, tiens. Wormwood, ça évolue dans quel genre en particulier ? Eh bien, c’est un sacré mélange entre du black, du folk, du rock’n'roll... bref, un mix dont les groupes suédois ont souvent le secret et qui se révèlent très souvent étonnants. Je n’ai aucune idée à quoi m’attendre avec cet album, j’y vais donc en aveugle.

L’album s’ouvre sur "Gjallarhornet", référence mythologique évidente, et par l’utilisation d’une corne justement, et de choeurs presque mystiques fondus dans le rendu sonore. On peut déjà en conclure une chose : Wormwood va nous proposer un contenu très traditionnel, et très proche des racines scandinaves. La transition est parfaite entre cette courte introduction, et "The Universe Is Dying". Rien que le titre choisi est tout un programme, et ferait suer un climatosceptique. Avec "Under Hennes Vingslag", je commence à véritablement entrer dans l’album. Les vocaux sont agressifs, mais en adéquation avec ce que je qualifierais de standards dans le viking metal. Et c’est là que je me suis fait la réflexion qui va guider mon écoute de l’album : Wormwood ne s’appréhende pas dès la première écoute, plusieurs retours sur l’album seront sans doute nécessaires pour en découvrir toutes les facettes et les apprécier véritablement. Le contenu est riche. Extrêmement riche. Peut-être trop riche justement pour une première écoute. Mais une fois que la période d’initiation est passée, on ne peut que s’incliner devant le talent du groupe. Tout l’album sera marqué par ce côté épique et majestueux, mais qui n’oppressera jamais le côté black de la musique (et là je suis sûre que personne n’a rien compris à ce que je voulais dire). Wormwood évolue tout en harmonie, et avec une assurance qui se sent au travers de chacun des morceaux. Le titre le plus représentatif de cet état d’esprit est sans nul doute "Oceans". S’il y avait un titre à retenir de cet album, ça serait à mon sens celui-ci. Les morceaux sont partagés entre deux langues, l’anglais bien sûr mais aussi de jolies déviations vers la langue maternelle de Wormwood, le suédois. Ceux qui me connaissent sauront d’ores et déjà que ma préférence se porte vers le suédois qui apporte une réelle identité à la musique du groupe. Et puis merde, j’ai un point faible pour les voix claires qui chantent en scandinave (bon okay sauf en danois... mais ça reste discustable), et Wormwood nous offre de beaux moments de douceur avec par exemple "Silverdimmans Återksens". De façon générale, j’ai préféré les morceaux en suédois... plus tournés vers le folk traditionnel et qui représentent assez bien mon envie d’aller danser à moitié à poil dans une forêt en Scandinavie. Ne jugez pas mes envies, vous avez aussi les vôtres, j’en suis sûre.

Au final, Wormwood nous propose ici un album conséquent avec douze titres. Mais il n’y a pas vraiment de longueurs, juste l’appréhension d’un contenu vraiment riche qu’il faut réussir à digérer. Mais je pense vraiment que c’est un album qui a un incroyable potentiel, et ce potentiel ne cesse de grandir à chaque écoute. C’est donc une production qu’il faut savourer avec attention et qui propose de beaux moments de créativité et de voyage. Et franchement, c’est de la musique qui met de bonne humeur alors pourquoi s’en priver ?


Velgbortlivet
Juin 2017


Conclusion
Note : 17/20

Le site officiel : www.wormwood-official.com