Le groupe
Biographie :

Stormhaven est un quatuor toulousain formé en 2010 par Zach (guitares / chants), Régis (claviers / chants), Jonathan (basse) et Alban (batterie). Influencées par le death / black metal et le metal progressif, les compositions de Stormhaven confrontent sans cesse une tempête de riffs acérés au refuge mélodiques des claviers. Des voix profondes et une rythmique efficace viennent soutenir l'ambiance ainsi créée. Stormhaven offre un voyage musical aussi intense qu'apaisant, abordant des thèmes personnels et profonds tels que nos luttes intérieures, notre perception de la mort ou encore notre place face à des forces qui nous dépassent. "Mystical Journey", premier EP enregistré et mixé par le groupe, emmènera l’auditeur dans une aventure qui ne le laissera pas indifférent. L'album "Exodus" sort en Mai 2017 avec un nouveau batteur, Quentin.

Discographie :

2014 : "Mystical Journey" (EP)
2017 : "Exodus"


Les chroniques


"Exodus"
Note : 17/20

Petit coup de projecteur sur un jeune groupe toulousain, Stormhaven, qui avait déjà sorti l'EP "Mystical Journey" en 2014 et qui revient avec un album complet du nom de "Exodus". L'étiquette affichée dit "death progressif" mais on va voir bien vite que c'est un brin réducteur et que le groupe propose quelque chose de particulier.

Le côté progressif se voit bien dans le tracklisting en tout cas, cinquante-cinq minutes de musique pour cinq morceaux qui s'étalent de huit à seize minutes ! Autant dire que si vous aimez les groupes qui vont droit au but et les morceaux courts à chanter sous la douche vous n'êtes pas au bon endroit, Stormhaven est plutôt du genre à vous proposer une musique riche, exigeante et qui nécessitera toute votre attention. Dès "Exodus Part 1 : The Emerging Ghost" on sent que les claviers ont une part importante dans la musique du groupe et que les structures vont être changeantes et tortueuses. On sent effectivement du death metal mais aussi pas mal de sonorités black, que ce soit par les riffs en trémolo ou certaines ambiances assez froides et dissonantes. Du chant clair fait aussi son apparition pour appuyer certaines mélodies et amplifier encore certaines ambiances. Tout l'album est habité par un climat baroque dépeignant un univers totalement fantasmagorique, en à peu près une heure Stormhaven nous emmène loin d'ici dans un monde créé pour l'occasion. Les trois premières pistes s'enchaînent d'ailleurs sans temps mort et constituent en fait un seul gros morceau divisé en trois parties. Si les deux dernières pistes sont deux morceaux distincts, il n'empêche que l'album bénéficie d'une homogénéité et d'une cohérence à toute épreuve et le groupe arrive à nous embarquer dans son univers avec une facilité déconcertante malgré la richesse et la complexité de sa musique.

Pas de débauche technique pour autant, Stormhaven n'est pas porté sur le tape à l'œil mais il est indéniable que sa musique a beaucoup à offrir. On note d'ailleurs qu'il y a eu une grosse évolution depuis "Mystical Journey", pas tant au niveau du style qui était déjà présent mais plutôt au niveau de la maîtrise de celui-ci. Si ce premier EP pouvait montrer encore quelques petites erreurs de jeunesse, ce premier album les balaie d'un revers de la main et montre un groupe en pleine possession de ses moyens. Un pas de géant assez impressionnant qui permet à Stormhaven de balancer un album imposant et très solide qui ne laisse aucune place au hasard et qui n'ennuie jamais malgré ses très longs morceaux. Ces gars-là ont un sens de la composition certain et arrivent à insuffler suffisamment de vie dans leur musique pour que l'on ne regarde jamais sa montre. Et si des durées pareilles sont monnaie courante dans le prog, ça ne change rien au fait que des groupes ayant voulu mélanger ça à de l'extrême se sont cassés les dents plus d'une fois. Stormhaven ne fera pas partie de cette liste et s'en sort avec les honneurs, avec en plus une production parfaitement adaptée et qui laisse la place à tous les instruments de s'exprimer. Difficile donc de mettre une étiquette précise sur cet album et c'est tant mieux, un groupe de plus qui n'en fait qu'à sa tête et qui ne cherche pas à copier qui que ce soit est toujours le bienvenu.

Premier véritable album qui tape fort en proposant une musique personnelle et aussi riche qu'intéressante. Si vous aimez les groupes qui ne laissent pas dompter en une seule écoute, que le prog mélangé au metal extrême à grandes dose de claviers ne vous fait pas peur, n'hésitez pas à jeter une oreille attentive sur "Exodus", il en vaut largement le coup.


Murderworks
Octobre 2017




"Mystical Journey"
Note : 16/20

A l’heure où le coming out de certains membres de la communauté death metal fait un faux débat, comme si le death metal, ou le brutal death, était exclusivement réservé aux hétéros... Bref, il y a bien des gays dans le rugby (je dis ça pour faire enrager les amateurs de ce sport).. Je ne vais pas m’égarer plus longtemps, et faire moi aussi mon coming out ! Il est temps que le monde entier sache que depuis que je suis réduit à l’état d’esclave par French Metal et son caco-lardon, je me surprends à écouter, ainsi qu’à chroniquer, une musique bien moins extrême que ce qui fait palpiter mon petit être frêle, et mon visage d’ange. Pire que ça ! Je me surprends à aimer. Voilà c’était mon coming out musical.

Stormhaven, fait partie de ces groupes que j’aurais écoutés d’une oreille distraite. A présent, ce qui aurait été barbant à une époque pour mes petites ouïes, devient une source de développement auditif car je me penche vraiment sur la musique. "Hailstorm" commence par une petite intro au clavier, je prends ça comme une sorte d’invitation au voyage et me cramponne à mon siège. Quand le chant commence, la première chose qui me surprend sur ce morceau c’est que le chant est à trois niveaux : un chant clair, un chant death et un chant black, ces trois styles se marient parfaitement bien sur la musique de Stormhaven et sur ce morceau en particulier. Le groupe annonce un voyage musical et je vous assure que c’est le cas. Les nappes de claviers sont loin d’être rébarbatives et donne l’envergure nécessaire au titre. Super morceau ! "Departure" se trouve être la prochaine étape du voyage. A noter qu’au niveau de la production, c’est juste irréprochable, tous les instruments sont mis en valeur, elle habille impeccablement les compos d’un son très moderne. Ce second morceau donc est plus appuyé, plus puissant jusqu’à 4 minutes trente à peu prés. Ensuite, un long solo se fait entendre avec comme accompagnateur, un clavier gorgé de mélancolie. Le titre prend une tournure plus tourmenté jusqu’au final. Enorme !

Après "Departure" qui a montré les talents de composition ainsi que le sens de la mélodie de Stormhaven, "The Other Side" commence de façon extrêmement classique, et peu innovante, et le restera toute sa durée. C’est un morceau de metal symphonique plutôt traditionnel, de bonne facture mais trop classique. Ca sera le moins bon de cet EP. "Peace Of Mind" reprend les rênes, cette fois-ci j’admire le sens des riffs et des rythmiques, ainsi que celui des envolées de guitares. Le solo qui commence vers les 3 minutes 40 est époustouflant, c’est un solo qui fait voyager, il est soutenu par une musique qui colle parfaitement à son envolée. "Peace Of Mind" est ce qu’on peut appeler un morceau à plusieurs niveaux, et qui se résume en un seul : génial ! 7 minutes 35 de bonheur. La grande classe là. "Death", comme les autres morceaux, s’avère assez fascinant car le titre de la compo se trouve musicalement et émotionnellement retranscrit tout au long de celle-ci. L’émotion musicale et les notes de musiques racontent toute l’histoire. "Mystical Journey", la dernière compo, termine en beauté l'EP et tenez-vous bien, elle dure 14 minutes. 14 minutes de voyage en plus, 14 minutes qui passent comme 4 minutes tellement la compo est dense et pleine d’idées.

Musicalement c’est une grosse reussite, l’artwork, quant à lui, m’a un peu surpris car j’etais parti sur un voyage en bateau, une épopée intérieure au gré des flots avec la musique que je viens d’entendre. L’artwork représente une forêt avec, tout au bout, un halo de lumière. Comme quoi un voyage intérieur musical est quelques chose de très personnel et il se matérialise d’une multitude de façons. Une grande réussite !!


Davidnonoise
Mai 2014


Conclusion
Le site officiel : www.stormhaven.fr