Le groupe
Biographie :

Spoil Engine est un groupe de metal composé de cinq membres belges et néerlandais et qui offre un mélange agressif de lourdeur post-moderne et d’atmosphère apocalyptique, mélangeant les influences allant de In Flames et Arch Enemy à Bring Me The Horizon et Architects. Spoil Engine a réalisé quatre albums à ce jour dont le dernier "Stormsleeper" en coopération avec Arising Empire et Nuclear Blast. Spoil Engine est apparu lors de festivals majeurs tels que le Graspop et le Pukkelpop et a fait la première partie de groupes tels que Megadeth, Arch Enemy, Motörhead et Killswitch Engage.

Discographie :

2007 : "Skinnerbox v.07"
2009 : "Antimatter"
2012 : "The Art of Imperfection"
2015 : "Stormsleeper" (EP)
2017 : "Stormsleeper"


La chronique


"Stormsleeper" est le premier album de Spoil Engine avec Iris Goessens au chant après qu’elle ait remplacé Nick Tournois à ce poste. Même si un EP du même nom est sorti en 2015, il s’agit bien là du premier album complet avec cette chanteuse (et avec une chanteuse tout court). Petit point pochette d’abord. L’artwork a été créé par Heilemania (allez voir son travail, c’est très beau) qui a aussi travaillé pour Pain, Megaherz, Blue Pills, Kamelot, Lindemann et bien d’autres. Il a choisi pour ce groupe des tons marrons renforçant les aspects apocalyptiques et steampunk de l’image. Entre la femme badass au premier rang, la tour-robot tueuse en fond, le ciel qui ne laisse transparaître aucun signe d’espoir et les insectes géants au sol, je ne peux qu’approuver ce design. Il ne reste plus qu’à approuver la musique.

Dix titres et quarante-deux minutes m’attendent, mais je me permets déjà de souligner un petit point négatif : 60% de l’album est déjà connu puisqu’il est composé des six pistes de l’EP précédent (à savoir "Disconnect", "Stormsleeper", "Weightless", "Hollow Crown", "The Verdict" et "Singing Sirens") et donc de seulement quatre inédits ("Silence Will Fall", "Doomed To Die", "Black Sails" et "Wastelands"). Je vais donc d’abord parler des morceaux disponibles sur l’EP puis des nouveautés.

"Disconnect" est sans doute l’un des plus grands tubes du groupe (du moins depuis l’arrivée d’Iris en son sein). Il introduit l’album avec son heavy metal moderne donc rapide et violent mais agrémenté de touches électroniques et d’un son accrocheur et abordable mêlant chant crié et chant clair. Tous ces points sont encore plus appuyés avec le morceau éponyme "Stormsleeper". Par contre, "Singing Sirens" est très différent, il s’agit de la seule ballade de l’album mais cela permet au groupe de poser une ambiance unique avec une instru' qui inspire l’inquiétude. C’est peut-être dommage de retrouver autant d’anciens morceaux sur un album mais cela permet au groupe de les faire connaître avec des nouveaux en plus, au travers d’un format album qui a généralement plus de succès que le format EP.

Je vais donc m’attaquer à ces quatre morceaux. D’abord, "Silence Will Fall" rappelle le groupe Butcher Babies dès le début et se place dans la suite logique de ce que le groupe a délivré précédemment. En bref, c’est un titre efficace. Ensuite arrive mon titre préféré, à savoir "Doomed To Die" et son déjà culte "Everybody flip flop !" que l’on peut entendre dès le premier couplet. Ce morceau est pour moi le résumé de ce que le groupe fait de mieux et la preuve qu'Iris Goessens a un talent remarquable. Enfin, "Black Sails" et "Wastelands" sont deux morceaux plutôt bons mais qui ne dégagent pas le même charisme que les deux cités précédemment. C’est aussi avec "Wastelands" que l’album se clôture.

Spoil Engine frappe donc fort avec ce qui est plus un double EP qu’un réel album. En début de chronique, l’artwork a été approuvé, la musique l’est désormais. Ce groupe peut aller loin avec sa nouvelle chanteuse qui n’a pas déstabilisé la cohésion des musiciens.


John P.
Juin 2017


Conclusion
Note : 17/20

L'interview : Iris Goessens

Le site officiel : www.facebook.com/spoilengine