Le groupe
Biographie :

Savage Annihilation est un groupe de death metal formé en 2012 à Montargis avec des membres de Defecal Of Gerbe et de Brennkelt. Une demo 8 titres, "Death In Progress", sort en 2004. Un split CD suit en 2008 avec les groupes Decrepify, Visceral et Ad Nauseum. Pour ses 10 ans, le groupe rejoint Kaotoxin Records et en 2012 sort le premier album "Cannibalisme, Hérésie Et Autres Sauvageries". Cinq ans plus tard, Savage Annihilation est de retour avec "Quand S'abaisse La Croix Du Blasphème" qui sort en Octobre 2017 chez XenoKorp.

Discographie :

2004 : "Death In Progress" (Démo)
2012 : "Cannibalisme, Hérésie Et Autres Sauvageries"
2017 : "Organe Après Organe" (EP)
2017 : "Quand S'abaisse La Croix Du Blasphème"


Les chroniques


"Quand S'abaisse La Croix Du Blasphème"
Note : 16/20

De longues années de carrière et déjà cinq ans qu’on attendait le retour de Savage Annihilation. Voilà chose faite avec "Quand S'abaisse La Croix Du Blasphème" qui annonce une nouvelle vague de chaos post-apocalyptique, grâce à un death metal sombre, violent, et qui s’inspire des vieux routiers du genre, comme Morbid Angel ou Immolation. Notons un petit changement de line-up, puisque Benoît (Insane, Slave One) a pris les commandes de la basse.

Savage Annihilation a la particularité de chanter en français, et même si beaucoup d’entre vous s’en tamponnent sans doute le cigare, c’est assez notable puisque, malgré beaucoup de growls, on réussit à déceler quelques lyrics, dont je vous épargne les détails légèrement glauques. La production a grimpé en qualité par rapport à l’opus précédent, rien à redire de ce côté (l’enregistrement s’est fait au Vamacara Studio, que connaît bien Otargos). Il y a un côté très Kaotoxin dans cet album (c’est un compliment bien évidemment), ça sent le travail bien fait, bien soigné, et avec des morceaux qui dépassent les huit minutes, tant mieux.

Dès les premières secondes de l’album, on se fait blaster la tronche à grande vitesse, ce qui sera le cas pendant toute la durée de "Quand S'abaisse La Croix Du Blasphème". C’est d’ailleurs toute l’instru' qui est purement et simplement irréprochable, on pourra même se régaler avec du solo de bonne qualité sur à peu près chaque piste (une seconde guitare serait peut-être la bienvenue, mais on ne va pas chipoter). Il ne faut pas croire qu’on est face à du death totalement old school, pour ne pas dire dépassé, loin de là, puisqu’on peut s’autoriser à penser ("dans les milieux autorisés" comme disait l’autre) que les fans de Krisiun ou Kataklysm auront largement de quoi atteindre le nirvana. Alors certes, ce n’est pas du Nile, mais Savage Annihilation ne fait pas dans la technicité à gogo, préférant jouer sur une ambiance malsaine totalement réussie. L’album se termine sur "Le Tombeau De L’Atrocité", qui a fait appel aux talents de la chanteuse d’opéra Claire Motté, ce qui signe là un très joli bouquet final.

Pour terminer, inclinons-nous devant ce sublime artwork, sorte d’œuvre d’art religieuse placée sous la thématique du gore à souhait. Bon appétit / Amen (rayez la mention inutile).


Grouge
Novembre 2017




"Cannibalisme, Hérésie Et Autres Sauvageries"
Note : 10/20

Savage Annihilation est un groupe de death-grind frenchy de chez les ceusses qui mangent du fromage qui pue. Alors on va commencer direct, ceux qui n'aiment pas la musique brutale, vous pouvez partir directement, sortez de cette pièce. Alors, nous sommes donc maintenant entre fans de musique brutale ? Bon, vous pouvez sortir aussi à la limite... Analyse !

L'album commence par une intro type journal télévisé décrivant le chaos un peu partout, on comprend vite une sorte d'invasion de zombies ou autre, en gros l'apocalypse. Et puis on rentre dans le vif du sujet. Alors oui c'est brutal, il faut bien le reconnaître... Les riffs sont très carrés et bien exécutés. La batterie ne se contente pas de blaster et n'hésite pas à s'aventurer tout au long de ses toms. Le chant, en français, est du genre incompréhensible, pas vraiment articulé. On chope bien quelques mots par ci par là mais c'est tout. La basse est... inaudible... tout simplement. Les titres ne sont pas foncièrement mauvais mais ne sont pas non plus terribles. Le plus gros problème vient du mixage, c'est une soupe. Le seul truc vraiment audible c'est la guitare. La batterie a un son de caisse claire à la "Saint Anger" de Metallica, voyez le truc bien chiant ? Sinon cette batterie est assez brouillonne, et la voix est juste noyée dans le mix. On ne comprend déjà rien mais parfois on n'entend même rien, juste un "mwwwwaaaaaaarg mwwwwwwwwwwarg" dans le fond. Un autre truc qui ressort bien, ce sont les solos, seul problème ils sont pauvres. Et je m'y connais, je suis un gros naze du solo... Un autre problème, vous voyez quand un titre dure dans les 3 minutes et que vous avez l'impression que le titre tourne depuis 10 minutes ? Voilà. Sinon les mecs ont de l'énergie à revendre, c'est évident, mais utilisée à mauvais escient.

La pochette a une bonne idée de base mais malheureusement le trait des dessins est tellement grossier que le tout est gâché. Au final, pas grand-chose à sauver de cet album... Allez, juste la moyenne parce que c'est bientôt la fin du monde.


Danivempire
Décembre 2012


Conclusion
Le site officiel : www.facebook.com/savageannihilation