Le groupe
Biographie :

Putrid Offal est un groupe de death metal / grindcore originaire du Nord de la France, actif de 1990 à 1995. Le groupe a lentement évolué vers une approche indus / death metal avant de changer de nom pour M.Pheral. Le groupe est de retour en 2014 et est désormais articulé autour de : Frédéric Houriez (basse / M.Pheral), Franck Peiffer (guitare et chant / M.Pheral), Phil Reinhalter (guitare / Division Alpha) et Laye Louhenapessy (batterie). Après l'EP "Suffering", Putrid Offal sort son premier album, "Mature Necropsy", début 2015 chez Kaotoxin. En Août 2017, le groupe sort un EP, ""Anatomy"", chez XenoKorp.

Discographie :

1991 : "Unformed" (Démo)
2014 : "Suffering" (EP)
2015 : "Premature Necropsy" (Compilation)
2015 : "Mature Necropsy"
2017 : "Anatomy" (EP)


Les chroniques


"Anatomy"
Note : 16/20

Nos petits chouchous de chez Kaotoxin sont de retour ! Après un album sorti en 2015, Putrid Offal revient avec un nouvel EP intitulé "Anatomy". À peine de retour de leur tournée avec Mercyless et de leur date au Hellfest, les nordistes souhaitent donc nous offrir un petit bout de gras plutôt délicieux à grignoter, sous la forme de six titres, ou quatre, voire deux pour les plus rageux.

Le programme est assez simple : deux nouveaux morceaux, deux réenregistrements et deux chansons en live. Recette assez légère donc, peut-être même un peu trop pour ce groupe dont on ne compte plus les années de carrière, malgré quelques trop nombreuses années de pause. Enfin, si ce petit EP permet de leur offrir un peu plus de visibilité et de multiplier les dates en attendant un futur album, alors je pardonne et je valide. Le contenu n’a pas vraiment changé, et tant mieux. Putrid Offal n’y va pas par quatre chemins pour nous assommer la gueule à grands coups de riffs surpuissants, dignes des meilleurs groupes de grindcore, à commencer par Napalm Death. On trouve aussi des influences plus ou moins subtiles, comme Carcass, Regurgitate, Inhume, Dead Infection ou Demigod, voire Morbid Angel.

Dès les premières notes de "Anatomy", on est écrasé par ce côté massif et imposant de la chose. Idem lorsque les premiers growls arrivent, ça part dans tous les sens, et c’est vraiment du Napalm Death bis, qui nous scotche sur notre siège. Ce chant vraiment dégueulasse et fabriqué sous l’estomac en impose sévèrement, c’est justement ce qu’on aime chez eux. "Didactic Exploration" sonne peut-être un peu plus brutal death par moments, mais toujours avec cette rapidité assez proche du grind, qu’un Nasum au top de sa forme pouvait nous envoyer il y a une dizaine d’années. Le petit ralentissement d’avant la fin m’a également rappelé Kataklysm au niveau de l’instru'. Le morceau le plus réussi reste sans doute "Rotted Flesh", car indéniablement le plus varié, avec de nombreux ralentissements qui permettent de mieux apprécier les différentes sonorités, à l’image du combo basse / batterie parfaitement accordé.

Bilan un peu léger sur la quantité mais qui nous donne vraiment envie de continuer à les suivre de près. Je termine en mentionnant le super travail qui a été fait au niveau de l’artwork, plutôt original et délicieusement dégoûtant. Un régal !


Grouge
Juillet 2017




"Mature Necropsy"
Note : 18,5/20

J'écrivais il y a quelques temps dans une chronique que les légendes ne mourraient et ne disparaissaient jamais, qu'elles étaient en quelque sorte toujours vivantes à condition bien sûr que nous ne les oublions pas et que nous les fassions vivre d'une manière ou d'une autre. Les amis, il y a maintenant près de 25 ans se formait une légende française de l'extrême, Putrid Offal. A l'époque, les Nordistes n'étaient apparu essentiellement que sur des splits, partagés avec les Belges d'Agathocles, les Suisses d'Exulceration ou encore Supuration que l'on ne va tout de même pas présenter. Les années ont passé, depuis leur dernière production en 1994 (une cassette promo) et Putrid Offal n'avait quasiment plus donné signe de vie mais les fans, les vrais, les durs, ne les ont jamais oubliés, un en particulier espérait en silence voir revenir ses favoris, Nico de Kaotoxin Records. Eh bien voilà, je dirais qu'un rêve est devenu réalité. Problème, c'est à moi, votre humble serviteur, qu'incombe la lourde tâche de vous présenter le grand retour des maîtres de l'extrême français... ! Franck Peiffer, Philippe Reinhalter et Frédéric Houriez, le trio infernal de Putrid Offal, nous présente donc le premier album de sa carrière, le bien nommé "Mature Necropsy". Et attention, cet album est très très méchant...

Putrid Offal ne fera hélas jamais la musique d'accompagnement d'Holyday On Ice mais plutôt d'un film d'horreur car si vous ne les connaissez pas, Putrid Offal c'est du death metal teinté de gros apports de grind et de gore. "Mature Necropsy" se compose de 13 morceaux (dont une outro) pour prés de 30 minutes de furie sonore, de gros death metal bien gras, rapide, puissant à souhait. Il est évident que Putrid Offal ne laissera pas insensible les vieux briscards du metal, ce groupe rappellera même à certains de nombreux souvenirs : concerts à 20 francs, release parties endiablées ou tape trading à faire fumer la boîte aux lettres des parents (les miens savent de quoi je parle, je les ai assez embêtés avec ça, les pauvres !). Pour ma part, avec Putrid Offal, j'opère un réel retour dans les années 90, un "back to the future" indéniable. Mais attention, "Mature Necropsy" ne regarde pas en arrière mais bien devant, car si le groupe est une légende, certes, il ne s'est pas assis sur ses acquis, bien au contraire ! L'album sonne résolument moderne (il a été masterisé par El Mobo au Conkrete Studio) et reste du Putrid Offal 100% pur jus. Comme quoi, il n'est pas nécessaire d'être beaucoup pour faire beaucoup beaucoup de bruit ! Putrid Offal, pour ce nouvel album, a vu et a fait les choses en grand : en plus de ressusciter musicalement, Putrid Offal réussit à réunir dans sa musique le vieux Carcass, General Surgery, Necrony ou encore Pathologist ! Que du bonheur en quelque sorte. Mais pour fêter dignement cet album, Putrid Offal a invité deux légendes du metal français : Stéphane Buriez de Loudblast et Frédéric Blauwblomme de Noise Emission Control. La grande classe, non ? Comment rester insensible à tout ça ? Ce n'est pas possible... Afin d'enfoncer dignement le clou, Nico et Kaotoxin nous proposent, pour fêter le grand retour de Putrid Offal, l'album sous plusieurs formats très limités (500 exemplaires) pour les fanas de la collection.

En résumé, un album à ne certainement pas mettre entre toutes les oreilles mais qui fait (et fera) beaucoup de bien à la scène française. Oui, les petits Frenchies savent faire de l'extrême et ils le font super bien. Il n'y a semble-t-il pas grand-chose à dire sur ce point (je suis certain que vous serez d'accord avec moi). Un petit mot sur le visuel de l'album, il est à tomber ! Il a le grand mérite de vous montrer à quoi ressemblera votre corps après l'écoute de "Mature Necropsy"... Non, les légendes ne meurent jamais, nous en avons la preuve sonore...


Vince
Février 2015


Conclusion
L'interview : Franck Peiffer

Le site officiel : www.putrid-offal.com