Le groupe
Biographie :

Actuellement composé de Zer0 Æmeour Íggdrasil (claviers et voix), Ojete Mordaza II (batterie), Rider G Omega (guitares et voix), Seerborn Ape Tot (guitares) et Om Rex Orale (basse), Obsidian Kingdom est un groupe espagnol de metal avant-gardiste formé en 2005 à Barcelone. Après deux premiers EPs très prometteurs qui lui permet de se produire sur les scènes espagnoles, portugaises et brésiliennes, le groupe sort son premier album, "Mantiis", en Novembre 2012. En 2013 paraît "Torn & Burnt", qui propose des versions remixées par différents invités de sept extraits de l'album. En 2014, les Espagnols signent chez Season Of Mist qui réédite leur album dont les cinq-cent exemplaires existants étaient épuisés. En 2016, le groupe sort son deuxième album intitulé "A Year With No Summer".

Discographie :

2007 : "Matter" (EP)
2010 : "3:11" (EP)
2012 : "Mantiis"
2014 : "Torn & Burnt" (Compilation)
2014 : "Mantiis" (Réédition)
2016 : "A Year With No Summer"


Les chroniques


"A Year With No Summer"
Note : 12/20

Pour comprendre cet album, il faut, il me semble, le contextualiser dans la discographie du groupe. En effet, après deux premiers EPs qui ont su faire parler d'eux, les Espagnols avaient frappé très fort en sortant, en 2012, leur premier véritable album, "Mantiis". Un album extrêmement abouti, constitué d'un seul morceau de trois quarts d'heure ; une sorte de petit exploit musical qu'on ne réitère pas si facilement. Du coup, après nous avoir offert quelques remix electro de ce premier album, il était quand même temps pour le groupe de nous proposer quelque chose de neuf.

"A Year With No Summer" marque ainsi un véritable virage dans l'univers musical du groupe, pour ne pas dire une sortie de route. Il faut dire qu'en tant que groupe expérimental, Obsidian Kingdom ne pouvait pas nous resservir deux fois la même tambouille. Ils nous proposent donc ici un album très dépouillé et très atmosphérique. Un album plus rock que metal dans lequel on pourrait retrouver les sonorités et l'esprit new-wave des années 80.

Avec ce côté sombre et dépouillé, les Espagnols misent ici avant tout sur l'émotion. Le problème étant que je n'ai pas été touché par cet univers ambiant et atmosphérique développé au fil des sept morceaux de cet opus. En effet, tout m'y semble distant et lointain. Même la présence d'invités de marque (Attila Csihar de Mayhem et Gram de Ulver) m'a laissé indifférent. Bref, même si l'ensemble s'écoute bien, je n'ai rien trouvé de particulièrement accrocheur dans cet album. Peut-être qu'un fan de Solstafir, par exemple, y trouverait plus son compte. Pour ma part, je me contenterai d'attendre le suivant.


Zemurion
Mars 2016




"Mantiis"
Note : 18/20

Se faire manger par une femelle érotisée après une copulation digne des bonobos résume à peu près la vie du mâle dans le royaume de la mante religieuse. Réjouissant ou inquiétant ? C’est ainsi que je pourrais résumer l’intro de l’album "Mantiis". Une intro magnifique, quasiment exceptionnelle, et Dieu sait que les intros ne sont pas ce qui me passionne le plus dans un skeud, cependant celle-ci a le mérite de m’avoir fait un effet monstre.

Obsidian Kingdom et son prog metal (c’est très à la mode en ce moment) me fait saliver comme une mémère édentée, il faut dire que ce style me plaît tout particulièrement grâce à sa richesse musicale. De plus, avec le prog, bien qu’il y ait énormément de groupes de ce style, je ne compare que rarement avec les autres groupes de prog metal car en fait chacun apporte une touche à l’édifice, étant donné l’amplitude musicale qu’implique un morceau de prog. Superbe intro et superbe morceau d’ouverture qui me fait penser à du Porcupine Tree, si je ne devais citer qu’une seule influence. L’album est divisé en 14 pistes mais ne forme qu’une seule et unique entité car tout se déroule dans une continuité qui, si l’on ne regarde pas son lecteur, nous ferait croire qu’on en est toujours au premier morceau.

Trois morceaux viennent de s’écouler et comment dire ? Grandiose ? Grosse classe ? Enorme ? Inspiré ? Terrible ? Tout cela à la fois. Alors que le disque a commencé sur du pur metal prog, "Cinnamon Balls" diffère complètement tout en gardant une continuité impressionnante car ce morceau est un peu plus black / prog. En fait, j’hallucine un peu devant ce que j’écoute, j’ai juste envie de quitter le clavier et me poser, pensif, devant le génie créatif des morceaux qui défilent. Suis-je en train d’écouter un album aussi exceptionnel que le dernier Opeth ? A coup sûr je vais répondre oui, un grand et sincère oui. Les Barcelonais d’Obsidian Kngdom me scotchent. J’avais effectué une écoute distraite hier, trop distraite pour plonger réellement dans le génie créatif du groupe.

Certaines parties plus brutes s’infiltrent avec délicatesse dans les passages jazzy, folk et prog. Putain, j’ai carrément envie de faire découvrir cet album au monde entier tellement il est terrible, actuellement je suis sur un passage très jazzy, style piano bar, qui n’a rien à voir avec le metal et pourtant quelques secondes après, la double grosse caisse et un chant quasi black / death s’empare de la compo. C'est le trip de chez trip cet album. Bordel, ces mecs-là ont tout pigé à la musique, à l’émotion pure. C’est rare que ça m’arrive mais je n’ai pas le moins du monde envie que le skeud se termine… Tout est énorme, chaque morceau, chaque seconde qui passe, de la prod' à l’inspiration. Le disque prog de l’année et sans souci dans mon top 5 tous styles confondus pour 2014.

Décidement, le prog metal réserve bien des surprises et des surprises complétement hallucinantes, la densité de "Mantiis" est complète, tout s’effectue dans une osmose comme j’ai rarement entendu dans ma vie. Il faudrait être complètement dingue pour passer à côté de ce disque, de ce chef d’œuvre d’une musicalité quasiment extraterrestre. Amoureux du prog ou tout simplement de musique gorgée d’inspirations, d’émotions musicales, ce disque sera tout en haut de votre pile de skeuds pour un bout de temps. Incroyable et indispensable.


Davidnonoise
Novembre 2014


Conclusion
Le site officiel : www.obsidiankingdom.bandcamp.com