Le groupe
Biographie :

Oblivion est un groupe de death metal technique américain formé en 2007 et actuellement composé de : Ted O'Neill (guitare / ex-Alchemicon), Nick Vasallo (chant, basse / ex-Antagony), Beniko Orum (basse / All Shall Perish, ex-End Of All, ex-Antagony), Luis Martinez (batterie / Feast, ex-Antagony, ex-Necromantic Decay, Sidian, ex-The Zenith Passage, ex-Traversing the Axis, ex-Undiagnosed) et Victor Dods (guitare / ex-Hacksaw To The Throat). Oblivion sort son premier album, "Called To Rise", en autoproduction en Janvier 2013, suivi de "The Path Towards..." en Novembre 2017 chez Unique Leader Records.

Discographie :

2013 : "Called To Rise"
2017 : "The Path Towards..."


La chronique


A ne pas confondre avec les nombreuses formations qui portent ou ont également porté ce nom, Oblivion est un groupe de technical death metal venu tout droit des Etats-Unis. Pour leurs dix ans d'existence, les Californiens, qui ont attendu 2012 pour sortir leur première démo, ont terminé leur deuxième album. Le groupe formé par Ted O’Neill (guitare) et Nick Vasallo (chant et basse), puis rejoint Beniko Orum (basse, également dans All Shall Perish) et Luis Martinez (batterie) en 2012 et enfin Victor Dods (guitare) nous présentent "The Path Towards...", un petit mélange de son massif mais à la composition chiadée et sombre qui mélange plusieurs styles tout en restant sur une base de death metal. D’ailleurs un invité spécial est également présent sur un titre…

Grâce à l’introduction, on entre progressivement dans les limbes de l’univers du groupe. L’habituation se fait par petites doses jusqu’à ce qu’arrive "Dominion" après un point d’orgue. Le blast ultra rapide de la composition donne l’impression qu’un mur de son s’abat sur vous, alors que les guitares vous saisissent de toutes parts. La sensation d’être au coeur d’un cyclone géant ne descendra pas avec "Mechanistic Hollow" et ses harmoniques sanglantes. La basse apporte la base d’une musique riche, et la rythmique s’oriente peu à peu vers du brutal death. Sur "Concrete Thrones", c’est Herman “Eddie” Hermida (Suicide Silence, All Shall Perish) qui hurlera aux côtés de Nick pour un rendu tout en puissance. On repasse du côté des sons atmosphériques, couplés à une rythmique saccadée et imposante pour "Awaiting Autochton", avec une impression de vide provoquée par les notes aériennes. "Holders Of The Sword" se défend aussi, mais reste à mon avis plutôt basique, même si le groupe ne peut s’empêcher d’apporter sa touche de technique à la mixture. "Harsh Awaken" porte magnifiquement bien son nom, avec un son aussi lourd que gras, ponctué par quelques harmoniques dissonantes qui rendent le tout plutôt agréable à écouter. Des riffs plus lents composent la magnifique "It Has Become", qui me rappelle l’avancée inexorable d’une vague vers la plage, avant d’aboutir à un véritable tsunami de notes grâce au duo des deux guitaristes. "Zenith" me marquera par ses hurlements suraigus qui contrastent avec le growl profond, mais mon titre préféré restera "Under A Dead Sun". Une telle ambiance chaotique, triste au possible mais surtout planante. Ce titre, qui emprunte probablement au post-metal ou au death atmosphérique ne vous laissera probablement pas indifférent. La voix plaintive nous emmène lentement vers "Outro", le dernier sample de l’album. Inquiétant, il le clôt en beauté.

Alors qu’en regardant la fiche du groupe, je m’attendais à une énième tentative d’imitation des maîtres du genre, je me retrouve à avoir écouté un excellent album d’un groupe qui a su forger sa propre personnalité en piochant dans énormément de styles qui sont tous complémentaires. Si ces messieurs souhaitent faire un petit tour du côté de l’Europe prochainement, je ne dis pas non...


Matthieu
Novembre 2017


Conclusion
Note : 18/20

Le site officiel : www.facebook.com/oblivion