Le groupe
Biographie :

My Silent Wake est un groupe de gothic / death / doom metal anglais formé en 2005 et actuellement composé de : Ian Arkley (guitare, piano, synthé, didgeridoo, chant / Century Sleeper, Seventh Angel, ex-Ashen Mortality, ex-Paramæcium, ex-The Other Window), Marc Ellison (guitare), Adam Westlake (basse / Leppe, Striga), Gareth Arlett (batterie / Amputated, ex-Awake By Design, ex-Control The Storm) et Mike Hitchen (guitare / The Drowning). My Silent Wake sort son premier album, "Shadow Of Sorrow", en Mars 2006 chez Bombworks Records, suivi de "The Anatomy Of Melancholy" en 2007 chez Bombworks Records, de "A Garland Of Tears" en Novembre 2008 chez Bombworks Records, de "IV Et Lux Perpetua" en Octobre 2010 chez Dark Balance, de "Silver Under Midnight" en Juin 2013 chez Bombworks Records, de "Preservation Restoration Reconstruction" en Août 2013, de "Eye Of The Needle" en Juin 2014 chez Stone Groove Records, de "Damnatio Memoriae" en Avril 2015 chez House Of Ashes Productions, et de "Invitation To Imperfection" en Mars 2017.

Discographie :

2005 : "My Silent Wake" (EP)
2006 : "Shadow Of Sorrow"
2007 : "The Anatomy Of Melancholy"
2008 : "A Garland Of Tears"
2010 : "IV Et Lux Perpetua"
2013 : "The Last Man" (EP)
2013 : "Silver Under Midnight"
2013 : "Preservation Restoration Reconstruction"
2014 : "Eye Of The Needle"
2014 : "Silver" (EP)
2015 : "Damnatio Memoriae"
2017 : "Invitation To Imperfection"


Les chroniques


"Invitation To Imperfection"
Note : 15/20

Les Anglais de My Silent Wake aiment surprendre et on le voit bien à la vue de leur discographie. Ainsi, d'année en année, ils ont muté et évolué vers ce qu'ils avaient envie de faire sur le moment tout en gardant dans le fond un style plutôt sombre et doom. Seulement voilà, il est assez dur et totalement inutile de leur coller une étiquette d'autant plus que cela enlève de la créativité, chose dont ils font preuve à foison. Voici donc leur neuvième opus, "Invitation To Imperfection", qui est en fait totalement décalé, encore plus que d'habitude, de par son titre bien sûr mais surtout de par son contenu.

En effet, lorsqu'on commente l'écoute, on se retrouve avec un premier titre instrumental tout en sobriété, on s’imagine qu'il s'agit d'une introduction mais en fait il s'avère que toutes les pistes suivantes (au nombre de 14) suivent le même schéma. C'est en réalité de courts ou de très longs morceaux instrumentaux, acoustiques, totalement dark wave. Une dark wave épurée avec peu d'instruments mais assez variée de titre en titre, on a ainsi de la flûte dans "Tempest" qui a un côté épique, des percussions et des sons étranges dans "Bleak Spring", ou encore des voix et des vocalises chamaniques dans le plus ésothérique "Helgar Kindir".

Ce sont donc de purs moments d'ambient que les Anglais nous livrent dans cet album. Cependant, tout en restant dans cette optique, on trouve deux titres qui ressemblent un peu plus à ce qu'on connaît du groupe, des ballades acoustiques avec chant clair : "Lament Of The Defeatist" et "Song Of Acceptance". On peut aussi en mentionner un autre, tout aussi intimiste, mais seulement avec des vocalises, "Volta".

Tout ça est bien étrange, voire déroutant, un peu vide et parfois linéaire. Les Anglais sont allés à fond dans leur délire et cela en devient compliqué de réellement juger cet opus, même s'ils nous ont déjà habitués à des surprises. Ce n'est pas vraiment un vrai album en soi, davantage un projet parallèle qui s'avère plutôt agréable en musique de fond.


Nymphadora
Avril 2017




"Forensic Nightmares"
Note : 16/20

En cette année 2015, nous sommes bien servis en termes de doom, et notamment avec le huitième opus de My Silent Wake, "Damnatio Memoriae". Ce qui fait presque un album par an depuis sa formation ! Ils n’ont donc pas chômé et nous présente aujourd'hui le petit nouveau plein d'ambitions.

Rien qu’en regardant la pochette avec cet artwork dérangeant réalisé par le Finnois Juka Vuorma, on sait que l’album va envoyer du lourd ! Et puis quand on sait qu’il a été enregistré aux Priory Studios par Greg Chandler, chanteur d'Esoteric, et qu’il a lui-même participé en enregistrant des parties de chant, eh bien cela met encore plus l’eau à la bouche ! Pour cet album, encore des changements de line-up qui sont fréquents dans le groupe, avec cette fois un nouveau batteur (Gareth Ariett) et l'arrivée du guitariste (Mike Hitchen).

Au fil des titres, on se rend compte que les Anglais ont à nouveau voulu experimenter autre chose comme c’est déjà arrivé plusieurs fois dans leur carrière. "Damnatio Memoriae" est plus froid et violent, plus death, voire black parfois ("Black Oil"). Il y a donc un fossé entre ce "Damnatio Memoriae" et et "Eye Of The Needle" (2014) qui était dans un style plutôt ambiant. Et pour le coup, cet opus est aussi moins mélodique et gothique que par le passé. Les riffs mélancoliques à la My Dying Bride sont moins présents sauf dans "And So It Comes To An End" qui est le plus calme ou la deuxième partie du long (environ 14 minutes) "The Empty Unknown" qui est plus progressif et vraiment splendide !

Le chant saturé occupe également plus de place dans ces titres alors que les voix claires se font plus rares, à part dans "Chaos Enfolds Me" qui fait d’ailleurs très Pink Floyd. Il n’y a plus de ballades médiévales qui n’auraient logiquement rien à faire avec des titres aussi pesants que "Of Fury" ou le plus brutal "Now It Destroys". La basse, que l’on entend vraiment bien, est d’ailleurs très efficace et rajoute de la lourdeur, et les riffs qui sont absolument géniaux se trouvent être entêtants et surtout recherchés ! Plus rapides, énergiques et peut-être moins pesants, "Highwire" et "The Innocent" nous proposent encore quelque chose d’inattendu.

"Damnatio Memoriae" est un album varié avec huit titres différents les uns des autres mais qui créent tout de même une unité. Tout est bien construit et captivant. En résumé, tout est parfait !


Nymphadora
Juin 2015


La chronique





Conclusion
Note : 18/20

Le site officiel : www.mysilentwake.co.uk