Le groupe
Biographie :

Municipal Waste (littéralement "déchets municipaux" en anglais) est un groupe de crossover thrash originaire de Richmond (Virginie), actif depuis 2001, et actuellement composé de : Ryan Waste (guitare, chant / Bat, Volture, ex-Immortal Avenger), Tony Foresta (chant / Iron Reagan, No Friends, ex-James River Scratch), Land Phil (basse, chant / Cannabis Corpse, Iron Reagan, Nehema, ex-Volture), Dave Witte (batterie / Birds Of Prey, ex-Burnt By The Sun, ex-Discordance Axis, ex-Hope Collapse, ex-Human Remains, ex-Redrum, Argonauts, Brain Tentacles, Deny The Cross, I.B.U., King Generator, Publicist UK, ex-Exit-13...) et Nick Poulos (guitare / Bat, Volture, ex-Organ Donor, ex-Parasytic, ex-Cannabis Corpse, ex-Byam Klavor). Leur musique est caractérisée par des paroles souvent amusante : zombies, monstres et autres beuveries. Le groupe est aussi connu pour ses concerts survoltés, à l'ambiance lourde et alcoolisée, propices aux slams et pogos.

Discographie :

2003 : "Waste 'Em All"
2005 : "Hazardous Mutation"
2007 : "The Art Of Partying"
2009 : "Massive Aggressive"
2012 : "The Fatal Feast"
2017 : "Slime And Punishment"


Les chroniques


"Slime And Punishment"
Note : 14,5/20

Municipal Waste est un groupe de thrash metal / crossover formé en 2001 aux États-Unis. Il est composé de Tony Foresta (qui est également le leader d'Iron Reagan) au chant, Ryan Waste (guitare, chœurs), Phil "LandPhil" Hall (basse, chœurs), Dave Witte (batterie) et du petit nouveau Nick Poulos à la guitare. Leur sixième album "Slime And Punishment" est sorti le 23 Juin 2017 chez Nuclear Blast.

Après la sortie de "The Fatal Feast (Waste In Space)" en 2012, il aura fallu cinq ans à Municipal Waste pour se décider à revenir sur le devant de la scène thrash. Le groupe a eu l’opportunité d’intégrer Nick Poulos à l’équipe ce qui, il faut le dire, ne fera certainement pas de mal, le groupe commençait sérieusement à tourner en rond. Ainsi "Slime And Punishment" finit par arriver entre mes mains, un opus de seize titres tout frais à l’artwork en revanche plutôt vu et revu – S.O.D., quand tu nous tiens… -. Malgré sa banalité, celui-ci a au moins le mérite de ne pas nous tromper sur la marchandise ! Les premières secondes de "Breathe Grease" nous donne d’emblée la couleur de cet album qui, et bien, sera du Municipal Waste, ni plus ni moins. Cependant on note très vite une certaine efficacité dans les riffs et les rythmiques, où la basse tient un rôle absolument primordial. Je ne le dirai jamais assez, une production qui met la basse au second plan n’est pas – la plupart du temps - une production riche et profonde à mes yeux. Celle-ci est d’ailleurs propre et claire, tout au goût du jour. On ne perd cependant pas l’âme profondément vieille école du groupe, l’équilibre est bien maintenu. Nous parlions d’efficacité, et bien il ne faudra pas attendre longtemps pour se sentir à nouveau entraîné par la puissance ravageuse des riffs avec "Dingy Situations". Le petit rythme groovy typique du thrash / crossover à la M.O.D. ou encore à la Nuclear Assault s’impose ici en toute beauté. Même si les morceaux de courte durée est une caractéristique du genre, j’aurais aimé l’écouter une ou deux minutes de plus ! Dans le même genre, "Parole Violators" et "Amateur Sketch" savent se défendre, le son grinçant de la basse et des guitares appuyées par le jeu décontracté - mais qui sait se faire entendre !- de Dave Witte est du plus bel effet. Comme nous pouvons l’entendre, "Parole Violators" se termine par une scène d’arrestation où la voix de l’officier de police est en réalité celle de Vinnie Stigma, d’Agnostic Front. Une petite dose d’humour (un peu ironique tout de même) qui décrit bien l’état d’esprit de Municipal Waste !

Ils savent s’amuser en effet, comme on peut le voir dans leurs textes parfois décalés et leur image, mais "Slime And Punishment" démontre également que le groupe a fait preuve de beaucoup de sérieux et de professionnalisme en nous proposant dans l’ensemble des titres travaillés, dont quelques uns interpellent vraiment. Il faut le reconnaître, Municipal Waste n’est pas là pour multiplier les hits, mais surtout pour nous faire passer un bon moment avec des morceaux de thrash qui tabassent. Ici les grands gagnants de cette catégorie sont de loin "Poison The Preacher" et "Slime And Punishment" à la rythmique absolument d’enfer. Une vraie claque ! Sans être aussi accrocheurs, "Bourbon Discipline" et "Low Tolerance" remplissent tout de même leur rôle, il va sans dire qu’en live, ils rendront le public incontrôlable ! C’est tout à fait dans cette optique que l’album se déroule, si ce n’est qu’il nous réserve des petites surprises pour ses derniers titres, comme l’instrumental "Under The Waste Command" plutôt inattendu, et surtout "Think Fast" qui est selon moi un des titres les plus appréciables et les plus punchy de tout l’album. Le groupe dit-lui même que malgré son nom, ce morceau a été le plus long à composer et a fait l’objet de longues réflexions. Nous pouvons dire que ça a bien porté ses fruits ! Musicalement nous sommes dans des structures beaucoup plus techniques et incisives, qui nous prennent aux tripes. On aurait difficilement pu imaginer mieux comme ultime morceau de leur nouveau bébé !

La longue attente entre "The Fatal Feast (Waste In Space)" et "Slime And Punishment" aura finalement valu la peine. Municipal Waste ne nous offre certes pas l’album thrash du siècle, mais il parvient à s’imposer de nouveau avec des compositions bien construites et efficaces, qui feront sans aucun doute la joie de tout amateur du genre thrash / crossover.


Candice
Novembre 2017




"The Fatal Feast"
Note : Sodomie auditive/20

Vous savez, ce jeune groupe de thrash qui est juste en train de faire un carton sur la scène metal ? Le groupe a sorti au mois d’Avril "The Fatal Feast" qui s’avère être une bombe nucléaire revenant aux sources du thrash. L’album comprend 16 titres tous aussi fous les uns que les autres, où plusieurs écoutes seront nécessaires pour cerner tous les titres, mais vu qu’on y retourne avec un grand sourire, on ne s’en plaindra pas du tout ! La réflexion qui vient de vous traverser l’esprit est sûrement "16 titres, ça pue le remplissage". Alors mettons tout au clair, en aucun cas, pour ma part j’ai ressenti une compo plus faible qu’une autre. L’ensemble du disque s'écoute bien, et les titres ne tournent pas en rond, en même temps quand on voit que l’ensemble des titres ne dépassent pas 3 minutes, c’est plutôt bon signe. Tout va droit au but, sans concession, sans ajouter de la fioriture, Municipal Waste est là pour en foutre plein les oreilles, et c’est tout. On sent tout de même une influence punk sur certains morceaux au niveau de la voix, et même du grind pour certains gimmicks ou encore parties de batterie. Cette diversité dans leur thrash est assez remarquable d’ailleurs. "Idiot Check", "Unholy Abductor", "You’re Cut Off", "Authority Complex" vont sûrement causer d’autres accidents nucléaires, ainsi que des fosses qui vont se mettre sur la gueule menu ! Le mixage est excellent, la basse est juste présente comme il le faut, avec un son plutôt aigu qui permet de l’entendre ! Les guitares ainsi que la batterie sont ajustées comme il le faut, commémorant les années cultes du thrash, ça claque, tu en prends pour ton grade. Les titres les plus marquants de cet album sont "Jesus Freaks" ainsi que "12 Step Program" qui m’ont carrément séché par cette exécution si nette et si précise. Il s’en dégage un air de génie ainsi que de dynamisme impressionnant. Jetez-vous sur cette perle de thrash metal, allez les voir en live, ça vaut le coup !


Motörbunny
Juin 2012


Conclusion
L'interview : Ryan Waste

Le site officiel : www.facethewaste.com