Le groupe
Biographie :

Mourning Dawn est un groupe de black / doom metal français formé en 2002. Au départ, il s'agissait d'un one-man band basé à Montpelliermais et dans lequel opérait Laurent "Pokemonslaughter" (chant, guitare / ex-Inborn Suffering, ex-Funeraliumen). En 2005, Mourning Dawn devient un groupe avec un line-up complet, viennent s'ajouter : Vincent "Toxine" (basse / Bran Barr, Heol Telwen, ex-Ond Aand, ex-Funeralium) et Fabien Longeot (guitare / Norz Feuer, Orgasmic Tears, ex-Ad Vitam Aeternam). Viendra s'ajouter en 2008 Nicolas Joyeux (batterie / Ad Vitam Aeternam) en remplacement de Thomas Rugolino. Mourning Dawn est signé chez Totalrust Music chez qui sont sortis les albums "Mourning Dawn" (2007), "For The Fallen..." (2009) et "Les Sacrifiés" (2014). En 2017, Mourning Dawn sort l'EP "Waste" chez Aesthetic Death.

Discographie :

2003 : "The Freezing Hand Of Reason" (EP)
2007 : "Mourning Dawn"
2009 : "For The Fallen..."
2014 : "Les Sacrifiés"
2017 : "Waste" (EP)


Les chroniques


"Waste"
Note : 17/20

Après l'excellent "Les Sacrifiés" en 2014, Mourning Dawn revient avec un EP assez particulier, que ce soit par sa durée ou son concept.

En effet, "Waste", puisque c'est son petit nom, est composé de trois pistes de vingt-quatre minutes chacune, ce qui fait que sa durée globale dépasse donc les soixante dix minutes. Pour une sortie considérée comme un EP c'est plutôt copieux, ça me rappelle d'ailleurs le "Harbinger Of Metal" de Reverend Bizarre considéré lui aussi comme un EP malgré ses soixante-quinze minutes au compteur (même si la comparaison s'arrête là évidemment). Sur ces trois pistes, on trouve donc deux nouveaux morceaux, jusque là ça va, mais la troisième piste est une sorte de fusion ou superposition de ces deux morceaux qui en donne du coup un troisième ! Ce qui est clair c'est que le groupe continue sa descente aux enfers musicale puisque "The One I Never Was" nous accueille d'entrée de jeu avec un feeling presque rituel, des sonorités indus ambiant dégueulasses, bref on patauge dans la crasse dès le début. "The One I'll Never Be" suit le même chemin tribal et rituel dans l'âme, un mélange entre procession et danse macabre. La musique du groupe se fait encore plus lourde, glauque, malsaine, inhumaine que sur "Les Sacrifiés", les incursions noisy - ambiant / indus sont plus nombreuses, bref le groupe tente de nouvelles choses. Je pense que c'est ce qui explique le fait que "Waste" soit considéré comme un EP, ce format étant souvent choisi pour expérimenter et c'est précisément ce que fait Mourning Dawn sur ces trois morceaux. Si l'on pouvait encore pointer quelques rares influences sur les premiers travaux du groupe, celui-ci s'est bel et bien émancipé et propose maintenant quelque chose de personnel. Mourning Dawn est à part, que ce soit au milieu de la scène doom ou de la scène metal en général.

La troisième piste, "Waste (The Deconstruction Of A Human Being)" étant la superposition des deux précédents morceaux, elle accentue encore plus les ambiances crades et rituelles, le morceau en devient d'ailleurs limite flippant. Cette musique est autant un exutoire qu'une introspection, elle plonge dans les bas fonds de l'âme humaine et vous offre à contempler tout ce qu'elle a de plus sale. Rien n'a de sens, rien ne dure, tout fini par disparaître, le masque de la tolérance et ce simulacre de vie sociale ne servent qu'à cacher notre égoïsme et notre hypocrisie. Il y a plus de misanthropie et d'authentique dégoût sur ces trois morceaux que chez la plupart des groupes de black. On y retrouve pourtant ce climat froid typique du black metal mais je le répète, les influences que l'on pouvait encore légèrement discerner auparavant sont totalement assimilées et c'est bel et bien son propre univers que le groupe déploie ici. Un univers qui ne conviendra pas à tout le monde, plus le temps passe et plus la musique de Mourning Dawn devient extrême et risque d'autant plus d'en laisser certains sur le carreau. Quelques rares passages montrent une certaine beauté, voire même quelques rayons de lumière, mais ça ne fait que renforcer la noirceur et la crasse qui s'étale allègrement le reste du temps.

Pour faire simple, "Waste" pousse encore un peu plus loin la musique de Mourning Dawn et prouve que ce groupe n'en fait qu'à sa tête et qu'il ne sort que ce qui vient de ses tripes. Un EP qui présente certaines expérimentations sans bouleverser l'univers du groupe, un changement dans la continuité comme on dit.


Murderworks
Mai 2017




"Les Sacrifiés"
Note : 17/20

Après 5 ans d'absence, voilà enfin le troisième album de Mourning Dawn, "Les Sacrifiés", qui fait suite à "For The Fallen..." sorti en 2009 donc et qui avait montré que le groupe avait franchi un bon gros palier depuis le premier album s'affranchissant encore un peu plus des influences old Shining et Katatonia qu'on pouvait y entendre et surtout en ayant progressé à tous les niveaux.

Pas d'inquiétude, Mourning Dawn n'a pas fondamentalement changé et ce nouvel album est toujours dans la même veine, les influences en question peuvent encore y être trouvées en cherchant un peu, mais elles sont maintenant digérées et le groupe a une patte bien reconnaissable. Mourning Dawn fait du Mourning Dawn, à savoir ce mélange qu'on pourrait qualifier de blackened doom, et le fait de mieux en mieux ! Dès "The Watchers", on se fait écraser la gueule bien comme il faut, histoire de mettre les choses au clair tout de suite. Par la suite, le tempo sera un poil moins lourd, à la Mourning Dawn quoi, même si on note quand même cette fois une propension à descendre encore plus profond que par le passé. C'est un peu l'album "monsieur plus", tout y est encore plus dépressif, maladif, noir et malsain (on a même un CD en plus). Le chant suit le même chemin, les growls sont de plus en plus profonds et les hurlements encore plus déchirés ! On retrouve aussi pas mal de guests de luxe, à savoir Jonathan Théry comme sur le précédent album, Daniel Droste (Ahab), Kostas Panagiotou (Pantheist) qui apporte son chant aux airs de procession sur le morceau éponyme et sur le final "False Hopes", ainsi qu'Amduscias (Temple Of Baal). Finalement le groupe continue sur le chemin tracé depuis ses débuts, "For The Fallen..." marquait un tournant vers une musique plus doom dans laquelle les influences black cédaient un peu de terrain, l'ambiance y était encore plus plombée que sur le précédent album. On remarque finalement la même évolution sur celui-ci, Mourning Dawn nous fait descendre de plus en bas et nous écrase sous une chape de plomb en profitant pour nous noyer dans une mare de boue et de sang, histoire d'être sûr qu'on n'en ressorte pas indemne.

Sur le CD bonus réservé à l'édition limitée, on trouve pas mal de bonnes choses, à savoir "Scorned Silence", un inédit d'une bonne douzaine de minutes, une reprise de Paradise Lost ("Rotting Misery") et 4 anciens morceaux totalement réenregistrés et réarrangés. Réarrangés oui, parce que certains voient quand même leur durée passer du simple au double ! Et ça permet d'entendre certains morceaux dont les supports d'origine ne sont plus disponibles depuis un moment : "This Lost Smile In The Dark Sky" vient de "Straight To The Past" la deuxième démo du groupe, et "Remember" vient du premier EP "The Freezing Hand Of Reason". En plus de ces deux-là, on retrouve de nouvelles versions des morceaux "As The Ocean" tiré du premier album et qui passe mine de rien de 6:29 à 11:20 minutes ! On termine avec "For The Fallen..." tiré du deuxième album du même nom. Bref, le groupe ne se fout pas de nous et nous propose une édition double blindée ras la gueule, pour quand même près de 2h30 de musique. Des réenregistrements qui font du bien à tous les morceaux, ne serait-ce que pour le son qui est assez énorme cette fois. Une bonne occasion pour ceux qui découvriraient le groupe avec ce nouvel album d'écouter ce qu'ils ont fait sur leur précédents méfaits et de pouvoir constater la progression effectuée depuis. Pour en donner une idée, disons que si les gars de Mourning Dawn avaient déjà touché le fond précédemment, ils se sont dit cette fois que ce serait pas mal de creuser encore un peu histoire de voir si quelque chose se cache en dessous.

Au final, un excellent album en guise de troisième livraison, avec en bonus une rétrospective de la carrière du groupe avec un dépoussiérage de morceaux venant des démos, du EP et des deux premiers albums. Mourning Dawn confirme avec "Les Sacrifiés" qu'il est bien une valeur sûre du doom (et assimilés) français aux côtés d'Ataraxie et de Funeralium entre autres (les trois n'officient pas dans le même registre même si la base est bien doom, mais dans le genre "douceur de vivre" ça se pose là), et que ceux qui en doutent aillent jeter une oreille attentive sur ce double pavé, ça devrait les calmer !


Murderworks
Mai 2014


Conclusion
Le site officiel : www.facebook.com/mourningdawn