Le groupe
Biographie :

Lantern est un groupe de black / death metal finlandais formé en 2007 et actuellement composé de : Cruciatus (guitare, basse, batterie / Death Thrashers Kuopio, Impervious, Inhumane Deathcult, ex-Cacodaemon, ex-Hellboozer Union) et Necrophilos (chant). Lantern sort son premier album, "Below", en Mai 2013 chez Dark Descent Records, suivi de "II: Morphosis" en Mars 2017.

Discographie :

2013 : "Below"
2017 : "II: Morphosis"


La chronique


Lantern est un groupe finlandais qui a fait, selon ce que j’ai pu entendre, forte impression avec leur premier album "Below". Les critiques semblent avoir encessé cet album, et avoir attendu avec impatience la suite. Et comme d’habitude, je ne sais pas faire les choses comme tout le monde, et j’avoue avec gêne que je n’ai jamais entendu parler de ce groupe. Toutefois, comme je le répète assez souvent, une réputation peut être à double tranchant. Il est parfois difficile de convaincre et de s’imposer quand on a un tel niveau d’attente de la part de certaines personnes. N’ayant pas encore écouté "Below", c’est donc sans attente préalable que je vais moi-même me lancer dans ce deuxième opus "Morphosis".

L’album s’ouvre sur "Black Miasma". Et dès le début, je me trouve forcée de faire une constatation : ces gars-là savent ce qu’ils font. Dès le premier titre, j’ai cette impression étrange d’avoir ouvert la porte d’un four et de me prendre le courant d’air brûlant en pleine figure. Il est intéressant de constater que le groupe ne se cache pas d’avoir des influences et une présentation résolumment old school. En réalité, l’album tout entier est un savant équilibre entre old school et modernité. J’ai souvent écouté (et donc chroniqué) des groupes qui se perdaient dans ce côté old school, et en devenaient des reflets sans âme. C’était un peu comme observer des pantins et c’était assez déconcertant, et peu agréable au final à l’écoute. Mais ce n’est nullement le cas de Lantern qui se nourrit de ses influences, MAIS ne se laisse pas dévorer par elles. A noter d’ailleurs, le titre "Cleansing Of The Air" qui, selon moi, résume parfaitement cette dualité entre tradition et modernité. Ce qui reste toutefois remarquable, c’est la facilité avec laquelle Lantern fait coexister les styles. On retrouve bien entendu, et en majorité, des influences death, mais parfois on sent poindre des relants de black (comme sur "Lucid Endlessness"), et certains des titres sentent vraiment le thrash (pour n’en citer qu’un, je trouve que "Transmigration" remplit parfaitement cette clause du contrat). Et cet aspect est renforcé par les vocaux qui ont un caractère bien particulier.

Je suis assez surprise de mon écoute, car typiquement, je vais le dire très fort, ce n’est pas le genre de musique que j’écoute d’ordinaire et je n’aurais probablement pas choisi l’album si j’étais tombée dessus par hasard chez un disquaire. Mais la maîtrise de Lanturn est très étonnante, et cette facilité avec laquelle ils sont arrivés à marier des influences sans se laisser submeger par elles... je trouve que c’est très impressionnant, et que cela mérite qu’on y jette une oreille. Je ne vais toutefois pas mentir en disant qu’ils vont atterrir dans ma playlist la plus fréquente, mais ils ont au moins réussi à me convaincre et à me faire écouter quelquechose d’inhabituel pour moi. Et ça, ça mérite des applaudissements.


Velgbortlivet
Mai 2017


Conclusion
Note : 16/20

Le site officiel : www.facebook.com/lantern666