Le groupe
Biographie :

C’est en 2004 que naît Ixion, lorsque Julien Prat décide de regrouper certaines de ses compositions dans un projet de doom metal atmosphérique. Influencé autant par l’ambiant / électronique que par le metal et le doom / gothic en particulier, sa musique accorde ainsi une place singulière aux claviers et éléments atmosphériques, combinés à un doom / death particulièrement mélodique. Le projet s’étoffe en 2006 avec l’arrivée de Thomas Saudray, qui apporte des touches plus orchestrales dans certaines compositions, puis en 2009 avec Yannick Dilly, qui s’implique dans la production. Surtout, tous deux contribuent à élargir la palette vocale, tant dans le domaine du chant extrême que du chant clair. La démo "Through The Space We Die" sort fin 2007, et se voit rapidement chroniquée de manière très positive. Motivé par ce retour, le groupe poursuit sur sa lancée, et enregistre son premier album, "To The Void". Il signe à cette occasion sur le label Avantgarde Music, pour une sortie au printemps 2011. L’accueil, tant public que critique, est enthousiaste, et l’album bénéficie de chroniques élogieuses dans différents webzines et magazines. En 2014, le groupe annonce la mise en production de deux nouveaux albums. Le premier d’entre eux – "Enfant De La Nuit", est finalisé au printemps 2015, et représente un bond en avant pour le groupe. En Août, Ixion signe avec le label Finisterian Dead End, et la sortie de ce nouvel album est programmée pour le 9 Novembre 2015. En Octobre 2017, Ixion revient avec "Return".

Discographie :

2007 : "Through The Space We Die" (Démo)
2011 : "To The Void"
2015 : "Enfant De La Nuit"
2017 : "Return"


Les chroniques


"Return"
Note : 19/20

Il y a quelques mois, je vous présentais un très bel album, un des plus beaux qu’il m’avait été permis d’écouter et de chroniquer dans les pages de French Metal (d’ailleurs pour la petite anecdote, le visuel de cet album est depuis le fond d’écran de mon ordinateur à mon travail), et cet album c’était "Enfant De La Nuit" d’Ixion. Eh bien les amis quel bonheur de les retrouver en ce début d’automne (le doom atmosphérique distillé par le groupe sied à ravir à cette saison) avec un nouvel album, toujours chez un label que j’apprécie beaucoup, Finisterian Dead End. Ce nouvel opus porte le doux nom de "Return" et quand on feuillette le magnifique livret, un peu à l’image du petit précédent, il revient les thèmes de la nuit, des étoiles ou du rêve. Sacré programme en perspective pour ce nouvel opus.

A l’écoute de cette nouvelle offrande, je dois dire encore une fois que ce groupe est à part, il est à part car Julien et Yannick ont la capacité de créer des ambiances hors du commun et de vous emmener loin, très loin même. Je ne m’en suis jamais caché, j’aime l’extrême mais il y a un genre musical qui a toujours eu à mes yeux grâce et intérêt : le doom, genre qui connaît auprès des metalheads un grand respect et une attirance certaine. Avec "Return", on dépasse l’entendement, on demande souvent aux artistes s'ils peuvent faire mieux la prochaine fois, eh bien j’ai la réponse de façon claire et nette aujourd’hui : oui. Et ça commence dès le premier titre, le très beau "Out Of The Dark" où Ixion nous montre et nous fait entendre toute l’étendue et sa maîtrise de sa musique, mais surtout de son monde et de son univers. L’album ne présente que 9 titres pour un peu moins de 45 minutes (44’40 exactement) mais si l’on fait le calcul, on arrive à une durée moyenne par titre de plus de 5 minutes, soit à chaque fois plus de 5 minutes pour rêver. Sur "Return", on retrouve les touches atmosphériques si chères à Ixion, c’est-à-dire les nappes de claviers et les programmations oniriques (qui m’ont fait penser encore une fois qu’Ixion pourrait écrire et composer haut la main une musique de film de science-fiction) mais aussi cet habile mélange de voix claires et growls qui me fait dire que l’on est bien en train d’écouter un album de doom atmosphérique moderne. Certes on n'a pas droit à des blasts de l’espace mais Ixion réussi à dégager une puissance et une sérénité certaines tout au long de "Return".

Laurent, boss de Finisterian Dead End (que je salue au passage car je l’ai vu  arriver  avec ses premières sorties et ce mec s’arrache littéralement pour ses groupes), a eu encore une fois raison de faire confiance à un groupe qui montre que rester au top est possible, j’avais été littéralement happé par "Enfant De La Nuit" mais je trouve "Return"… meilleur ! Aussi, s’il vous plaît les amis, ne passez pas à côté d’une telle pépite, ça serait vraiment, mais vraiment, dommage, n’hésitez pas à vous rendre chez Finisterian Dead End où vous pourrez vous faire grandement plaisir, croyez-moi. En résumé, je dirais qu’encore une fois Ixion nous offre un album hors du commun, Ixion nous offre le meilleur de lui-même, Ixion se dépasse. Merci à vous messieurs encore une fois pour ces moments magiques. Il n'y a plus rien à dire, simplement fermer les yeux et écouter… Magique, tout simplement…


Vince
Octobre 2017




"Enfant De La Nuit"
Note : 19/20

Dans mes chroniques, je ne me suis jamais caché d’une chose (et ne m’en cacherai jamais) : mon soutien (avec mes moyens) et mon engagement auprès de la scène française. Et encore une fois, je dois vous avouer que je suis comblé, non pas parce que que je reçois des petits mots de remerciement (qui sont entre nous très encourageants, surtout lorsque l’on est bénévole et non un professionnel) mais parce que tisser des liens, réaliser des rencontres et discuter autour d’une passion c’est plus fort que tout. Et des liens, à mon petit niveau, grâce à la musique depuis plus de deux ans (au sein de l’équipe de French Metal), j’en ai beaucoup créés. Vous allez me dire, mais qu’est-ce qu’il nous barbe avec ses salades ?! Alors, je répondrai : d’accord, les amis, trêve de bavardages ! J’ai le plaisir aujourd’hui je vous présenter un album très attendu et qui risque de marquer les esprits : "Enfant De La Nuit", le deuxième album des Bretons d’Ixion avec le soutien et le partenariat d’un label dont j’apprécie beaucoup le travail, l’accessibilité, le professionnalisme et la gentillesse (de son boss) : Finisterian Dead End, ou F.D.E pour les intimes. Avec ce nouvel album, Ixion nous offre encore une fois une petite pépite de doom electro atmosphérique à faire pâlir un amateur "de vitesse" comme moi et le plus grand nombre d’entre vous, je l’espère.

Je ne sais pas si vous les connaissez (si ce n’est pas le cas, cela ne devrait pas tarder, croyez-moi), aussi laissez-moi vous présenter les musiciens qui composent ce groupe hors norme. Ixion est formé de Julien Prat aux guitares, synthétiseurs, claviers, programmations, chant, chœurs et à la narration, Yannick Dilly au chant clair et enfin, Thomas Saudray au chant Harsh. Un trio qui nous offre en cette fin d’année un album intemporel qui est, il faut l’avouer, une véritable invitation au voyage, au rêve. Le doom peut paraître parfois peu accessible au néophyte, sa lourdeur, sa profondeur peut rebuter, mais avec Ixion il y a quelque chose qui se créer inexorablement : sa musique, son univers, son monde vous attirent à eux. A la première écoute d’"Enfant De La Nuit", j’ai ressenti la même chose lorsque pour la première fois, il y a maintenant pas mal de temps, j’ai entendu pour la première fois "Forest Of Equilibrium" de Cathedral, c'est-à-dire beaucoup d’émotion et surtout j’ai entendu cette petite voix (attention, je ne deviens pas schizophrène !) qui me disait "Reviens, reviens", car c’est exactement ça que vous ressentirez si vous vous penchez sur le travail d’Ixion. Je dois toutefois vous avouer un petit secret, je découvre le travail d’Ixion avec cet album. Faute avouée, à moitié pardonnée, n’est-ce pas ? Finisterian Dead End et son boss Laurent ont attrapé une "sale" manie depuis un petit moment, je dirais presque une "mauvaise" habitude : surprendre, et je dois vous avouer qu’avec Ixion j’ai été plus que surpris et j’espère que vous le serez tout autant. Un seul conseil, ne passez à côté de cet album ! "Enfant De La Nuit" présente 9 titres pour près de 47 minutes, comme je disais un peu plus haut, de doom electro atmosphérique. Une musique à la fois électrisante, hypnotique et fortement attirante. "Enfant De La Nuit" est ce que j’apprécie fortement dans un album, c’est un ascenseur émotionnel. A l’écoute de ce nouvel album, on comprend mieux pourquoi il est tant et si attendu.

Si vous êtes un tantinet curieux, les amis, je ne peux que vous encourager à vous rendre sur le site du groupe où vous trouverez, hormis tout un tas d’informations, du son et des petites surprises visuelles, et si tout comme moi vous aimez la musique, et si tout comme moi vous aimez les beaux objets, je ne peux que vous encourager à vous rendre chez Finisterian Dead End. En parlant de bel objet, si vous achetez "Enfant De La Nuit", ne soyez pas surpris lorsque vous recevrez l’album, c’est un des plus beaux packagings que j’ai eu à voir ces derniers temps. Il est magnifique, il n’y a rien à dire de plus. A ce sujet, le livret a été illustré par Pierre Roussel qui a réalisé un travail phénoménal en plus d’être beau. Côté technique, "Enfant De La Nuit" a été produit, enregistré, masterisé et mixé par Yannick Dilly et Julien Prat entre le 28 978 Studio et le Nevermind Records, inutile de vous dire que l'album possède un son à tomber, au cordeau, où rien ne dépasse et où chaque morceau possède une profondeur hallucinante. Il y a fort longtemps que personnellement je n’avais pas été aussi "secoué" par un album, il faut dire que le groupe frappe un grand coup avec "Enfant De La Nuit", des titres comme "Ghost In The Shell", "Discovery" ou encore "The Passenger" nous font voyager, rêver, un peu à l’image du petit garçon sur le visuel de l’album...

En conclusion, je dirais que "Enfant De La Nuit" a tous les ingrédients pour marquer les esprits mais surtout cet album a le potentiel pour inscrire durablement Ixion dans le paysage musical français et, espérons-le pour nos amis bretons, au niveau international. Finisterian Dead End réussit encore son coup et permet à Ixion d’écrire avec "Enfant De La Nuit" une des plus belles pages du metal français...


Vince
Novembre 2015




"To The Void"
Note : 17,5/20

Ils nous avaient bluffés par la qualité de leur précédent opus datant d’il y a quelques années déjà. Les revoilà avec un nouvel album surpassant son prédécesseur. La suite de ce dernier est logique. Le son est dans la même veine tout comme la composition mais gagnent en maturité. Le doom ambient d’Ixion est tout simplement maîtrisé parfaitement. Chaque ambiance est ficelée de façon intelligente et nous permet de flotter dans ces atmosphères tantôt mélancoliques, tantôt très dark. Entre envoûtement et enchantement, on se complait vite à suivre cette histoire du début à la fin. 57 minutes de plaisir. On pourrait presque leur reprocher trop de simplicité et on se plairait à entendre quelques soli de grattes, même succincts, ci et là, mais ce style épuré correspond très bien à Ixion. Les nappes synthétiques tiennent une place prépondérante sans en devenir pompeuses pour autant. Les vocaux sont éloignés dans le mix, ce qui renforce ces sensations de flottements envoûtants. Et quand on a une mise en son si parfaite qui permet de mettre en valeur une identité propre, on ne peut que s’incliner. Ave Ixion. Un bijou d’album qui s’écoute d’une traite, se réécoute, encore et encore.


El Caco
Mai 2011




"Through The Space We Die"
Note : 17,5/20

Déballage de l’enveloppe. Sortie du CD. Contemplation de la pochette. Très belle, très sobre dont l’artwork est signé Julien Prat (guitares, synthé, programmer, basse et voix, enregistrement, mix et mastering, compositeur, auteur et créateur du groupe rien que ça). Une fois la lecture du skeud commencé, c’est la même chose. Le son est efficace, l’atmosphère est très dark et le doom down-tempo proposé est d’une rare efficacité. Les paroles sont courtes et rares mais présentes sur chaque chanson, ce qui attire l’oreille définitivement vers la musique. Tous les instruments sont discrets et hyper présents, mais tiennent leur place à merveille. Les ambiances sont froides. Leurs influences comptent Paradise Lost, The Gathering ou encore Anathema mais Ixion, avec ce "Through The Space We Die" est en passe de devenir une référence. Vérifiez par vous-même, mettez ce mini album (6 titres) à fond dans votre chaîne, éteignez les lumières, fermez les volets et laissez vous emporter au son de ce sublime (n’ayons pas peur des mots) opus ! S’il y a un album à posséder, c’est celui là ! Vivement le prochain !


El Caco
Octobre 2007


Conclusion
L'interview : Julien Prat

Le site officiel : www.ixiondoom.com