Le groupe
Biographie :

Fool’s Paradise a été fondé par Olivier Mévaere en 2007. Fort d’une expérience de dix ans dans des groupes de reprises de rock 70’s, Olivier décide de se lancer dans la composition dans un style qu’il écoute depuis son adolescence. Fan au départ du heavy metal des années 80 et de Iron Maiden en particulier, les premières compositions du groupe s’orientent naturellement vers ce style. Il tient cependant à ce que le groupe ne se réduise pas à cela et au fil du temps, les morceaux se complexifient et intègrent d’autres influences. Des influences rock qui proviennent de groupes progressifs comme Pink Floyd ou Porcupine Tree mais aussi des influences qui viennent d’autres branches du metal notamment par la participation du deuxième guitariste du groupe à la composition, Stéphane Lalan, ancien guitariste du groupe Fairyland qui avait notamment tourné avec Sonata Artica. Le groupe a subi de nombreux changements de musiciens avant d’arriver à l’équilibre dans lequel il se trouve aujourd’hui. Depuis son départ en 2011, le groupe a intégré Anthony au chant, Bertrand à la basse et Stéphane à la deuxième guitare. Ces deux personnes ont permis au groupe de donner l’identité qu’il a aujourd’hui : un groupe dynamique, ouvert et inspiré. Depuis 2009, Fool’s Paradise profite des services offerts par le Lieu Musical Expérimental de Grande-Synthe. Plusieurs démos – restées sous forme numériques- ont été enregistrées entre 2009 et 2012 au studio de Franck Manceau à Coudekerque-Branche. En 2013, ils enregistrent leur premier EP 4 titres, intitulé "Forest Of Lies" et intègrent Frank Manier (ancien membre de Syren’s Call) au mixage. Grâce à la sortie de cet EP, le groupe multiplie les concerts et les tremplins. C’est pour gagner en envergure que le groupe décide en 2015 d’enregistrer son premier album et de le faire avec le plus de sérieux et de professionnalisme possible.

Discographie :

2013 : "Forest Of Lies" (EP)
2017 : "Monopoly Society"


La chronique


Après un EP sorti en 2013. les Français de Fool's Paradise reviennent avec cette fois un album, "Monopoly Society" de son petit nom. Amateurs de heavy et de progressif, vous devriez trouver de quoi vous mettre sous la dent.

Je précise heavy et progressif parce que Fool's Paradise n'a pas vraiment versé dans la technique à outrance et les structures complètement folles, l'accent est plutôt mis sur l'accroche et la mélodie. Il en ressort donc un côté heavy assez prononcé avec parfois quelques discrètes réminiscences old school ici ou là. D'ailleurs, à part "Memories Of The Night" qui flirte avec les quatorze minutes et le morceau titre qui en fait quasiment huit, la durée des morceaux est relativement compacte pour du prog. Une bonne façon de ne pas s'égarer et d'être sûr de garder un impact suffisant, ce qui n'empêche pas les morceaux d'être vivants et de présenter parfois pas mal de sonorités différentes. Je pense notamment à "Partners In Crime" qui a tout de la montagne russe et qui nous fait passer par pas mal d'ambiances et émotions différentes tout en gardant sa cohérence. "Misunderstood", quant à lui, rappelle par quelques riffs ou mélodies qu'Iron Maiden a décidément marqué pas mal de monde (moi le premier d'ailleurs). Techniquement, c'est plutôt carré même si, comme je le disais, le groupe ne se livre jamais à la démonstration, ça reste en place et plutôt bien foutu. Niveau son, pareil, on sent que c'est fait avec les moyens du bord et qu'il n'y a pas de gros sous derrière mais ça sonne bien, puissant et propre et c'est bien le principal.

Si "Monopoly Society" ne révolutionne rien, il n'en a pas l'ambition de toute façon, il présente au moins un heavy prog plutôt solide et accrocheur. On a un minimum d'agressivité, de la mélodie, des lignes de chant plutôt bien trouvées, des ambiances changeantes et des influences variées. D'ailleurs, "Memories Of The Night" qui clôture l'album avec ses quatorze minutes se pose là en matière d'ambiances variées et de changements de style. Le groupe profite de ce pavé pour se faire plaisir et crée un morceau à tiroirs qui montre une large palette d'influences. Il en profite aussi pour nous asséner de très bons soli de guitares, inspirés, tout au feeling ainsi que de bien belles mélodies poignantes sans être niaises. Bref, Fool's Paradise nous montre qu'il en a sous le pied et ce premier album pose de bonnes bases pour la suite. Sans proposer quoique ce soit de révolutionnaire, le groupe arrive pourtant à ne pas ressembler à quelqu'un en particulier, signe qu'une personnalité propre est déjà en train de se mettre en place. Mine de rien, cette approche directe et accrocheuse pourrait permettre à Fool's Paradise de se faire remarquer à une époque où les groupes de tous styles mettent l'accent sur la technique.

Un premier album efficace qui montre que le groupe pourrait proposer des choses bien sympas à l'avenir, on va donc surveiller Fool's Paradise d'un oeil attentif. Si vous aimez le heavy et le prog plus porté sur la mélodie que sur l'esbroufe, vous pouvez y jeter une oreille sans crainte.


Murderworks
Juin 2017


Conclusion
Note : 15/20

Le site officiel : www.facebook.com/foolsparadisegroup