Le groupe
Biographie :

En 1983, Kirk Hammett quitte le groupe pour rejoindre Metallica et est remplacé par Rick Hunolt ; Rob McKillop est recruté comme bassiste. Le groupe sort Bonded By Blood en 1985, et l'album reçoit un vif succès, avec un côté de thrash Californien plus brutal que Metallica. Après ce premier opus, Paul Baloff quitte le groupe et est remplacé par Steve "Zetro" Souza. Suite à "Pleasure Of The Flesh" en 1987, le groupe sort l'incontournable "Fabulous Disaster", un album-phare du thrash metal. Cet album marque le début du déclin pour Exodus, avec des albums qui passent inaperçus au débuts des 90's. Exodus se sépare en 1992 après "Force Of The Habit" et se reforme en 1996 avec Jack Gibson à la basse. 3 albums et 1 DVD ont depuis été produits, et le groupe s'est trouvé un nouveau son, plus moderne que lors de leur début. Le groupe nous prouve qu'il n'a rien perdu de sa hargne en sortant a partir de 2004 les albums "Tempo Of The Damned", "Shovel Headed Kill Machine" et "Atrocity Exhibition:Exhibit A" dans une veine thrash metal old school. "Exhibit B: The Human Condition" sort au mois de Mai 2010 chez Nuclear Blast. Depuis 2011, Gary Holt joue sur scène avec Slayer et remplace ainsi Jeff Hanneman, décédé en 2013. Lorsque Holt est en tournée avec Slayer, Exodus fait appel à son ancien guitariste, Rick Hunolt. Le 8 Juin 2014, Exodus annonce le retour de son ancien chanteur Steve "Zetro" Souza. "Blood In, Blood Out" sort en Octobre 2014.

Discographie :

1985 : "Bonded By Blood"
1987 : "Pleasures Of The Flesh"
1989 : "Fabulous Disaster"
1990 : "Impact Is Imminent"
1992 : "Force Of The Habit"
2004 : "Tempo Of The Damned"
2005 : "Shovel Headed Kill Machine"
2007 : "Atrocity Exhibition:Exhibit A"
2008 : "Let There Be Blood"
2010 : "Exhibit B: The Human Condition"
2014 : "Blood In, Blood Out"


Les chroniques


"Blood In, Blood Out"
Note : 19/20

Exodus qui se présente à nous avec un nouvel album, c'est toujours un plaisir, mais Exodus qui se présente à nous avec un nouvel album intitulé "Blood In, Blood Out" et avec Steve "Zetro" Souza de retour au chant, c'est carrément du délire. Ne nous en cachons pas, quand les Californiens ont annoncé cette nouvelle, on en a tous salivé. Aussi, inutile d'y aller par quatre chemins, "Blood In, Blood Out" est peut-être le meilleur album d'Exodus depuis très très longtemps.

Exodus, en plus d'avoir atteint le statut de groupe culte, est respecté et apprécié par de nombreux fans de metal, le groupe nous envoie en pleine figure un album qui, à l'image de "Bonded By Blood" ou "Pleasures Of The Flesh" va marquer les esprits, un album presque inespéré, tant attendu mais que voilà enfin. Certes cette attente aura été longue mais elle en vaut le coup, "Blood In, Blood Out" est une bombe H qui va exploser vos enceintes, écouteurs ou tout autre moyen que vous aurez pour l'écouter... Quand on écoute "Blood In, Blood Out", on se rend vite compte d'une chose : il n'y a rien à jeter sur cet album, tout est bon, le groupe s'est surpassé et malgré le poids des années, les longues tournées ou les nombreux projets parallèles pour chacun des membres, Exodus a toujours la passion intacte et ses memebres tiennent une forme olympique, et ça s'entend sur ce nouvel album.

On est littéralement happé par les 11 titres ; 12 si l'on est l'heureux possesseur de la version limitée ; "Blood In, Blood Out" c'est plus d'une heure de thrash US à l'ancienne mais joué en 2014 ! On peut dire que ça fait beaucoup de bien, surtout si vous êtes fans de Testament, Slayer ou bien entendu Overkill ; les dinosaures triomphant du thrash. Pour cet album, on retrouve Lee Altus et Gary Holt aux guitares, Jack Gibson à la basse, Tom Hunting à la batterie et comme je l'ai dis plus haut, Steve "Zetro" Souza derrière le micro qui fait une petite infidélité à Hatriot, le groupe qu'il a formé avec ses deux fils. "Blood In, Blood Out" a le mérite de remettre les pendules à l'heure, si certains albums d'Exodus n'avaient pas marqué les esprits, lui joue irrémédiablement dans un autre division, le groupe a tout remis à plat, s'est remis en question et s'est défoncé pour ce nouvel album. Il ne sera pas étonnant de lire dans quelques années que "Blood In, Blood Out" sera une grande influence pour de nombreux groupes et sera cité en référence.

Exodus nous livre un album impressionnant, le groupe a réussi son coup et Souza éclabousse cet album de sa classe, de son charisme, mais rassurez-vous, c'est tout le groupe qui s'est impliqué dans ce nouvel album . "Blood In, Blood Out" contient son lot de titres à tout casser comme le puissant "Blood In, Blood Out", "Body Harvest" ou le non moins excellent "My Last Nerve". Exodus a mis les petits plats dans les grands, effectivement le groupe s'est enfermé avec le multi-récompensé producteur Andy Sneap (Opeth, Megadeth) au Backstage Studio, rien d'étonnant donc que "Blood In, Blood Out" soit un brûlot ardent. Exodus ne l'a jamais vraiment quitté, mais avec ce nouvel album il rejoint le panthéon des dieux du thrash metal.

Si tout comme moi vous trouvez l'édition digipack, jetez un œil au DVD bonus, il est bourré de surprises. Je ne vous en dis pas plus. Et puis quel visuel... à tomber ! "Blood In, Blood Out" est une grande claque, vous verrez, il est assez difficile de s'en remettre. La grande classe.


Vince
Octobre 2014




"Exhibit B: The Human Condition"
Note : 19/20

Depuis la sortie de "The Atrocity Exhibition... Exhibit A" en 2007, Exodus ne chôme pas au niveau sortie discographique, ré-enregistrant le mythique "Bonbed By Blood" avec le line-up actuel en 2008 sous le titre de "Let There Be Blood" (personnellement dispensable), nous livrant en début d'année un DVD live issu de leur excellent prestation au Wacken 2009 (Shovel Headed Tour Machine). Pour cette moitié de 2010, les californiens nous pondent leur dixième album studio et nous lancent carrément un pavé dans la gueule. Un album très long, près de 1h et quart dédié au thrash ultime, avec une majorité de titres dépassant les 6 minutes. Sur la longueur, les 12 titres auraient pu être redondant et s'écrouler comme un soufflet, mais Exodus possède le talent de toujours trouver le riff bulldozer, le break dévastateur pour faire repartir l'ensemble.

"Exhibit B: The Human Condition" est une oeuvre fleuve au sens large du terme, projettant la bizarre impressionnant d'écouter quelques chose de très progressif dans son écriture et son approche, mais d'une spontanéité flagrante. Il faut dire que la meilleur doublette du thrash mondiale (à savoir Gary Holt, membre fondateur du combo, et Lee Altus ; également dans Heathen aux guitares) arrive à maturité depuis quelques temps et sait où elle veut nous amener. Cette sensation qu'on va s'en prendre une bonne est palpable dès l'intro du fabuleux "The Ballad Of Leonard And Charles", morceau qui reprend les choses là où les Californiens les avaient laissées sur "The Atrocity Exhibition", aux riffs des 30 dernières secondes de "Bedlam 123". Une continuité relative toutefois tant le ton employé ici s'est largement durci par rapport à son prédécesseur. On sent donc une forte odeur de poudre investir les lieux dès la saturation arrivée, la production glacial de Andy Sneap rendant toutefois l'ensemble un peu "mecanique" à mon goût. Rob Dukes nivèle vers le haut cet aspect un peu froid par une prestation vocale époustouflante de haine sur les excellents "Beyond The Pale" , "Downfall" et "Burn, Hollywood, Burn", mais également tout en rage subtile sur les titres les moins rapides ("Nanking" ou "Democide"), Exodus mettant alors un côté rythmique plus heavy en avant. On notera d'ailleurs la copie parfaite de Tom Hunting derrière les fûts, enchaînant les différentes parties avec une justesse déconcertante (l'hallucinant "The Sun Is My Destroyer", le frénétique "March Of The Sycophants"). Son acolyte Jack Gibson n'étant pas en reste et nous gratifiant de ses petits solos de basse toujours placés avec parcimonie et pertinence (la fin de "The Ballad Of Leonard And Charles" notamment).

Au milieu de ce compresseur rythmique, les guitares cisaillent l'air de riffs accérés, leur côté cristalin se mariant à la perfection quand elles s'unissent dans un même effort (le solo de "Hammer & Life", hommage à Paul Baloff, premier chanteur du groupe disparu en 2002). Le résultat de cet ensemble parfait est une machine à tuer qui prend plaisir à laisser les titres se poser d'eux mêmes, laissant dérouler la classe des grands pour mieux nous sauter à la gueule. S'embriquant naturellement malgré la complexité de certaines structures, "Exhibit B..." excelle dans l'art des parties speed combinées à des cassures mélodiques et à des solos vertigineux de vitesse. Faisant tourbillonner une frenesis hypnotique jusqu'à la transe (ceux-ci expliquant certainement la longueur de la majorité des titres), les Californiens nous crachent à la gueule leur forme étincelante et le génie d'un groupe qui n'a jamais recueilli le succès qui leur est dû.

Si l'esprit de la Bay area retrouve une seconde jeunesse depuis quelques années avec de jeunes loups au dents longues (Fueled By Fire, Violator, Gama Bomb et consorts), Exodus prouve avec ce dixième album qu'il en reste le leader incontesté et incontestable, malgré une carrière un peu chaotique, laissant la gloire mieleuse et les billets verts au soit disant "Big four of thrash". Fuck em all....


Lole
Août 2010




"Fabulous Disaster"
Note : 18/20

Souvent pas mal de personnes disent que le chanteur d'Exodus c'était Paul Baloff. Avec tout le respect que je lui dois, paix à son âme, mais pour moi le chanteur d'Exodus c'est Steve Souza. De plus maintenant pas mal de monde critique Rob Dukes, qui, même si ce n'est pas Souza ou Baloff, apporte une patte singulière et a su rendre un côté plus brutal aux morceaux d'Exodus. Cela fait comme avec Anthrax, J'ai longtemps lâché ce groupe parce que pour moi le chanteur d'Anthrax c'était Belladona et pas Bush. Et puis quand j'ai redécouvert Anthrax avec le clip de "Safe Home" sur l'album "We've Come For You All", révélation Bush, rattrapage du temps perdu, Belladona trop vieux , à la trappe, sans regretter les premiers albums of course. Et donc quand Dan Nelson s'est pointé, on a dit oui, car bonne voix, mais ce n'était pas les autres. Pour Exodus c'est pareil, chacun sa période, chacun sa personnalité et chacun sa voix. Steve Souza était le maître sur ses albums.

"Fabulous Disaster" fait partie du trio gagnant d'Exodus ancienne période, avec "Bonded By Blood" et "Impact Is Imminent". C'est clair que ce n'est pas l'album qui a brillé par temps de beauté au niveau de sa pochette. Un peu du style de "Pleasure Of The Flesh" puisque c'est encore une photo du groupe. Mais cette fois-ci au lieu d'être devant un comptoir, ils sont devant la télé. C'était la grande époque du thrash, un peu délire comme Tankard. Pour l'album en soi, ben Exodus est Exodus. Une énergie communicante, avec des riffs de bombardier qui perforent l'esprit et qui restent en tête tout en étant décapants. C'est du désherbant autoroute cet album, ça décrasse le tube à caca, ça déchire le slip, personne n'y résiste.

Cela commence immédiatement , avec un discours parlé qui fait office d'introduction au titre "The Last Act Of Défiance". Mais c'est sur "Fabulous Disaster" qu'on se fait refaire le cul" (oui , je suis désolé , je ne voulais pas être vulgaire, mais je n'ai rien trouvé d'autre). Du blindage de solo de la mort qui tue sur un thème de fou, un thème comme ceux qu'on peut savourer tout au long de "Impact Is Imminent". Exodus sur cet album se lâche comme il faut , et arrive à vous tirer de votre léthargie journalière pour vous prendre par les cheveux, et vous la taper (la tête) contre le trottoir jusqu'à que vous disiez "pitié". Steve Souza mène la barque vocale en mains de maître, tandis que Holt et Hunolt (tiens je viens de m'apercevoir que leur noms sont antagoniques, c'est marrant...) proposent des guitares saillantes, coupantes comme des lames de rasoir...

Je ne vous parle même pas de "Cajun Hell" ...Si ? ...Bon "Cajun Hell", comme son nom l'indique tire ses influences de la musique cajun, et vient comme une petite mare au milieu de l'album pour relâcher un peu la pression, les riffs sont aussi incisifs mais avec cette esprit cajun typiquement américain, les grenouilles, le marais, le maïs... Ce n'est pas le seul cadeau que nous fera Exodus sur cet album, car ces messieurs ont eu la bonne idée de faire deux reprises. La première est la chanson "Low Rider". Reprise du groupe War qui avait sorti ça en 1975, et la seconde est "Overdose" qui vient clore l'album, une petite reprise sympatoche d'AC/DC. Le groupe doit apprécier AC/DC puisque sur "Tempo Of The Damned", ils reprennent également "Dirty Deeds Done Dirt Sheap".

De tous les albums d'Exodus, il est peut-être le meilleur avec "Impact Is Imminent" dans l'efficacité et le riff qui chauffe. Les sectaires contrediront ceci en disant qu'il n'y a que "Bonded By Blood", mais Exodus n'est pas le groupe d'un seul album, il a avancé, il a évolué, et ce monstre de thrash metal m'aura toujours fait triper. La seule baisse de régime qu'ils ont pu avoir c'est sur "Force Of Habit"... "Fabulous Disaster" est une bombe nucléaire, du thrash comme on n'en fait plus, du savoir faire de connaisseurs.


Arch Gros Barbare
Septembre 2009


Conclusion
Le site officiel : www.exodusattack.com